Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics à commencer, c'est par que ça se passe !
Notre débrief de NJPW Royal Quest est ici , vous pouvez également retrouver notre vlog de l'événement ici !

Partagez | 
 

 Promos No Way Out 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
SwantonBomb
Head Booker
SwantonBomb

Messages : 1776
Age : 25

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyDim 1 Mar - 22:11

WFA No Way Out 2015


Promos No Way Out 2015 766857NWO


Pré-show : Triple Threat Match : MVP (Diabolo) vs Drew McIntyre (TManiac) vs Finn Bàlor (JGabriel68)


Des revenants et un petit nouveau "100% pur NXT" pour apéritif. MVP a réussi son retour en battant le botch master Curtis Axel puis Big E. 100% de victoires pour l'instant mais un gros morceau sera face à lui. Drew McIntyre, ancien champion TV, a lui aussi fait un retour remarqué en battant Consequence Creed. En plus de ces deux-là, Finn Bàlor va faire ses débuts à la WFA. On sait peu de choses pour l'instant sur Finn Bàlor là mais une chose est sûre, l'apéro de No Way Out risque d'être savoureux. MVP fera-t-il la passe de trois ? Drew est-il vraiment le favori ? Finn Bàlor réussira-t-il ses débuts ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Match qualificatif pour l'Elimination Chamber pour les championnats WHC (1er tombé) et de la WFA (2ème tombé) : Trent Barreta (François) vs Antonio Cesaro (HeelManiac) vs Vladimir Kozlov (TManiac)


Antonio Cesaro a été désigné comme le maillon faible du GANG ce qui lui a coûté sa place de challenger numéro un au titre Pure aux dépens de... Hunico ! Mais il aura à cœur de prouver sa valeur. De son côté, Trent Barreta connaît quelques semaines délicates depuis la perte de son titre à Cyber Sunday puis son rematch perdu à Destination-X. Mais Seth Rollins le veut comme challenger dans son Elimination Chamber. Enfin, Vladimir Kozlov a perdu son titre Intercontinental mais il a gagné sa place pour un match qualificatif pour l'une des deux Elimination Chamber, grâce au contrat signé entre le GANG, les APA et EoC. Vince MacMahon décide alors d'organiser un match à deux tombés où : le premier à faire le tombé sera dans l'Elimination Chamber de Seth Rollins, le second affrontera Lesnar et les autres dans le Main-Event. Cesaro va-t-il tout perdre ? Kozlov va-t-il laisser passer sa chance ? Barreta va-t-il stopper sa descente aux enfers ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Gauntlet Hardcore Match, qualificatif pour une place dans l'Elimination Chamber pour le championnat du monde poids lourd : Bray Wyatt (Tombstone) vs Goldust (Showtime) & Dean Ambrose (François) & Christian (Sharpshooter)


Bray Wyatt est l'un des hommes en forme en ce moment non seulement à Smackdown mais à la WFA. Depuis son arrivée et plus particulièrement depuis sa prise de pouvoir sur la ceinture Hardcore, Bray Wyatt semble inarrêtable et cela, Seth Rollins l'a bien compris. Le Dieu a mis Bray Wyatt au défi. À One Night Stand 2014, Seth Rollins a battu trois hommes dans un Gauntlet Hardcore Match. A No Way Out 2015, Bray devra en faire de même face à ses trois rivaux de la saison : Goldust, Dean Ambrose et Christian. Seulement, au vu de l'expérience et le talent des trois lutteurs, le challenge s'annonce plus difficile que prévu. Les trois seront motivés par la place en jeu dans la Chamber. Seth Rollins a-t-il eu raison ? Bray Wyatt confirmera-t-il ? Goldust réalisera-t-il un hold-up parfait ? Dean Ambrose va-t-il enfin battre Bray Wyatt ? Christian retrouvera-t-il le Main-Event ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Match pour désigner les challengers numéro 1 au championnat par équipe de la WFA : Psychedelik Warlords (Kassius Ohno (Clown Bastard) & Erick Rowan (Gbacca)) vs Super Brotherhood of Justice (The Hurricane (JoMo Styles) & Super-Eric (Showtime))


Depuis quelques temps, les Psychedelik Warlords s’en prennent très violemment aux deux super-héros de la fédération. Cela semble coïncider avec le moment où Erick Rowan et Kassius Ohno ont commencé à chercher le docteur. Dans un segment des plus hallucinants, ils ont expliqué à John Laurinaitis que pour trouver le docteur, ils doivent aussi trouver la clé cosmique, battre les champions par équipe de la WFA et taper les deux super-héros. Vous n'avez rien compris ? C'est normal ! The Hurricane et Super-Eric n'ont jamais su prendre le dessus sur ses rivaux destructeurs. Le docteur sera-t-il révélé ? Les super-héros tiendront-ils leur revanche ? Et quelle équipe affrontera les champions par équipe à WrestleMania V ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Championnat TV : Mr. Anderson © (JoMo Styles) vs Zack Ryder (Fan-of-Ziggler)


Au Royal Rumble, Zack Ryder a prouvé que son retour était un succès total. Une victoire contre Curtis Axel faisant de lui le challenger numéro un au titre TV. De plus, il a offert une prestation remarquée pendant le Royal Rumble Match. Seulement, Mr. Anderson a contrecarré les plans du favori de la foule. Lors du RAW post-Royal Rumble, Ryder s'est battu contre De Burchill mais le match fut stoppé à cause de l'intervention de la Wyatt Family. Suite à un marché diabolique, Anderson a battu De Burchill et lui a pris sa ceinture mettant fin au règne du Royalist Liberal. Ryder a pris sa revanche sur Anderson lors du Smackdown suivant en le mettant K.O. Puis, Anderson a décidé d'ignorer les appels de Ryder, agacé, avant de lui répondre lors du dernier Smackdown. Bray Wyatt a proposé à Ryder de les rejoindre dans la Wyatt Family mais Ryder refusa. Zack Ryder remportera-t-il son premier titre à la WFA ? Mr. Anderson confirmera-t-il la montée en puissance de la Wyatt Family ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Triple Threat Match : Alicia Fox (Godot) vs AJ Lee (Swanton Bomb) vs Candice LeRae (Aralar)


Déesse contre Déesse, la revanche ! Du moins, c'est ce qui aurait du se passer car la Blonde Diva fut inclue dans le match par Mickie James, trop contente de pouvoir s'en débarrasser. Alicia est partie en croisade pour gagner l'admiration des fans mais AJ n'a pas l'intention de la laisser faire. Le break de Lee à cause de ses blessures n'a fait que renforcer sa colère envers la Hardcore Goddess. La guerre entre les deux ne fait que commencer. Candice, de son côté, a tout à prouver dans ce match après avoir visé trop haut. En effet, ça a failli être No Way In pour elle. Fox semble inarrêtable et le triple threat lui donne un avantage, pas de disqualification. Mais la Geek Goddess n'est jamais aussi dangereuse que quand elle est en colère et LeRae a démontré une volonté et une technique sans pareille. Qui s'en sortira à No Way Out ?


Championnat par équipe de la WFA : Alcoolique Pochtrons Anonymes © (Carlito (mrcoffeeinthebank) & Samoa Joe (Flying Panda)) vs Ted DiBiase (Nak)& Paul De Burchill (Clown Bastard)


Cela faisait plusieurs fois que Ted DiBiase et Paul De Burchill venaient titiller les champions par équipe de la WFA. Les deux membres du GANG se sont payés plusieurs fois les Alcooliques Pochtrons Anonymes en se foutant ouvertement de leur gueule et ces-derniers se sont vengés en protégeant Vladimir Kozlov. Les APA ont fait appel à Saul Goodman pour rédiger un contrat pour contrer Ted DiBiase, dans sa démarche pour récupérer le titre Intercontinental. Les deux camps se sont entendus pour s'affronter à No Way Out pour les ceintures par équipe. Samoa Joe et Carlito ont perdu leur match qualificatif pour une Chamber à cause de l'intervention des deux richards du GANG. La guerre a bel et bien été lancé entre les deux membres du GANG et ceux qui ont intégré le mouvement de révolte pour y mettre fin. Tout va se régler dans le ring à No Way Out où il ne pourra y avoir aucune intervention. Les Alcooliques Pochtrons Anonymes vont-ils perdre à nouveau leurs titres des mains d'une équipe du GANG ? Ted DiBiase et Paul De Burchill marqueront-ils de leur empreinte la division par équipe ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Mr. Money in the Bank vs Royal Rumble's winner : Brodie Lee (Aralar) vs Kevin Steen (Frog Splash)


Si ce match avait une tagline, nul doute que ce serait « qui qu'a la plus grosse ? » Ce sont les deux dangers numéro un pour les champions du monde. Le premier est Mr. Money in the Bank depuis WFA Cyber Sunday 2014. Le second est le vainqueur du Royal Rumble 2015 depuis le début de l'année. Seth Rollins et Brock Lesnar ont été prévenus. Si Kevin Steen est certain de faire partie d'un des Main-Event de WrestleMania, Brodie Lee doit attendre le moment opportun pour casher et Mr. Wrestling s'en est fait un plaisir de le lui rappeler. Mais comme partout ou presque, le GANG s'en est mêlé et un challenge a été proposé : affronter à chaque show un ancien ou actuel champion du monde de la WFA. Challenge accepté et résultat, 100% de victoires chacun. Résultat, un match entre les deux fut organisé. Mais entre temps, Brodie Lee a rejoint les rangs du GANG. Les nouveaux alliés de Brodie Lee s'inviteront-ils à la fête ? Kevin Steen confirmera-t-il sa lancée ? Qui deviendra la menace numéro de Brock Lesnar et/ou de Seth Rollins ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Championnat Intercontinental : Chris Jericho (Nak) vs The Brian Kendrick (Aralar)


Rien ne semblait nous conduire à ce match. Rien ne nous prédestinait à avoir un match pour la ceinture Intercontinental vacante entre Chris Jericho et The Brian Kendrick... et pourtant. Au Royal Rumble, The Brian Kendrick a vu Hunico faire le tombé sur Mensah-X, tandis que Chris Jericho, bien que vainqueur de son match contre Orton, est sorti physiquement diminué. Les deux se sont vus offrir une chance de participer à la Chamber de Rollins... en vain. Le GANG – encore eux - et Ted notamment, a fait en sorte que l'Intercontinental Champhionship soit vacant pour que le Million Dollar Son puisse le récupérer. Seulement Kozlov a trouvé asile au Jobber Jungle où les APA ont veillé à ce que le titre ne revienne pas dans les pattes de DiBiase et du GANG. Après un contrat, les APA eurent le droit de choisir les prétendants au titre Intercontinental. Jusque là, pas de Jericho ni de Kendrick et pourtant. Lors du dernier RAW, Kendrick fut squashé par Orton et Jericho se fit humilié par le GANG. Et c'est là que les deux se sont croisés à vider des fonds de bouteilles sous le regard admiratif des APA. Et voilà, comme quoi le malheur des uns peut faire le bonheur des mêmes uns. Chris Jericho garnira-t-il son palmarès ? The Brian Kendrick continuera-t-il son ascension ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Elimination Chamber pour le championnat du monde poids lourd : Seth Rollins © (Gbacca) vs CM Punk (TheStraightedge17) vs John Morrison(HeelManiac) vs Mensah-X (mrcoffeeinthebank) vs vainqueur du Gauntlet Match (Bray Wyatt OU Goldust OU Dean Ambrose OU Christian) vs 1er tombé victorieux du pré-show (Trent Barreta OU Antonio Cesaro OU Vladimir Kozlov)


Seth Rollins règne en maître sur le show rouge depuis sa prise de pouvoir à Cyber Sunday. Le champion du monde poids lourd enchaîne les victoires en PPV depuis sa défaite à WrestleMania IV. De par son statut et par son aura mystique, Seth Rollins a décidé d'imposer sa patte dans l'organisation de SON Elimination Chamber. JBL a tenté d'imposer cinq membres du GANG de la Chamber en vain. Seth a menacé directement Stephanie McMahon pour obtenir ce qu'il voulait ou plutôt CEUX qu'il voulait (com)battre : Mensah-X, ancien rival ; CM Punk, celui qui l'a agressé à Destination-X ; John Morrison, ancien rival lui aussi. Seth a ajouté deux autres noms : Bray Wyatt et Trent Barreta, soit une autre idole et encore un ancien rival. Seulement, la qualification pour eux se jouera à No Way Out. Mensah-X parviendra-t-il à remettre en échec Seth Rollins ? CM Punk surprendra-t-il Seth Rollins une fois encore ? John Morrison redeviendra-t-il champion du monde ? Bray Wyatt et Trent Barreta se qualifieront comme le souhaite Seth Rollins ? Antonio Cesaro permettra-t-il au GANG de faire partie de la Chamber ? Kozlov sera-t-il l'invité surprise ? Seth Rollins remportera-t-il une nouvelle victoire de prestige ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Championnat Pure : Daniel Bryan © (Godot) vs Hunico (TheStraightedge17)


Daniel Bryan a vraiment réussi son retour à la WFA. Depuis qu'il s'est détaché des ROHginals mais qu'il continue à se battre contre le GANG, Bryan est champion. Victorieux dans un King of the Mountain épique, victorieux d'un champion versus champion face à Seth et victorieux d'un instant classic face à Cesaro, Bryan brille de mille feux. Son attitude de tricheur à la « Eddie Guerrero » pour remporter ses matchs fonctionne. Sa route semblait destinée à affronter à nouveau Cesaro lors de ce No Way Out mais... c'était sans compter sur le GANG lui-même qui a décidé de désigner Hunico comme challenger numéro 1. Cesaro désigné comme maillon faible du GANG, Orton, Stephanie et Vince McMahon ne lui font plus confiance, lui préférant ainsi Hunico. Ce-dernier s'est fait un plaisir de charrier Cesaro et d'attaquer Bryan. Hunico veut continuer son ascension au sein du GANG et Bryan veut le mettre en déroute. Cesaro mettra-t-il son grain de sel ? Bryan sera-t-il toujours champion ? Hunico sera-t-il champion ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


WFA Knockout Championship Match : Britani Knight © (Gbacca) vs Mickie James (mrcoffeeinthebank)


Enfin le match tant attendu ! Elles ne cessent de se tourner autour depuis des mois. Mickie a lentement mais sûrement placé ses pièces sur l'échiquier, affaiblissant Britani par tous les moyens possibles. Knight se retrouve sans allié, physiquement diminuée, financièrement précaire et moralement abattue. De plus, James contrôle la division et pourrait s'assurer la victoire de n'importe quelle façon. Mais la Lady a toujours prouvé qu'elle pouvait encaisser et elle a toujours eu l'ascendant sur le ring. Si l'espionne accepte de jouer selon les règles, Britani a une chance. Et c'est beaucoup plus que le titre qui est en jeu. C'est l'avenir de la division toute entière ! Est-ce la fin du règne de Knight ? Quels pires stratagèmes peut inventer une Mickie James à la fois General Manager et championne ? Bref, qui s'en sortira à No Way Out ?


DH Smith (JGabriel68) vs Randy Orton (SwantonBomb)


Ils se cherchent depuis des mois maintenant. Depuis que Orton et le GANG a manipulé tout son monde pour faire accuser et virer Triple H. DH Smith ne l'a toujours pas digéré. À Destination-X, DH Smith a livré une bataille terrible contre Roode pour défendre l'honneur de son mentor, mentor qui fut déchu quelques instants après le match par Randy Orton et Stephanie McMahon. DH Smith n'a pas oublié pendant que le GANG continuait à prendre le pouvoir à la WFA et que Orton livrait une rivalité contre Jericho. DH Smith a offert une performance exceptionnelle lors du Royal Rumble Match mais c'est surtout son intervention dans l'après-match du Orton vs Jericho qui reste dans les esprits. Depuis, la révolte est en marche. La révolte contre le GANG a bien eu lieu et DH s'est imposé comme un des leaders, et ce malgré quelques frictions avec l'inspecteur Roode. Randy Orton et DH Smith se sont attaqués l'un l'autre à tour de rôle. Alors que Randy Orton doit se focaliser sur plusieurs menaces comme la Wyatt Family, Rollins, Steen, Jericho ou encore Roode ; DH Smith n'a lui qu'un objectif en tête : Orton. Et sa revanche, il la tient... peut-être ici, à No Way Out. En effet, DH a gagné le droit de faire face à l'héritier de Vince McMahon. Nul doute que l'affrontement sera plein de rage et que l'ombre de Triple H, (ancien) proche des deux hommes, planera au-dessus de l'affrontement. DH Smith montrera-t-il l'exemple à sa révolte ? Triple H sera-t-il vengé ? Randy Orton mettra-t-il fin à la révolte ? Qui s'en sortira à No Way Out ?


Elimination Chamber pour le championnat de la WFA : Brock Lesnar © (Godot) vs Dolph Ziggler (Sexy Boy) vs The Miz (Frog Splash) vs Bobby Roode(Flying Panda) vs D'Angelo Dinero (SwantonBomb) vs 2ème tombé victorieux du pré-show (Trent Barreta OU Antonio Cesaro OU Vladimir Kozlov)


La bête est encore plus dangereuse quand elle est en cage. Auteur d'une très bonne prestation lors de la dernière édition, Brock Lesnar se retrouve seul face à cinq lutteurs qui ne sont motivés que par une seule chose : la ceinture de champion de la WFA. C'est la dernière chance pour ces cinq autres lutteurs de participer à WrestleMania V et à un de ses Main-Event. Parmi ces cinq lutteurs, The Miz et Dolph Ziggler. Les deux rivaux du moment, loin de la guerre opposant le GANG à la révolte, The Miz et Ziggler se livrent une guerre de plus en plus psychologique visant à atteindre l'autre au plus profond. L'objectif, autant pour l'un comme pour l'autre, ne serait-il pas que l'autre ne sorte surtout pas vainqueur de cette Chamber ? Dolph Ziggler fait partie des favoris puisque l'année passée, il est sorti vainqueur de cette même Chamber. Quatrième lutteur et pas des moindres, Bobby Roode. L'inspecteur Roode est le grand rival de Brock Lesnar et Roode veut vaincre encore Lesnar pour nous offrir un nouvel épisode de cette rivalité à WrestleMania V. Cinquième lutteur et invité surprise : le Pope. Toujours présent pour faire des coups fourrés ou des actes pas très catholiques, le Pope apparaît comme l'outsider que personne n'attend. Qui sera le dernier qualifié ? Le Pope fera-t-il le hold-up parfait ? Bobby Roode décrochera-t-il le Graal ? The Miz remportera-t-il un nouveau championnat du monde à la WFA ? Dolph Ziggler renouera-t-il l'exploit un an après ? Brock Lesnar sortira-t-il encore champion ? Qui s'en sortira à No Way Out ?




Si quelqu'un veut soumettre une musique officielle pour le PPV, qu'il le fasse.
Si quelqu'un veut faire une affiche ou les bans, il en sera remercié en voyant son lutteur affronté Curtis Axel en Main-Event de WrestleMania !


Vous avez deux semaines pour écrire vos promos

La route pour WrestleMania V continue !


Chaque promo compte !
Revenir en haut Aller en bas
TheStraightedge17
Grand Slam Champion
TheStraightedge17

Messages : 3093
Age : 26
Localisation : Denver, Colorado.
Humeur : Franklin, Michael ou Trevor ?

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 15:00

Si vous la voulez, elle est à vous !


Promos No Way Out 2015 10934610
Revenir en haut Aller en bas
SwantonBomb
Head Booker
SwantonBomb

Messages : 1776
Age : 25

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 15:20

Fichtre ! Merci. Elle est superbe.

J'en profite pour annoncer que les bans seront dévoilés lors de l'ouverture de l'article officiel
Revenir en haut Aller en bas
Diabolo
Hype Bro
Diabolo

Messages : 226

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 18:50

PROMO MVP: L'Histoire de ma vie en prison avant ma réinsertion du catch. PART 1

  Le verdict avait été prononcé. Encore une fois, je n'avais plus aucune nouvelle de mon frère. Je l'avais trahi pour une seconde fois, et il ne voulait plus de parler. Il ne m'avait pas rendu visite une seule fois, il n'était pas venu au procès. Le procès avait duré un mois seulement, ce qui est plutôt rapide. Il n'y avait pas de preuves pour m'inculper comme étant l'auteur de l'enlèvement et vol à main armée de la bijouterie. 18 ans de demi de prison à faire. L'enfer commençait ici.

J'étais à bord du bus qui transportait les prisonniers, le mercredi soir. Dans ce chargement, ce soir là, nous étions quatre, tous silencieux , éparpillés dans le bus, en général, tous à côté d'une fenêtre, avec un garde à nos côtés. Il faisait nuit, il pleuvait, et malgré l'éclairage dans la rue, on ne voyait  rien. Juste des trombes d'eau qui s'écoulaient le long des vitres. Mais je ne pouvais m'empêcher de tenter de regarder à l'extérieur, comme pour adminer une dernière fois les rues que je ne reverrais pas avant de longues années.

Personne ne parlait dans le bus, nous étions tous déprimés. Le temps à l'extérieur représentait parfaitement notre état d'esprit. Nous allions tous passer au minimum 10 ans en prison. L'un des détenus portait d'ailleurs la tenue orange, réservée aux détenues condamnés pour homicide volontaire. Un flic était debout, à nous dévisager pendant tout le trajet, à côté du chauffeur, avec un fusil à pompe chargé dans les mains. Il mâchait un chewing-gum en faisant un bruit immonde, et semblait stréssé, prêt à faire feu si l'on bougeait le moindre muscle.

Je préférais fermer les yeux et attendre tranquillement la fin du voyage. Je n'espérais pas une évasion surprise comme au cinéma, juste d'arriver rapidement à destination pour savoir à quoi m'attendre ces prochaines années. Après un trajet d'environ une heure, nous sommes arrivés à notre destination. le flic à l'entrée avec le fusil descendit se posta dehors en face de la porte du bus.

Un autre garde à l'arrière du bus se leva, fusil en main, et resta là-bas. Les autres policiers se contentèrent de nous faire descendre du bus, les uns après les autres. Nous marchions comme nous le pouvions, les pieds et les mains menottés, jusqu'à être à l'extérieur du bus, sous la pluie torrentielle. Le chauffeur referma les portes du bus, qui fit demi-tour. Une grosse porte en métal se referma automatiquement derrière le bus, scellant ainsi notre avenir en un éclair.

Les trois prionniers et moi même étions debout, trempés, en train d'attendre. Les policiers étaient devant nous, et rapidement un officier nous rejoignit. Il portait un uniforme, et était accompagné d"un assistant qui le suivait partout, parapluie en main pour le protéger de la pluie.

L'officier passa devant nous, en nous regardant, les uns après les autres. Il voulait que l'on comprenne bien que c'était lui qui faisait la loi ici, et que notre séjour derrière ces murs pouvait bien se passer, ou pas, mais quel que soit l'issue, c'était lui en déciderait, et personne d'autre. Après nous avoir scruté les uns après les autres, il fit un signe de tête à l'un des flics armé d'un fusil. Le flic se dirigea vers nous et se mit à nous crier dessus, tout en nous poussant avec la crosse de son fusil, pour nous faire avancer vers un bâtiment dont la porte était ouverte.

A L'intérieur du bâtiment, nous étions dans une grande salle, ou plusieurs officiers en uniformes nous attendaient. Il y avait plusieurs bureaux. Les gardes nous firent avancer en file indienne jusqu'au premier bureau. J'étais le premier de la file. On me fit d'arrêter un mètre devant le bureau, les pieds juste devant une ligne jaune peinte au sol. L'un des gardes se mit à côté de moi. J'ai vite compris que l'on allait chacun avoir un garde, pour nous mener de bureau en bureau. Le garde me regarde et se mit à crier, comme s'il n'était pas assez prêt, ou que j'étais sourd, ou tout simplement pour m'intimider.

-VIDER VOS POCHETTES ET POSEZ LES ARTICLES SUR LA TABLE SANS FRANCHIR LA LIGNE JAUNE !!

Doucement mais sûrement, je mis mes mains dans les poches de ma tenue, pour en sortir ce que j'avais. C'est à dire pas grand-chose, je n'avais déjà presque rien sur moi pendant mon arrestation. Je posais sur la table en me penchant un paquet de cigarettes, et c'était tout.

L'officier de l'autre côte du bureau attrapa mon paquet, l'ouvrit, compta le nombre de cigarettes et nota quelque chose dans un carnet.

-VOS POCHES SONT VIDES ? Me cria l'homme dans l'oreille.

-Oui monsieur !

Il m'attrapa par les menottes et m'emmena au bureau suivant, derrière lequel se trouvait un autre officier. Je m'arrêtais encore une fois devant la ligne jaune au sol. Ce fut l'officier de l'autre côté du bureau qui prit la parole cette fois, et heureusement en parlant beaucoup plus calmement.

-Nom ?
-Alvin Burke Jr.
-Date de naissance !
-28 Octobre 1973.
-Delit ?
-Enlèvement et vol à main armée.
-Parfait, en cellule !

Deux gardes me prennent par les bras et on marchaient le long d'un grand couloir. Un de gardes ouvra une porte et voici dans ma nouvelle démure.

PART 2

J'ai attendu, là, dans le noir complet, dans le silence complet également, pouvant récupérer mes forces, souffler et revenir à une respiration normale et beaucoup plus calme. J'étais nu, au sol, contre une grille en métal, les mains menottés dans le dos. Finalement sans prévenir, sans savoir combien de temps j'avais passé là, la porte s'ouvrit, et je pus discerner, après un certains temps dans l'obscurité, la sihouette de deux hommes qui se tenaient à l'entrée de la pièce.

Je n'ai pas tardé à comprendre ce qu'il se passait, la seconde suivante, j'étais tempé. L'un des hommes à l'entrée avait un tuyau d'arrosage dans les mains, et était tout simplement en train de me nettoyer. La pression était forte, je n'ai dus fermer les yeux et par moment prendre de fortes inspirations. Après ce nettoyage digne des pires films se déroulant en prison, l'autre garde s'avança vers moi et me retira les menottes.

Je pus m'accroupir et la lumière me permit enfin de discerner la pièce d'isolement. Il y avait un blanc, pas de matelas, des toilettes au bout, et c'est tout. Le garde quitta la pièce, et l'autre me lança littérament au visage ma tenue de prisonnier. Alors que je pensais qu'ils allaient simplement refermer la porte et me laisser moisir là jusqu'à ce qu'ils en oublient même mon existance, le directeur apparut, et resta sur le seuil de la porte.

-091997, vous étiez un prisonnier modèle, jamais un soucis. L'incident d'aujourd'hui me déçoit de votre part. Nous avons du conduire deux et vos camarades à l'hôpital.

Je restais silencieux et distant envers tout ces déclarations, me contenant de mettre ma tenue de la manière la plus simple tout en faisant attention à mon dos, bléssé. J'aurais bien entendu pu raconter ma version des faits, pour leur faire comprendre que Jack et moi n'y étions pour rien, mais cela n'aurait peut être fait qu'aggraver les choses, et je préférais rester silencieux, faire juste ce que l'on me demandait, et rien de plus.

-Trois mois d'isolement ! Un repas par jour, pas de douche. Pas de contact avec les autres prisonniers, pas de visite, pas de courrier, pas de cigarettes. On verra après si tu es apte à rejoindre les autres !

Le garde referma violemment la porte, me replongeant dans les ténèbres.

La suite à la prochaine session de promo.
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2375
Age : 28

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 19:21

Belle promo, Diabolo, c'est génial pour définir ton personnage, et montrer ce que tu veux en faire !

Bravo à toi ca fait plaisir de voir un nouveau qui s'investit dans la WFA Very Happy


Dernière édition par Nak le Lun 2 Mar - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 22:12

Effectivement : Bravo !
Tu as fait une bonne première promo très encourageante qui montre que tu t'investit et c'est le plus important pour nous.

Bien joué Diabolo !
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 11731
Age : 34
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Fakhr/Nature Touch

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 2 Mar - 23:14

Je glisse moi aussi un pitit mot d'encouragement à Diabolo ! (et je plussoie c'est cool de voir un nouveau qui prend pas juste un lutteur de l'e-fèd pour jamais faire de promo ensuite ^^' ).



Ensuite, je précise aux HB's que j'ai essayé de faire plus court que l'autre fois... bon c'est plus court que l'autre fois et même si j'ai enlevé plein de passages pour aller à l'essentiel (si si sans déconner, j'ai pas écris plein de trucs pour lier les scènes, pour en dire plus sur "l'univers" et pour creuser le passé des personnages pour pas me faire taper sur les doigts Razz ) c'est quand même relativement long. J'espère que vous apprécierez (précision pour ceux qui pourraient dire ( ouah en si peu de temps il en a fait long : j'ai écris ça sur tout la journée, ça aide d'être en vacances ^^' ))




Promo Seth Rollins







Dans l'immensité de l'espace, se déplace un vaisseau aussi grand qu'une planète. Ce véritable monde a à la forme d'une pyramide. En son sommet, derrière une immense baie vitrée faîte du métal transparent le plus résistant de la galaxie, lui même protégé par de multiples tours lasers et le meilleur bouclier déflecteur qui tienne encore debout dans cet univers dévasté, froid et glacé, où seuls quelques planètes subsistent après la grande guerre des mondes qui a opposé l'humanité... à elle-même et qui réduit en cendres la galaxie. Seuls les endroits, désolés, jadis quasiment abandonné ont pu subsister loin des rayons destructeurs des armes dévastatrices utilisées durant cette guerre. De ce chaos total, quelques factions sont nées. La plus puissante d'entre eux se nommaient le Gang. Le Gang est... non était, un conglomérat des plus grands aristocrates qui aient survécu à ces grandes guerres. Anciennes puissances financières et militaires, princes marchands, gouverneurs que beaucoup appelaient en secret dictateurs, voilà qui dirigeaient ce groupe. Ils commandaient une vaste armée, la plus vaste qui restât, une armée de clones, à l'image du plus grand mercenaire que l'univers ait jamais connu, Antonio Cesaro, qui fut, après création de l'armée, annihilé dit-on, dans le plus grand secret par ceux qui auraient dû lui livrer la meilleure planète qui était resté habitable. Un prix si grand que les princes marchands n'étaient, bien sûr, pas prêts à payer. Le Gang, avait failli dominé les restes de la galaxie. Ils avaient commencé à imposer leurs dures lois. Mais... le peuple qui avait tant souffert n'était pas prêt à souffrir plus encore alors qu'une petite minorité vivaient dans l'opulence la plus totale, fournie par leurs usines droïdes. Ici et là des poches de résistances sont nées... ils ont tenté de les mâter. Mais ils n'ont pas vu venir l'une d'elle. Il faut dire que cette menace avait été oubliée de tous, de l'humanité même.

Dans un passé très lointain, avant même la grande guerre des mondes, alors que l'humanité prospérait et que cela semblait devoir durer à tout jamais, un conquérant s'était levé. Certains prétendaient qu'il était humain mais qu'il avait vendu sa part d'humanité à un démon. D'autres ont affirmé qu'il s'agissaient d'un dieu maléfique. D'autres encore ont simplement dit qu'il s'agissait de la nouvelle évolution de l'humanité. Quoi qu'il en soit, cet homme était doté de pouvoirs fantastiques. Pouvoirs qui lui permirent de prendre le contrôle d'une planète isolée et lointaine, bien loin du contrôle de la république de la WFA qui avait alors le contrôle de la majorité de l'univers connu. Depuis cette planète, il en conquis d'autres. Mais personne ne s'en soucia au sein de la république. Jusqu'à ce que cet être, nommé Seth Rollins, détruisent planètes après planètes afin de créer son vaisseau-monde. Le plus grand navire de guerre de l'espace jamais créé. De nombreuses armées tentèrent de l'arrêter. Mais toutes furent vaincues. Finalement, un homme, seul, qui avait tout perdu à cause de Seth, se leva, infiltra le vaisseau et l'envoya dans un trou noir espérant détruire la menace à jamais. Sauf que... Seth, ainsi que l'homme qui l'avait vaincu, qui parvint à s'enfuir malgré l'armada de Rollins, un ancien gladiateur, comme on en trouvait tant dans les bordures extérieurs, nommé Mensah-X, avaient fini par ressortir du trou noir. Et ceci au plus mauvais moment pour l'humanité. La grande guerre des mondes étaient passées par là, le Gang qui, paradoxalement, aurait pu être la seule chance de l'humanité était affaibli par les révoltes causées par leur gestion pitoyables de l'univers en morceau. Ils tentèrent de lutter, d'abord leur leader, Randy Orton, le fils d'une lignée de gouverneurs, fut vaincu sur sa planète mère, une terre désertique où la population était regroupée au sein d'un oasis créé artificiellement par les Industries Dibiase et De Burchill. Au moment de l'attaque, Randy était occupé à mâter une révolte sur sa planète. Seth en profita et le massacra. Le Gang envoya ensuite ses hommes les plus puissants, Dibiase et De Burchill et leur armée de clones. Mais s'ils étaient de brillants marchands, ils n'étaient par de fins stratèges et leur flotte fut annihilé par le vaisseau monde de Rollins. Il n'y eut cette fois aucun survivant.

C'est ainsi que nous en revenons à notre point départ et celle salle du trône où siège au sommet d'un siège d'airain Seth Rollins, entouré de piques sur lesquelles se trouvent les têtes des chefs de guerre qu'il a vaincu. Celles des membres du Gang, celles de ceux qu'il avait combattu avant que son vaisseau soit envoyé à travers le trou noir, mais aussi celles de chefs de petites planètes qui avaient échappé au contrôle du Gang. Rollins est vêtu de sa tenue de guerre, noire, à l'exception des flammes qui recouvrent son pantalon. Il n'a aucune arme sur lui. Visiblement, il n'en a pas besoin. Il arbore un sourire satisfait alors que deux guerriers armés de pistolets lasers poussent devant lui ceux qui sont venus négociés avec lui en ce jour. Après leurs chutes, les deux personnes, un homme et une femme, ne cherchent pas à se relever, mais restent agenouillées et baissent leur tête en signe de soumission. L'un d'eux est un homme assez âgé dont la carrure, notamment pour quelqu'un de son âge, est impressionnante. L'autre est une femme, plutôt grande, dont la tenue qui laisse deviner les courbes de son corps a visiblement été étudiée pour séduire celui qui se surnomme le seul vrai dieu de l'univers, âgée d'une quarantaine d'année. Tous deux semblent en très bonne santé, et n'ont visiblement pas été atteint par les diverses maladies qui sévissent depuis la fin de la guerre des mondes, signe de leur opulence dans cette période troublée.

" Ainsi vous osez vous montrer devant moi, tonne Seth, assis sur son siège. Pensez-vous sincèrement être en position de me demander quoi que ce soit. Mon vaisseau monde est indestructible, mon armada est maintenant la plus grande de la galaxie et j'ai plus de vaillants guerriers que quiconque. Quant à vous... vous n'avez plus rien. Quelques planètes misérables, quelques droïdes de combats... et c'est tout. Vos clones, grâce aux codes de la Dibiase et De Burchill Company sont sous mon contrôle... et personne de censé n'accepterait de mourir pour vous. Personne de censé n'accepterait de s'opposer à un dieu. Alors... dîtes-moi qu'êtes vous venu quérir auprès de moi.

Nous sommes là... parce que nous pouvons vous être utile, déclare le vieil homme dont le nom n'est autre que Vince McMahon, mania de l'ambre (le carburant pour les vaisseaux c'est lui) qui a eu l'idée de fonder le Gang. Nous avons...

Vous n'avez rien, le coupe Seth. Vous ne savez même pas qui je suis n'est-ce pas ? Vous ne savez rien ! Vous n'avez rien ! Je n'ai pas besoin de vous pour gouverner cette galaxie désolée que l'humanité a laissé ! Au lieu de planter les graines d'un renouveau vous n'avez fait que semer la désolation plus encore. L'humanité n'a pas besoin de vous. Elle a besoin de moi. Moi, le seul dieu vivant qui pourra unir par la peur les stupides brebis égarées que sont devenus les humains depuis mon exil forcé. Comme je l'avais prédis alors, l'humanité s'est détruite. Sans moi pour les guider... l'humanité n'a plus aucune chance. Et vous... vous ne servez plus rien. Votre mort de ma main par contre... fera de moi celui qui ait tué l'oppresseur. Je suis un dieu. Mourrez par volonté ".

Sous les yeux de sa fille, Stéphanie, épouse de Randy en deuxième mariage, que les larmes envahissent rapidement, Vince pousse son dernier souffle. Seth ne semble avoir rien fait, si ce n'est ordonnée la mort du vieil homme. Stéphanie est horrifiée, et lance des " pitiés " à tout va. Cela semble plaire à celui qui s'est auto-proclamé le seul vrai dieu et dont la quantité de croyants ne cesse à mesure de ses conquêtes, de croître.

" Pitié hein... se moque Seth. Dieu peut parfois faire preuve de miséricorde en effet. J'aime quand on me supplie, j'aime quand on me craint, j'aime l'expression de ton visage au moment où j'ai tué ton père. Alors... si tu fais un effort peut-être survivras-tu à notre rencontre. Dis-moi jusqu'au es-tu prête à aller pour rester en vie ?

Je ferai n'importe quoi, bégaie-t-elle en pleurant, je ferai tout pour vous. Parlez, et j'obéirai.

Mais ça... répond Rollins, narquois, ce n'est pas une faveur que vous me faîtes. Vous êtes là, dans ma salle du trône, seule. A l'heure où je vous parle (une explosion résonne dans le lointain), votre vaisseau est détruit. Ma flotte a conquis la planète Masla où vous et vos derniers partisans aviez trouvé refuge. Et bientôt, sous vos yeux ébahis... je vais faire exploser cette planète pour que toute la galaxie sache ce qu'est la puissance d'un dieu. Alors... oui, vous n'avez d'autres choix que de m'obéir. Mais pourquoi vous garderai-je en vie ? Et ne mentez pas... car je peux lire en vous. Je sais que vous avez déjà trahi votre premier époux pour en choisir un plus jeune et plus ambitieux. Le poison c'est vraiment une arme de femme... soupire-t-il. Je sais aussi que la mort de votre père ne vous a pas fait autant de peine que vous le prétendez. Je sens tant de ressentiment envers-lui. Même après la chute de l'humanité, il s'est débrouillé pour garder le pouvoir. Le gang, même si officiellement c'était vous, en fait, c'était lui. Et vous le haïssez pour ça, vous qui rêviez de régner avec votre Randy dont la tête orne mes piques. Quant à moi... vous me haïssez, je le sens, mais vous me craignez plus encore. Vous avez tenté de me séduire, et ça n'a pas marché, vous avez tenté de me plaire en me demandant grâce, en pleurant votre père. Mais... je sais que la seule chose que vous voulez maintenant, c'est que j'en finisse avec vous. Que je vous libère du fardeau qu'est devenu pour vous la vie. De fait... comme je suis un dieu miséricordieux et que la vie est le cadeau le plus précieux que je puisse faire. Je vous offre la vie. Une vie de servitude, que vous passerez, ici dans la salle du trône. Ainsi tous les jours vous verrez le regard de votre époux et de votre père. Et ce jusqu'à la fin... ne me remerciez pas. Je suis trop bon je le sais. "

Seth se met alors à rire tandis que Stéphanie tente de lui sauter dessus pour l'étrangler. Mais à peine arrive-t-elle aux pieds du trône que des chaînes jaillissent et lui attrapent les jambes, la condamnant à ne pas pouvoir atteindre celui qu'elle désire détruire. Alors elle tombe, véritablement désespérée, tandis que Seth s'éclipse, passant juste à côte d'elle sans qu'elle ne tente rien. Des serviteurs arrivent ensuite, certains vont préparer la tête de Vince selon d'anciens rites pour la conserver intacte et inodore pour qu'elle puisse rejoindre la pique qui l'attend, tandis que d'autres nettoient la salle et que les derniers transportent le corps dont la destinée est d'être jeté dans le vide de l'espace.

Quelques mois s'écoulent durant lesquels Seth conquiert quasiment tout ce qui reste de la galaxie. Le peu de résistance qu'il rencontre est balayé par son armée, grandie par un nombre de fidèles de plus en plus conséquents. Cet être, qui a survécu au trou noir, qui a soumis le Gang, que rien ne semble pouvoir arrêter, est bel et bien un dieu aux yeux de l'humanité dont les espoirs et croyances ont été balayées par les guerres successives et par le règne horrible du Gang. Mais... pour les rares voix qui s'élèvent pour s'opposer à Seth Rollins, son avènement est bien plus terrible encore. Car les opposants à son régime sont systématiquement éradiqués, sans aucune forme de procès, la seule chance de survie étant de se convertir en entrant dans l'armée de la Sainte Croisade que mène Seth, évitant ainsi à son équipage de départ les combats les plus âpres, renforçant de même l'amour à la fois de ses premiers et de ses croyants pour lui. Mais tout n'est pas noir, avec la domination de Seth, certains mondes renaissent véritablement, grâce à ses pouvoirs selon les uns, grâce à des machines oubliées selon les autres. Les communications entre les différentes planètes encore habitables ont également été rétablies... et avec elles les voix des ennemis intérieurs se sont faîtes plus bruyantes. Et de cela, Seth est conscient. C'est pourquoi il décide qu'il est temps pour lui de montrer à ses adversaires l'étendue de ses pouvoirs. Ainsi, après plusieurs jours de méditations, il les a tous repéré... ces leaders. Et en un clignement d'œil, de son trône il disparaît.

Seth apparaît aussitôt, à l'autre bout de la galaxie, dans une petite planète désolée, où la nature renaît lentement. Il est dans une grotte, en face de lui, un homme contemple les richesses qu'il a accumulée ces derniers temps. Cet homme, n'est ni très grand ni très musclé, ses yeux sont entourés de cernes interminables, ces cheveux courts semblent sales, bref il ne respire pas la santé. Néanmoins, il ne paraît pas surpris parce qu'il a en face de lui. Il arbore même un sourire narquois. L'homme, dans une tenue plutôt décontractée, pantalon noir, chemise blanche, petite veste noire, bottes noires et... ceinture pleine de flingues et autres joyeusetés à but destructeur. Ses mains sont posées sur ses pistolets lasers.

" Alors ça y est, déclare l'homme, sûr de lui, tu es venu affronter ton destin.

Affronter mon destin ? Demande, visiblement sceptique, Seth.

Oui... personne ne peut me tenir tête, assure l'interlocuteur de Rollins, je suis tout simplement supérieur à tout le monde. Et même si je suis flatté que tu viennes en personne, enfin, j'imagine que tu en as assez que ma bande et moi massacrons des soldats et pillons tes planètes nourricières en toute impunité.

Ca me gêne que tu le crois, assure Rollins, froidement, et pire encore, ce qui me gêne c'est que d'autres le croient aussi. Tu n'es rien de plus qu'un petit pirate de l'espace à l'ego surdimensionné Punk. Tu crois sincèrement qu'avec tes ridicules pistolets, ou tes pathétiques bombes tu peux me vaincre.

Je ne le crois pas, se vante Cihaime, j'en suis certain. Je suis le meilleur pirate de toute la galaxie. Personne ne peut m'arrêter. Et le fait que tu viennes en personne prouve que j'ai raison.

Tu es drôle. Se moque Seth.

C'est toi qui es drôle, rétorque Punk, tu viens chez moi, au cœur même de ma forteresse, juste devant mon trésor... et ce sans homme et sans arme. Tu penses donc vraiment être un dieu hein ? Mais tu vois Seth, je crois en plein de chose... je crois que la guerre des mondes et le Gang ont été une aubaine pour des gars comme des moi...

Des misérables trop lâches pour agir quand il y a une véritable opposition ? Le pique Rollins.

Non... sourit Punk, des mecs suffisamment malin pour savoir tirer profit de n'importe quelle situation. Je n'ai pas de vaisseau de la taille d'une planète moi, je n'ai pas je ne sais quelle technologie qui te permet de faire croire à l'univers entier que tu as des pouvoirs. Non moi j'ai ma bande, ma paire de revolvers... et ma paire de couilles. La plus grosse paire de couilles de l'univers alliée au cerveau le mieux irrigué de ce qui reste de l'humanité. Pendant que toi et tes petits copains se battront pour le titre de "maître de l'univers", moi je vivrai peinard comme un pachas sur une planète que j'aurai aménagée à ma sauce. A quoi te sert ton titre Seth ? De ce que je sais... tu te contentes de rester la plupart du temps sur ton trône, seul, quand tu ne fais pas la guerre. Moi... je baise plus de petits culs que t'en verra jamais, je bois plus d'alcool que t'en produira jamais, et je fume plus de plante quand t'en fera jamais pousser. L'univers est désolé... tout coûte plus cher, alors moi je me sers. Je me sers... et ce que je veux pas je revends. L'humanité ne croît qu'en une chose depuis que l'homme est homme. Il croit au fric. Et moi j'ai du fric. Et avec ça j'achète ce que je veux. Que ça soit toi, le Gang, ou n'importe lequel des chefaillons qui pense révolutionner l'univers ou ce qu'il en reste qui dirige le navire... franchement j'en ai rien à foutre. Alors dis-moi Seth... pourquoi ne tuerais-je pas sur le champ ? Parce que pour être franc, l'ordre ça ne m'intéresse pas, ça rend mon boulot plus difficile. Et si moi je suis un vendeur de saveurs oubliées... toi tu es un vendeur d'ordre. Et puis... en venant comme ça, sans arme au cœur de ma forteresse... tu m'insultes. Et s'il y a un truc que je déteste... c'est qu'on m'insulte.

Seth applaudit ironiquement avant de répondre. Beau discours, déclare-t-il ensuite, je comprends pourquoi ta bande de petits pirates s'agrandit de jours en jours. Mais... je me fous de tes motivations Punk, autant que tu te fous des miennes. Et si tu penses pouvoir me tuer maintenant... fais-le.

CM ne se fait pas prier et tire sur le dieu autoproclamé de l'humanité. Mais... le tir de pistolet laser semble passer à travers Seth qui se contente de sourire.

Je suis un dieu Punk, que tu le veuilles ou non... personne ne peut me vaincre. Voilà ma proposition. Je vais te laisser, à toi et aux quelques grandes voix qui s'élèvent contre moi, la chance de me tuer. Et en vous annihilant tous, je prouverai à la galaxie entière que je suis Dieu. Reste brancher sur les ondes... tu en sauras plus dans quelques jours.

Et si je refuse, rétorque Cihaime.

Si tu refuse ? Demande Seth... et bien tu ne reverras plus jamais ça.

Et d'un claquement doigt, alors que le dieu disparaît... tous les trésors du pirate, y compris ses esclaves personnelles, disparaissent. Il n'a plus rien, si ce n'est son poste radio, ce qu'il a sur lui... et son premier vaisseau. Même ses hommes semblent avoir disparu.

Quel enculé... " peste Punk en réalisant ce qui vient de lui arriver, acceptant ainsi malgré lui la proposition de Rollins.


Un instant plus tard, Seth se retrouve dans une cellule de prison au sein d'un monde qui lui appartient. Un monde gelé où il a envoyé les prisonniers les plus importants. L'homme qui est en face de lui semble fatigué, amaigri, ses cheveux sont longs et sales, ses yeux ont perdu l'éclat qu'on peut y trouver dans ceux qui pensent que la vie vaut le coup d'être vécu.

" Tu es venu m'humilier, une fois encore, demande l'homme, assis au milieu de la paille entre ses excréments et sa gamelle, dont le contenu, plein de champignons, est dévoré goulûment par un rat noir au poids impressionnant.

Tu étais au mauvais endroit, au mauvais moment Trent... commence Seth. Tu aurais pu devenir un véritable messie... si tu l'avais voulu et si je n'étais pas arrivé quand...

Quand j'allais détruire Randy Orton ! Hurle Trent en se relevant d'un bond, le regard animé par la haine. C'est moi qui est affaibli le Gang ! C'est moi qui l'est détruit ! Toi... tu n'as fais que finir le travail ! J'ai résisté, seul avec mes hommes, nous étions si peu nombreux... nous avons allumer la flamme de la révolte dans l'humanité... et toi... toi ! Tu es venu et tu as vaincu Randy au moment où j'allais le détruire une fois pour toute ! J'étais là... dans son vaisseau... je pointais mon arme sur lui... quand ton vaisseau à tirer.

Je sais tout cela... répond calmement Seth. Mais je suis le seul à le savoir... tes hommes sont morts, je les ai tué, et personne n'a survécu à mon attaque contre le vaisseau de Randy pour colporter ton histoire. Tu es un héros Trent... mais tout le monde s'en fout.

Et à cause de qui ? répond Barreta, ancien leader d'une force rebelle, peu puissante, peu nombreuse, mais si bien organisée, par lui, qu'elle avait failli, à elle seule, renverser le pouvoir. Tu es sorti de nulle part... et tu as tout détruit. Je rêvais de rendre la liberté à l'humanité... et toi tu leur as offert encore plus de sécurité, encore moins de liberté, encore plus de soumission, plus d'oppression. Et le pire... c'est qu'ils t'aiment pour ça. Tu les as libéré du Gang. Tu les as sauvé... pour mieux les condamner. Pourquoi ne m'as tu pas fait tué ?

Pourquoi ? répète le dieu. Tu es bien plus amusant vivant que mort. Tu as fait la plus grande part du travail pour moi... et tu n'as rien eu. Maintenant regarde-toi. Tu n'es plus qu'une épave qui en veut au monde entier. Tu ne seras jamais un héros. Tu as manqué ton heure... à cause de moi. Pire encore, tu t'es fait capturer par le crétin de pirate de l'espace CM Punk. Et cela t'a humilié. Ton orgueil voulait que je te détruise... que je fasse de toi un martyre. Au lieu de ça, c'est le pirate qui t'a pris alors que tu fuyais mon armada. Mais ça... personne ne le sait. Pour tout le monde tu as abandonné tes hommes sur le vaisseau que j'ai détruit, tu as abandonné tout le monde, tu t'es réfugié à l'arrière d'un cargo et tu t'es fais capturer comme un minable. Tu n'es plus rien.

Et j'imagine que ça te fais plaisir hein ? Rétorque Barreta en haussant les épaules.

Plaisir ? Au début oui. Mais... j'aime ce que tu es devenu, assure Rollins. Tu es devenu un monstre d'égoïsme... tu es devenu pire que ceux que tu combattais. Je sais ce que tu veux Trent... je suis venu te le proposer. Tu veux une revanche contre moi. Tu veux me tuer, pas pour sauver l'humanité, non ça... tu n'en as plus rien à faire. Non tu veux simplement détruire celui qui t'a privé de tout ce qui te revenait de droit. Je pense que tu le mérites... mais... ce sera à toi de venir me chercher. Prends ça... et sors-toi de là toi-même. Dans l'état actuel des choses tu ne m'intéresses pas... mais venir jusqu'à moi pourrais s'avérer revigorant. Je te veux au sommet de ta forme Trent. Oh... et pour corser le challenge, dit-il en lançant une clef à son interlocuteur, j'ai filé deux clefs à deux hommes qui ont soif de revanches eux aussi.

Plus que moi ? Ca m'étonnerait... assure Trent.

Oh c'est ce que tu crois, affirme Seth. Je te l'ai dit, je te veux au meilleur de ta forme. Le premier prisonnier est là depuis que De Burchill et Dibiase l'ont soi-disant supprimé. Avant que je ne reprenne la prison. C'est lui qui est LE premier. Il ne m'intéresse pas mais... ces clones sont puissants. Donc ça te fera du bien pour te réveiller. Quant au deuxième... il faisait partie d'une communauté égalitaire et athée que j'ai écrasé avant même d'écraser le Gang. Je déteste les mécréants. Bonne chance Trent...

Seth disparaît tandis que Barreta saisit la clef et la cache dans ses vêtements. Aussitôt le dieu parti, il attrape le rat si dodu qui continuait de boulotter le contenu pourri de la gamelle malgré la conversation. Il a son repas... après quoi, il commence à faire quelques pompes.


Une fois de plus, Seth apparaît à un autre endroit de la galaxie, très éloigné du précédent. Il est dans un marécage. Autour de lui, un feu est allumé... en fait, un bûcher serait plus juste. Sur une croix en bois, une jeune femme est en train de brûler. Elle hurle alors que la chaleur des flammes lèche déjà ses jambes. Autour du bûcher, un homme, barbe large, cheveux épais, haillons pour vêtements, sourire et regard carnassier. Le gaillard est grand, costaud. Autour de lui, des dizaines, non des centaines d'hommes et de femmes, dont l'état de santé mentale comme physique semble particulièrement altéré. Comme leur gourou, ils sont les enfants de ceux qui ont survécu à l'holocauste. Ils vivent sur des planètes irradiées, où rien de naturel ne pousse, où la vie est beaucoup plus dure qu'ailleurs. Une lueur de malice se lit dans le regard du berger qui a cessé son discours lorsque que Seth est arrivé. Le gourou se met à rire.

" Je ne t'attendais pas si tôt, Seth, le faux dieu, déclare-t-il, hilare. Regardez ! Lance-t-il à ses fidèles. Regardez-le ! Le maître de l'univers est là ! Ah ah ah ! Il sait que nous existons ! Et il vient sur nos terres... sur notre territoire ! Il vient, interrompre notre dîner. Ce soir nous manger du colon ! AH ah ah ah ah ! Regardez-le mes chères brebis ! Regardez-le ce faux dieu. Croyez-vous qu'il soit venu sauver ses égarés... non... non... il s'en moque. Comme il se moque de nous. Mangez mes doux agneaux, mangez ! (Les fidèles les plus proches se jette sur la dépouille de la femme brûlée et en arrache des morceaux, cette scène se reproduit un peu partout autour des deux hommes car c'est tout un vaisseau de colons qui va être dévoré ce soir ). Regarde-les mes doux agneaux. Contrairement aux tiens, ils ne me fuient pas ah ah ah.

Et ils sont forts, continue Seth. Je sais Bray. Tes mutants dégénérés sont l'avenir de l'humanité hein ? Et tu vas les guider. Tu vas les guider jusqu'à moi... car tu penses que je ne suis qu'une fausse idole n'est-ce pas. Sauf que... mon cher, je suis un dieu... et tu n'es pas mon prophète.

Tu n'es pas mon Dieu ! Hurle Wyatt. Non, non, non... loin de là. Tu crois que tout le monde a oublié... tu crois que je ne sais rien... tu crois que je ne suis pas un prophète. Tu te trompes. Tu te trompes sur toute la ligne. Je savais que tu viendrais à moi. Oui... tu es venu plus tôt que ce que la prophétie que m'a transmise ma chère sœur Abigail m'a dit... mais je savais que tu viendrais. Vois-tu pendant que les dégénérés de l'extérieur se faisaient la guerre, préparant les grains pour ta conquête... moi j'apprenais. Et j'ai appris plein de chose sur toi, faux dieu. Tu n'es qu'un rebelle... qui vivait dans un monde poubelle à l'époque dorée de l'humanité. Et tu jalousais ceux qui vivaient dans cette lumière. Tu savais que tu ne l'aurais jamais... et tu étais malin. Je ne nie pas tes pouvoirs Seth. Tu en as... mais ils ne sont pas tiens. C'est le Mal qui te les a prêté. Vois-tu Seth... je sais que tu as été vaincu par un homme seul. Trop sûr de toi... trop sûr que la puissance t'appartenait. Tu es passé par le trou noir... tu n'aurais jamais dû en ressortir. Et c'est là que j'ai commencé à t'admirer quand Abigail m'a dit que tu avais soumis le démon qui te prêtait son pouvoir et que grâce à ce pouvoir ton vaisseau, ton équipage et toi aviez survécu à ce passage. Mais ça t'a affaibli. Et ton petit tour de téléportation t'affaiblit aussi. Alors certes... toutes ces âmes qui croient en toi te donnent une force nouvelle, te nourrisse... mais tu n'es plus celui que tu fus. Tu n'es plus invincible. Ta puissance a augmenté depuis ton retour... et tu as su être patient. Mais... ah ah ah tu sais pourquoi je suis là. Tu sais que je fonctionne comme toi. Moi aussi ces âmes me nourrissent. Mais moi... mes pouvoirs ne viennent pas du Diable. JE suis le diable. JE suis le démon. Et leurs âmes me nourrissent... et c'est pour ça que tu es là ! Parce que tu as peur de moi... peur de ce dont je suis capable... peur de ce que je suis, de ce que je fus et de ce que je serai ! Tu as raison d'avoir peur Seth. Tu n'es pas un dieu. Je vais te détrôner.

Occupe-toi déjà de régler tes problèmes Bray, lui rétorque Seth. Je sais qu'il reste des populations sur cette planète désolée qui ne sont pas comme toi... ou comme eux. Ils ne mangent pas d'autres hommes, ils ne te suivent pas aveuglément. Au cœur de ton royaume de sauvagerie il existe encore des parcelles de civilisation. Ils ont un vaisseau... tue-les, prends leur vaisseau et rejoins moi. J'imagine que tu sais déjà quand... et où cela aura lieu n'est-ce pas.

Evidemment, réplique Bray. Je vais jouer à ton petit jeu parce qu'il m'amuse... mais ne me confond pas avec eux. Je ne suis pas ta marionnette. Je ne suis pas...

Je sais ce que tu es et ce que tu n'es pas, le coupe Rollins. Et j'ai entendu ce que tu pensais de moi, faux prophète. Mais... que ça te plaise ou non, je suis un dieu et tes brebis seront miennes dès que je t'aurai écrasé. Tu n'as aucun pouvoir Bray... si ce n'est celui de te persuader que tu es le mal, et de persuader ces dégénérés que tu leur aies supérieur. Mais... la seule chose que tu sois Bray, c'est une aberration créée par la folie des hommes. Tu es l'incarnation de leurs folies, de leurs peurs, de leurs erreurs. Tu es un survivant aussi, comme tous ceux qui sont sur cette planète. Mais... tu n'es pas fait pour ce qu'il y a hors de cette planète Bray.

Je suis un loup ! Hurle alors Wyatt, coupant à son tour Seth.

Si tu es un loup, je suis un dragon. Tu auras beau hurler tout ton soûl à la lune... tu ne pourras jamais l'atteindre, alors que moi... je n'ai que deux coups d'ailes à donner pour l'atteindre ! A bientôt Bray !

Mes amis, déclare le prophète à ses bergers, après le départ de Seth, ces derniers cessant leur repas et se tournant vers lui. Il est temps de nous mettre en marche. Nous allons dévorer ce monde... puis je dévorerai la fausse idole... et vous mes enfants... vous dévorerez la chair et les os, vous boirez le sang, de ces êtres faibles qui vous ont laissé pourrir ici et qui prétendent s'appeler humains !  "


Seth réapparaît dans sa salle du trône. Autour de lui, ses piques, à ses pieds, Stéphanie McMahon en tenue de danseuse du ventre. " Mensah mon cher... quel impudent imprudent tu es. Dit-il à l'homme, portant une véritable armure d'acier, aussi dure que légère, et une épée à son côté, faîte du même acier. Tu es bien le seul à oser pénétrer mon vaisseau et à ne pas utiliser d'armes lasers. Tu étais en avance sur ton temps mon ami.

Je t'ai déjà vaincu, réplique ce dernier. Rien ne m'empêchera de le faire encore.

Mensah se jette alors sur Rollins mais au moment où son épée aurait dû toucher la peau de son ennemi, elle est repoussée loin en arrière, entraînant le guerrier avec lui dans sa chute. Mensah-X est étalé de tout son long.

Tu ne m'as pas vaincu Mensah, déclare Seth, s'avançant vers lui, sourire narquois sur le visage. Non... tu m'as repoussé... vers un trou noir. Mais même le trou noir ne m'a pas vaincu. Et sais-tu à qui tu dois la vie ? A qui tu dois d'avoir survécu au voyage ? A moi... à moi seul ! Mais... tu n'es plus rien Mensah ! Tu n'es plus que l'ombre de toi-même ! Croyais-tu que le passage allait se faire gratuitement ? Oh non... si je t'aie emmené avec moi... c'est uniquement pour te montrer à quel point ta quête a été vaine, à quel point toute ton existence a été futile. Tu pensais m'avoir vaincu... tu m'as conduit à une époque faîtes pour moi. Je suis le Dieu de ce l'humanité maintenant. Personne ne peut m'arrêter... et je vais annihiler tous ceux qui le croient ! Et tu en feras parti. Sauf que vois-tu... depuis ton petit passage, tu ne peux plus me toucher. Alors tu vas gentiment croupir dans la prison de son vaisseau, et je te sortirai de ta cage pour de déplumer petit oiseau inoffensif.

Je te tuerai Seth ! Je débarrasserai le monde de toi " !

Emmenez-moi ça, ordonne Rollins à ses hommes qui conduisent le guerrier jusqu'à sa cellule dans le vaisseau-monde. Quant à Seth, il semble pensif. " Il ne reste plus que lui " ... murmure-t-il avant de disparaître de nouveau.


Seth réapparaît dans une salle du trône, semblable à la sienne, sauf, qu'elle irradie de lumière. Aux tons sombres et pourpres de ceux du vaisseaux de Seth, l'or et le blanc se sont substitués. A la place des piques, les tables de loi, à la place de Stéphanie, une dizaine de femmes, toutes plus belles les unes que les autres, toutes présentes librement, toutes ravies d'être là. Et sur le trône, dans son manteau blancs aux éclats, doré, il est là. Derrière ses lunettes noires, il sourit. Il se lève à l'arrivée de Rollins, lâche son sceptre, puis descend les marches unes à unes. Il fait signe à ses suivantes et aux gardes qui venaient d'entrer, paniqués, de repartir. Il connaît bien Seth, il sait qu'il n'est pas venu pour le tuer... pas ici, pas comme ça.

" Ainsi c'était vrai, déclare le roi, ainsi tu as survécu au trou noir, ainsi tu n'es pas mort malgré les siècles qui ont passé...

Pas plus que toi, rétorque Rollins. Le Graal n'était donc pas une légende.

Non... affirme l'homme-lumière, ce n'était pas une légende. Après que tu m'aies vaincu sur les terres indépendantes, loin de la république de WFA... je suis parti. J'étais seul et perdu. Et c'est là qu'elle m'ait apparue... la cité de lumière. Et toute ces années, j'ai régné ici, dans la cité du Graal, dans la cité de lumière. Toutes ces années... la Lumière m'a maintenue en vie. Jusqu'à ton retour... je ne voyais pas le sens de cette existence prolongée. Maintenant je le sais Seth. Je suis le champion de la lumière, tu es le champion de l'obscurité. Nous sommes voués à lutter l'un contre l'autre, pour l'éternité. Nos âmes combattront encore bien après que nos corps soient réduits en cendres. Ce temps est le tiens Seth... l'obscurité, l'obscurantisme, le désespoir. Ton temps est terminé. Je vais apporter la lumière, la paix, l'amour, l'espoir et la renaissance à l'humanité. Grâce à moi... et même si je dois mourir pour cela, les hommes seront sauvés.

Tu es toujours aussi sûr de toi John Morrison, réplique Rollins. Pourtant c'est bien moi qui t'aie vaincu. J'ai annihilé ton armée, je t'ai vaincu toi... j'aurai dû te tuer.

Tu ne le pouvais pas, affirme Morrison. Toi et moi nous sommes liés à jamais... que tu le veuilles ou non. Sans moi, tu n'es plus rien. Sans bien... sans lumière, le mal, l'obscurité n'existent pas.

J'imagine que tu sais pourquoi je suis là... affirme Seth.

Bien sûr que je sais, répond John. J'aurai préféré que nous nous affrontions seul... mais, tu m'as vaincu autrefois, je suppose qu'il est normal que tu dictes les règles. Après tout... cette époque est la tienne. La mienne... sera celle qui succèdera à la tienne.

Tu peux quitter ta cité de lumière ? Demande Rollins.

Oui... assure Morrison. Je le peux et je le ferai. Je participerai à ce combat qui dictera le destin de l'humanité et je te vaincrai.

Parfait... déclare Seth, sans toi... alors même qu'ils ont tous oublié ton existence là bas... sans toi ce combat n'aurait aucun sens. Après tout... tu seras le seul qui se soucie vraiment du sort des êtres vivants.

Tu t'en soucies aussi Seth, rétorque Morrison. Ma lumière t'a touché, autrefois, alors même qu'elle était enfouie en moi. Le Seth d'alors se moquait complètement d'avoir une armée de fidèle autour de lui. Mais maintenant... tu prends soin d'eux, et de tes hommes. Je sais que tu l'as vu, lui, Bray Wyatt. Il est comme toi... autrefois.

Tu penses vraiment que je me soucie de ceux que j'envoie à la mort ? L'interroge Seth.

Depuis le trou noir j'en suis certains, réplique John. Ils sont la sources de ton pouvoir désormais. C'est bien pour ça que tu organises ce combat ridicule au lieu de nous tuer, purement et simplement, sans que personne n'en sache rien. Tu veux devenir... leur Dieu... et tant que nous sommes là... et s'ils ne te voient pas triompher de nous... tu sais que jamais tu n'atteindras ton potentiel maximum... et qu'un jour où l'autre tu seras vaincu. Mais c'est aussi pour nous l'occasion de t'avoir à ton propre jeu. J'espère que tu seras prêt Seth... car moi, je suis plus prêt que je ne l'ai jamais été.


Quelques jours plus tard, sur toutes les ondes, via tous les moyens de communication rétablis, un message est envoyé. Voici ce qu'il dit. " Mes chers fidèles ainsi qu'à ceux qui doutent. Ce message est pour vous. Moi, Seth Rollins, seul vrai Dieu de l'univers, déclare que dans 10 jours, je vous prouverais à tous l'étendu de mon pouvoir. Pour cela, j'ai décidé de renouer avec une très ancienne tradition. Sur une lointaine planète aujourd'hui disparue, la coutume voulait que pour distraire le peuple, s'affronte dans des arènes aux limites clairement définies les meilleurs guerriers du monde. Je vais renouer avec cette tradition... et laisser une chance à ceux qui osent prétendre que je ne suis pas Dieu... que je le suis. Vous aurez l'occasion de voir de vos propres yeux mes pouvoirs agir. Vous n'aurez qu'à regarder, désormais dans 9 jours 23 heures et 3 minutes sur la planète Terradon. J'attendrai mes opposants, et plus de doute sur ma déité ne sera toléré après ma victoire. "


10 jours plus tard, les images montrent la planète Terradon. Il n'y a que de l'eau sur cette planète, à l'exception d'un endroit, une île, de petite taille, une île déserte. Enfermé dans des petites "bulles" par des rayons tracteurs, John Morrison, Bray Wyatt, Mensah-X et Trent Barreta attendent. Quant à Seth Rollins, il est au centre de l'île, vêtu d'un pantalon noir, torse nu, ses cheveux sont soulevés par le vent... doucement, puis ils partent dans tous les sens. On voit alors un vaisseau, de petite taille, de forme triangulaire, plutôt fin, grisâtre, avec quelques traces de peintures rouges et quelques symboles dont un Sxe. Il s'agit du vaisseau de CM Punk, le dernier arrivé sur l'île. Ce dernier, ouvre le cockpit, qui se dépressiorise. Une fois cela fait, il retire son masque respiratoire et son casque. Il se lève, puis d'un salto avant, saute, atterrissant en effectuant une petite pirouette au dernier moment afin d'éviter de se casser les jambes au dernier moment. Il sourit... sort son pistolet et tire un rayon laser en pleine tête de Seth Rollins, donnant ainsi le départ de ce combat. Et aussi... la fin. Seth est tombé, il semble raid mort. " Je l'avais dit, que c'était pas un dieu, bordel ! Je suis C... " s'interrompt le pirate en voyant se relever son ennemi. Ce dernier, sourire sur le visage n'a qu'une égratignure là où devrait se trouver un trou béant. Il saigne légèrement du front mais... c'est tout.

Le pirate ne panique pas pour autant. Il sort son deuxième flingue et balance la sauce. Cette fois Seth ne ménage pas d'effet. Il reste debout, encaissant simplement les coups. Là où il est touché, seule subsiste la peau rougie. Punk a frappé précisément, le cœur, le foi, les poumons... mais rien. " Tes armes ne peuvent rien contre moi, déclare alors Rollins.
Ah oui ? " Demande le pirate avant de lancer une bombe flash. Seth ne court pas tandis que Punk se jette à terre. L'explosion est extrêmement violente. Le pirate est soulevé du sol et projeté dans l'eau dans laquelle il s'enfonce rapidement. Après quelques instants, et malgré le choc, il parvient à atteindre la surface. Il saigne du nez, et ses vêtements, une tunique rouge, ainsi qu'un pantalon noir, sont en lambeaux. Sur l'île, on ne voit que de la poussière. Cihaime sourit, sûr de lui... jusqu'à ce qu'il aperçoive une silhouette au centre de l'île. Rollins n'a pas bougé d'un poil. Seth sourit. Il avance vers le pirate qui tire, encore et encore, avec son pistolet laser. Mais cela ne ralentit même pas le dieu autoproclamé. Ce dernier est maintenant au niveau du pirate. Il arbore un sourire carnassier, avant de saisir de ses deux mains le cou du mécréant. Il le soulève dans les airs... pour ne le relâcher que lorsque la respiration du pirate a cessé. Seth balance ensuite littéralement le corps de son ennemi décédé dans l'eau comme il aurait jeté un déchet. " Au suivant " !

C'est Mensah-X qui est libéré. Ce dernier, dans sa tenue de combat, se jette, épée en avant vers Seth. Mais... la malédiction lancée par le dieu autoproclamé a toujours cours... Mensah-X est projeté en arrière alors qu'il tente de le frapper. Alors qu'il retombe lourdement au sol, il relâche son épée de métal aux propriétés incroyables... mais vaines. L'homme qui avait cru vaincre définitivement Rollins au prix de sa vie, rampe vers sa lame... mais Seth est plus prompt. Il se contente de marcher sur la lame... et d'envoyer un énorme coup de pied dans la tête de Mensah avec son autre jambe. Ce dernier tombe sur le sable, inerte, vaincu en un rien de temps. Le suivant à être libéré du rayon tracteur est Trent Barreta. Celui qui aurait pu, qui aurait dû être un héros. Il est vêtu de son pantalon de prisonnier et est lui aussi torse nu. Torse qui est couvert de cicatrices récentes, causées par son évasion. Trent fonce sur le conquérant et se jette sur lui. D'une énorme clothesline, Barreta parvient à envoyer la divinité autoproclamée au sol. Mais Rollins se remet rapidement debout. Trent ne se laisse pas surprendre et envoie un autre coup de la corde à linge. Mais cette fois, Seth l'esquive. Seth envoie alors un énorme coup de pied dans le ventre de celui qui aurait dû être un héros. Ce dernier tombe à genou tant la puissance du dieu est grande. Il crache alors une gerbe de sang. Seth, sourire narquois, le regarde de haut, jouissant de la souffrance qu'il lit sur le visage de celui qu'il avait vaincu quelques mois auparavant. Il attrape sa tête, nonchalamment. Mais au moment où il s'apprête à frapper, Trent repousse le bras de Rollins et lui envoie du sable dans le visage. Seth est momentanément aveuglé. Barreta en profite et place dans la foulée une balayette à son ennemi.

Trent regarde ensuite autour de lui. Il fonce ensuite dans l'eau à l'endroit où le pirate a été envoyé auparavant. Lorsqu'il ressort, Seth est lui aussi dans l'eau, prêt à le frapper. Mais Trent, sourire narquois sur le visage, lève un bras et déclenche un grappin magnétique qu'il a prélevé sur le cadavre du pirate. Barreta se retrouve ainsi sous le vaisseau spatial laissé en station au-dessus du ring. Seth retourne sur le sable tandis que Trent, extrêmement agile, monte dans le vaisseau. " Tu vas crever fils de pute " ! Hurle-t-il en appuyant sur tous les boutons, au hasard. Il parvient à trouver celui qui déclenche les tirs de missile et bombarde littéralement l'île. Une fois de plus, beaucoup de sable est soulevé... mais c'est tout. Trent voit alors un énorme bouton rouge. " Je crèverai pas tout seul, bâtard ". Barreta appuie sur le fameux bouton... et dirige le vaisseau vers le bas. Seth a beau courir, il n'échappe à l'explosion du vaisseau spatial au moment où il a frôlé l'île. A cause de l'explosion, les rayons tracteurs n'ont plus d'effet, libérant John Morrison et Bray Wyatt. Tous d'eux avancent sur l'île, qui ne ressemble plus à grand chose car les flots l'ont maintenant envahie. Le corps de Mensah-X est sur une partie non inondée et n'a pas coulé. John Morrison s'en approche lentement. Quant à Bray Wyatt, il rit. " Allez sors de là ! Hurle-t-il. Il en faut plus pour tuer un faux dieu " ! Exauçant son souhait, Seth Rollins, ensanglanté de la tête aux pieds, saute hors de l'eau et atterrit juste devant lui. Les deux hommes s'engagent alors dans un combat de chiffonnier. Les coups de poings et les coups de pieds sont échangés à une vitesse phénoménale, inhumaine. Mais... Seth Rollins a été affaibli par le suicide de Trent Barreta et c'est Bray Wyatt qui prend le dessus. D'une énorme droite, il envoie littéralement volé Seth sur plusieurs mètres. Puis le dévoreur de monde se met à rire. " Je suis le vrai pouvoir ". Lance-t-il.

Une main est tendue vers Rollins... c'est celle de Morrison. " Il est trop dangereux pour qu'on prenne le risque de s'entretuer avant de s'en être débarrassé ", assure John. Seth hésite quelques instants... puis prend la main du maître de la cité de lumière. Une fois Seth debout, les deux hommes se regardent, puis regardent Wyatt. John Morrison, tout de blanc vêtu, regarde Bray, dans ses haillons, puis sourit. " Qui aurait cru que la lumière et les ténèbres s'allieraient en ce jour... mais face au néant, y'a-t-il un autre choix " ? Les deux hommes se ruent ensuite sur le prophète qui fait de même. Le choc est terrible. Personne n'a reculé, tous ont envoyé les poings. Les mâchoires sont atteintes, et les trois hommes, comme des aimants se repoussant. L'atterrissage est tout aussi violent car le temps de vol a été rude. Clairement, ce ne sont pas à de simples mortels qui se combattent désormais. Bray est cependant le premier à se relever. Il se tient le dos, il crache quelques gerbes de sang, puis s'essuie d'un coup d'avant bras, avant d'avancer vers ses victimes. Rollins, lui, ne bouge plus. John Morrison quant à lui, se remet debout. " Je vois... " soupire-t-il. Son corps est meurtri, lui aussi a été gravement blessé. Mais il a le sort de l'humanité entre ses mains. Rollins semble vaincu, il ne lui reste plus qu'à terrasser Bray Wyatt. Morrison lève ses mains vers le ciel... et dans un rayon de lumière, apparaît une épée. Elle n'est faîte d'aucun métal... mais de lumière pure. Wyatt rit alors... et se baisse pour ramasser un morceau de débris pointu.

Les deux surhommes avancent lentement l'un vers l'autre. Leurs pas sont lents, leur démarche est saccadée. Ils ne sont maintenant qu'à quelques pas l'un de l'autre. Morrison prépare sa lame... mais Bray lance son arme avec qui, poussée par une force surhumaine, transperce littéralement le ventre de Morrison. Ce dernier, qui aurait dû mourir sur le coup, n'expire pas cependant. Il jette son épée... qui se fiche dans la tête de Bray Wyatt. Le prophète tombe alors, raide mort. " Merci ", déclare Rollins, sourire maléfique sur le visage, dans le dos de Morrison, agonisant. Seth se contente de pousser le corps de Morrison plus avant sur l'arme utilisée par Bray pour le transpercer. " Ainsi meurt la lumière ". Déclare Rollins, solennel malgré le piteux état dans lequel il se trouve. Le dieu autoproclamé a vaincu tous ses adversaires, a survécu à son combat. Il fais signe au vaisseau médical laissé en orbite de venir le chercher. Ce dernier descend et se pose près du corps inerte de Mensah-X, seul endroit de l'île où il peut encore se poser. Seth, avance lentement et rejoint le vaisseau dont la passerelle s'ouvre devant lui. Il fait un pas sur celle lorsqu'il sent quelque chose le transpercer. Il comprend rapidement ce dont il s'agit. L'épée de Mensah. Il jette un regard en arrière... le guerrier n'était pas mort. Il attendait simplement son heure. Et dans un dernier geste de désespoir, il s'est jeté sur Seth, et a enfoncé sa lame dans son propre corps, se tuant sur le coup. Mais... il avait frappé si fort et sa lame est si acérée qu'elle a traversé le corps de Mensah, pour que la pointe se plante dans le dos de Rollins.

Le dieu autoproclamé avance, retirant ainsi la lame de son corps, non sans hurler. Il met ensuite un genou à terre. Il aperçoit quelqu'un... mais il comprend vite qu'il ne s'agit pas d'un médecin. Il reconnaît Stéphanie McMahon dans sa tenue d'esclave. " On ne baise jamais une McMahon ", lance-t-elle. A ses côtés apparaît alors un immense androïde. " Voici la dernière création des usines McMahon. Je te présente le Brodie... un androïde invincible. Fais-le souffrir Brodie ". Les yeux du robot se teintent de rouge, puis il se met en mouvement. Il est lent, mais implacable. Il avance vers Rollins, son bras gauche se métamorphose, se changeant en lame... qui s'enfonce dans la blessure causée par Mensah. Seth hurle comme un damné. Cette fois, la souffrance est réelle, et bien plus grande que toute la souffrance physique qu'il a ressenti durant toute son existence. La main droite de Brodie saisit Seth à la gorge et le soulève en l'air. Il se tourne vers Stéphanie. Celle-ci fait un signe de tête d'approbation. Et Brodie enfonce sa lame à de multiples reprises dans le dos de Rollins. Après quoi, il le jette au sol. Seth ne bouge plus. Dans le ciel, des centaines de vaisseaux spatiaux sortent d'hyper espace. Les fidèles sont venus sauvés leur dieu. Comment peuvent-ils savoir, que leur dieu n'a pour but que de les priver de toute liberté ? Comment peuvent-ils se douter, qu'en agissant de la sorte, leur pire ennemi, une des aristocrates fondatrices du Gang pourrait les sauver ? Stéphanie veut une chose plus que tout, survivre. Alors... elle rappelle son androïde et fait un bond dans l'hyperespace aussitôt. Quant aux fidèles, ils débarquent en nombre, les premiers secours arrivent pour sauver leur dieu. Ils se penchent sur lui pour voir si son cœur bat et...



La suite au prochain numéro ! Boom Cliffhanger dans ta gueule !
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4748
Age : 29
Localisation : Dans le TARDIS.

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMar 3 Mar - 13:07

Promo Brock Lesnar



La camera démarre et nous montre un énorme bâtiment en assez mauvais état et qui semble totalement abandonné depuis des années. Un gros plan nous montre alors que nous sommes devant un ancien hôpital à quelques mètres à peine de la salle où doit se dérouler le prochain PPV de la WFA.
La caméra change d'angle et filme maintenant un certain Paul Heyman et Brock Lesnar.



Heyman : Bonsoir, mon nom est Paul Heyman. Je suis le conseillé du champion du monde de la WFA et membre du Gang Brock Lesnar ! Comme vous pouvez le constater nous sommes bel et bien devant un hôpital. Pourquoi ? Tout simplement car mon client Brock Lesnar à eu la magnifique idée de lancer un tout nouveau show pour le site officiel du Gang, The Lesnar destruction show ! (rire sadique de Paul Heyman ) Vous aimez ? Vous avez peur ? Vous êtes inquiets ? Quel catcheur de la WFA va se faire démolir par l'actuel champion du monde ? CM Punk ? DH Smith ? Peut-être plusieurs jeunes issus de NxT ? Une Divas ? Qui sait ! Personne ne peut savoir, c'est la toute la beauté de ce show.

Lesnar : Je suis imprévisible et les autres commence enfin à comprendre que rien n’est jamais planifié avec moi. Je suis là pour rester et ce malgré les embûches de tous les anti Gang qui ne comprennent pas le pourquoi de notre existence ! Les officiels de la WFA ne savent pas ce qu'ils font. Je dois réellement défendre mon titre contre tous ces sois disant catcheurs ?

Heyman (dépité) : Malheureusement oui.

Lesnar : Les anti Gang devraient me fuir comme la peste mais au lieu de ça, ils continuent à vouloir nous pourrir la vie ! Eh bien, je vais moi aussi leur pourrir l'existence, ne vous inquiétez pas ! (rire gras de Lesnar) Même si la compréhension semble quelque chose de difficile pour eux, ils vont voir que c’est très facile de me mettre hors de moi pour un période assez longue et pénible. Car en plus de la violence physique, j’éprouve un vrai plaisir à blesser les gens psychologiquement en les humiliants durant toute la rencontre.

Suite à ces mots, Paul Heyman indique au cameraman de partir.

Heyman : Continuons avec ma caméra voulez-vous ? Tel qu’annoncer un peu plus tôt ce soir pour notre Show nous allons en exclusivité aller dans cet hôpital abandonné ! Vous vous demandez le pourquoi du comment de cette visite je paris ? Eh bien un peu de patience, vous comprendrez le pourquoi de cette visite au moment voulu car nous vous réservons une petite surprise avec un invité très spécial !

Les deux hommes entrèrent dans l’hôpital d'un pas décidé. Ils se dirigent vers l’escalier pour y descendre au sous-sol.

Heyman : Nous voilà enfin arrivé à bon port mais vas-y Brock, à toi l'honneur !

Lesnar : La morgue ! Un endroit particulier avec toutes les questions, les interrogations qu’on peut avoir et qui peuvent être répondu ici même ! Une ambiance que l'on ne retrouve qu'ici... Bon je vous l’accorde il y a une odeur horrible.

Heyman : En effet, ça ne sent pas la rose !

Lesnar : Heureusement pour les autres catcheurs j'ai toujours su me contrôler pour n'envoyer personne ici.

Heyman : Tu es trop bon !

Lesnar : A mes cinq adversaires, faites gaffe car la structure dans laquelle on sera tous enfermé pourrait ressembler à cet endroit.

Heyman : Passons à une autre salle !

Après une courte pause publicitaire pour des produits Slatie made in Gang, nous retrouvons nos deux amis devant un nouvel endroit.

Heyman : Il nous reste encore une aile à aller pour ce super show, l’aile psychiatrique. Nous voici donc en psychiatrie. Là où les meilleurs hommes et femmes sur terre se trouve. Les incompris, les mal aimé… Ils y sont tous. J'ai pitié d’eux, je sais tellement ce que les gens pensent…Ils pensent qu'ils sont des rebuts de société… Ce sont des foutaises, ils sont souvent plus intelligents que ce que la société veut bien croire… Un peu comme Brodie Lee. C'est pour cette raison que j'ai validé son recrutement au sein du Gang. Avec lui, nous sommes encore plus fort qu'avant. D'ailleurs, ceux qui croient que le Gang ne réussira pas à dominer cette fédération pendant les cinq prochaines années à venir peuvent tout de suite prendre un siège et nous regarder aller.

Lesnar : Parfaitement, ceux qui trouvent que le recrutement d'un type comme Brodie est une erreur pour le Gang ignore totalement ce qu'est l'histoire de notre humanité. Dans les années sombres de la civilisation, il y avait de multiple divinité et guerrier céleste et les plus fou n’était pas confiné dans une salle bourrée de pilules…

Heyman : Oh que non… Ils étaient envoyés au combat car ces hommes-là, ou mi-hommes, n’avaient pas la faiblesse dans l’âme que les hommes ont aujourd’hui à toujours vouloir tout contrôler pour ne pas perdre la satisfaction qu’ils ont à maîtriser une vie. Le contrôle... Le désir de dominer les vies des autres et ce par la peur…

Lesnar : La peur… Une autre arme que les gens utilise les uns envers les autres. Mais ne craignez point, nous allons instaurer ce sentiment de craintes et de désespoir une marche à la fois.

Heyman : Maintenant que les lieux sont connus de vous chère fan du Gang et de Brock Lesnar, passons à ce pourquoi cette vidéo existe, Brock, je t'en pris, entre en premier dans cette salle.

Les deux hommes pénètre alors au milieu d'une pièce sombre. Un individu se trouve enchaîné contre un poteau rouillé et sale. Une odeur nauséabonde empestait la pièce. Tout juste aux pieds du de cette personne se trouve un seau remplie de sang et probablement de pisse. Un très gros chien se promenait et aboyait chaque fois que cet homme tentait de s’échapper. On pouvait même voir qu’il avait un bandage aux pieds gauches. Ce n’était pas beau à voir.

Lesnar : Je crois que nous sommes partis du mauvais pied ! (rire gras) Mais bon, tu n’as pas été très poli de ne pas me dire ton nom. Bah peu importe ! Comment va-t-on pied frère de Bobby Roode ?  

Lesnar est assis à une table et mange dans une assiette elle aussi rouillée.

??? : Je… Je… Qu’avez-vous fait à mon pied ?

Lesnar : Comment oses-tu parler ainsi au CHAMPION DU MONDE DE LA WFA ! 

Heyman : Non... Non... Non, il ne faut jamais énerver The Beast !

??? : Non non non ! Je me suis mal exprimée ! Je suis désolée ! Pardonnez moi ! Je voulais dire qu’est t-il arrivée à mon pied ?

Brock Lesnar repris aussitôt la parole l’air beaucoup plus calme.

Lesnar : Tu devrais poser la question à mon chien mais je crois qu’il est sorti prendre l’air. On pourrait faire un échange de bon procédé durant que mon ami est partie. Tu me dis ton nom et j’enlève le bandage partiellement pour voir ce qui est arrivée à ton pied gauche. Deal ?

L'homme que Brock Lesnar appelle le frère de Bobby Roode hocha de la tête.

??? : James ! James ! Mon nom est James Storm, s’il vous plaît enlevez le bandage et donnez moi des médicaments je souffre. Je sais qui vous êtes, et je suis surpris que vous ne saviez pas qui je suis car en plus je ne suis pas le frère de Bobby Roode mais s’il vous plaît… J’ai une famille.

Lesnar se lève d’un bon en esclaffant de rire. Il tape dans ses mains trouvant vraiment la dernière remarque de son invité très drôle. Puis il reprend petit à petit la parole en s’approchant de James.

Lesnar : Tu crois avoir une valeur James ? Tu crois que tu es QUELQU’UN dans cette vie ? Non ! NON ! Tu es seulement important pour MOI ! Pourquoi ? Parce que tu as un potentiel.

Heyman : Oui ! Tu es le frère de Bobby alors pas dans le sens premier du terme mais vous avez vécu tellement de belle chose ensemble dans l'autre fédération qui a fini par fermer que tu es en quelque sorte son frère et tant que tu maintiendras cette valeur… tu vivras !

Lesnar : Famille ? Tu me donne des idées James. James ? Non, j'ai beau faire, je n'aime pas ce prénom. Je vais te rebaptiser Pitié. Attend laisse-moi voir ta gueule Pitié ? Je pourrais te nommer lamentable aussi ou horreur mais j’aime bien Pitié. Les autres catcheurs me dise souvent pitié lorsqu'ils ont l'honneur de m'affronter.

Heyman : Ouais. J’aime bien.

Lesnar : Dorénavant tu te nommeras Pitié et chaque fois que je t’appellerai ou que quelqu’un t’appelleras ainsi tu répondras car c’est ton nom à partir de maintenant !

Le champion du monde de la WFA, grand sourire, observa Pitié avec une sorte de fierté.

Storm : N... Non mon nom est James. Je… AAAAAOUCH BORDEL !!! TU ES FOU !

Brock cassa le petit doigt de Pitié. Celui-ci hurla de douleur.

Lesnar : Tu as vu Pitié ? quelqu'un est arrivé d'un coup et ta cassée le doigt avant de repartir ! Je crois que celui qui t'a fait ça est d’accord avec moi. James ne te va pas ! Pitié te va à ravir. Tu n’es pas obligé de m’obéir mais je le prendrais personnellement. De plus, je n’aurais aucune pitié pour toi. Alors, tu te nommes? 

Storm : Pitié ! Pitié ! Pitié !

Brock Lesnar sourie de nouveau devant James Storm qui semble maintenant en mode survie et à bout de nerf.

Lesnar : Je suis ravie de constater que tu sembles adorer ton nouveau nom Pitié. En fait, c’est le nom que tu aurais toujours dû avoir ! Maintenant que ceci est réglée pourquoi ne pas voir ce qui se trouve derrière ce bandage.

Paul Heyman enleva délicatement le bandage et on peut voir que Pitié avait perdu tous ses bouts de doigt de pieds.

Heyman : Eh bien, tu viens d’économiser une pédicure, c'est toujours ça de gagné ! 

Pitié regarda ensuite l’assiette de Lesnar, il vit horrifié des petits morceaux de cube de viande rouge.

Storm : Q... Q... Q... Quooi ?

Lesnar : Que ce passe t-il Pitié ? Que regardes-tu comme cela? Oh je vois. Tu as l’estomac qui te travaille ! C’est une viande assez coriace, je n’ai pas eu le temps de demander à Paulo ce qu’il avait cuisinée. Je peux t’en faire goûter un bout ! Tu vois, je ne suis pas aussi méchant que les gens le prétendent.

Lesnar se dirigea vers son assiette, il la prit et avec sa fourchette il piqua une viande pour ensuite la présentée au visage de Pitié qui cracha celle-ci par terre. Lesnar s’empressa de la ramasser pour la remettre dans l’assiette.

Lesnar : La règle des 5 secondes ! Cette viande est sauvée, ouf. Ne refais plus cela Pitié. Tu dois obéir à tout ce que je te dis. Mais bon, je vais être compréhensif cette fois-ci et je vais prendre ses trois morceaux restants pour les mettre au frigo. Quand tu auras vraiment faim, tu auras de bonne protéines prête à être mangé ! Sinon, Paulo peut te préparer autre chose avec ce qui se trouve dans cette salle...

En disant ces mots, Brock Lesnar se mit à regarder le seau de sang et de pisse au pied de son invité. Celui-ci vomit instantanément lorsqu'il comprit.

Storm : Non c’est bon… C’est bon… Je vais manger la viande.

Lesnar sourie et replanta la fourchette dans la viande qu’il porta à la bouche de James Storm qui cette fois-ci la mangea et la mâcha longuement tout en pleurant.

Heyman : Si seulement Bobby avait compris comme toi ton infériorité ! Tu ne serais même pas dans cette situation Pitié. Tu vivrais avec ta famille de beau moment. C'est Bobby Roode qui t'a enlevé ta famille ! Toi et lui, vous êtes frère mais au bout du compte qu’est-ce que ça signifie s'il te cause chaque fois une multitude de problème car ce type contrairement à toi, catch toujours pour gonfler son égo et son compte en banque. A t-il demandé ne serait-ce qu'une fois aux officiels de t'engager ? Ayant mes entrées à la WFA, je peux te répondre qu'il ne l'a jamais fait.

Storm : Je ne comprends toujours pas pourquoi vous faites tout cela avec moi.

Heyman : Tu penses que tout ceci est irréfléchie n'est-ce pas ?

Lesnar : IRRÉFLÉCHIE !? Je n’ai jamais rien fait irréfléchie moi. Non. Jamais. Je me contente seulement de tracer une ligne bien définie qui montre à tous mes adversaires qui est supérieur ! Alors que Roode, hantée et remplie de jalousie, dû son incapacité à vaincre le Gang, décida de pousser la ligne trop loin. Il a osé me battre plusieurs fois ! Je n’avais plus aucune raison de vivre car je ne peux supporter un tel affront jusqu’à ce qu’un ami ici présent me parle de vengeance et d’un plan pour détruire cet inspecteur physiquement et psychologiquement ! Il est violent certes mais Paulo est dotée d’une intelligence supérieure à tous. Alors mon ami Pitié, tu peux te réjouir car tu vivras bientôt un jour glorieux. Tu m’aideras à détruire ton frère !

Heyman : Celui qui a tout fait pour pas que les officiels ne te contacte ! Il a même lancé de fausse rumeur sur toi et ta famille pour te discréditer.  

Storm : Quoi ?

Heyman : Oui, tu as bien entendu. Je l'ai même entendu en sortant du bureau de Vince que personne dans son entourage ne ralentirai son ascension et quand je repense à ce type est-ce que tu sais ce que je me dit ?

Storm : N... Non ?

Heyman : Je me dit qu'on a bien fait de t’avoir sauvé de ce monstre. On ne t’a jamais kidnappé Pitié. On t’a sauvé. Sauvé d’une mort certaine entourée de ta famille. Car à cause de lui, tu n'aurais jamais pu retrouver un boulot pour nourrir ta famille. Par contre, tu nous as nous ! Nous, on peut t’aider ! On peut te venger ! Compte sur nous Pitié. Cet inspecteur pourri ne peut rien contre moi ! Tu es ici Pitié, car tu le veux bien ! Tu as décidée d’être ici et moi je prendrais soin de toi sans jamais te laisser de côté si bien sûr tu ne te laisse pas influencée par l’horrible personne qu’est ton frère qui même après avoir tué ta carrière essaiera de faire bien pire.

Lesnar : JE DÉTESTE CES GENS LA ! NON ! POURQUOI FAIRE CELA ! DIS-MOI PITIE ?! POURQUOI DES MONSTRES COMME BOBBY ROODE ONT CE GENRE DE COMPORTEMENT ! Cela m'énerve au plus haut point ! Heureusement, avec Paulo, on est présent pour t'aider car jusqu'à présent et grâce à cet inspecteur, ta carrière fait pitié !

Storm : J... J... Je suis Pitié.

Alors que Lesnar à un sourire de satisfaction, Paul Heyman donne une bouteille d’eau à James Storm tout en lui coupant l'un des liens qui entouré sa main droite. Storm à maintenant une main libre.

Heyman : Oui Pitié, je ne sais pas pourquoi tu me le dis. Je te connais depuis toujours sous ce nom, Pitié. Tu as toujours était un Paul Heyman Guy au même titre que Brock Lesnar et tu as toujours détestée Bobby Roode.

Lesnar : Qui veux-tu venger ?

Storm : M…M….Ma famille et ma carrière !

Paul Heyman fit quelques pas avant de reprendre parole.

Heyman : Ta famille, c’est moi. Ta famille, c’est Brock Lesnar. Nous sommes ta seule famille. Tu ne vis que pour ta famille. Tu es logé. Nourrie. Par le Gang ! Sur ce mon ami, on va te laisser te reposer !

Storm : … Mer... Merci !

Lesnar : Oui Pitié, je sais. Bonne nuit.

Heyman : Nous reviendrons demain pour parler du futur match dans un EC avec notamment un certain inspecteur et de ta vengeance qui permettra à Brock de conserver son titre !

Les deux hommes quittèrent la pièce mais avant, Paul Heyman décrocha la caméra mettant fin à ce premier épisode du Lesnar destruction show !
Revenir en haut Aller en bas
TheStraightedge17
Grand Slam Champion
TheStraightedge17

Messages : 3093
Age : 26
Localisation : Denver, Colorado.
Humeur : Franklin, Michael ou Trevor ?

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMar 3 Mar - 15:47

Même si fictive, c'est une promo très personnelle, peut-être la plus dure que j'ai eu à écrire jusque maintenant. Je suis revenu à quelque chose de très sombre, donc à l'exception des HB, ou à moins d'aimer le dark, libre à vous de passez votre chemin sur cet écrit qui fera pas sauter au plafond.


- - - - - - - - -


RETOUR AUX SOURCES



Aujourd'hui :

Contrebandière (s’installe dans le canapé d’une boite VIP, en face d’un homme débraillé) : Salut toi… très cher Philip’…

??? (reluque la demoiselle) : Tu t’es mis sur ton 31 pour moi, à ce que je vois...

Contrebandière (lui jette un sachet sur les genoux) : C’est ta paye. Bien joué pour la Dibiase Bank, t’as doublé ton pactole en moins de temps qu’il en faut pour le dire. Dommage que ton partenaire ne soit pas là… Mais je suis sûre que tu sauras quoi faire de sa part.

Phil’ Brooks (compte les billets) : Hum… Je l’sais déjà, t’as raison. Je sais aussi c’que j’vais faire de la mienne mais… T’es beaucoup trop chère pour moi.

Contrebandière : Vous, les criminels… Vous devriez mieux que personne savoir que tout à un prix dans cette ville. Et tu aurais certainement du savoir aussi, à la minute où tu m’as vu…

Phil’ Brooks (suit le regard de la contrebandière vers une jeune femme, au bar) : (…)

Contrebandière (s’éloigne) : …qu’il était clair, que je n’étais pas sur le marché pour toi.

Phil’ Brooks (observe les deux femmes partir) : Outch…

Aguicheuses (des jumelles s’approchent du Punker, lui caressant les cheveux) : Hé, dis… Tu nous offres un verre ?

Phil’ Brooks : Hum… Guess’ it’s my one way ticket to midnight… Garçon ! Whysky pour ses dames. Tu connais déjà mes bails, alors un autre.

Aguicheuse 1 (tentant de lui dérober son butin, quelques minutes plus tard) : Hé… Tu bosses dans quoi ?

Phil’ Brooks (l’embrasse langoureusement avant de lui retourner le bras) : Pas si vite… pétasse.

Aguicheuse 2 : Hé !

Phil’ Brooks (jette la donzelle sur le canapé) : La prochaine fois que vous voudrez vous faire du fric, sales putes, utilisez votre bouche, ce sera moins risqué. En attendant…

Aguicheuse 2 : (…)

Phil’ Brooks (lâchant un billet de dix sur la table) : Prenez ça pour un pourboire. Putain… Je haie New York.




Six mois plus tôt :

Citation :
Le plus étonnant, se dit Phillip Brooks en se dirigeant vers sa Ford Mustang, c’est à quel point toute cette opération lui semble normale. Comprenez qu’en cette veille de fête nationale américaine, CM Punk n’est rien d’autre qu’un célèbre catcheur de la Wrestling French Addict, talent certain d’une compagnie en pleine bourre. Grande gueule, oui. Mais criminel ? Seulement en gimmick. Enfin, avant aujourd’hui. Avant que la réalité ne prenne le dessus sur la fiction, avant que son ennemi ne vienne jouer les fauteurs de trouble. Il y avait une haine viscérale entre Ted Dibiase JR et le Kid de Chicago. Une haine qui avait conduit le Fortunate Son jusqu’au plateau de Voiceless TV, saccageant en seulement quelques minutes ce que Punk avait mis plus d’un an à bâtir. Il ne s’en est jamais vraiment remis. Pire, en plusieurs mois, il n’a fait qu’accumuler les défaites sur le ring, comprenant que l’amitié qu’il portait pour Daniel Bryan et Kevin Steen ne valait rien. Ces deux-là passaient plus de temps à se toucher la nouille aux bons souvenirs de la ROH qu’à se focaliser sur le GANG. Et le GANG, ces fils de putes, étaient rudement bien entrainés. On ne peut pas passer sa vie derrière deux éphèbes du dimanche quand on veut tuer quelqu’un moralement. Le Punker, bien loin des fans, bien loin de ces anciens potes, bien loin de la meute anti-GANG qui ne servait à rien, réfléchit, pense, médite. C’est là que le plan se complique. Pendant des semaines, il se met à la recherche d’un pro, un mec sans attache qui ne reculerait pas devant un choix moral, ou une leçon d’humanité à la con. Et c’est là qu’il tombe sur ce type, Hunico. Un ancien Jarhead, vous voyez le genre ? Bon sang, il a surement passé plus de temps à récurer la gâchette de son flingue qu’à l’utiliser. Bref, Hunico réponds présent pour le job, mais à une condition : récupérer 65% de la recette finale. Ouais, faut dire que la mission est tordue. Ted Dibiase, comme tout bon riche qui se respecte, possède une firme de blanchiment d’argent aux Iles Canaries, en Espagne. Tout son fric passe par ces îles, puis revient jusqu’à cette petite ville de Green Valley, à 100 bornes de la frontière mexicaine. Pourquoi, bonne question, mais la Dibiase Bank Industries (sérieux) se trouve là-bas. Surement pour ne pas attirer l’attention, le boss étant déjà plus ou moins intouchable. Pendant de longues semaines, Punk se demandait comment toucher Dibiase au cœur, comment le faire souffrir. Les coups ne lui faisaient rien, trop éphémères. S’en prendre à sa famille ? Tellement cheap que ça ne marcherait pas. Il fallait le priver de la seule-chose-qui-compte. Le pognon. Et il se trouvait qu’en ce 03 Juillet 2014, 80% de la fortune Dibiase JR passerait par Green Valley, avant de filer en Europe pour le financement d’un puit de pétrole. Astucieux. C’est là qu’Hunico intervient. Un coup de téléphone, une prise de contact, et le voilà qui signe le job. 65% de la recette, ça fait beaucoup, mais Punk accepte. Il accepte parce que seul un mec brisé et mystérieux comme Hunico a sa confiance. Dans son esprit calculateur, Phil’ voit tout de même une infime parti de bon sens chez le Danny Trejo de la WFA. D’un autre côté, ce n’est pas l’argent qui l’intéresse mais la quenelle monstrueuse qu’il pourra faire au « fils de ». Si Hunico veut du pognon, il en aura. Brooks referme le coffre de sa voiture, une goutte de sueur perle sur son front. Un sentiment étrange l’envahit, lui donne la chair de poule, il respire lentement, ferme les yeux. Le bruit d’un chargeur derrière lui le rappelle à ses obligations. A une centaine de mètres, la Dibiase Bank Industries. Ces mecs sont définitivement cinglés.


Aujourd'hui :

La rengaine métallique du métro s’éloigne dans l’obscurité, emportant avec elle son escadron de nerveux. Les bribes de discours et la précipitation des habitués s’étirent le long des rails dans un écho indéchiffrable : New York est forcément en ébullition la veille de No Way Out. Entre chacune des rames qui ponctuent la journée de «Stress» Serge Dissept, en route pour le Madison Square Garden, c’est toute la ville qui se déplace. Une fourmilière de huit millions d’existences, à ceci près qu’elles demeurent toutes aussi pathétiques les unes que les autres. Il est presque six heures, le silence n’est plus qu’un lointain souvenir, maintenant. Une minute passe, engourdie, trébuchante, puis une autre. Le temps se décroche, s’arrête, le tumulte est de plus en plus conséquent. Il est grand temps que tout ça se termine enfin. Pennsylvania Plaza, Penn Station. Tout le monde descend. Pas trop tôt. La chaleur du tunnel menant à la sortie de secours fait presque suffoquer Dissept. Une chaleur poisseuse, intimidante. Ignorant les tristes requêtes d’un sans-abri perdu dans le froid, le voilà qui suit la foule d’un pas lourd. La lumière de la station s’émiette au loin, n’étant bientôt plus qu’un mirage magnifique troublant l’obscurité d’un couloir que seuls quelques néons illuminent. Sa main glisse sur le mur le long des graffitis. Au cœur de ce genre d’endroit, les gestes sont transparents. Personne ne le remarquera. Pour l’instant, du moins. Cette odeur de métal tiède et de poussière l’accompagne jusqu’à la sortie. On y est. L’air devient plus respirable, presque sympathique, bien que la bronca des voyageurs continue au rythme des crissements de pneus et des klaxons. Des flocons de neiges se perdent le long de son manteau, il stoppe son élan une seconde. Sa tête bascule d’elle-même en arrière, il ferme les yeux, quelques conversations bancales s’échangent sur les sièges autour de lui. Une jeune femme décline l’invitation d’un audacieux rappeur, à sa gauche, tandis ce qu’une mère tente de rattraper son fils, courant dans la neige des paquets cadeaux plein les bras. Dissept esquisse un sourire, au bon souvenir d’une époque révolue ou lui aussi se permettait de vivre. Une lueur d’excitation embrase timidement ses yeux noirs lorsqu’il découvre pour la première fois l’enceinte du Garden. Son exil n’a que trop duré. Contraint et forcé ? Pas forcément. Loin de là, même.

18h12 à sa montre, il est en avance, pour une fois. Un message s’affiche alors en silence sur son téléphone. «Tu n’es pas obligé de le faire». C’est tout, rien de plus. Il range son smartphone, ses doigts tremblent à cause du froid. Il reboutonne le haut de sa veste, passant délicatement une main dans ses cheveux, pendant que son regard se perd dans le tumulte des rues. « Je dois en arriver là, mon frère », murmure-t-il en reprenant la route. Le bruissement de ses pas au contact de la neige lui hérisse aussitôt les poils de la nuque. Les corps autour de lui ne cessent de s’agiter, de soupirer. Epuisé, il ne parvient même plus à les distinguer. Ne demeurent plus que des résonnances, des échos ricochant dans ses oreilles à intervalles régulier. Le moment est venu d’en finir, une fois pour toute. A l’abri de n’importe quel contact humain, Dissept se repose quelques instants sur un banc ravagé par la moisissure, à une trentaine de mètres de sa destination. Plongeant sa main au fond de sa poche, il effleure un morceau de papier qui lui donne aussitôt des frissons. Autour de lui, avec la brise, ses pensées s’échappent. Il aimerait que la nuit naissante lui apporte le répit dont il a tant besoin. La tête basse, il place son casque sur ses oreilles, et décide de sortir une lettre de sa veste. Tout ce qu’il aurait aimé pouvoir dire. Tout ce qu’il est, et qu’il ne peut montrer. Un silence diffus, ponctué par des flocons s’écrasant sur la lettre, envahit Dissept. Il n’a aucune envie de relire ce courrier. Il croit déjà savoir ce qui l’attend. Une note, avant de commencer. Esquisses incompréhensibles, comme les paroles de plusieurs chansons écrites par le Straightedge avant chaque paragraphe. « Devil’s Drop, Walked Out In The Snow »… Dissept branche ses écouteurs. Les premières notes s’élèvent, sans qu’il n’esquisse un seul geste. Il est assis, les yeux dans le vague, comme figé dans un ailleurs. Alors le sursaut de la musique réveille et délivre tous les flots en lui. Son corps entier se libère, le vent se lève à l’occasion et, baissant les yeux, le voilà qui entame ses propres sanglots.

Serge Dissept a écrit:




Je ne pensais pas avoir à écrire quelque chose du genre. Pas déjà. Enfermé -comme quasiment tous les soirs- dans cet appartement vide, je ne peux pas m’empêcher, à chaque fois, d’écouter ces morceaux. C’est comme si je faisais acte de pénitence, que je reconnaissais enfin ma tristesse. En vérité, j’ai toujours cru que je serais ailleurs, que je ferais autre chose de ma vie. Que j’étais promis à un grand avenir, que j’avais un don qui me ferait accomplir quelque chose d’important. Putain... Le plus dur, à vingt-deux ans, c’est d'avoir à redescendre sur terre. Quand j’y pense, j’ai toujours cru que j’aurais le temps. Le temps de voir venir, d’être quelqu’un d’autre, d'oublier quinze secondes l'homme que je suis. Putain... J'saurais même pas expliquer pourquoi je me suis toujours comporté comme le dernier des enfoirés, comment je pouvais ne plus rien ressentir pour rien, ni personne. Comment j’ai pu, durant toutes ces années, vivre d’un pareil égoïsme. Chacune de mes actions a toujours été faite par intérêt. Je n’ai jamais rien fais de gratuit, peut-être par vengeance, pour faire payer toutes les années où je n’étais pas heureux. Je ne sais pas si c’est quelque chose de normal, d’être arrivé à un point où l’on apprend à vivre dans une perpétuelle sensation d’indifférence. S’isoler volontairement pour provoquer une réaction des autres, qui n’arrive jamais. Provoquer quelque chose, en se jurant, après les non réponse des personnes qui nous entourent, que l’on n’en a finalement rien à foutre. Que ce n'est pas si grave, puisque c'était notre décision. Si c’est pas se mentir à soi-même… Depuis mon retour, j’ai tenté de garder l’état d’esprit qui était venu à moi, là-bas. Le seul endroit où j’étais vraiment moi-même, où je me sentais vivre. Où je me sentais important. Je pensais que c’était ma seule porte de sortie, mon unique moyen d’échapper à mon passé. Peine perdu. Je n’ai plus aucun moyen de fuir une tristesse quotidienne, qui ne m’a jamais permis de voir vers l’avenir. Moi, cantonné dans le passé, dans mes anciens grands moments, convaincu, les larmes aux yeux, qu’il ne pourra y en avoir d’autres. Je ne sais pas si c’est une accumulation de mauvais choix, où le destin, mais il me semble que certaines personnes ne sont pas faite pour vivre ensemble. Certaines personnes sont faites pour finir seuls. Est-ce pour ça que je me suis toujours identifié à des hommes malheureux, mauvais, incompris ? Sans le moindre doute, je suppose. Je n’arrive pas à comprendre comment j’en suis arrivé là. Je n’arrive pas à comprendre comment la solitude peut à ce point peser, comment je peux éprouver autant de jalousie pour le moindre individu touché par la réussite, moi qui ne l’ai jamais connu. Je n’ai jamais été heureux pour quelqu’un de plus chanceux, de plus fort que moi. Dans le meilleur des cas, je le méprisais. Dans le pire, je me faisais un plaisir de le rabaisser plus bas que terre, rien que pour pouvoir, l’espace d’une seconde, reprendre le dessus. Ou le ramener à mon niveau. Je débitais un nombre incalculable de saloperies dans leur dos, me faisant un plaisir de les ridiculiser, pour sauver la face. En agissant une nouvelle fois par intérêt. Pour être vu avec les bonnes personnes. Je me servais d’eux, les utilisais, puis les jetais, et me plaignais de finir seul. Tout simplement. Moi, la risée de mes camarades pendant tellement de temps. Raison pour laquelle je suis devenu une espèce de faux cul indécrottable, obsédé par lui-même, et n’acceptant aucune critique. Perfectionniste, solitaire, envers et contre tous. C’est assez ironique de voir que c’est la musique, ces chansons en particulier, celles qui maintiennent la dernière trace de volonté en moi, qui me font comprendre à quel point je ne serais jamais quelqu’un de bien. Qui n’a jamais dénigré les gens qui l’aiment pour idolâtrer le futile ? Une sensation vieille comme le monde, je suppose. Et cette foutue nostalgie… Des images qui reviennent à chaque fois que j’écoute les mêmes chansons… Des moments que j’aimerai revivre, car rien ne bien ne m’attends aujourd’hui… Et je ricane bêtement en y rependant, en me disant que je suis à côté, constamment. « In the deep » .





Je n’ai pas connu un moment heureux depuis des mois. Depuis une femme. Bizarrement, même si je n’en attendais rien, elle m’a fait comprendre ce que je me refusais à voir depuis toujours : certaines personnes ne peuvent vivre en communauté. Je suis tous les soirs chez moi, m’installant dans mon canapé à 20h15 très précise pour continuer la seule série me faisant l’espace d’une heure trente oublier à quel point je m’effondre. Sans jamais avoir pris conscience de la chance que je pouvais avoir. Je m’identifie à un personnage, peut-être deux, trouvant des similitudes entre eux et ma pathétique existence, attendant un sms de quelqu’un, n’importe qui, qui n’arrive jamais. Et quelques heures plus tard, au moment de dormir, je me dis que j’ai choisi de m’isoler. Alors que personne ne viendra pour moi, joli mensonge à moi-même. La solitude pèse. Tous les soirs je m’installe devant LOST, et après chaque épisode j’écoute toujours cette somptueuse bande-originale pour me remémorer le passé, la nostalgie me tuant chaque jours un peu plus. Je me revois avec ma famille, je me revois avec mon père, je me revois avec mes amis, je me rends compte que c’est terminé. Je n’ai jamais réussi à vivre dans l’instant. Je n’y arrive pas. J’aimerai pouvoir ne plus être bloqué dans le passé, à conserver des images qui n’ont plus lieu d’être. Et le pire, quand je me regarde dans une glace, c’est que je me demande ce qui ne va pas chez eux. Alors que rien ne va chez moi. Aujourd’hui, par exemple, je tente encore de me convaincre que le mois d’Avril 2014 fut le premier mois du reste de ma vie. Il semblerait que ce fut le dernier de la meilleure partie de la seule. C’est drôle de ne toujours pas vouloir envisager ce qu’aurais pu être ma vie avec elle, si je n’avais pas fait ce que j’avais fait. Par peur d’admettre que je me trompais ? Par principe, parce que c’était la meilleure décision que j’ai eu à prendre ? J’en sais rien… C’est peut-être pour ça que j’attache plus d’importance à ce qui m’est apporté de manière virtuelle, pour ça que je m’effondre en me voyant à travers des acteurs que j’aime tant, à ceci près que si pour eux la tristesse est fictive, la mienne est réelle. C’est peut-être ma punition. Bien que je ne crois pas au destin, mais seulement à ce qu’un homme doit faire pour survivre, peut-être… peut-être que je suis ici pour une raison. Peut-être que cette douleur, cette fausse envie d’être quelqu’un d’autre, de n’avoir aucune personnalité, si ce n’est celle que je copie aux gens que j’idolâtre, est la réponse à tout le mal que j’ai déjà pu faire aux gens qui m’aimaient, à ceux que je n’ai jamais réussi à garder auprès de moi. Aussi étrange que cela puisse paraître, même entouré d’une dizaine de personnes tous les jours, je ne me suis jamais senti aussi seul. Et le pire, c’est que même si je souffre, j’ai appris à l’accepter, car je ne suis pas fait pour être heureux. J’ai enfin accepté la réalité en face, accepté ma banalité évidente, moi qui pensait être au-dessus de tous. Phil’, je ne sais pas si tu seras devant ton écran, je ne sais pas où tu es, ce que tu fais… Mais il est temps pour toi de devenir champion du monde. De redorer ton blason, d’être enfin à la place qui est la tienne. Et tu n’y arriveras pas si je continue. Je dois remercier Vince McMahon qui m’a permis de diriger cette conférence, car c’est avec un certain soulagement que je quitte mon poste de manager. Ce n’est plus ma WFA. De toute façon, je suis pas de votre monde.


Serge.


Madison Square Garden :

Le vacarme assourdissant de l’assemblée ne s’estompe qu’au moment où Dissept ne prends place. Cette fois, nous y sommes. Il est temps d’en finir. Mr Widmore, l’organisateur de cette conférence s’installe à sa gauche, bien entouré d’une demi-douzaine de vigils. Widmore est un homme fort, d’environ 1m90, au visage comme entaillé par le poids d’un passé peu glorieux. Ancien dirigeant des New York Knicks, les différentes débâcles du club, jusqu’à son départ pour la ville de Montréal, ont eu raison de son poste. Aujourd’hui, ne lui reste plus qu’un costume à deux milles dollars et une place d’organisateur événementielle à temps plein. Surement pas la carrière qu’il s’était promis… Et face à eux, alignés les uns derrière les autres sur plusieurs rangs, une meute de journalistes à l’affut de la moindre perte d’attention, se pourléchant déjà les babines. Maquillés par un rictus sadique sur le visage, les quelques cent personnes assises devant l’estrade d’une des salles du Madison Square Garden attendent. Réfléchissent. Griffonnent et retouchent les dizaines de questions embarrassantes auxquelles Dissept devra répondre. Des vautours, tous des vautours. Du fond de sa mémoire, celui-ci exhume l’image de Vince McMahon, qui l’avait convaincu de prendre part à cette conférence de presse deux jours plus tôt. Grossière erreur. Erreur qu’il tente encore d’identifier en convenant qu’il y a du bon à travers cette initiative : une fois pour toute, il pourra tirer le rideau, comme sa lettre l’entend. Juste une lettre à lire avant de quitter la salle, rien de plus facile… en théorie. A quelques mètres, adossé au mur du fond, James Sheppard s’impatiente. Rédacteur en chef du Chicago Daily News depuis plus de quinze ans, le richissime journaliste ne quitte pas le manager WFA des yeux, lui qui pense enfin tenir au bout des doigts les preuves que Philipp’ Jack Brooks n’est plus en ordre de sainteté. L’ensemble de ses papiers sportifs, par ailleurs, ne sont pas anodins. « Punk : l’amputé du bon gout », « Retour et décadence : mais à quoi joue la WFA ? », « Vivre ensemble et laisser mourir Punk seul »… tout un tas de chroniques nauséabondes que les smarts de la Wrestling French Addict s’empressent de partager sur les réseaux sociaux depuis le retour du fils prodigue sur les rings. Aujourd’hui, alors que le soleil se couche sur les hauteurs de New York, Dissept comprends que la défense de son client ne sera pas chose facile. Revenir sur le devant de la scène a rassemblé tout un faisceau de critiques inconcevables. Au moins, dans quelques minutes, ce ne sera plus son problème. Recroquevillé sur son siège, une goutte de sueur perlant déjà sur son front, Dissept reçoit la révélation : toutes ces critiques convergent ici pour mettre un terme brutal à la carrière de son ami, pour anéantir ses dernières minutes d’homme libre et accompli. Doucement, il relève la tête et dévisage la centaine de regards fixés sur lui, comme des yeux de soldats avides. Il entrouvre les lèvres, la salle fait silence, les referme, secoue la tête. Pourquoi perdre son temps à expliquer quelque chose qu’ils ne pourront pas comprendre ? Et puis il y a cet homme. Sheppard. Le seul espèce de salaud qui ricane pendant que l’assemblée ferme sa gueule. Pas vraiment le meilleur des présages. C’est à ce moment qu’il se rend compte que jamais il ne pourra quitter la WFA. Punk et lui ont encore une chose à atteindre, avant la fin. Et devant un tel enfoiré, Dissept se remémore au bon plaisir d’en être un, lui aussi. Il ne pourra pas changer sa vraie raison d’être. Il devra une nouvelle fois faire preuve d’arrogance. Un tigre garde toujours les mêmes rayures.

Mr Widmore : Bien, on peut commencer. Que celui qui souhaite prendre la parole lève la ma…

Foule (dans un brouhaha sans nom) : Dissept ! Que se passe-t-il ? Vous avez... On devine… Depuis bientôt trois semaines… Une honte pour…

Mr Widmore : Allons allons, du calme…

Foule : Devons-nous craindre… Rumeurs sur le probable… Dans la nuit de jeudi à vendredi… Marques de désaccords… Où est…

Mr Widmore : SILENCE ! Il est absolument hors de question que cette séance d’interviews ne s’effectue de la sorte. Une question à la fois, s’il vous plait ! Mademoiselle, à vous l’honneur.

Sarah Pace : Bonsoir, Sarah Pace, d’«AMC News». Pouvez-vous nous expliquer l’absence de CM Punk aux derniers House Shows de la Wrestling French Addict ?

Serge Dissept (le regard vide, la lettre posée sur ses genoux) : (…)

Mr Widmore : Serge, tout va bien ?

Serge Dissept : Je… Oui, je…

Mr Widmore : Vous voulez un verre d’eau ?

Serge Dissept (range la lettre) : Non. Ça ira. Quelle était la question ?

Sarah Pace : Pouvez-vous nous expliquer l’absence de CM Punk aux derniers House Shows de la Wrestling French Addict ?

Serge Dissept (inspire profondément) : Excusez-moi, mademoiselle, il me semble que cet entretien est avant tout une promotion pour WFA No Way Out, n’est-ce pas ? En quoi la vie personnelle de mon client vous intéresse-t-elle ?

Sarah Pace : Dois-je en conclure que vous non plus, vous n’avez aucun élément de réponse ?

Serge Dissept (un sourire nerveux se dessine) : Hum… Très bien. La Wrestling French Addict accorde régulièrement deux à trois semaines de pause par an aux lutteurs pour leur permettre de se remettre en forme avant un match important. Punk a jugé utile de s’écarter quelques temps des rings pour profiter de sa famille et se reposer avant No Way Out. Au cas où ce qu’il se passe sur le ring vous intéresse, il tentera de devenir champion du monde poids-lourds ce dimanche.

Sarah Pace : Aucun rapport avec les incidents survenues au dernier Smackdown, donc ?

Serge Dissept (hésite) : Non. Aucun.

James Ford : Euh… James Ford, du «Washington Post». Des rumeurs de licenciements ont circulées après l’affaire Punk-Mensah, pouvez-vous nous en dire plus ?

Serge Dissept : Je pense que vous autres journalistes avaient déjà suffisamment débattus à ce sujet, non ? Si vous n’êtes au courant de rien, feuilletez le Time Magazine, ou faites-vous embauchez là-bas comme stagiaire, on sait jamais.

James Ford : Répondez, Dissept.

Serge Dissept : Répondre à quoi ? Oui, il y a eu une altercation verbale entre Philipp’ Brooks et Kofi Sarkodie-Mensah aux derniers enregistrements de Smackdown, vous le savez aussi bien que moi. J’insiste sur les noms, car c’est une affaire personnelle. Le ton est monté, ils en sont effectivement venus aux mains et oui, une nouvelle fois, Brooks a dû passer en commission de discipline pour ça. Et vous voulez que je vous dise ? Il n’en avait absolument rien à foutre. Non seulement car la WFA a bien plus besoin de CM Punk que CM Punk de la WFA, mais surtout parce qu’il défendait ce qu’il appelle une cause juste.

James Ford : Vraiment ? Vous me permettrez d’avoir un doute. Merci, Dissept.

Charles Linus : Charles Linus, pour le "MetroNews". Dissept, vous n'êtes plus apparu dans une salle de la Wrestling French Addict depuis le Royal Rumble. Auriez vous du mal à digérer les derniers résultats du show ?

Serge Dissept : Je ne suis pas apparu aux enregistrements de Raw et Smackdown parce qu'il me fallait une pause. Parce que je n'avais rien à y faire dans l’état dans lequel je me trouvais. Je sais que mon absence s'est fait remarquer... quoi qu'à dire vrai, non, j'en sais rien. Et je n'y attache aucune importance. Mais je t'assure mon pote, c'était la meilleure solution. Vous n'auriez pas aimé que je me trouve là-bas.

Charles Linus : Alors pourquoi revenir, aujourd'hui ?

Serge Dissept : Hum... Parce que Vincent Kennedy McMahon est un homme persuasif ? Parce que mon client, CM Punk, mérite une promotion avant son match de championnat ? Parce que j'aime l'air déçu sur ton visage quand tu te rends compte que t'auras rien de croustillant à te mettre sous la dent ? Trois réponses, choisis-en une.

Ben Locke : Ben Locke, pour «Sport’s Chalet». Quelle était la cause de cette altercation entre Punk et Mensah-X?

Serge Dissept : Moi.

Ben Locke : Pardon ?

Serge Dissept : Ecoutes, tu as des oreilles non ? Je te le dis, c’est moi. Punk est non seulement un ami de longue date, mais surtout un défenseur de ce qu’il pense être une cause juste. Tu veux que je te donne de quoi faire ta chronique demain matin ? Punk a vite compris que la WFA ne lui apporterait rien de plus que ce qu’il a déjà. Pourtant, même si les derniers mois de la fédération sont probablement parmi les pires que cette compagnie est connue, il continue de faire ce qu’il fait le mieux depuis gamin : discuter la suprématie des leaders. Il se trouve qu’il n’était pas d’accord avec le traitement réservé à certains lutteurs et certains managers actuellement. Il a donc gentiment fait comprendre à Mensah, pourtant lui aussi un ami de longue date, que son manager, actuel HB qui plus est, n’était plus l’homme de la situation. Ça te va ?

Ben Locke : Sur quoi se base-t-il ? Quel est le rapport avec vous ?

Serge Dissept : Okay… Bon, est-ce que l’un d’entre vous à une question concernant l’Elimination Chamber Match de ce week-end ? Ou est-ce que je suis encore le seul à voir cet entretien comme de la promo ?

Mr Widmore : Répondez à la question, Serge.

Serge Dissept : Tss… A vos ordres, grand chef. Punk se base avant tout sur mon passif en tant qu’ancien dirigeant de la compagnie. Me voir trainer dans la boue, considéré comme l’un des pires scénaristes de l’histoire, et surtout, resté connu comme celui qui aura fait de son propre poulain un champion Intercontinental de 360 jours le répugne. Ça, mon pote, il l’a fait tout seul, comme un grand. Depuis son retour, il accumule les critiques. Pas une seule victoire en Pay Per View, des bookings hasardeux, un sentiment d’incompréhension. Et tu le vois entrain de chialer ? Nope. Il fait son taff, vis sa vie, drague les minettes. Et il a bien raison, si vous voulez mon avis. Merde, t’es pas aveugle, Ben ? Je suis persuadé que toi aussi, t’as vu les derniers mois de certains lutteurs. Morrison, Jericho, Christian, Smith… Loin d’être à leur véritable niveau. Non celui qui supporte plus tout ça, c’est moi. Je pense que…

Ben Locke : Ce n’est pas la question, Serge, je…

Serge Dissept (l’interrompt) : Non laisse-moi de te répondre, s’il te plait. Le WFA Universe nous considère peut-être comme surcoté ou prétentieux, il n’empêche que jamais je n’ai pris une décision sans l’aval de mes collègues. Pire HB de l’histoire ? Et que dire de ce cher Indabank ? Tu veux qu’on parle, on va parler. Je passerais encore les détails concernant la baisse des audiences ou les vives critiques au sujet d’un Royal Rumble très moyen, je me contenterais de parler de l’homme. Punk n’a simplement pas supporté l’idée qu’Indabank, en tant qu’officiel, soit à ce point hypocrite avec le peuple de la WFA. Moi, en particulier. Est-ce que t’as idée de l’implication dont certains membres ont faits preuve ces dernières années ? Ouais. Voilà. C’est énorme. Alors laisse-moi placer du concret. Il y a quelques mois, j’ai proposé aux dirigeants de reprendre du service pour les aider dans la conception des shows, eux qui, à deux, ne peuvent forcément pas proposer le meilleur contenu possible. J’en ai même discuté avec Vince et Stéphanie McMahon, pour avoir leur opinion. Aucune réponse. Pas un bout de mail, de lettre ou d’entretien. Quelques semaines plus tard, le Royal Rumble provoque de vives critiques, à juste titre d’ailleurs. Indabank, montant sur ses grands chevaux d’homme excédé et usé par autant de dure labeur, parce que ouais, fallait pas le souler ce soir-là, z’auriez vu sa gueule dans les coulisses… Bref, il réponds aux fans en leurs assurant que les feuds pourraient être modifiés et discutés entre manager et officiels. Punk n’étant pas satisfait de son angle autour de Trent Barreta, je m’exécute, et propose une discussion à ce même Indabank via les réseaux sociaux. Aucune réponse. Une semaine plus tard, j’apprends que le manager de John Morrison est élu conseillé pour le déroulement des axes concernant la « lumière », et que le patron de Brodie Lee est officiellement consultant WFA. Tu veux le comble ? C’est le gars qui devient conseiller à ses propres storylines qui m’appelle sur ma ligne directe pour m’assurer son « soutien » vers les sommets. Ledger, si tu me regardes, ça fait un moment que j’ai appris à gérer mes bails tout seul, laisse tomber. Alors passe encore l’égo démesuré et les décisions discutables, mais ça, c’est un peu trop au gout de mon client.

Ben Locke : Vous n’avez pas peur de mettre votre lutteur dans le rouge avec ce genre de propos ?

Serge Dissept (ricane) : Tu veux que je te dise ? Avec ce trio au sein de la Wrestling French Addict, on a vite compris qu’on se retrouverait jamais là où on doit être. On n’attend plus rien de cette fédération, et quand Punk l’a fait comprendre à Mensah, les choses ont dégénérées. Bon, tu le connais cela dit, il a dû y mettre les formes pour énerver le ghanéen. Et puis je vais te dire, balancer dans mon dos, et parodier ce que nous sommes, c’était déjà le cas bien avant cette conférence, mon pote.

Miles Cortez : Bonjour Dissept, Miles Cortez pour «ESPN», la télévision. Doit-on s’attendre à des sanctions à l’encontre de CM Punk dans les prochains jours ?

Serge Dissept : C’est possible, je n’en sais rien. Tu oublies que le pire HB de l’histoire à jeter l’éponge il y a plus de deux ans maintenant, alors j’suis pas sûr d’être encore dans leurs petits papiers. Je verrais ça en même temps que toi, je suppose. Si Punk est sanctionné, il l’encaissera et rebondira. Comme toujours. Tu t’attendais peut-être à une autre réponse, mais il me semble normal de protéger mon équipe.

Miles Cortez : Merci, monsieur.

Penelope Hume : Monsieur Dissept, le «L.A Weekly» à récemment établi la liste des 10 lutteurs les plus méritants pour assurer le show à Wrestlemania. Comment analyser vous l’absence de CM Punk ?

Serge Dissept : C’est normal. Les gens ne veulent plus d’un CM Punk en haut de la carte, dans le meilleur des cas. Dans le pire, ils s’en foutent.

Penelope Hume : Alors qu’est-ce qui vous pousse à continuer ?

Serge Dissept : On continue pour la même raison depuis toujours : pour le plaisir d’emmerder ceux qui seront contre nous.

Penelope Hume : (…)

Serge Dissept : Où serait le plaisir de devenir champion du monde, sinon ?

Michael Linus : Bonsoir, je travaille avec mademoiselle Hume et j’aimerai revenir sur des questions plus en rapport avec notre sujet. Quelle performance voyez-vous CM Punk établir lors de l’Elimination Chamber ?

Serge Dissept : Tu veux dire, quelle performance est-il capable de faire, où quelle performance va-t-on lui donner ?

Michael Linus : Euh… Commençons avec la première.

Serge Dissept : Nous avons beaucoup de respect pour Seth Rollins. Pour pas te le cacher, ce sera très dur d’aller chercher le titre sur son terrain. Mais si un type est capable de le faire, c’est bien CM Punk. Bordel, vous avez vu le délire autour du World Title ? Morrison, Punk, Rollins, Mensah, Wyatt… Un tableau de chasse cinq étoiles. J’pourrais même pas te décrire le nombre de jours de règne que ces gars représentent. Ils sont tous en mesure de repartir l’or autour des hanches, mais là où on connait les faiblesses de trois d’entre eux, Punk, lui, à un avantage : l’indifférence.

Michael Linus : L’indifférence ?

Serge Dissept : T’as tout compris, John Wayne. C’est surement le plus drôle quand on s’appelle Phil’ Brooks. Tout le buzz ahurissant placé autour de l’Hurricane lors de son arrivée, les défaites à outrance, la non rivalité contre Trent Barreta… On en aurait presque oublié jusqu’au nom de CM Punk dans les tribunes. Alors comment voulez-vous déceler sa faiblesse ? Aucun des lutteurs cités précédemment n’a déjà affronté le Punker. Rollins lui-même dit vouloir faire passer un message. Lis entre les lignes, le marchand de papier. Le gars est complètement paumé ! Il ignore comment affronter Punk, il ignore tout de lui grâce à ces chers HB qui ne nous accordent aucun crédit. Et si je dois vous rappeler son passif à la WWE, vous serez pas sans remarquer à quel point le statut d’underdog lui colle à la peau. J’ai pas raison ? Putain, quand je pense que nous sommes meilleurs que les trois quarts de ces guignols, managers compris…

Michael Linus : Je…

Serge Dissept (l’interrompt) : Laisse-moi te rafraîchir la mémoire. Il y a trois semaines, Kevin Steen, le lutteur le plus méritant depuis David Arquette, a battu mon homme en plein centre du ring. Clean, sans tambour ni trompette. Deux jours plus tard, tu pouvais voir son manager tweeter ces quelques mots : « Battre Punk ? Une habitude ». Sauf que de nos cinq confrontations, amigo, on mène toujours 3-2. Ce que je veux te faire comprendre, Michael, c’est qu’on a tellement considéré CM Punk comme un personnage de seconde zone qu’il a fini par laisser son statut de meilleur au monde dans le vestiaire avec le plus grand plaisir pour ne plus attirer l’attention. On ne le remarque pas, et c’est ça l’avantage. Prends John Morrison, par exemple. Ce type est exceptionnel, brillant, et bourré d’un spotlight qu’il mérite par-dessus tout. Tu parles d’une galère ! Même mon voisin Jordan pourrait le taper en un contre un, maintenant. Ses faiblesses font la une des magazines, quand nous, on ne figurerait même pas dans la rubrique nécro’. C’est un Fun Lovin’ Criminal maintenant, et s’il doit se planquer sous le ring pendant une heure pour attendre l’élimination propice en fin de match, il le fera. J’ai répondu à ta question ?

Michael Linus (gêné) : Hé bien euh… Oui.

Serge Dissept : Formidable.

Richard Eko : Bonsoir, Dissept. Le «MetroNews» aimerait savoir ce qui vous permet d’affirmer avec une telle certitude que vous êtes les plus méritants, vous et CM Punk, pour devenir le visage de la Wrestling French Addict ? Les résultats parlent pourtant contre vous…

Serge Dissept : Parce que tu vas me dire que les autres le sont ? Que des mecs comme Kendrick ou Kozlov le sont ? Je le sais, c’est tout. On l’a prouvé. Et on le prouvera encore. Puisque vous aimez les faits et les chiffres, je vous laisse le CV de mon client, vous verrez. Trouvez-moi un autre talkshow, par exemple, et là on discutera.

Daniel Kwon : Daniel Kwon, pour le Time. Tout d’abord, merci pour la pub’ faites précédemment.

Serge Dissept : Je vous en prie.

Daniel Kwon : Ma question est : des cinq autres prétendants au Title Picture, lequel redoutez-vous le plus ?

Serge Dissept (réponse sèche) : CM Punk.

Daniel Kwon : Euh… Quoi ?

Serge Dissept : T’as compris. Pour vaincre CM Punk, je redoute fortement CM Punk. Et éventuellement un mauvais match des Bulls la veille, ou une mauvaise pipe de Renee Young. Oh me regarde pas comme ça, tout le monde est au courant, nowadays.

Mr Widmore : Bien. Encore deux questions avant de laisser l’estrade à Kevin Ledger.

James Sheppard (prends la parole, l'air suffisant) : James Sheppard, pour le Chicago Daily…

Serge Dissept (le coupe) : Ouais, je sais qui vous êtes. J’ai lu vos articles.

James Sheppard : Ils ne vous sont pas destinés, mais… content d’apprendre que même un type comme vous peut payer l’assurance de ma Jaguar.

Serge Dissept : Tout le plaisir est pour moi, grand chef.

James Sheppard : Vous devez savoir pour qui je travaille, et surement la raison de ma présence ici. Green Valley. Mai 2014. Ça ne vous rappelle rien ?

Serge Dissept (baisse les yeux) : Je… J’vois pas de quoi vous parlez.

James Sheppard : Oh si, je crois que tu le vois très bien.

Serge Dissept : Voyons voir… Mai, mai… C’est que ça remonte à un bail, Sheppard. Ah si, bien sûr. C’était un jeudi, j’crois qu’j’suis allé m’acheter des clopes au drugstore…

James Sheppard : Fous toi de ma gueule, enfoiré.

Serge Dissept : Oh ça parait plutôt bien parti.

James Sheppard : Tu sais aussi bien que moi où étais CM Punk le 24 Mai 2014.

Serge Dissept : (…)

James Sheppard : Ok. C’est ta dernière chance.

Serge Dissept : Te prends pas la tête, ce que t’invente passionne que toi.

James Sheppard : Très bien. C’est toi qui vois. Le 24 Mai 2014, une petite banque de Green Valley est attaquée par deux hommes, une heure seulement après la livraison de 300 milles dollars en liquide. Bien qu’on ne les ait jamais retrouvés, les rapports indiquent un homme métissé, d’origine mexicaine, et un grand gaillard d’un peu plus d’un mètre quatre-vingt. Le type, d’après les dire d’un des otages, menait une espèce de vendetta contre un certain Ted Dibiase JR, propriétaire de la dite banque de Green Valley. Intéressant, non ?

Serge Dissept : C’est quoi ça, un procès ? Parce que t’as loupé ta vocation, Lincoln.

James Sheppard : Quelques heures plus tard, on retrouve les corps d’un homme d’une quarante d’années, gisant sur North Road, à cent bornes de Chicago. Ce serait de l’ordre du macabre, si seulement on n’avait pas aussi ramassé le corps de son môme, juste en dessous du sien. T’as toujours la mémoire qui flanche ? La voiture qui stationnait avec eux était une Ford Mustang de classe 1998, avec plusieurs impacts de balles sur le pare-brise. Pareil à celle utilisée par notre duo internationale pour choper les biftons. Drôle de coïncidence.

Serge Dissept : Impressionnant. Et après ça, tu vas nous dire qui a vraiment tué Kennedy ?

Mr Widmore : Où voulez-vous en venir, Mr Sheppard ?

James Sheppard : Tu veux leur dire, ou je le fais ? Oublies pas que le proprio’ du Chicago Daily News, c’est Ted Dibiase JR.

Serge Dissept : (…)

Mr Widmore : Répondez, Dissept.

James Sheppard : (…)

Serge Dissept : (un temps, puis se lève, excédé) : VAS TE FAIRE FOUTRE, MERDE !

James Sheppard (ricane) : Merci, Serge.

Serge Dissept : T’AS ABSOLUMENT RIEN CONTRE NOUS ! Toutes les rumeurs sont erronées ! J’ai plus rien à foutre ici.

James Sheppard (se lève à son tour) : Ah ouais ? Alors tu vas peut-être nous expliquer comment Phil’ Brooks est responsable de la mort d’un père et de son gosse ?!? HEIN ? C’EST SON SALOPARD DE MEXICAIN QUI LUI A FORCER LA MAIN ?

Mr Widmore : Allons, silence !

Serge Dissept (murmure) : Tu peux rien prouver…

James Sheppard (s’adressant à l’auditoire) : Le 24 Mai 2014, CM Punk est absent de la séance d’entrainement initialement prévue à New York pour une durée de 48 heures…

Serge Dissept (se prend la tête dans les mains) : Tu peux rien prouver…

James Sheppard : A l’instar bien sûr d’Hunico ! Notre ami Ricoré mexicain lui aussi mystérieusement porté disparu, mais aperçu par un groupe de fan au Nouveau Mexique le… 23 Mai 2014. Avouez que la…

Serge Dissept (bondit sur le journaliste) : JE TE TUERAIS !

Mr Widmore : Dissept, non !

Il n’est plus tout à fait lui-même quand il plaque Sheppard avec force sur le sol, sous les hurlements d’une foule abasourdie. Personne n’a le temps de comprendre. Et, au fur et à mesure que le poing du manager entre en contact avec le visage du journaliste, Dissept devine qu’il est déjà trop tard. Les coups s’enchainent au rythme des questionnements du public. Un premier vigil vient séparer les deux hommes… mais c’est Sheppard qui fonce maintenant vers le straightedge. Dissept est sur la défensive. Aveuglé par une rage évidente l’envahissant chaque seconde un peu plus, il préfère encaisser, sous les yeux d’une foule évacuant la salle. Sheppard tente de l’emmener au sol, tout va très vite, trop vite. On se croirait dans un match de lutte moderne. Bordel, tu parles d’un coup du sort... Tout est bon pour éclater la gueule de l’autre, le faire s’étouffer en avalant ses dents. Dans les deux cas, soyons honnête, ils sont allés beaucoup trop loin. Boum, uppercut. Un filet de sang s’échappe de sa bouche à une vitesse folle. Il l’avait pas vu venir, celui-là. Son arcade s’ouvre aussi sec, pas de bon augure pour la suite. Sa vision des choses se trouble, il ne se rend même pas compte qu’il tombe à la renverse, un genou sur le cou. Les patates déroulent, sa respiration se coupe. Ok, plus le temps de jouer au con. Il balaye son vis-à-vis qui s’écroule lui aussi sur le sol. Et puis, plus rien. Un sac en toile s’engouffre sur son visage, et le voilà brusquement éjecté du Garden. Le visage en sang, il dévale les escaliers et tombe à la renverse, sonné. Les minces remous qui l’agitent encore s’endorment avec ses pensées. Ses yeux se ferment, s’ouvrent, puis se ferment à nouveau. Le vent de la nuit soulève quelques-uns de ses cheveux, lui que personne ne vient aider. Le grondement en lui est sauvage, intense, indicible. Il tente de se remettre debout, mais n’y parvient qu’au troisième essai. Ses gestes ont quelque chose d’impossible à réaliser : ses doigts, ses talons, cet élan qui, à lui seul, parvient à exprimer la détresse de cet homme sont engourdis.


New York City :

Le temps est plus long, il rampe jusqu’à l’arrêt de bus le plus proche, et s’aide d’une rambarde pour s’asseoir. Il ôte sa veste, arrache une manche de sa chemise qu’il place délicatement sur ses blessures. Sans doute ce qu’on appelle le karma. L’ironie. Les passants, les voyageurs et même le conducteur de la navette le ramenant à l’hôtel le dévisagent. Il doit montrer trois pièces d’identités à l’accueil pour que la jolie blonde qu’il draguait la veille ne veuille bien lui ouvrir. Sans succès. Pas dans cet état. Et le voilà refoulé dans un bar miteux, en plein Brooklyn. Cet ailleurs, il le connait bien. Un match des Red Sox sur l’écran géant du rade, juste au-dessus d’un groupe de bikers réglant leur compte au billard. Et la lettre, dans sa main droite. Cette même lettre qu’il devait lire lors de la conférence de presse. Avec le recul, il aurait mieux fait. Esquissant un sourire masqué par sa douleur aux molaires, il imagine la tête des journaux locaux, demain matin. «Un promoteur pète les plombs en plein interview», «Hécatombe au Garden», «Avantage Seth Rollins»… Ca aura le mérite de faire marrer Punk, c’est déjà ça. Et puis, de toute façon, la comm’, c’est définitivement pas leur fort. Aujourd’hui n’est qu’un mauvais jour parmi tant d’autres. Une journée longue, très longue, comme à rallonge. Il y a des moments, comme ça, plus long que les autres. Et ce n’est qu’à l’attaque de son sixième verre qu’une jeune femme vient s’asseoir à côté de lui. La trentaine, bien masqué par un superbe maquillage. Son expression est triste, parfaitement conjugué avec une attitude pour le moins direct. Elle pose délicatement une main tiède et sensuelle sur la cuisse du manager, qui n’y prête aucune attention. Elle s’allume une cigarette avec la beauté d’un ange, son parfum envahit les poumons du bienheureux. Pas le moindre regard ne lui est pourtant lancé. Il porte son verre à ses lèvres, s’amuse avec un paquet d’allumette qu’elle vient juste de déposer en face de lui. Un bien maigre réconfort, au vu de sa journée.

??? : Je n’ai jamais rencontré quelqu’un d’aussi triste que vous… Cette expression sur votre visage, ce regard vide… Qu’est-ce qui peut à ce point vous tourmenter ?

Serge Dissept (jetant un œil sur le match de baseball) : Les Red Sox… Sinon quoi d’autre.

??? (se présente) : Je m’appelle Tasha.

Serge Dissept : Hum… A la vôtre.

Tasha : Qu’est-ce que vous faites ici, l’homme aux mystères ? Vous êtes venu délivrer une charmante jeune femme de sa détresse ? M’enlever de cette interminable descente aux enfers ?

Serge Dissept (froid) : J’avais seulement besoin d’un paquet d’allumette.

Tasha : Oh… Pourquoi cet air si sérieux ? Monsieur serait difficile à…

Serge Dissept (l’interrompt) : Il y a une dizaine de mecs paumés ici, ma grande. Choisis en un autre.

Tasha : Noooon… Hors de question. Mignons, mais idiots… Ils ne pourraient pas m’atteindre, même si je le voulais…

Serge Dissept (fini son verre) : Intéressant…

Tasha : De quoi est-ce que tu as peur à ce point ? Tu penses pouvoir me briser le cœur, c’est ça ?

Serge Dissept : Je l’écraserais.

Tasha : Dommage… Moi qui aime ce genre de déconvenue, du moment que le job est bien fait… Alors, qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que tu fais là, seul ? Un rendez-vous ? Est-elle plus belle que moi ?

Serge Dissept (lui adresse enfin un regard) : Plus belle serait impossible…

Tasha ( se rapproche, plongeant son regard dans le sien) : Plus sexy… ?

Serge Dissept (un temps) : Si quelqu’un d’autre se pointe d’ici là, Tasha, on le découvrira tous les…

??? (derrière eux) : Du Red Bull ? Yes, man ! Putain, j’avais peur de voir autre chose !

Serge Dissept (sans se retourner) : Hum… Salut, Phil’.

Tasha (quitte les deux hommes, alors que Punk s’installe à la gauche de son manager) : Tu peux faire mieux…

Serge Dissept : (…)

CM Punk : Alors frangin, on fait des heures sup’ ? Madison Square Garden, hein ? I’m good with that, mais essaie de rester soft, la prochaine fois. Qu’est-ce que tu lui as mis dans la tronche à l’autre intermittent du spectacle !

Serge DIssept : Quoi ?

CM Punk : T’étais filmé, vieux ! Et j’ai adoré. Avec une promo comme ça, si on flambe pas niveau rating, je sais pas ce qu’il leur faut ! Sheppard… Personne n’a retenu ses propos, n’est-ce pas ?

Serge Dissept : Non… Ils étaient trop flippés avec notre baston. Et si tu trouves que je fais peur à voir, tu l’as pas vu.

CM Punk : Fantastic’ ! You see, j’suis désolé que t’en sois arrivé là. J’voulais pas éclater la tronche de Mensah, au début. Mais c’est ça, la Wrestling French Addict. On peut compter que sur nous-même. J’vais ramener le titre à la maison, Serge. J’crois qu’on se le doit.

Serge Dissept (fixe son verre) : Ouais…

CM Punk : J’te demande juste de me faire confiance. Les officiels on les emmerde, et crois-moi que je sais comment utiliser le pognon du GANG. L’agression de Mickie James a marché comme prévu. Brock Lesnar l’a jamais vraiment digéré, et avec les problèmes entre Orton, Cesaro et le reste du groupe, ce sera bientôt plus qu’une histoire ancienne. C’est maintenant qu’il faut montrer ce qu’on sait faire. Dans la Chamber, j’essaierais d’être au niveau de ta promo de ce soir, au Garden. Et, you know, on sera les plus gros fils de putes que la WFA est connu. J’ai « parlé » à Bray Wyatt, la semaine dernière. Enfin, parler, c’est un grand mot. Il veut la tête de Rollins. Exactement comme c’bon vieux Mensah. Shit, c’est vraiment règlement de compte à OK Corral, leur bordel ! Une chance que le titre poids lourds soit en jeu, sinon, je me serais rudement fait chier entre toutes ces querelles d’abrutis. J’te pari que Seth Rollins remarquera même pas l’or autour de mes hanches, quand je… Qu’est-ce que t’as dans la main ?

Serge Dissept (range aussitôt la lettre dans sa poche) : Rien.

CM Punk : Serge ? Yo, Serge ? T’es sûr que ça va ?

Serge Dissept : … Ouais.

CM Punk : Je vois ça, négro ! Tu m'...

Serge Dissept : Comment tu m'as retrouvé ?

CM Punk : Quoi ?

Serge Dissept : New York, le Garden, ce bar... Comment tu m'as retrouvé ?

CM Punk : La télé, mon pote ! J'étais déjà en ville quand je t'ai vu sur les écrans d'USA Network. Je devais conclure avec une petite hôtesse de l'air habitant à l'angle de la 8ème et de la 37ème quand je suis tombé sur toi. Je me suis pointé au Madison, on m'a expliqué la mésaventure... Et deux ou trois bars plus tard, me voilà. C'est un problème ?

Serge Dissept : Non... Non, pas du tout.

CM Punk : Bon… Tu veux que j’te commande une pizza, ou bien ? J’ai des adresses de folie, si tu…

Serge Dissept (l’interrompt) : Ça ira. Merci, Philipp.

CM Punk (se lève d’un bond) : Be fun, love yourself, and act like a criminal ! Haha, allez quoi ! Putain l’angoisse… Bon, comme tu le sens, on se retrouve à No Way Out alors. Et stoppe moi cette déprime ! Les gosses, Colt, Renée, mon ex-femme, toi… Z’êtes bien tous les même. Bon, elles sont où les serveuses ? Let it roll !



Deux heures plus tard :

La rengaine métallique du métro s’éloigne dans l’obscurité, emportant avec elle son escadron de nerveux. Les bribes de discours et la précipitation des habitués s’étirent le long des rails dans un écho indéchiffrable : New York est forcément en ébullition la veille de No Way Out. Entre chacune des rames qui ponctuent la journée de «Stress» Serge Dissept, c’est toute la ville qui se déplace. Une fourmilière de huit millions d’existences, à ceci près qu’elles demeurent toutes aussi pathétiques les unes que les autres. Il est presque deux heures du matin, le silence n’est plus qu’un lointain souvenir, maintenant. Une minute passe, engourdie, trébuchante, puis une autre. Le temps se décroche, s’arrête, le tumulte est de plus en plus conséquent. Quelques larmes coulent le long de ses joues. Il est hors de question que tout cela se termine. Mais il est grand temps de devenir champion du monde. Enfin. L’heure est arrivée. Il fond en larmes. J-1.


FIN.



Promos No Way Out 2015 Sans_t12
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 11:13

Un jour dans ma vie, par "He"





6h45 Le radio-réveil sonne. D'après le connard qui présente (ai-je dis que les gars qui bossent à la radio c'était tous des fiottes efféminées qui sont tellement dégueulasses qu'on peut pas les montrer à la télé ) la chanson qu'on va entendre est un tube du moment appelé "take me to church ".


6h46 Je prends le radio-réveil et je le balance contre le mur. On réveille pas un mâle avec une chanson pour adolescentes en chaleur. J'entends alors un cri à côté de moi. Il vient d'une blonde maigrelette au visage aussi naturel que ses seins. Brandy, Blondie, Barbie, j'sais pas son nom et j'm'en cogne. Si j'ai oublié qu'elle était là, c'est que c'était un mauvais coup.


6h47 Je balance machine dehors avec ses affaires. Si un mâle n'est pas satisfait, il jette la femelle, c'est ainsi que dieu l'a voulu.


6h50 Je prépare mon petit déjeuner, steack saignant, oeufs crus, pâtes. Les légumes c'est pour les gonzesses.


7h20 J'ai fini le petit déjeuner, il est temps d'aller sur le trône. J'en profite pour prendre le journal de la veille, parce que l'enfoiré de mexicain qui livre les journaux est pas foutu d'arriver avant 9h. ( Attention, j'suis pas raciste, si le livreur avait été un putain d'américain j'l'aurais dit pareil. Parce que tu vois, l'homme aime tous les peuples, tant que ces enfoirés font pas chier l'homme. Je peux pas blairer les salopes qui sont intolérantes envers les personnes de culture différente et les français, parce que se sont des fiottes qui se parfument ).


8h20 Je tire la chasse. Un homme, un vrai, ça signale son passage au cabinet.


8h21 J'entre dans la salle de bain.


8h22 Je sors de la salle de bain. Je m'lave que le dimanche, les vrais mâles sentent la sueur, bordel. Comment tu peux attirer d'la minette en sentant le même parfum débile qu'elle ?


8h30 Je quitte l'apart', non sans prendre une dernière bière. J'balance la cannette devant le paillasson d'mon voisin (j'aime pas les connards qui se plaignent. Sois disant que mon appartement pue. J'lui ai pas dit moi que voir sa gueule d'ahuri, la tête de dégénérée de sa femme et les tronches en biais de ses mômes tous les jours ça me donnait la gerbe. Bon en tout cas j'lui ai pas dit cette semaine. Faut dire qu'il était en vacances, du coup il a une putain de pile de cannettes devant chez lui).


8h30 et quelques secondes J'ai envie de pisser et je trouve plus mes clefs, du coup je pisse sur le paillasson plein de cannettes de l'autre con. De toute façon avec ce qu'il laisse traîner devant chez lui ça ressemblait déjà à une porcherie.


8h35 J'attends à l'arrêt de bus. Un jeune utilise son smartphone. Quand le bus arrive, je le lui prends et je le jette sous les rues du bus. Il me regarde avec sa tête de gland. J'lui met un coup d'boule et j'lui dis que s'il continue de passer son temps là dessus il va rester puceau toute sa vie. J'pense qu'il a compris la leçon.


8h36 Le chauffeur me dit que j'dois payer un ticket si j'veux monter dans l'bus. J'lui dit que je paierai pour m'installer dans son tas de merde quand les sièges seront propres, qu'il y aura des strip teaseuses autour des barres et quand il arrivera une putain de fois dans sa vie à l'heure. Plusieurs types, des braves gars, la quarantaine, des travailleurs, des baroudeurs, des vrais hommes, comme moi, m'applaudissent. Mais le chauffeur de bus veut rien entendre. J'lui fous un frontal et j'le dégage du bus. J'aime pas causer pour rien dire moi.


9h00 J'arrête le bus devant la salle de sport. Faut que je m'entraîne sérieusement. Apparemment j'vais bientôt débuter dans le roster de la WFA. Comme j'suis pas un chien, je confie le bus au mec qui a l'air le plus cool. C'est un black avec des lunettes noires et une canne.


9h05 Alors que je m'installe dans la salle de sport, j'apprend qu'il y a eu un accident de bus au carrefour à côté. " Fut une époque où les chauffeurs de bus connaissaient la ville comme leur poche, je dis, ils auraient pu conduire les yeux fermés. Aujourd'hui ils sont tous accrocs à leurs putains de GPS d'enculés et voilà ce qui arrive. Epoque de merde ". Les autres sortent pour aider. Moi j'en ai rien à foutre.


10h00 Les petites pétasses qui veulent soi disant lutter arrivent. Comme elles ont pas l'air de comprendre, j'leur explique, encore, avec des termes simples, que même des femmes peuvent piger quoi, que la lutte c'est pour les hommes et que si elles tiennent à se frotter les unes contre les autres en petite tenue elles n'ont qu'à tourner dans un porno lesbien.


10h10 Stéphanie McMahon arrive avec un certain David Otunga, un fumier d'avocat, ça se voit de loin. Sois disant qu'ils doivent me parler.


10h15 J'suis dans l'bureau d'la mère McMahon. J'écoute pas ce qu'elle dit à cause de ses nibards siliconés. J'ai pas entravé la moitié de ce qu'elle me dit. L'autre pédé d'avocat j'entends même pas sa voix. N'empêche c'est bien fait ces machins là, on dirait des vrais. En plus ils ont l'avantage de rester toujours droit. Au moins elle marchera pas dessus quand elle sera vieille et qu'elle ressemblera plus à rien. Autant, nous les hommes ont vieilli bien, autant les femmes après 25 ans y'a plus rien à en tirer.


10h16 Elle me fout une gifle et m'insulte. C'est clair qu'elle a envie de coucher avec moi. J'peux pas lui sauter dessus, y'a l'empaffé d'avocat. Dommage.


10h17 Elle me vire de son bureau, je pige clairement le message caché, l'autre pingouin me file un papier. Je regarde. J'ai une amende de 1500 dollars à payer pour misogynie caractérisée.


10h18 J'étale Otunga et je lui fais bouffer son putain de papier.


10h20 J'emmène Otunga aux chiottes en passant, pas envie que la femme de ménage ramasse son vomit. Putain d'avocats ils vivent dans leurs papiers de merde mais ils sont pas foutus de les digérer.


10h25 Je retourne dans la salle pour m'entraîner. Une espèce de petite pute rousse tend son cul sur mon passage. Moi, bon gars, pour pas la vexer, j'lui met ma main au paquet. Elle me gifle. Encore une qui est folle de moi.


10h30 Y'a plus une femme dans la salle de muscu. J'pense qu'elles ont pigé qu'elles avaient rien à faire ici.


12h00 J'quitte la salle. J'vais manger à la cantine du Performance Center de la WFA.


12h10 Je balance mon plateau repas dans la gueule du cuisinier. Y'a trop de légumes dans mon assiette... et il a même pis un petit yaourt. Il m'a pris pour une tentouse ou quoi ? J'pense qu'il recommencera pas.


12h15 Stéphanie McMahon débarque avec David Otunga dans la cuisine où j'étais en train de me préparer, moi même, un putain de hamburger à la "He".


12h16 Stéphanie McMahon me dit qu'elle doit me parler de mon comportement. J'écoute pas. Otunga pose la main sur mon épaule. Je l'attrape par la tête et je le balance dans la poubelle. Après quoi je l'envoie dans la salle où on conserve les aliments congelés. Si j'avais été de mauvaise humeur je lui aurai balancé avant l'huile de friture dans la gueule. Par chance, les faux nibards de l'autre nympho me mettent de bonne humeur.


12h17 Stéphanie McMahon me parle. Mais j'entrave encore que dalle, j'avais pas vu tout à l'heure qu'elle était derrière son bureau que sa jupe cachait vraiment pas grand chose.


12h20 Apparemment j'suis en congé forcé jusqu'à mes débuts dans le roster principal. J'aurai peut-être dû écouter ce qu'elle me voulait. Quand je pense qu'elle fait ça pour m'éloigner d'elle tellement elle est folle de moi. Faudra que j'en parle à Randy à l'occaz vu que maintenant c'est lui qui s'la tape. Même si elle est baisable, j'fais pas dans la plus de 35 ans moi.


12h30 J'entre dans un fast-food, j'ai faim.


12h50 Le hamburger était dégueu, du coup je pars sans payer. Un jeune crétin boutonneux employé me court après en me disant que j'ai oublié de payer. J'lui dit d'arrêter de me prendre pour un con. J'lui explique que j'suis parti sans payer parce que la bouffe était immonde, que leur bière sentait la pisse et que leurs serveuses étaient encore plus grasses que leur bouffe. Et moi j'aime pas être servi pas des bonnes femmes qui pourraient en avoir mangé une autre. Le petit con insiste. J'lui met un coup d'pied dans les couilles et j'pars en lui expliquant que grâce à moi, il va pouvoir se rappeler qu'il est un homme.


13h30 Mon neveu m'appelle, il me dit qu'il a vu sur internet une news disant que j'allais bientôt débuter à la WFA. Je lui dis de venir chez moi.


14h00 Le petit con d'ado de merde arrive. Il me dit que je devrai créer un compte twitter. Je lui dit que jacasser c'est bon pour les femmes et que moi je règle mes problèmes comme un homme. Il sort sa putain de tablette et me montre le nombre de followers des plus grandes stars de la WFA. Il me dit que même Seth Rollins, (que j'appelle la salope bicolore) a un compte twitter. Je lui dit que j'en ai rien à foutre. Il insiste, le chiard, il se croit tout permis. Faut dire que ses parents sont pas foutus de lui donner une vraie éducation. Il me dit que la carrière de Heath Slater a décollé grâce à ça. J'lui dis que Slater était bon qu'à se foutre ses putains de Godmichet Slaties dans l'cul et qu'jaime pas la façon dont y'me cause. Alors j'lui dit que s'il veut récupérer sa putain de tablette, il ferait bien de nettoyer l'appart.


17h00
J'ai fini ma sieste et le petit con a fini de nettoyer l'appart'. Il vient vers moi tout fier et me dit qu'il a bien mérité sa tablette. J'lui fous une baffe et j'lui dis qu'un vrai homme n'aurait jamais accepté de faire le ménage et m'aurait envoyé une droite dans les valseuses pour reprendre son bien. Après quoi je balance sa tablette par la fenêtre en lui disant que maintenant il peut la récupérer. Il part en chialant.


17h25
Ma sœur me dit qu'il faut que j'arrête de traumatiser son môme. J'lui répond qu'elle n'a qu'à pas l'élever comme un eunuque et que si elle continue à me parler comme ça j'vais venir lui expliquer la vie.


17h26 Elle me passe mon beauf. Cet enculé en costard me menace.


18h00 Je débarque chez ma sœur en explosant sa porte de merde à coup de masse de chantier. Elle me dit qu'elle va appeler les flics. J'lui dit que les flics j'les emmerde. Après quoi j'éclate son pédé de mari, je dis à ma salope de nièce d'arrêter de s'habiller comme une pute, et je dis à mon fumier de neveu que s'il veut devenir un homme il ferait bien d'arrêter la lecture et de commencer la boxe.


18h10 C'est avec le sentiment du devoir accompli, et non sans avoir chier sur leur canapé en cuir histoire de leur apprendre qui est le dominant, que je me casse de leur foutue barraque.


18h15 Des empafés de flics de merde essaient de m'arrêter. J'décide d'établir un plan d'action en effectuant d'abord une retraite stratégique. Les deux gros lards sont pas foutus de me suivre. Du coup je reviens sur mes pas et j'leur dis qu'au lieu de bouffer des donuts comme des gros porcs, ils feraient bien de faire du sport. Après quoi j'leur explique qu'il faut s'étonner si leurs rombières les ont lâcher.


18h25 Je me réveille assis sur une chaise dans un commissariat. J'avoue oublié qu'ils avaient des flingues qui pouvaient assommer ces pédés. J'vois les tapettes qui m'ont arrêtées. J'leur dis que s'ils avaient été des vrais hommes ils auraient pas utilisés leurs armes de tapettes.


18h35 Je me réveille dans une limousine. Apparemment ils avaient des tasers dans leur commissariat. Je suis à côté de Stéphanie McMahon et de David Otunga. Quand je dis qu'elle peut pas se passer de moi.


18h50 On arrive dans un bar à strip-tease, Stéphanie, qui veut vraiment faire croire qu'elle n'a aucune vue sur moi alors que visiblement elle veut mon corps pour elle toute seule, m'ordonne si je ne veux pas me faire renvoyer de rester dans cet établissement jusqu'à mes débuts dans le roster principal.


19h00 Je bois une bière et je matte les premiers strip-tease.


20h00 La bière c'est pour les fiottes, après une heure à picoler, je décide de passer au whisky. Les strip-teaseuses sont plus jolies que celles d'avant.


22h00 Le whisky c'est pas assez fort. Marrant, même les serveuses ont l'air bonne. Je passe à la vodka.


23h00 Je sais pas comment c'est arrivé, mais apparemment j'suis en train de me frotter à une strip-teaseuse sur scène et comme je balance des billets, ça dérange personne, j'aime cet endroit.


23h15 Je dis bonjours à Jacob et Delafon.


23h30 Je décide de dormir dans les toilettes.


03h30 Je dis au-revoir à Jacob et Delafon et je vais dans ma chambre. Enfin je crois que c'est ma chambre.


04h45 Bon, en fait c'était pas ma chambre. Mais la nana était jolie et pas farouche, une vraie femme quoi.


05h00 Ah merde, elle avait un mari. Il m'engueule, j'lui dit qu'il avait qu'à mieux surveiller sa propriété cet enculé. Au moment où je vais le tabasser, il arrive avec des renforts et ces enculés m'attaquent en nombre, comme des petites collégiennes de merde.


05h15 J'ai mal partout et je me suis fais virer du motel/strip bar. Apparemment la nana c'était une sœur Bella et le mec c'était Ted Dibiase Jr. Stéphanie McMahon va sans doute encore me convoquer demain matin à la première heure, signe qu'elle est vraiment folle de moi.


06h00 Je rentre chez moi.


06h45 J'entends mon putain de radio-réveil... je pensais l'avoir cassé. Je l'avais cassé... mais mon enculé de neveux de merde l'a repéré en faisant le ménage... putain mais qu'est-ce qui cloche les gosses d'aujourd'hui ? J'ai l'impression d'être le dernier humain normal sur cette putain de planète.
Revenir en haut Aller en bas
JGabriel68
Hall Of Famer
JGabriel68

Messages : 4907
Age : 24
Localisation : Atlanta, GA

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 14:46

Pas encore lu les deux pavés de Gbacc et TS.
Godot, promo très sympathique de Lesnar, dans la lignée de ce que tu as l'habitude de nous offrir, j'ai bien aimé.
Diabolo, je tiens à te féliciter. Il était devenu rare qu'un nouvel arrivant à la WFA s'investisse avec autant de sérieux dans sa première promo. Je pense que MVP a un bel avenir, continue ainsi !
Enfin, je ne sais pas qui sera ce "He" (tout dépend si il figure dans la liste des réservés du roster, dans ce cas j'aurai bien une petite idée), mais on a tiré encore un gars bien stiff pour le roster. J'adore le style d'écriture, la chronologie est très drôle à suivre, donc des débuts attendus pour moi Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2375
Age : 28

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 15:13

Sheik Sheik Sheik Sheik

HE sucks Parasite
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 29
Localisation : Pays Catalan

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 18:44

Putain "HE" sonne comme un fan de "FDP de la mode". lol
Revenir en haut Aller en bas
FOZ
Main Eventer
FOZ

Messages : 1017
Age : 26

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 23:09

PROMO ZACK RYDER

Le rêve de Zack:

  Au premier jour du printemps, Renée Young paraissait sur le point d'exploser. Elle descendit pesamment l'escalier et entra dans la cuisine ou Zack l'accueillit avec un sourire attendri ... Elle était adorable ... Elle était énorme ! Ils avaient profité de chaque instant de sa grossesse et s'impatientaient de voir leur bébé venir au monde. Depuis trois semaines, Renée ressemblait à une montgolfière. Son ventre la précédait comme une sorte de ballon gigantesque et presque indépendant du reste de son corps. Il était si gros, si dur, qu'elle ne sentait plus bouger le bébé, alors qu'un mois plus tôt encore " il sautait avec des patins à roulettes aux pieds et un chapeau sur la tête " disait-elle en riant. Sans aucun doute, c'était un gros bébé. Une secrète inquiétude rongeait Zack, mais il soufflait aucun mot, de crainte de se faire gronder par sa femme.

-Ne vous moquez pas ! J'ai raté mon selfie ! Dit-elle en grondant Zack et son frère, qui pouffaient de rire dans leur coin.
Le frère de Zack la trouvait vraiment drôle. Elle était en pleine forme. Quant au bébé, il ne semblait pas pressé de voir le jour. Renée pensait que l'évènement surviendrait dans la semaine. Selon son médecin, on ne pouvais savoir quand l'heure viendrait ... Elle avait décidé d'accoucher dans leur petite maison de Long Island. l'Hôpital était pour les malades, avait-elle déclaré. Et la grossesse n'était pas une maladie.

-Que vas-tu faire aujourd'hui mon amour ? Demanda Zack alors qu'elle lui servait une tasse de café.

-Eh bien, répondit-elle à Zack, rien de bien branché. Quelques pas dans le jardin ... M'assoir sur un chaise ... Eventuellement sur la canapé.
Si elle se couchait, elle ne pourrait plus se relever toute seule.

-Veux-tu un livre ?

-Oui, merci ...

-Le selfie pour les nuls ... Dit Zack en riant.

-J'aimerais aussi des cornichons, si cela ne t'ennuie pas. Répondit-elle en levant les yeux au ciel.

-Je t'en apporterai, dit-il en l'embrassant et en lui tapotant le ventre. Et toi, dis au petit chenapan de m'attendre si jamais l'envie lui prenait d'apparaître.

-Ne sois pas si sûr que c'est un garçon.

Elle craignait de le décevoir, malgré ses affirmations qu'il voulait une fille. Zack se mit à rire.

-Une fille de cette taille nous créerait des problèmes.

Il sortit d'un pas pressé et fit " WOO WOO WOO ". Aujourd'hui, il avait mille choses à faire. Il avait hâte de rentrer. Dernièrement, il tenait à se trouver près de sa femme, surtout depuis que la délivrance était proche. Il dissimulait de son mieux son angoisse, mais Renée l'avait devinée. Elle-même était seraine. l'étrange conviction que son accouchement se déroulerait sans problème s'était imposée à elle depuis le début.
Dés que Zack fut parti, Renée monta dans la chambre du bébé, qu'elle commença à nettoyer et à ranger. La jeune femme demeura une partie de l'après-midi dans la chambre du bébé, redescendit dans le jardin, revient dans la maison. Les vitres du salon étaient sales, décréta-t-elle. Elle se mit en devoir de les astiquer, en dépit des protestations du frère de Zack. Plus tard, lorsque Zack rentra, elle était en train de récurer la cuisine avant de préparer le dîner.

-Je ne sais pas ce qu'elle a ! se plaignit le frère de Zack.
Elle n'as cessé de s'agiter de la journée.

-Tu ne devrais pas t'agiter comme ça ma broskie.

-Le dîner est prêt, déclara-t-elle.

Zack hoche la tête. Renée s'installe sur une chaise et remis ses chaussettes en place. Elle débordait d'énergie. De sa vie, elle ne s'était sentie aussi bien. Elle dîna avec Zack et son frère. Le frère de Zack fatiguer alla se coucher, ils jouèrent aux cartes. Mais d'abord SELFIE-SNAPCHAT. Zack gagna.

-Tu as triché ! L'accusa-t-elle en riant.

Elle se leva et alla dans la cuisine pour boire un verre de lait. Elle était en train de se servir lorsqu'un un filet d'eau coula le long de ses jambes. Effarée, elle regarda la mare à ses pieds, puis, en posant la bouteille de lait, elle poussa un cri étouffé. Elle aurait voulu attraper la serpillière mais les forces lui manquaient. Zack arrive en courant.

-Mon sucre d'orge ! Que se passe t-il ?

Elle regarda Zack, qui l'observait sans comprendre et, soudain, la première contraction la parcourut ... Elle s'appuya sur le bras de son mari. C'était plus douloureux qu'elle ne l'avait imaginé.

-Qu'il y a-t-il ? Demanda-t-il encore.

-J'ai ... perdu les eaux ..., souffla-t-elle en s'effondrant sur une chaise. Le bébé va naître.

-Maintenant ? dit-il étonné, comme il venait seulement de découvrir qu'elle était au neuvième mois de sa grossesse.

-Peut-être pas tout de suite ... Donne moi quelques minutes ...
Une douleur, plus fulgurante, lui coupa alors le souffle. Personne ne l'avait prévenue qu'elle aurait si mal. La peur la tétanisa. Elle n'avait pas de sa mère à qui demander conseil, le médecin lui avait assuré que tout irait bien.

-Montons, proposa Zack tranquillement.
Il l'aida à se relever. Il leur fallut près de dix minutes pour gravir les marches. Il l'aida à se déhabiller dans la salle de bains ... Elle avait toutes les peines du monde à bouger. Il frappa à la porte de la chambre d'ami ou dormer son frère, lui priant d'appeler le médecin. Entre temps, Renée, haletante, sentait monter en elle les vagues de la douleur.

-Ne me quitte pas !! cria-t-elle dès qu'elle vit Zack réapparaître.


Le réveil sonne, de grosses gouttes de sueur sur le visage de Zack, tout cela est un rêve, nous sommes le matin de l'évènement NO WAY OUT ! Renée se réveil également et demande à Zack " Bien dormi chérie ? "
Zack est perdu.


Dernière édition par FOZ le Mer 4 Mar - 23:41, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 29
Localisation : Pays Catalan

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 23:36

Citation :
de grosse gouttes de suceur sur le visage de Zack
damn
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2375
Age : 28

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyMer 4 Mar - 23:38

Clown Bastard a écrit:
Citation :
de grosse gouttes de suceur sur le visage de Zack
damn

Oh merde lol lol lol
Revenir en haut Aller en bas
Fallen
Modérateur
Fallen

Messages : 1456
Age : 31
Localisation : Dans le froid nordique

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyVen 6 Mar - 15:34

Comme musique je viens d'écouter ça, je trouve que ça fait zik de PPV.

Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 29
Localisation : Pays Catalan

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyVen 6 Mar - 20:30

fo metr sa Lololololololol ! EY
Revenir en haut Aller en bas
Flying Panda
Administrateur
Flying Panda

Messages : 2534
Age : 35

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptySam 7 Mar - 11:26

Promo Bobby Roooo



Promos No Way Out 2015 Tna-bo10
Ce coup-ci ça va chier !




Hey hey hey ! Salut les gars, c'est LuFisto qui va prendre la parole ce coup-ci. Vu qu'le grand chef est parti avec la boule de poils faire face à son destin je vais prendre le relais le temps qu'il s'explique avec le Clown et ses collègues.
Donc finalement on a réussi à mettre le grappin sur la bande qui dirige la Ouéfa officieusement. Enfin mettre le grappin c'est vite dit. Disons que pendant que l'grand chef faisait diversion sur les rings, avec Peeg-A-Boo on a pu mener l'enquête de notre côté sans se faire repérer si vous voyez ce que j'veux dire.

Mais avant d'aller plus loin il faut que je vous explique à qui on a à faire précisément. Si vous vous rappelez bien des précédents épisodes, la Ouéfa fut créée par un gars du nom de Tôny aidé par un certain mikl. C'est ce dernier, précisément, qui nous avait refilé l'tuyau. Or un beau jour la gars Tôny a subitement disparu tandis qu'un clown et un wookie accompagnés par un mystérieux homme d'affaire luxembourgeois débarquèrent dans les locaux de la Ouéfa assurant qu'ils avaient racheté tout l'bouzin. Et que s'il y en avait un pour protester il pouvait toujours s'adresser au Bureau des Plaintes tenu par un basque du genre costaud et dangereusement armé d'un jambon de Bayonne.
Évidemment personne ne l'ouvrit et les nouveaux arrivants prirent leurs aises en se débarrassant progressivement de tout les membres du Conseil d'administration qu'ils remplacèrent par des hommes à eux.

Ces types constituent la face cachée de la Ouéfa. Le grand public ne connaît que la famille McMahon et, par conséquent, croit dure comme fer que Vince et Stéphanie sont à la tête de la fédé. Mais en fait c'est bien plus compliqué que ça en à l'air. Car comme je viens d'vous le dire un peu plus haut, il y a une sorte de nébuleuse à la tête de la Ouéfa. Et cette nébuleuse aime jouer sur le fil du rasoir de la légalité si vous voyez c'que j'veux dire. En gros la corruption, les malversations, les abus de biens sociaux, les détournements de fonds et autres pratiques tout aussi sales sont monnaies courantes au sein de la direction. On parle même de contacts avec la mafia serbo-picarde. C'est dire !

Et apparemment il y a deux ans ces gars-là ont décidé de passer à la vitesse supérieure. Devant les écrans ça s'est traduit par l'apparition du Gang. Et derrière les rideaux par un intense trafic d'influence qui aurait pour but d'installer une personne de cette nébuleuse à la tête du pays lors des présidentielles de 2017. D'après ce qu'on sait cette personne avait déjà tenté de changer le visage de la Ouéfa en en faisant une espèce de fédération de gymnase avec uniquement des catcheurs masqués ayant des noms improbables. Le projet incluait même me changement de nom de la fédération qui serait devenu la Chifoumi ou quelque chose dans le genre. Mais il n'a pour l'instant pas pu mener son idée au bout car le nom « Ouéfa » est solidement ancré dans les esprits. Changer la marque provoquerait une perte d'argent considérable et ça son collègue luxembourgeois n'en veut pas.

Néanmoins cette homme aurait toujours ce plan en tête et vise donc la présidence du pays afin de mieux asseoir son autorité. Il souhaiterait raser Ouéfa City pour en refaire une Nouvelle Tokyo. Il voudrait même aller jusqu'à changer les mentalités et les pratiques vestimentaires des gens en imposant notamment le port du crâne rasé aux hommes et la mini jupe d'écolière aux femmes. En gros un truc pas bien joli joli.
C'est dans ce contexte que le grand chef, Peeg-A-Boo et moi-même avons été chargés d'enquêter sur ces pratiques douteuses et de mettre fin à cette organisation qui menace l'intégrité du pays. Et pendant que le chef combattait le Gang et David Hart Smith, avec Peeg-A-Boo on a enquêtait sur le mystérieux Clown.
Le Commissaire Pronzini m'avait chargé d'enquêter sur l'identité de ce fameux clown. Ne sachant trop par où commencer vu le peu d'informations dont je disposais, j'avais commencé en écumant tous les cirques de la région.


Clown...



Cirque...



Promos No Way Out 2015 X240-411
'Cule un mouton !



Le raisonnement était simple mais des fois il n'y a pas besoin de se creuser la tête pendant 107 ans pour trouver la réponse.

Mais à part des affaires de maltraitance d'animaux et des nains disgracieux je ne trouvais rien de véritablement concluant. Aussi je me tournais vers les faits divers concernant des mystérieuses apparitions de clowns sur la voie publique. C'était une pratique étrange qui avait commencé à apparaître il y a quelques années. De temps en temps, tard dans la nuit, des clowns surgissaient de nul part et s'en prenaient aux passants. Attaquant le pauvre gars qui rentrait chez lui à mains nues, voir parfois au couteau, le clown tabassait sa victime avant de repartir aussi brusquement qu'il était apparu.

Très vite ces histoires avaient pris de l'ampleur et des gens s'étaient regroupés afin de mener des battues dans les rues de la ville où ces clowns sévissaient. Quelques uns s'étaient ainsi fait choper et passer à tabac. Les clowns ainsi arrêtés furent menés à la police mais celle-ci n'obtint rien de concluant à part qu'ils étaient tous shootés au crack.
Cependant un nom revenait souvent dans la bouche de ces illuminés. Celui du Capitaine Spaulding. Des gars avaient donc enquêté sur ce fameux capitaine et ce qu'ils découvrirent ne fut pas bien joli. En gros le capitaine Spaulding se présentait comme un homme affable et souriant, avec un physique de déménageur et une belle moustache. Mais sous ses dehors de gentil homme bien sous tout rapport se cachait en fait un dangereux criminel pratiquant le cannibalisme. Les enquêteurs découvrirent ainsi que le capitaine était à la tête d'un gang responsable de plusieurs dizaines d’enlèvements. Le gars avait été arrêté et sa bande mise sous les verrous ou au cimetière. C'est selon.

Bref, j'eus l'idée de m'entretenir avec ce coyote avant qu'il ne passe sur la chaise électrique et qu'il ne dise bonjour à la Grande Faucheuse. J'avais entendu parlé de la grande solidarité entre les clowns lors de mon passage au cirque. Mes avis que ce bon capitaine avait certainement entendu parlé du clown que je recherchais.

Et je ne fus pas déçu du chemin.



Promos No Way Out 2015 000010
Bonjour ! Je suis le réparateur de la photocopieuse.




Un garde m’amena à sa cellule qui était une pièce assez grande avec une solide baie vitrée à la place des barreaux. Des trous laissés passer l'air et le son. Le capitaine m'observa avec un air amusé puis renifla. Ce con me révéla alors la marque du parfum que je portais puis fit un bruit bizarre de succion avec sa bouche. Je vérifiais la solidité de la baie tandis qu'il me faisait face.
C'est alors qu'il s'excusa pour la gêne qu'il m'occasionnait. Il tint à me rassurer en affirmant que je n'avais rien à craindre de sa part. Il me demanda alors le but de ma visite, ce que je lui révéla aussitôt.
Lorsqu'il apprit que j'essayais de découvrir l'identité d'un clown appartenant à une organisation de catch il sourit de toutes ses dents.
- Sans doute un de mes meilleurs élèves. Ce petit avait un tel penchant pour le hardcore et la violence de manière générale, soupira-t-il en se remémorant de vieux souvenirs. Il fallait voir la joie qui pétillait dans ses yeux jaunes quand il prenait un hachoir. Et il était méticuleux dans tout ce qu'il faisait. Un vrai bonheur. Mais il avait un défaut malgré tout.
- Ah bon ? Lequel ?
- Il était politiquement engagé. Or cela va à l'encontre de notre style... de vie.
- C'est-à-dire ?
- Eh bien... pour faire simple disons qu'il aimait jeter des pavés au visage de tout ce qui portait un costume trois pièces. Pas que le fait de jeter des pavés me dérange. Mais de là à voter Mélenchon ou Besancenot il y a une limite à ne pas franchir. C'est que nous avions notre fierté mes amis et moi voyez-vous.
- Du coup qu'est-ce qui s'est passé ?
- Nous avions eu une grosse discussion lui et moi un soir. Il affirmait rageusement que notre bande devait prendre la Faucille et le Marteau comme emblème et tous aller pointer à la Poste afin que nous donnions un sens à notre vie. J'eus beau lui expliquer que, bien que j'aime la Cité de la Peur, je ne suis pas très fan de ce genre de choses. Et que la politique n'a rien à faire dans le cannibalisme. Rien à faire. Il était impossible de lui faire entendre raison.
- Comment ça s'est fini ?
Il s'ébroua puis se gratta la tête. Il croisa ensuite les bras puis soupira de nouveau.
- Il a annoncé que dans ces conditions il préférait partir puisqu'il ne pouvait se battre pour ses idéaux. Il est monté faire son baluchon puis a fait une bise à Tatie Danielle avant de partir. C'était un chic type mais franchement à la fin nous n'étions plus sur la même longueur d'ondes. Cela dit j'aurais dû me méfier.
- Comment ça ?
- Eh bien il a mis du temps avant d'embrasser la clowndo.
- La clowndo ?
- La Voie du clown si vous préférez. En gros avant c'était juste un brave p'tit gars qui aimait bien distribuer des coups de lattes. Il se faisait appeler ECF et sortait toujours en compagnie de Vladimir, un émigré russe qu'il avait recueilli et qui était son meilleur ami même s'il le traitait un peu comme un chien. Enfin Vladimir avait toujours un collier où le gamin avait accroché une laisse. Mais ça n'est que bien plus tard qu'il a commencé à fumer le nez rouge et à se maquiller comme nous. Vous voyez ?
- Heu je crois oui. Et vous pouvez me dire son nom.
- Je sais que maintenant il se fait appeler le Clown Bâtard. Sans doute pour se donner un côté un peu mauvais garçon car ça reste un chic type à qui on donnerait le bon dieu sans confession.
Après cette dernière révélation je remerciais le capitaine Spaulding puis décidais qu'il était temps de rentrer. Cette rencontre m'avait vraiment foutu la chair de poule et il valait mieux que je ne m'attarde pas. Mais cette rencontre s'était avérée fructueuse puisque j'avais recueilli de précieux renseignement sur le fameux Clown Bâtard.

Une fois de retour au bureau je passais à la seconde phase du plan : trouver la planque de ces glandus. Avant de le relâcher nous avions eu le temps d'installer une puce sur le wookie. Ce ne fut pas une mince affaire, il fallut une dose pouvant endormir un éléphant pour le mettre hors circuit. J'avais profité de ce sommeil forcé pour installer une puce permettant de le suivre à la trace.
Grâce à ça, nous pûmes localiser le quartier général de l'organisation : une vieille usine désaffectée de l'ancien quartier industriel. Pour vous faire une idée, ça ressemble à Détroit mais sans le Flic de Beverly Hills.

Profitant de l'excitation et de la publicité qu'offrirait la route vers OuéfaMania, le Commissaire Pronzini avait mis en place une opération baptisée « Coup d'Poing dans ta sale face de camé » visant à frapper l'organisation en plein cœur au moment où elle s'y attendrait le moins. Tout avait été préparé aux p'tits oignons. Pour faire simple le but était de préparer le terrain autour d'une zone bien défini autour du bâtiment pour les Forces Spéciales. Une fois infiltrés dans l'usine, ils n'avaient plus qu'à cueillir le Clown et ses potes.

Mais visiblement les gars d'en face s'étaient préparés puisque la veille du « Coup de Poing », des membres de l'organisation avaient détournés un car scolaire et prit les gamins en otages. Du coup on avait dû agir dans l'urgence et de façon limitée historie de ne pas provoquer de la casse. Nous étions donc parvenu à encercler le bâtiment mais sans possibilité d'y entrer.

Nous avions tenté d’entamer des négociations mais vu qu'il est difficile de comprendre les beuglements d'un wookie neurasthénique nous étions mal barré. Mais de toute façon le Clown avait coupé court à toute tentative avec un « Niet ! » bien cinglant alors que le préposé aux négociations venait de proposer cent balles et un mars © contre un gamin. Le psychopathe avait enquillé en révélant qu'il n'accepterait de parler qu'au grand chef uniquement. Ce qui nous mettait dans la mélasse vu qu'il était pris avec la Ouéfa à ce moment-là.

Une fois mis au courant de la situation le grand chef rappliqua au plus vite. Une fois sur place il entra dans le bâtiment à la demande du clown et voilà où nous en sommes actuellement.


Promos No Way Out 2015 Nyalov10



*
**


Arf. Elle est gentille la p'tite mais qu'est-ce qu'elle cause ! Bref. Comme elle vient de vous l'expliquer je venais d'entrer dans l'usine accompagné par ce con de wookie qui s'appliquait à asticoter mes omoplates avec sa mitraille.
- Hé mollo l'poilu ! C'est un Burberry qu'tu vois-là. C'truc là ça a bien plus de valeur que ton tas d'poil !

Pour toute réponse il émit un faible grognement. Non seulement ce type sentait le vin et la crasse mais en plus il ne savait pas reconnaître un imper de classe quand il en voyait un. Enfin ça ne m'étonna pas outre mesure. En revanche ce qui me surprit au poing de me flanquer une frousse de tout les diables c'est le spectacle auquel j'allais pas tarder à avoir droit.

Nous descendîmes vers une salle souterraine mal éclairée. Il y avait un wagonnet de fête foraine sur des rails qui partaient vers une immense arche où était représenté le visage gigantesque d'un Auguste. La bouche était grande ouverte et épousait la forme de l'arche. Au-dessus du chapeau du clown avait était peint en lettre rouge « Hellcome ».

En clair c'était pas dure à comprendre que ce qui se passait ici n'était pas bien net et que les habitants du coin avaient quelques cases en moins dans l'ciboulot. 

Des sbires armés d'une mitraillette et portant un masque de clowns nous attendaient. J'eus à peine le temps de me demander ce que je foutais là lorsque le poilu m'intima l'ordre de grimper dans le wagonnet. Ne voulant pas le contrarier, et ainsi prendre le risque de me retrouver avec des poils sur mon imper, je m'exécutai.

Mis à part la poussière, le siège paraissait dans un état correct. C'était déjà ça. À peine fus-je installé qu'un des sbires s'approcha avec des liens. Vu l'air menaçant du wookie je compris que j'étais dans la merde. Je n'eus pas d'autres choix que de me laisser attacher par les mains par un type avec un masque de Pierrot. Une fois assuré de la solidité des liens il rabaissa la barrière de sécurité tandis qu'un autre actionna un levier qui lança le bouzin.

J'étais parti vers l'infini et l'au-delà.

*
**


Le chariot s'élança et passa sous l'énorme arche. J'entrais alors dans une grande pièce éclairée par des lumières noires qui faisait apparaître d'inquiétants masques de clowns avec des étoiles fluorescentes pour égayer le tout. Dans le fond j'entendais des types taper sur des tuyaux métalliques et d'autres pousser un « Ooohhh ! » qui aurait certainement provoquer une chute de merde dans le froc d'un gamin de 10 ans.

- Hé hé. Bienvenu dans mon petit manège inspecteur Bobby Roode, raisonna une voix inquiétante à travers des hauts-parleurs sans doute postés sur les murs. J'espère que vous appréciez l'ambiance.
- Un peu sombre à mon goût, répondis-je avec plomb. J'imagine que vous êtes le Clown Bâtard. Ou ECF devrais-je dire.
Le clown ricana de nouveau.
- C'est bien moi. Vous êtes très fort pour connaître ce nom inspecteur. Bien plus fort que ce que j'imaginais.
- Disons que j'ai de bons assistants. Et j'ai été IC Champ' je vous rappelle.
Nouveau rire.
- Je vois, je vois. Mais cela fait longtemps que je ne m'appelle plus ECF. Les choses ont changé, les fleurs ont fané comme on dit dans le Bouchonoy.
- Certes certes. Et vous allez me garder longtemps dans ce noir. Pas que l'atmosphère me dérange mais je suis du genre à vite me lasser.
- Ne vous inquiétez pas inspecteur, le jeu ne fait que commencer.

La voix se tut un instant tandis que le chariot pénétrait dans une nouvelle salle bien plus éclairé. Passer brusquement du noir à la lumière m’éblouis et je dus me protéger les yeux derrière mes mains. Une musique de cirque éclata d'un coup manquant de me briser les tympans. 





Je ne fus pas au bout de mes peines puisque le chariot descendit violemment me forçant à m’accrocher solidement à la barre de sécurité. Une nuée de ballons apparut tandis que la musique se faisait toujours aussi forte. Le chariot continuait sa course sur ces putains de montagnes russes et je manquais plusieurs fois de vomir. Je passais dans plusieurs salles relies par des couloirs peints en rouge et jaune. Dans la plupart des salles des tableaux de clowns étaient accrochés et côtoyaient des affiches de spectacles et des masques inquiétants.

Dans une salle je fis face à une tête d'éléphant qui barrit juste devant moi.  Puis ce fut une tête de lion et d'autres masques de clowns. J'étais définitivement au pays des tarés. Le manège continua et je fus même éclaboussé par de la flotte lorsque le wagonnet traversa une mare à toute vitesse.
Au bout de quelques minutes qui me parurent interminables, le chariot fini par ralentir et la musique baissa. Je profitais de ces quelques instants de repos pour reprendre mes esprits et mieux regarder l'endroit où je me trouvais.

J'étais dans une immense salle jaune et rouge. Face à moi un immense tableau au dessus d'une porte à double battant. La peinture représentait le Clown assis sur un fauteuil dans une pose suggestive et son pote à poils allongé devant lui. Cette image était terriblement flippante et confirmait probablement certaines rumeurs de pratiques douteuses entre ces deux rigolos.

La musique s'arrêta d'un coup et j'aperçus des sbires déguisés en clown le long des murs. Ils portèrent une trompette à leur bouche et soufflèrent dedans, causant un véritable tintamarre. C'est alors que la porte s'ouvrit et que le Clown fit son entrée sur un char poussé par deux sbires. Il était habillé en Arlequin à la différence qu'il ne portait pas de masque. Son visage était maquillé en blanc avec du rouge sur les contours de la bouche et des yeux. Et à la place du traditionnel chapeau à pointe il portait un bonnet à grelot blanc et bleu. Il tenait un sceptre dans ses mains qu'il brandissait afin de saluer la foule. À ses côtés se tenait le wookie qui dégustait paisiblement une barba-papa.

- Ola ola inspecteur Roode. Je suis heureux d'enfin me trouver face à vous.
- Le plaisir est partagé.
- J'espère que vous avez apprécié le petit tour. C'est que mes fidèles assistants et moi-mêmes nous nous sommes donnés beaucoup de mal vous voyez.
Je décidais de ne pas rentrer dans son jeu et de montrer un visage fermé. Il fallait que je trouve le moyen de me détacher et de le maîtriser le plus rapidement possible. Mais la situation était quelque peu tendue vu que des sbires s'étaient approchés de moi et me tenaient en joue avec leur mitraillette.
- Je dois admettre que je suis épaté inspecteur, continua-t-il. Non seulement vous et votre copine connaissez mon ancien nom mais en plus vous avez réussi à me retrouver et à mettre à jours nos plans, Et ce alors que les membres du Gang vous ont plusieurs fois passés à tabac.
- Choisissez des gars plus costauds la prochaine fois.
- J'y pense inspecteur, j'y pense. Mais ça n'est pas le sujet. Voyez-vous le Gang n'est qu'un outil entre nos mains. Mais je n'ai pas envie de perdre mon temps davantage et de passer pour le méchant cliché d'un film de James Bond. Mes chers amis, flinguez-le.

Il battit des mains avant de disparaître comme il était venu, toujours assisté par la boule de poils qui se léchait les pattes après avoir fini son casse-dalle. Les sbires, ils devaient bien être quatre ou cinq, se préparèrent pour l'exécution. Je cherchais désespérément une issue du regard. Les types me mirent en joue et je sentit que si je ne faisais pas quelque chose maintenant j'étais bon pour la rubrique nécrologique.

Je poussais alors un hurlement sauvage tandis que je relevais la barrière du chariot.  Je me jetai ensuite tête baissé avec force sur le sbire qui me faisait face, l'envoyant à terre pour le coup. Profitant de l'effet de surprise, je fonçais vers la porte par où était passé le clown. Derrière moi les balles commencèrent à fuser mais, par chance, ces gars visaient aussi bien que des Stormtrooper.
Je parvins non sans mal à franchir la porte et me retrouvais dans un long couloir. Continuant ma course j'arrivais finalement à un croisement. Entendant les bruits de pas des sbires, je me décidais pour le chemin de gauche. C'est toujours de ce côté que ça sent le moins la merde.

Le choix fut bon car j'arrivais dans une salle contenant divers accessoires de criques, une penderie où des costumes de clowns étaient accrochés, et surtout un couteau. Je pris la lame puis me planqua dans un placard sous les vêtements tandis que les sbires arrivaient. Je parvins à trancher mes liens non sans mal tandis que ces abrutis shootés à la farine tentaient de me trouver. En cherchant dans le placard je trouvais ne bonbonne de gaz. Ayant par chance put conserver mon briquet dans ma godasse, j'avais une idée bien précise de la façon dont j'allais me servir de cette bonbonne.

Après avoir jeté un œil en dehors du placard je comptais trois sbires. L'un d'eux s'approcha de moi et j'attendis le bon moment pour donner un violent coup dans la porte. Le type se la prit en pleine poire et j'en profitais pour l'attaquer avec mon lance-flammes artisanale. Il hurla de douleur tandis que ses deux collègues titrèrent mais je fus suffisamment prompte pour me jeter au sol et éviter les balles.

Tentant de faire diversion, je leur jetais tout ce que je pouvais trouver. Des masques, des vêtements, des outils de maquillages, des chapeaux,... Je parvins ainsi à les désorienter et j'en frappais un avec le couteau que j'avais conservé. Je l'atteignis au flanc gauche. Il poussa un hurlement de douleur avant de se prendre une mandale de ma part qui l'acheva pour le compte.

Je le lançais sur son collègue et profitait de la confusion pour m'échapper. Après quelques minutes à errer dans de nouveaux couloirs je parvins à trouver une sortie. Durant la dernière partie de mon escapade il ne me semblait pas avoir perçu de bruits de pas. Les sbires du clowns avaient sans doute jugés bon d'arrêter le carnage. De plus, maintenant que les otages étaient en sécurité, les Forces d'interventions avaient dû commencer leur boulot.

Une fois à l'extérieur je me trouvais devant une falaise. Au loin de pus distinguer un voilier qui voguait tranquillement vers l'horizon. Je n'avais pas de jumelles mais je pouvais deviner sans trop de problèmes que le Clown et sa boule de poils se trouvaient à l'intérieur. Je maugréais un instant puis m'alluma une clope. À défaut de l'avoir arrêter lui et son copain, nous avions capturé des hommes de mains. C'était toujours ça de gagné.

Ça n'était que partie remise.


Promos No Way Out 2015 493710
Gné !
Revenir en haut Aller en bas
Flying Panda
Administrateur
Flying Panda

Messages : 2534
Age : 35

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptySam 7 Mar - 11:40

Sinon pour le thème j'ai ça :



Revenir en haut Aller en bas
MrCoffeeInTheBank
Champion
MrCoffeeInTheBank

Messages : 1594
Age : 30
Humeur : caféiné

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptySam 7 Mar - 19:23

PROMO MENSAH-X

La musique s'arrêta. Coffee, encore l'accordéon dans les mains, regarda son collègue dans les yeux, lui demandant tacitement un accord, au moins un avis.

"-Non Coffee!
-Mais enf...
-J'AI DIT NON!"

De mémoire d'homme, nul ne se souvenait d'une gueulante aussi forte poussée par Swanton Bomb. Les murs du bureau du XVIème arrondissement de Paris tremblaient, le pauvre Baron Hausmann n'ayant sûrement pas prévu qu'un séisme de force 7 pouvait se passer dans la capitale. Le headbooker le plus sage et le plus colérique des deux fit les cent pas dans la pièce, tentant de contenir sa rage pour éviter de lancer quelques bibelots au visage de son collègue.

"-Et tu m'as fait venir pour ça! EN PLUS!
-Ben quoi? J'aime pas les mails, c'est informel...
-Me faire venir de Province pour entendre des sornettes pareilles.
-'Faut pas exagérer! Y a vraiment pas de quoi se mettre dans tous ces états pour une simple promo!"

Excédé, Swanton prit son collègue par le col de son polo.

"-Une promo, ça doit parler de ton catcheur, pas de toi!
-Et on peut pas faire une petite entorse au règlement? Après tout, je suis headbooker...
-C'est un processus dégueulasse pour les autres! Et imagine comment Gbacca et compagnie le prendraient s'ils la lisaient...
-Roh! Non je sais pourquoi tu gueules: c'est parce que tu n'aimes pas la chanson!
-RAAAH!"

Rouge de colère, Swanton Bomb repoussa violemment son homologue dans son fauteuil, mit son manteau sous son bras et partit en claquant la porte. Inquiet, Coffee se précipita dans le couloir et interpella son collègue.

"-C'est parce que tu n'apparais pas dans la chanson? C'est pour ça?! Je peux arranger si tu v...
-Au revoir, Coffee, répond son interlocuteur tranquillement, avec un sang-froid extraordinaire."

Swanton marcha rapidemment dans cette ville qu'il n'aimait guère. D'autant plus qu'il n'est venu finalement que pour entendre ça... Raaah! Que sa vie tranquille provinciale lui manque! Vite! Rejoindre au plus vite Montparnasse et oublier cette folle journée! Dieu merci, il n'y a qu'un seul Coffee! Pour passer le temps, il s'amusa à penser ce que serait devenue la WFA si Coffee était le seul maitre à bord. Puis il se rapella du Royal Rumble et frissonna rien qu'en y pensant.
Il passa le tourniquet et par le plus heureux des hasards, un métro arriva dans la foulée. Finalement, il semblerait que sa bonne étoile lui souriait à nouveau. Bien que toutes les places assises soient prises, la barre métallique trônant au centre du wagon lui semblait être une réponse satisfaisante.

Swanton se laissa aller dans ses pensées, il y avait un peu de distance entre l'endroit où il se trouvait et la gare. Ses yeux divaguèrent et trouvèrent ceux d'une jeune demoiselle, une magnifique brune à peu près de son âge, estimait-il en connaisseur. Swanton savait qu'il allait bientôt quitter Paris, mais pourquoi pas faire un brin de causette avec elle, d'autant qu'elle lui souriait. Trop tard! Quelques secondes après le premier regard, la brunette sortit à la prochaine station. "Flûte, se dit Swanton, tant pis! Après tout, Coffee a presque bien fait de me faire venir sur Paris, héhéhé!"

Mais notre héros ne vit pas arriver deux masses imposantes, deux hommes aux gabarits énormes, de ceux qui sont trop gros pour faire du rugby. Ces deux gaillards se parlèrent en une langue étrangère, aux intonations euro-orientales. Mais en continuant leur conversation, ils ne virent probablement pas Swanton Bomb, qu'ils écrasèrent sans prendre gare. Le malheureux headbooker se retrouva ainsi coincé, les bras coincés dans son dos par l'un des deux, le visage rentrant parfaitement dans l'aisselle méphitique et huileuse de l'autre, qui ne portait qu'un simple marcel. Fait étrange, pensa Swanton, c'est que des places se sont libérés, et le wagon est assez grand pour ne pas se faire écraser ainsi. Mais soit, la carrure de notre ami lui empêcha d'objecter quoique ce soit à ces deux brutes qui n'ont pas du le faire exprès. Mais courage! Penser à sa campagne, penser à la province qui l'attend. Et après tout, cela pourrait être pire, il pourrait y avoir un Roumain qui pousse la chansonnette dans le métropolitain!

-Bonsoir Messieurs et Mesdames!

Et merde... Un gitan débarqua, accompagné d'un petit singe portant un petit gilet et tenu en laisse. Les portes, au bout de plusieurs minutes se fermèrent derrière lui. Il ressemblait trait pour trait à Coffee, se dit Swanton qui avait un champ de vision pourtant limitée. Sauf que Coffee ne porte pas de moustache fournie et ne porte pas de vêtements aussi caricaturaux. A moins que... COFFEE! Notre héros comprit qu'il s'agissait de son collègue, déguisé comme un jour de Mardi Gras. Et ces deux hommes qui le serraient au fond de ce métro... Ils devaient être avec lui! Conspiration! Swanton voulut repousser ceux qui le serraient, mais c'était peine perdue! Autant faire une épreuve de force contre un Rafale dépassant le mur du son. Tant pis, s'énerva Swanton. Penser à sa campagne, penser à sa campagne...

-Et maintenant, dit le Rom à voix haute dans l'indifférence générale, jé vais chanter une chanson à vous! C'est sur oune air bien connu! Ah Paris, amour, toussa! Vous allez reprendre le refrain avec moi qui est très facile apprendre!

Soudain, un ou deux regards à la plus détresse de Swanton, qui cria en vain, se tournèrent vers le Rom. Ce dernier alluma sa radio, et sortit quelques notes de son accordéon, sur lesquels le petit singe se mit à danser.

-On y va?! Bon, 1...2...3!, dit Coffee qui en oublia son accent roumain pour prendre une sorte d'accent de titi parisien.


Citation :
Je n'suis qu'un troubadour
pour vous dire qu'dans qu'ques jours
On va changer de champion poids lourds!

Z'allez voir, j'suis poète,
Avec un air ben chouette,
J'ai fait un truc qui reste dans la têt'!

Pour vous raconter c'la,
Je vais vous dire déjà,
Qu'le champion, ce s'ra mon p'tit gars!

Faut voir ses opposants,
Y'en a un qu'est marrant!
I'se prend pour Dieu,
Sans voir l'état d'ses ch'veux!

Il dit : "j'vais la garder!"
Mensah, ça l'fait loler!
L'a d'jà eu c'te 'tite nature!
Là, l'aura sa ceinture!

AH! AH! AH! AH!
Seth Rollins va s'faire sortir de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

J'passe au deuxième morveux!
Arrogant comme pas deux!
En plus, il s'comporte comm'un merdeux!

Il s'croit être génial
L'"Fune Leuvin' Criminale".
'Voulait un retour monumental.

En feud contr' Barreta,
Il m'a dit "ça m'plait pas!"
Du coup, il va perdre contr' Mensah!

Alors, il comprendra la l'çon,
Qu'il n'est pas aussi bon!
Il en perdra son melon,
à son élimination!

Il repartira alors,
faire sa poule aux oeufs d'or,
Sur son beau plateau TV
Pendant plusieurs longues années!

AH! AH! AH! AH!
CM Punk va s'faire sortir de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

Et le dernier effronté
Qui pense pouvoir gagner
Est pas méchant mais un peu tebê

Il n'pense qu'à s'les faire,
à parler de sa Lumière
mais n'a qu'le charisme d'une fougère.

C'est un ancien champion,
Beau mais sacrément con,
Déjà chanté par un aut' bouffon.

Et quand il viendra
Défier les aut' gars
Il saura alors
Qu'il s'ra vit' mis dehors

Il faudra qu'il sorte
Par la petite porte,
Pour r'venir en lowcard.
Sa lumière, il s'la garde!

AH! AH! AH! AH!
John Morrison va s'faire sortir de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

Ces trois-là sont tous nuls
Ils s'prennent pour des Hercule
Mais ils craignent pourtant tous cette stipul'!

Mensah-X n'a pas peur
Parc' qu'il sait qu'c'est l'plus fort!
Et qu'il sait qu'il sera le vainqueur!

Face aux cinq aut' pitres,
Il va gagner le titre,
Chanté par la foule et par l'arbitre!

Il sortira l'champion
'Vec un marteau-pilon,
Il vir'ra l'Criminale
'Vec un Gory Spécial

Il dégag'ra l'gourou
En lui brisant le cou,
Il dira non sans classe
«Enfin, on titre ma race!»

AH! AH! AH! AH!
Mensah-X va être vainqueur de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

La musique s'arrêta, en même temps que le petit singe fit sa dernière galipette. L'ensemble du wagon applaudit à tout rompre, clairement conquis par la verve du chanteur. Seul Swanton ne put joindre ses deux mains, tout serré qu'il est. Pourtant, il semble qu'aucune personne ne semble s'inquiéter de son sort.

-Et maintenant, Jojo, mon petit singe et fidèle assistant, il va passer parmi vous, pour argent. Moi pauvre, la guerre, Albanie, grande famille, toussa…

Ni une, ni deux, Jojo prit le chapeau feutré de son maitre et passa dans le wagon. Tant émue par la chanson qu'amusée par les voltiges du petit singe, la foule donna généreusement quelques pécules, de quoi remplir de moitié le chapeau! Une seule personne ne donna rien: Swanton, trop occupé à ne pas tomber dans les pommes avec l'odeur. Sans attendre son reste, le petit singe lui fit les poches, comme son maitre lui apprit. Il en sortit des liasses de billets qu'il mit dans le chapeau. La foule applaudit la générosité du headbooker.

-Merci Madame, merci Messieurs! C'est très gentil!, dit le chanteur alors que le métro arriva à destination. Entre temps, le métro s'était arrêté, permettant à Coffee de finir la chanson.

Il poussa sa charrette, accompagné par Jojo, tandis qu'une voix s'éleva dans le public.

-Une autre!
-Oh oui! Une autre chanson!
-UNE AUTRE! UNE AUTRE! UNE AUTRE!

Conquis par la standing ovation du wagon, Coffee se remit en place, au grand dam de son collègue. Les nouveaux passagers s'entassèrent pour écouter la chanson, alors que les petits du public se mirent devant et jouèrent avec le singe. Quelques flashes d'appareil photo de touristes asiatiques éclairèrent le visage souriant de Coffee. La musique, la seule de son répertoire, repartit.

Citation :
Si z'avez bien comptés,
Vous aurez remarqués
Qu'il manque deux mecs à éliminer!

On ne sait pas leurs blases,
Mais je sais qu'ils sont nases,
Et qu'pour certains, ils leur manquent un' case!

Ces deux cocus sur sept,
Mensah leur f'ra leur fête
Qu'ils viennent d'l'opener ou du Gauntlet.

A ces deux-là s'ajoutent
Deux aut' mecs qui sans doute
Vont ramener leurs sciences
Et leurs impuissances

Ce sont des membr' du GANG
Dangereux comme deux mangues
Mais Mensah est serein
Vous connaissez l'refrain:

AH! AH! AH! AH!
Mensah-X va être vainqueur de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

Le premier d'ces gugusses
Fait l'poids d'un omnibus
Et manque sacrément d'astuces!

'Vec sa barbe hirsute,
Il est mauvais en lutte,
Il va tenir une seule minute!

Ce sacré sapajou,
Aussi gourou que vous,
F'rait mieux de rester dans son Bayou!

Il n'a qu'une seule ouaille
Et qu'une chemise d'Hawaï.
Il met son seul chapeau
Mêm' quand il fait pas beau!

Il a sa lanterne
Mais reste tell'ment terne.
Hué par le public,
Il n'est qu'un comique.

AH! AH! AH! AH!
Bray Wyatt va s'faire sortir de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

Mais il va s'qualifier
Car les trois invités
Dans l'Gauntlet sont encore plus mauvais!

Ils se dise' tous hardcores
Mais sont là pour l'folklore:
Le vieux, le cinglé, le bicolore!

Tout d'abord, 'ya l'ancien
Qui catchait plutôt bien,
Mais qui aujourd'hui ne vaut plus rien!

Ensuite, 'ya le timbré
Qu'a rien fait de l'année.
Il a un palmarès
D'une très grande petitesse.

Pour finir, ya la tante
Et sa tenue moulante
Toute de jaune et de noir.
Qui croit à sa victoire?

AH! AH! AH! AH!
Christian, Ambrose et Goldust s'ront même pas dans l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'vous le dis car j'suis head-boo-ker!

Dans le triple threat match,
On espère voir du catch,
Mais j'vous l'dis, autant chercher l'Sasquatch

Y'aura le Banging Gambas
Avant c'était un as
Là, i'va s'manger l'plafond d'pexiglas

L'aut' fait pas fièr'allure
L'est un peu immature
En deux jours, l'a perdu une ceinture.

L'dernier est d'la gangue
Aux yeux d'tous et du GANG.
S'il assure le spectacle,
Ce s'rait d'jà un miracle!

Qui sortira vainqueur
De ce bel opener?
J'm'en moque un petit peu,
Mensah vaut bien mieux qu'eux

AH! AH! AH! AH!
J'sais pas qui entre Barreta, Kozlov et Cesaro s'ra dans l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
L'principal, c'est que Mensah en soit vainqueur!

Et Mensah, à ce jour,
Sera l'champion poids lourds
Il d'vra faire attention aux vautours!

En effet, deux pauv'mecs
Qui n'val'pas un kopeck
Veulent, pour l'GANG, le mettre en échec.

L'un,'vec sa batte de fer,
Se prend pour un bon père
Mêm'si l'est soumis à un milliardaire.

L'aut', de façon notoire,
Va rentrer dans l'histoire.
Quand il viendra casher,
Il va subir l'tombé.

Mais mon Mensah, sans cesse,
Port'ra des SOS!
Mon Mensah, en nonstop
Leur port'ra des boom drop!

AH! AH! AH! AH!
Hunico, Brodie Lee et les autres n'verront l'jour à No Way Ouuuuuut!
AH! AH! AH! AH!
J'vous l'dis sans nulle doute!

Et pourquoi cela? Parce que…

AH! AH! AH! AH!
Mensah-X va être champion du monde poids loooouuuuurds!
AH! AH! AH! AH!
Et ça va durer pour toujours!

Une dernière fois! Tous en choeur!

AH! AH! AH! AH!
Mensah-X va être vainqueur de l'Elimination Chambeeeeeer!
AH! AH! AH! AH!
J'le sais car j'suis head-boo-ker!

Quelle triomphe pour un simple chanteur de métro! Le wagon est debout, à applaudir comme s'ils avaient écouté du classique! Coffee semble être très ému, et remercia le public par des révérences et des baisers de la main. Son petit singe repassa parmi la foule, qui revient avec un chapeau plein à ras bord. Seul Swanton n'eut pas donné. Par dépit, le petit singe lui mordit l'oreille jusqu'au sang, faisant poussé au headbooker un cri étouffé. Le public était trop occupé à venir serrer la main de Coffee, et tous lui demandèrent où achetait son single.

-Il est déjà en vente dans les points de vente habituels! Et déjà diffusé sur plusieurs radios françaises! Radio Tourcoing, Bourgogne FM, Amiens Ondes… toute la France peut l'écouter!

Une fois le wagon vidé, Coffee se dirigea vers Swanton, toujours collé entre les deux hommes.

-Tu vois qu'elle plait, ma chanson!
-MMMMMM!
-Oui, je sais, je n'ai pas parlé de Randy Orton ou du Pope! Mais quelle triomphe!
-MMMMMMMMMMMM!!!!!!!
-Ah oui, je vais te libérer, mais avant signe ce papier. Il dit que Mensah-X sera vainqueur et champion poids lourds à No Way Out. Et que Brodie Lee cashera sur l'autre ceinture.

De sa main droite, Swanton signa le document, qui précisait aussi que Coffee prendra la part des prostituées et de l'argent donné par les managers sur cette session et sur celle de Wrestlemania.
Coffee partit avec Jojo sur son épaule, son matériel dans la main, le contrat dans la poche. Swanton est toujours coincé.

-Au fait, je ne sais plus si Jojo est à jour dans ses vaccins. Tu devrais consulter, il a eu la rage il y a deux semaines. Ah et ces deux messieurs vont t'accompagner jusqu'à ta destination finale. Rentre bien!

Les portes se fermèrent sur ces terribles mots pour Swanton. Penser à la campagne, penser à la campagne, penser à la campagne...
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4748
Age : 29
Localisation : Dans le TARDIS.

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyDim 8 Mar - 14:09

Promo Daniel Bryan




Dimanche 7 mars

7h00 du matin

Nous retrouvons le champion Pure dans une église légèrement éclairée par la lumière des lampadaires. On apperçoit Daniel Bryan entrer par la grande porte de l'édifice religieux.
On y voit des arcades du lieu saint, éclairé par des bougies. Le pasteur arrive rapidement ensuite, il s'agit du Pope D'angelo Dinero ! Les deux hommes se retrouvent finalement au parloir, séparé simplement par une plaque de bois avec quelques trous. Dinero prend le premier la parole pour demander à Bryan se qu'il fait dans son église...


Bryan : J'ai péché mon Père.

The Pope : C'est à dire ?

Bryan : J'ai promis à ceux qui me sont fidèle de débarrasser la WFA du Gang, mais je n'ai pas su y arriver...

The Pope : Que s'est-il passé ?

Bryan : Le Gang... j'ai beau en avoir battu plusieurs, ils reviennent toujours plus fort, les défaites ne leurs font rien... Mais tout cela ressemble à des excuses...

The Pope : Tu sais Daniel, Dieu préconise de pardonner à ceux qui nous font du mal, pourquoi ne pas en faire de même ?

Bryan : Comme tu dois le savoir, je ne suis pas ce qu'on pourrait appeler le plus croyant de tes fidèles et en vérité je considère la religion comme un refuge de plus pour ceux incapable de voir ce monde en face...

The Pope : Chacun a son propre avis sur la religion. Pour la plupart des gens que je vois, ils souhaitent être guidé après avoir commis nombres de pêchés, ils cherchent tous l'absolution.

Bryan : Mais moi je ne cherche pas l'absolution. La seule envie qui me prend maintenant c'est une vengeance froide et sans remords... Mais je ne sais pas pourquoi je suis venue presque seul ici, comme si mon corps bougeait par sa propre volonté...

The Pope : L'absolution n'est pas ce que tu crois surtout que pour bien te connaître, je sais que tu n'as rien à te faire pardonner. Mais je t'en pris, renonce à cette vengeance qui ne t'apportera rien de bon.

Bryan : Comment est-ce que je pourrais renoncer à cette vengeance ?! Mes propres fidèles voudront eux aussi vengeance après tout ce que les membres du Gang ont fait ! Et puis il y a aussi tout le personnel de la WFA et les jeunes catcheurs qui ont vécu un véritable calvaire en coulisse par leur faute ! Mais je n'ai pas besoin de rentrer dans les détails, tu bosses à la WFA, tu sais de quoi je parle !

The Pope : Alors fais passer le message à tes fidèles pour que ces derniers aussi renoncent à cette idée de vengeance. Maintenant il est temps pour moi d'y aller, je dois préparer la prochaine messe mais réfléchis bien à mes paroles et reste pour la messe, elle t'apportera peut être des réponses à tes questions.

Le Pasteur D'angelo Dinero sort de sa cabine alors que Daniel Bryan reste plutôt dubitatif.


Dimanche 7 mars

11h00

Il est maintenant l'heure de la messe. Daniel se joint aux fidèles présents. Le Pasteur fait son sermon habituel alors que le champion Pure réfléchit toujours à cette discussion. Soudain, et sous les paroles du Pasteur, Bryan se leva et avança vers l'autel et le Pope. Daniel prit alors le micro en poussant le Pasteur sur le côté...

Bryan : Pourquoi ? Pourquoi devrais-je renoncer à cette vengeance ? Cet homme qui se tient devant vous m'a dit que je devais l'oublier et pardonner ceux qui m'ont fait du mal. Pourquoi devrais-je faire cela ? Vont-ils oublier eux ? Je connais déjà la réponse à cette question, NO ! Ces hommes s'en sont pris à moi pour faire leur marque. Ils s'en sont pris à moi car ils ne voyaient pas d'autre issu, d'autre fatalité a leur carrière déclinante. Ils ont eux mêmes utilisés la vengeance sur moi, ne serait-il pas justice que j'en fasse de même ?

L'audience semble plutôt déconcerté par le discours de Daniel Bryan. Ce dernier se tourne vers le Pasteur cherchant une réponse à la question qu'il vient de poser. Le Pope ne semble pas non plus avoir de réponse à cette question et se contente de regarder Bryan d'un air déconcerté.

Bryan : La religion n'a-t-elle donc aucune réponse à apporter à cette question ? Ce sont bien là les limites de cette dernière ! Elle est empêtrée dans le rudimentaire, ne cherchant en aucun cas à se moderniser pour s'adapter à l'époque qu'est la notre. Comment pourrait-elle m'aider si elle ne sait pas répondre à cette simple question ? Ma vie a été fait d'obstacles, les unes après les autres, ils s'enchaînent sans fin. Ce n'est pas la religion qui m'a aidé à franchir ces obstacles et virer ceux qui se trouvaient aux sommets de ces derniers. La vengeance, voilà un bien bon mot. Ma vengeance ? Je ne l'oublierais pas, tout comme ces hommes n'oublieront pas de m'attaquer à nouveau dès qu'ils en auront l'occasion. C'est là tout ce qu'ils savent faire, venir me prendre à partie lorsque je suis épuisé et me tabasser ensuite. Ils appellent ça faire un impact, moi j'appelle ça être aveugle. Peut être que la religion pourra faire quelque chose pour eux, peut être que les Saints ici représenté leur ouvriront la voie vers une illumination, une nouvelle vie. Mais ce que je sais, c'est que ces Saints là ne sont pas pour moi. Je vais créer ma propre destiné. Destiné qui commence des le prochain show de la WFA que je m'en vais rejoindre de ce pas !

D'angelo Dinero reste dubitatif et va alors vers Bryan pour lui dire que son comportement dans ces lieux n'est pas digne d'un champion Pure mais ce dernier le pousse en lui redonnant le micro et lui dit que c'est la réponse qu'il a trouvé à sa question. Bryan part ensuite en direction de la sortie, laissant l'audience abasourdît.


Dimanche 7 mars

19h30 - WFA-city, dans l'arena appartenant à la fédération.

La foule s'installe pour cet house show. Beaucoup de monde est déjà là alors que le show ne commence que dans une heure. C'est alors qu'une voix se fait entendre dans toute l'arène. Elle est diffusé dans les hauts-parleurs et les gens cherchent alors celui qui parle avec un micro. Les spots se dirigent tous alors vers un endroit précis et ce n'est autre que sur un balcon que l'on retrouve l'actuel champion Pure ! Ce dernier fait signe à tout le monde de regarder par là avant de leur dire d'attendre. Bryan n'est alors plus visible au balcon mais après quelques secondes, on peut le voir juste en dessous du balcon, au milieu des fans ! Il se fait alors acclamer par ces derniers qui entament un chant YES ! Bryan leur dit de se calmer et il prend la parole...

Bryan : Je vous pose une question, qui est le champion Pure de cette fédération ?

Tous les fans sans exception crie alors Daniel Bryan de vive voix, ce qui fait sourire ce dernier qui reprend ensuite la parole.

Bryan : En effet, je vous avez prévenue que je battrais Antonio Cesaro et c'est ce que j'ai fait !

Daniel prend une pause rapide pour regarder la foule puis, tout aussi rapidement, il reprend la parole.

Bryan : Le Royal Rumble fut source de surprise. Ce Pay Per View a vu Kevin Steen être couronné de succès pour avoir gagné le match du Rumble.

Les fans entament alors un chant Kevin Steen tout aussi vif que le précédent. Bryan sourit brièvement avant de reprendre la parole.

Bryan : A croire que vous êtes plus intelligent que les blaireaux qui gèrent cette fédération. Une opportunité, c'est tout ce qu'il lui a fallu pour montrer sa supériorité sur le Gang et il a maintenant la chance de pouvoir faire le main event de Wrestlemania, et moi ? Le champion Pure ? Qu'ai-je reçu durant ce Pay Per View ? Un gamin incapable de se gérer que j'ai remis à sa place aussitôt qu'il a essayé d'être plus gros qu'il ne l'était. Voilà ce que l'on donne au champion Pure. On a peur de moi, alors on me donne les plus mauvais membre du Gang. Honnêtement, dans deux mois vous souviendrez-vous de ce match au Royal Rumble ? Moi non plus. Une opportunité qu'on ne veut pas me donner, une opportunité qui me suffirait pour rafler ce titre mondial appartenant à Lesnar et de réduire le Gang en poussière ! Ne vous méprenez pas, je ne suis pas venue là pour me plaindre, je ne vais pas vous cassez les oreilles pour quelque chose dont vous vous fichez sûrement. Non rien de tout cela, je suis simplement ici pour dénoncer. Oui je dénonce, je suis comme ça ! Parce-que tous ce que vous voyez, vous pensez que c'est le reflet de la réalité, vous pensez que c'est ainsi qu'est classé le talent dans cette fédération ? Si vous pensez cela, je vous pris cordialement d'aller vous faire foutre. Maintenant que cela est fait, vous pouvez revenir et écouter ce que j'ai à dire. Le fait est que cette fédération, depuis que j'y suis, ne m'a jamais vraiment aimé. Le fait est que cette fédération a toujours préféré certaine tête comme les membres du Gang à la mienne pensant que cela est bon pour eux. Le fait est que j'ai toujours été relégué à la seconde classe car il ne voyait pas en moi le potentiel d'une tête d'affiche, d'un représentant de cette fédération. Ils ne voient en moi qu'une simple personne. Et c'est exactement la même chose pour des DH Smith, Trent Barreta ou encore Goldust !

Les fans huent alors ce fait. Bryan leur dit de se calmer alors qu'il s'assit au milieu d'une rangée de siège et approche le micro de sa bouche.

Bryan : Mais ce n'est pas ça le vrai problème, car s'ils avaient un minimum d'intelligence ils auraient reconnu en nous les potentiels têtes d'affiche, ils auraient reconnu que nous sommes les meilleurs dans ce sport ! Mais la vérité, c'est qu'ils n'ont tout simplement pas cette intelligence. Ou plutôt si, ils l'ont, mais ils préfèrent s'entourer d'idiots, de mecs musclés, riches, ou même des fils de. Le fait est que cette fédération est donc dirigé par des blaireaux ou plutôt un blaireau qui n'est pas capable de gérer autre chose que son cul. Ils préfèrent voir tout le temps les mêmes têtes autour de lui plutôt que de changer quoique ce soit. Mais non, mesdames et messieurs, moi je ne passerais pas sous ce bureau afin de me faire voir. Je n'ai pas besoin de ça pour me faire voir. Depuis que je suis ici, j'ai sûrement livré les plus beaux matchs de cette fédération. J'ai sûrement livré les plus belles rivalités qu'elles soient de bas étages ou pas. Regardez ma rivalité contre la SES, un classique. Mon match contre Brock Lesnar que j'ai battu il y a deux ans ? Un autre classique ! Mais selon leur code je n'ai rien d'une tête d'affiche que l'on pourrait mettre sur tout les posters. C'est à peine si je suis promu pour les shows. Avez-vous entendu parler du fait que je sois présent pour ce show ? Évidemment que non, mais cela semblait évidemment ? Alors pourquoi tout les autres sont promu pour ce show et pas moi ? La logique de cette fédération m'échappe...

Les fans recommencent alors avec un chant YES. Le champion rigole avant de reprendre la parole.

Bryan : Vous chantez en mon honneur mais ce n'est pas pour autant qu'ils vous écoutent. D'ailleurs, une autre manière de me traiter de cette fédération c'est sûrement de m'opposer à des adversaires qui n'en valent pas la peine. Antonio Cesaro... Et maintenant qui ? Hunico? Super ! Plutôt qu'affronter les vrais membres du Gang comme Orton, Lesnar, ou Dibiase, j'affronte leur pute ! On sait tous pourquoi il a fait tout ça ! On sait tous qu'il est là pour nourrir sa famille en jouant les mercenaires... Mais bien sur ! En réalité, il est seulement là pour voler le peu de spot que l'on m’attribue. Mais vous savez quoi ? Il se pense dangereux ! Oui retenez bien ça mesdames et messieurs, une vieille batte de Baseball fait de vous quelqu'un d'extrêmement dangereux lorsque vous attaquez les gens en traite ! Mais qu'en est-il dans le ring ? Qu'en est-il entre ces quatre cordes là-bas ? Il n'est rien tout simplement. Ce n'est pas parce-qu'il a récupéré un bout de bois qu'il faut qu'il se sente pousser des ailes. Le fait est qu'il est pareil que Cesaro, une bien grande bouche pour pas beaucoup d'action. Hunico, tu n'arrives pas à la cheville de ce que j'ai accomplis ici. Je suis un multiple Champion dans plusieurs fédérations gamin, alors il faudra revenir me voir lorsque tu auras ne serait-ce que fait le quart de tout cela. Hunico n'est personne ici. Ce n'est que quelqu'un qui se balade avec une batte pensant qu'il fait peur et qu'il sort tout droit d'un film d'horreur. J'ai une news pour lui, il ne gagnera pas ce match face à moi car la raison, je viens de la citer. Ce n'est qu'un autre toutou qu'on envoie pour m'affronter, pour éviter que je ne monte trop haut. Là-haut, ils ont peur que je puisse me venger du Gang et ils font bien car aucun membre du Gang ne m'arrivent pas à la cheville. Qu'il en soit conscient ou non, Hunico joue juste le petit toutou. Si je pouvais, je ne me présenterais même pas à ce match tant cela est rabaissant pour moi. Mais le fait que les idiots qui gère cette fédération n'hésiterons pas à me tomber dessus et à me congédier si je ne viens pas. C'est une chose certaine qui ne se produirait sûrement pas pour d'autres personnes ici dont je ne citerais pas le nom ne serait-ce que pour qu'il garde le peu de dignité qu'il leur reste. Cette fédération ne me garde que pour faire de moi un gentil toutou docile mais je ne m'appelle pas Hunico. Je ne suis pas un toutou docile, je suis un chien d'attaque qui n'hésitera pas à mordre quand il sera temps de se venger. Hunico n'est rien si ce n'est l'un des représentants de ceux du Gang pour m'empêcher d'avancer vers eux. Car ne vous méprenez pas, il n'est pas un vrai adversaire, il n'est rien d'autre qu'une embûche sur ma route, embûche que je vais rapidement virer de là pour aller déranger ceux qui dirigent ce grand bordel appelé WFA !

Daniel Bryan se releva alors et resta debout sur son siège. Il lève alors les bras en l'air et les fans sont derrière lui comme le prouve le chant YES qui fédère toute la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 29
Localisation : Pays Catalan

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyDim 8 Mar - 14:33

Tu ne m'attrapera jamais inspecteur Boobies Roots ! HOHO ! HAHA ! HUHU ! HIHI ! HAHA ! HOHO ! HI ! HA ! HO !
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 9 Mar - 1:05

Il reste une semaine moins une heure avant la fin des promos et de commenter le dernier SD!
Revenir en haut Aller en bas
Showtime
Administrateur
Showtime

Messages : 6877
Age : 25
Localisation : Under a six sided ring
Humeur : Aqueuse

Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 EmptyLun 9 Mar - 16:36

Promo Goldust :


Nous nous trouvons dans le dojo de l’Equality of Chance, une réunion de crise exceptionnelle est organisée entre Dylan Alexander Remington et Goldust pour préparer le match face à Bray Wyatt, les autres membres de l’EoC sont excusés pour cause de poneys pour les uns et de ski sous-marin pour les autres.

DAR : « La situation est grave Dustin, tu vas devoir apprendre à lutter différemment pour ce match très spécial ! Tu sais que tu n’as pas été toi-même depuis la perte du titre hardcore, il est temps de te ressaisir. La WFA applique enfin en partie l’égalité des chances et par miracle on se retrouve avec toi dans ce gauntlet pour entrer dans l’Elimination Chamber ! Tu n’as pas été très présent en backstage et même si tu as tes raisons, il est désormais temps de prouver aux autres lutteurs et aux dirigeants que tu as toujours ce qu’il faut pour être un des membres clés de cette fédération. Pour cela il va falloir que tu apprennes à saisir les opportunités qui se présentent à toi, on n’aura pas le temps de te rendre plus puissant que Bray Wyatt en seulement deux semaines,  mais c’est un gauntlet et si tu te débrouilles bien et que tu passes après Christian et Ambrose, tu pourras battre Wyatt !  Qui sait, peut-être que les managers de Wyatt, Ambrose et Christian n’auront pas le temps de faire leur promo auprès de la direction et personne ne sait encore qui sera champion du monde, c’est ton moment de prouver que tu peux saisir une opportunité et même si tu n’arrives pas à gagner le titre de WHC, tu peux et tu DOIS prouver à tous que la prochaine fois qu’ils planifient un Main Event, le nom de Goldust sera évoqué et que le nom de Goldust ne sera plus jamais oublié ! Il est temps pour toi de commencer ton dernier run, il ne te reste plus beaucoup d’année avant ta retraite, il est temps de te diriger vers une fin au sommet ! »

Goldust se relève, manifestement très motivé !

DAR : « Comment faire maintenant me diras-tu, et bien comme je te l’ai dit, ce PPV, tu ne feras pas dans la dentelle, tu dois apprendre à devenir un opportuniste ! Tu devras être capable de profiter des erreurs de tes adversaires, de t’assurer que Christian et Ambrose amochent Bray juste assez pour que tu puisses le battre sans risquer que  l’un d’entre eux ne puisse gagner. La chance que nous avons est que Wyatt et Ambrose sont des enfoirés et qu’il ne sera pas dur de mettre la morale de côté et d’utiliser tous nos moyens pour les vaincre ! Je t’ai donc concocté un entrainement spécial avec les plus grands opportunistes de l’histoire, tu vas oublier le temps d’un  PPV ce que c’est d’être toujours fair-play ! Ce PPV c’est Goldust avant tout, l’EoC avant tout, Dustin avant tout, ton héritage avant tout ! »

DAR quitte alors la pièce, laissant Goldust seul au milieu du ring. Goldust se demande ce qu’il doit faire, il hésite longuement à quitter la pièce à  son tour, après 5, 10, 15 minutes, toujours rien ! Il s’approche alors du ring au fond du dojo, voulant un peu courir dans les cordes pour améliorer sa cardio. Il est debout près du ring quand soudain une main surgit d’en dessous du ring et le saisit par les chevilles le faisant tombé sur le dos ! Un homme sort alors d’en dessous du ring, un masque de motard sur la tête et met le pied sur la poitrine d’un Goldust manifestement surpris et toujours au sol.

Goldust : « Mais qui êtes-vous ?!? »

Homme masqué, enlevant son casque : « Mon nom est,…. Edge ! »

Edge se met à chanter son theme song et à imiter les voix de Jim Ross et de Jerry Lawler, « It’s the Ultimate Opportunist, OUT OF NOWHERE ! » « Baw God King ! »

Goldust : « Mais pourquoi ?? »

Edge : « Dylan m’a demandé de t’apprendre comment devenir un opportuniste tout comme moi, et je vois que tu as pas mal de boulot devant toi ! »

Goldust : « Excellent, je crois que personne n’est mieux placé que toi pour m’aider à me préparer pour ce match ! »

Edge : « Oh je ne serais pas seul, une équipe de choc m’accompagne, mais avant que je ne les fasse rentrés, as-tu des questions ? »

Goldust : « Une seule, pourquoi m’aides-tu alors que dans ce match se trouve Christian, un de tes meilleurs amis ? »

Edge : « Oh c’est très simple, ceci est une promo pour une fédération de catch (virtuelle), au diable la logique ! Ne pose plus de questions stupides ! Et sans plus attendre, voici les autres membres de mon équipe pour t’entrainer en manière d’opportunisme ! »

Entrent alors trois hommes masqués.

Goldust : « Pourquoi les masques ?»

Edge : « En plus de l’opportunisme j’aime vraiment faire le show ! Je ne t’avais pas dit de plus poser de questions stupides ? Franchement ce genre de questions juste pour rallonger ce segment ça sert plus à rien, il y a qu’à l’époque de RockBottom que la longueur de la promo était plus importante que le contenu ! Bref continuons ! Je te présente mon premier associé, Kevin-Steve, supporter de l’Italie, puis de l’Espagne puis de l’Allemagne, mais également Steve-Kevin à sa droite, supporter du Barça, puis du Bayern, puis du PSG, puis de l’Atlético et depuis quelques semaines de nouveau du Barça. »
Goldust saisit alors les deux hommes par l’arrière de la tête et les écrase tête contre tête : « Ça c’est au nom de tous les fans de foot. »

Edge : « C’est malin ça on en avait encore besoin, enfin on commencera par mon troisième invité du coup, veuillez tous applaudir, Pipo Inzaghi !!! »

Pipo enlève alors son casque et alors que le terrain de foot le plus proche se situe à plusieurs dizaines de kilomètres de là, se retrouve hors-jeu d’un bon mètre ! L’arbitre assistant ne le signale cependant pas (bon cette fois en toute bonne foi, l’assistant se trouvant à plusieurs dizaines de kilomètres de là ne pouvait vraiment pas le voir), ce qui permet à Inzaghi de propulser son casque au fond des filets à l’arrière du dojo EoC !

Goldust : « Très très impressionnant ! Franchement bravo ! »

Inzaghi : « Grazie l’ami, mais c’est ça l’expérience, on va tout t’apprendre avec Edge ! »

Et ainsi l’entraiment de Goldust commença !


Goldust : « Ouf c’était vraiment vraiment fatiguant et long à décrire cette première partie de l’entrainement ! Heureusement qu’on a inventé les montages ! Pourtant toi t’étais vraiment très très très très bronzé pendant cet entrainement Edge ! Et Pipo est devenu très féminin ! »

Edge : « Oui et toi t’avais un très gros nez, et ne reparlons plus jamais de ce qui s’est passé sur cette plage, sinon Beth va me tuer ! »

Goldust : « Ca marche ! Et si on passait à la partie opportunisme de l’entrainement ? »

Edge : « Très bien, rend toi dans le ring avec les deux imbéciles, Pipo et moi allons t’observer pendant un 3 way ! »

Goldust : « Ah non ils sont un peu jeunes pour moi ! Je suis bien éduqué mais je ne suis pas un curé pour la peine »

Edge : « Je parlais d’un match idiot, allez c’est parti ! »

Goldust est dans le ring avec Kevin-Steve et Steve-Kevin, Edge fait sonner une cloche et Goldust se précipite sur un de ses adversaires.

Edge : « Non !!! Tu peux-pas juste te lancer comme ça dans le combat, tu dois quitter le ring et les laisser se battre et se fatiguer ! Tu peux même te lancer sur un d’entre eux, te prendre un ou deux coups et puis sortir du ring en faisant semblant d’avoir mal pour qu’ils s’entretuent sans que tu te fatigues. »

Goldust quitte donc le ring et attend de longues minutes sur le bord du ring, Edge lui expliquant quoi faire. Après quelques minutes, Kevin-Steve porte son finisher sur Steve-Kevin, Goldust applique à la lettre la technique d’Edge, il monte dans le ring, donne un coup par derrière à Kevin-Steve, lui porte son finsiher et fait rapidement le tombé sur Steve-Kevin, Pipo compte, 1, 2, 3 !

Edge : « Voilà tu as exactement compris le principe désormais ! Au PPV tu auras des objets et avec un peu de chance une cage au deuxième match pour te battre, donc pense à les utiliser à ton avantage tout en ne te blessant pas, tu risques d’avoir deux gros matchs le même soir, d’où l’importance de la leçon  de Pipo ! »

Pipo : « Voici la leçon la plus importante pour le PPV, tu dois réussir à devenir invisible, inexistant, tu dois te faire oublier de tous, sauf des bookers bien évidement , Christian, Wyatt et Ambrose doivent oublier que tu es dans le Gauntlet, les lutteurs de l’Elimination Chamber doivent oublier qu’il existe une possibilité pour toi de participer et de gagner, fais-toi oublier, sois à la limite du hors-jeu et puis au dernier moment gagne nous ça ! »

Goldust semble un peu inquiet à l’idée de devoir laisser pour un soir son sens morale de côté, mais il est désormais temps de remonter dans la carte !

Pipo : « Allez, maintenant je vais te montrer comment célébrer une victoire volée à un House Show comme si tu avais gagné la coupe du monde ! »

Sur ce les portes du dojo se referment et l’écran devient noir !

_________________
Promos No Way Out 2015 Bfg10

Pool catch:
 
[size=12]Showtime[/size]

Xavier Woods - Rollins -Big Cass - AJ Styles - Alberto Del Rio - Ambrose
Heath Slater - Jack Swagger - Erick Rowan - Kane
Becky Lynch Paige
Alexander Wolfe

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Promos No Way Out 2015 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Promos No Way Out 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» enduro Anjou Carpe 2015
» LA HOPMAN CUP 2015
» [Résultats] Main Event du 24/02/2015
» Flèche Vélocio 2015
» Trail 1000D de la forêt de Mervent en 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: E-Fed :: Promotions-