Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics à commencer, c'est par que ça se passe !
Notre débrief de AEW Double Or Nothing est ici

Partagez | 
 

 Review du House Show de Paris Bercy 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sharpshooter
VIP
Sharpshooter

Messages : 6431
Age : 29
Humeur : Can it wait for a bit? I'm in the middle of some calibrations

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 21:46

Vendredi dernier, la WWE faisait son escale annuelle dans la capitale, l'occasion d'un grand house-show impliquant les catcheurs de RAW. Pour l'occasion, les grandes manœuvres étaient de mise sur Catch Asylum puisque pas moins de quatre membres du staff ont mobilisés pour l'occasion, ces derniers s'étant préparés en amont pendant des semaines et des semaines pour arriver dans les meilleures conditions possibles pour cet événement ! Pas vrai les gars ?

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_10
Mouais ! Mouais ! Mouais ! Mouais ! Mouais ! Mouais !

Cette photo a une histoire. J'ai pas dit qu'elle était passionnante, mais elle en a une. Tout commence à 11h40. Sharpshooter s'étant gentiment proposé pour héberger Meryhor et Gbacca profite d'une nouvelle journée de glandage sans cours pour aller chercher le premier à la descente du train provenant de sa Bretagne. Au milieu d'un pélerinage de bigoudènes et de marins pêcheurs se dessine une paire de boots en cuir noir. Pas de doute, c'est soit Mery, soit un Ramoneur de Menhirs. Les présentations faites (c'était bien Meryhor, hein, je précise au cas où), nous nous félicitons d'avoir enfin pu nous croiser IRL, après une première tentative avortée au Paris Manga. Nous quittons la Gare Montparnasse pour rejoindre la deuxième étape de notre périple, la gare de Lyon ; le temps nous permet de placer quelques vannes sur la Bretagne, l'occasion de vérifier un proverbe breton que j'ai oublié depuis mais qu'on pourrait résumer ainsi : en Bretagne, il plus deux fois par an : le 15 août et les autres jours.
Nous cherchons de quoi nous sustenter. Evidemment, les alentours de la gare de Lyon sont déserts. Et il pleut. Il pleut. Des fois ça s'arrête, mais ça reprend tout de suite après. Bref, on est bien. Mais on crève toujours la dalle. Résultat : j'initie Mery à la gastronomie parisienne de qualité.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Restaurant-subway-bd-pas
Enfin bref...

Une fois nos estomacs repus et le rendez-vous pris avec notre futur diabète, nous attendons le Wookie à la Gare de Lyon en discutant catch. Le soleil est revenu, mais nous ne sommes pas dupes : nous savons que Fâkhr arrive. Premier signe qui ne trompe pas : le TGV de Gbacca en provenance de Dijon arrive à l'heure. Sauf qu'on ne voit pas Gbacca arriver. Cinquante, cent, deux cent passagers... et toujours pas de personnage assez poilu pour reconnaître notre Wookie. Il s'avérait en réalité que ce dernier était dans l'un des wagons de queue du train, et qu'il a dû se traîner sur la longueur du quai entier. Rien de bien méchant, mais mieux vaut commencer simple.

Bon an mal an, une fois les introductions faites, nous nous mettons en route pour Bercy. Nous évitons les hordes de bénévoles de la Croix-Rouge, nous passons sous les arcanes du ministère des finances, où nous croisons un campement sauvage de SDF et nous arrivons en face du POPB, où une boutique officielle permet aux spectateurs en avance de faire leurs emplettes avant même que les portes s'ouvrent. Et l'on doit reconnaître que l'on est un peu déçus : peu de T-Shirts différents, dont certains vraiment importables (un d'Orton, très moche, avec juste un tête de squelette dessus, le dernier T-shirt de Ziggler, rose fluo...). Qui plus est, on trouve des T-shirts de Triple H, Alberto del Rio, Orton... Que des catcheurs qui ne seront pas là ce soir. Et quand on a la chance de tomber sur un catcheur de RAW, un seul modèle est dispo, le plus récent ! Si vous comptiez vous acheter le légendaire « Best in the World » blanc de CM Punk, vous pouvez vous brosser, alors que le T-Shirt est encore assez massivement vendu. Au final, hormis quelques smarts Zigglermaniacs qui feront le grand saut vers le rose, deux T-shirts ont réellement un intérêt : ceux de CM Punk (le gris) et celui de John Cena (le vert). Au final, l'aréna complète sera aux couleurs des deux hommes, l'occasion pour Meryhor de déplorer une nouvelle fois la mainstreamisation de son idole. On remarquera aussi que des autographes de CM Punk sont en vente, et nous pensons à notre cher TS17, sans doute en train de poireauter depuis cinq heures sous la pluie devant le Virgin Megastore.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Imgp1310
Dépités, Gbacca et Meryhor envisagent même de s'initier au little-jimmisme, c'est dire !

Quelques minutes plus tard, nous retrouvons Orange Sanguine devant l'arène. Nous allons déposer nos affaires dans sa voiture dans le parking le plus proche. Et c'est là que Fâkhr choisit de sévir et s'attaqua au coffre de la voiture d'OS, qui dût s'employer une bonne dizaine de fois pour enfin fermer ce coffre récalcitrant. Il est environ 16h et les portes n'ouvrent que deux heures plus tard. Résultat : nous nous traînons jusque dans une salle d'arcade place de la Nation, où nous étrennons une nouvelle méthode de rentabilisation du temps : « Deux minutes sur la borne, deux heures sur la banquette ». Voilà l'histoire de cette photo. Pendant que mes trois collègues se la coulent douce sur le canapé, je me dévoue à tâter de la bête. Et y a pas à dire, s'il y a bien quelqu'un ici qui gère aux bornes d'arcade... ce n'est certainement pas moi. Triomphalement dépité (on va dire que c'est Fâkhr), je remballe mon ego blessé et nous repartons, sous la pluie encore, vers le POPB.

Il est 18h. Nous sommes à Bercy, et nous voyons la file des spectateurs VIP dans laquelle Gbacca doit attendre. Nous nous foutons de sa gueule. On croise Philippe Chéreau en train d'enregistrer un numéro de son émission sur AB1. Et l'espace de quelques minutes, nous croisons la délégation des CDC dépêchée sur place, l'occasion de nouer le contact avec quelques-uns de nos sympathiques partenaires.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_13
Poignée de main diplomatique avec Silvernights des CDC. Vous remarquerez au passage qu'il s'est vengé du AA de TDS sur la photo précédente en le dévorant tout simplement. Salutations au passage à Calikrillmero, b.b lulu (qui n'a pas bien compris où était l'objectif apparemment^^) et un jeune CdCiste dont j'ai oublié le nom avec sa petite amie.

Nous pénétrons enfin dans l'arène et nous nous séparons puisque nous avons eu la mauvaise idée d'acheter les places séparément, erreur que nous ne commettrons plus la prochaine fois ! D'autant que, les uns étant dans les gradins et les autres dans les tribunes, nous ne pouvions pas nous regrouper par la suite. Le reste de cette review sera donc le reflet de ma propre expérience du show, et j'encourage tous ceux qui ont participé au show à en faire de même dans les commentaires, tant je sais que celles-ci ont pu être diverses. Première constatation : l'arène n'est pas totalement pleine. Elle est plutôt bien remplie, mais il y a çà et là quelques rangs clairsemés. Je ne sais pas si c'est la première fois, je me garderais donc de parler de déclin, mais il y avait à mon avis encore pas mal de tickets invendus. Deuxièmement, l'installation logistique est meilleure que ce dont on m'avait prévenu. Il n'y a pas de titantron à proprement parler, mais quatre écrans disposés en hauteur grâce auxquels nous aurons même droit à de courts segments backstage. Bref, du basique, mais on sent quand même un petit effort sur la forme, et ça ajoute à l'expérience. Vient enfin la question épineuse des voisins de rangée. Et bien sur ce point je me considère comme très chanceux par rapport à mes collègues car j'ai eu la chance d'avoir de tout. A ma droite, une famille avec ses trois enfants, à fond dans le kayfabe, pro-face pendant toute la soirée. En face, deux potes et un couple, plus smarts, aux réactions plus panachées (je reviendrais au cas par cas), et qui en plus étaient actifs question chants. Et à gauche, une fratrie de jeunes, aux réactions elles aussi beaucoup plus complexes que celles auxquelles je m'attendais. Autour de moi, beaucoup de « smarts », plus que la moyenne dans la salle, donneront une ambiance dans mon soin qui sera un peu différente de celles d'autres endroits de la salle. L'occasion pour moi de découvrir à quel point la perception que l'on peut avoir de l'ambiance d'un show n'est que partielle. Une foule ne réagit pas pareil d'une face à l'autre, selon que l'on est en ringside ou tout en haut. Ca paraît bête dit comme ça, mais il faut le vivre pour comprendre. Quand certains clameront que la foule du house show a été moyenne, je dirais quant à moi qu'elle a été très bonne, car j'ai vécu des expériences que d'autres, à l'extrémité de l'arène n'auront pas vécu. Bref, l'ambiance dans mon coin fut excellente et conviviale, les gens s'échangeant fréquemment leurs appareils pour se faire prendre en photo.

Le show s'ouvre sur un Justin Roberts toujours tiré à quatre épingles venu chauffer la foule. Et quand on l'entend parler, on comprend pourquoi ce type est devenu l'annonceur numéro 1 de la compagnie tant sa voix porte clair et loin. Il ne parle pas un français intelligible, mais quand il parle anglais, on le comprend à n'importe quel endroit de l'arène. Il annonce un Tag Team Match en opener, et Teddy Long n'était même pas là pour justifier cette décision ! Première petite surprise, ce n'est pas un theme song qui résonne mais une vidéo backstage qui apparaît où l'on voit R-Truth invectiver Little Jimmy pour chauffer la foule. Il reçoit une pop sympathique, qui tient sans doute surtout du fait qu'il est celui qui ouvre le bal. Mais la grosse surprise vient du fait que le match à venir mettra le titre par équipes en jeu ! R-Truth arrive enfin, toujours sous une pop correct, et son partenaire sera Kofi Kingston, qui reçoit une pop plus nourrie, et surtout plus durable. Kofi bénéficie d'un capital sympathie indéniable, et possède une alchimie avec le public qui rend d'autant regrettable le fait de ne l'avoir toujours pas vu crever le plafond de verre auquel il se heurte depuis des années. En face, Primo & Epico arrive sous une heat polie, mais un peu plus importante que ce que j'aurais prévu. Le public français, assez à cheval sur le kayfabe fait quand même l'effort de huer les heels, et c'est tant mieux. On peut en tout cas s'attendre à un opener haletant, surtout avec les titres en jeu. Et patatras ! John Laurinaitis apparaît sous les huées de la foule et les ovations de trois clampins, moi compris, noyés dans la masse, et annonce que non, les ceintures ne seront pas en jeu. Frustration dans le public et le camp face, la méthode est, je dois le reconnaître, plutôt efficace pour installer l'ambiance. Le match en lui-même fut un sympathique opener, clairement porté par un Kofi qui fait une belle impression en live de par sa fluidité, son athléticité, et l'amplitude de ses sauts. En face, les deux Latinos vendent chèrement leur peau, et montrent qu'à défaut de charisme, ils ne sont pas vilains in-ring. Les faces l'emportent sur un Trouble in Paradise qui déclenche une belle pop pour un opener qui ma foi, a posé de bonnes bases pour la soirée.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_15

On enchaîne assez rapidement sur les premières notes du theme song de David Otunga. L'occasion de rendre un petit hommage au bonhomme. Il est clair que ce type n'est pas le meilleur catcheur du monde, qu'il éprouve des difficultés dans le ring et que question mic-skill, c'est pas toujours ça. Mais on ne peut pas lui retirer qu'il est à fond dans un personnage que manifestement il adore jouer. Il sera l'un des rares catcheurs qui va d'ailleurs rester dans son gimmick de son entrée sur la rampe à sa sortie de scène. En tout cas, il fait partie des rares hommes à être unilatéralement hué, et il a tout fait pour d'ailleurs. Son adversaire sera Alex Riley. Riley est un cas très étrange aux Etats-Unis, où malgré son statut de Lowcarder à Superstars, il reste assez over auprès de la foule. En France, c'est aussi un tout petit peu le cas, dans une dimension moindre évidemment, nonobstant ceux qui ne le soutiennent que parce qu'il affronte Otunga (pour exemple, un des gosses à ma droite l'a appelé Alex Radjy pendant tout le match). Le match est ce qu'il est, assez faible, et très vite oubliable. Otunga l'emporte et part le premier, tout en restant dans son personnage, ne daignant pas taper dans les mains qui se tendent vers lui. Fait plutôt sympathique, on attend que le A-Lister ait disparu pour jouer la musique de Riley, qui bénéficiera d'une petite pop post-match pour le remercier, histoire de rester dans une ambiance bon enfant.

Troisième match, les choses sérieuses commencent puisque résonnent les premières notes « I'm here to show the world, I'm here to show the world, come on ! » Explosion dans la salle de vingt personnes à tout casser. Je vous jure, si j'étais pas occupé à gueuler, j'aurais certainement entendu Gbacca le faire à l'autre bout de l'arène. Je ne dis pas que Ziggler n'est pas over, juste qu'il reste un heel assez bien implanté comme tel auprès de la foule. En dépit des T-shirts roses que j'ai pu observer par moments, Dolph est accueilli en très grande majorité par des huées. Surtout qu'en face, son adversaire n'est autre que Zack Ryder. Ziggler vs Ryder en house show... Je pense à Gbacc', sans doute en train d'essayer de fâkhrer en vain Ryder, sans doute déjà en train de comprendre ce qui va se passer. Markisme mis à part, Ziggler a été excellent sur ce house show. Pleinement investi, on peut constater aussi qu'il est sans doute l'un des meilleurs catcheurs du roster dans sa manière d'entretenir le contact avec le public, dans sa façon de le narguer (notamment en lançant son T-Shirt juste au pied du ring, une vieille tactique de heel qu'il a pourtant très bien maîtrisé), de jouer son gimmick de mec prétentieux à fond... Beaucoup plus subtil que certains autres heels, Ziggler suscite naturellement une réaction chez le spectateur, et c'est une bonne nouvelle pour lui, d'autant qu'à mon plus grand regret il n'avait pas la merveilleuse Vickie à ses côtés. Le match ne fut pas grandiose, mais il fut très animé et plaisant à suivre et très disputé, à l'image de leur match à TLC 2011. Les deux s'entendent parfaitement in-ring et ont livré le match le plus rythmé de la soirée. Ryder l'emporte sur le Rough Ryder, le fâkhrage de Gbacca a fâkhré. Après le match, Ryder est rejoint par Chéreau pour le concours de pancartes, toutes moches, entre un type du 91 et un autre du 93. Le type du 93 a gagné avant même de montrer ses pancartes.

Quatrième match, et je me fais la remarque : tiens, on a toujours pas eu de squash !

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_17
Puis j'ai entendu la musique de Lord Tensai.

Ca n'en pas forcément l'air, mais Tensai est une sacrée masse, très impressionnant en live. Le personnage étant encore très récent, on sent que la foule ne l'a pas encore réellement adopté, surtout le public qui ne regarde que les shows sur NT1. A ma grande surprise, le chant « Albert ! » que j'essaie de lancer trouve un ou deux échos, mais ne dure pas réellement. En face, c'est le pauvre Tyson Kidd qu'on jette en pâture. Ce qui à mon avis ne fut pas le meilleur choix. Il faut bien se rendre compte d'une chose, c'est qu'à mon avis Kidd n'a aucun avenir à la WWE. Fût-il le talent le plus sous-estimé du roster, il n'a pas déclenché le quart de la pop d'un Alex Riley (c'est dire la référence). Kidd n'était pas assez implanté pour faire de lui un jobber parfait pour Tensai, ce qui fait que ce dernier a reçu un accueil bizarre du public, avec paradoxalement quelques applaudissements à son encontre. Mais surtout, ce fut sans doute le match où les chants « YES » furent les plus nombreux (pas les plus nourris, mais les plus nombreux). Car oui, la YESmania a traversé l'Atlantique ! Ce ne fut pas du standing de Miami, mais dès l'opener, j'ai commencé à entendre ces chants, et il y en a eu beaucoup ce soir-là. Certains ont fait un flop, d'autres furent des succès. En tout état de cause, j'espère que cette mode durera, car je vous promets que hurler « YES » comme un gland en agitant les bras, c'est quelque chose à faire, et je comprends pourquoi ce chant peut devenir un classique dans les arènes. Le squash fut correct, Tensai est un monstre de stiffness, ses coups avaient vraiment un impact remarquable en live, ce qui me confirme qu'en dépit d'un style peu académique, Tensai peut vraiment sortir son épingle du jeu en monster heel. Même ce squash donc ne fut pas désagréable.

Après le squash, l'intermède comique : Santino is in the place ! Et les choses sont simples, il reçut la troisième pop de la soirée, derrière les deux top faces de RAW. Il faut le comprendre : tout le monde aime Santino. Son theme song donne la pêche et le bonhomme joue le jeu, moins dans son discours qui sentait bon la cheap pop copier-coller que dans son entrain à le réciter dans un français quasi impeccable ! Il affronte Jack Swagger qui arrive sous une heat totale (j'essaie vainement de le soutenir, mais le cœur y est moyennement, tant Santino est soutenu de tous). Ah et oui, au fait, le match est pour le US Championship ! Un title match surprise ! Pour résumer, ce fut un pur match de comedy wrestling (version WWE, donc soft sur le côté comique quand même), plus un intermède pour faire chauffer la foule. Santino fait ses pitreries, sort son cobra, Ziggler vient le distraire, rien de bien neuf. Santino se prend une Gutwrench Powerbomb et... remporte le match ! WHAT ! Jack Swagger est le nouveau US Champion ! Rush des spectateurs en ringside vers les barrières, bronca, on doit être 6 à être tout contents. Sauf qu'un deuxième arbitre court vers le ring, et tout de suite, on se doute bien que le match va reprendre. Ziggler avait en effet repoussé la jambe de Santino qui était sur la corde. Ziggler est banni du ringside, Swagger proteste, Cobra en loucedé, 1, 2, 3. Pas le match de la soirée, mais une bonne dose de fun. Maintenant, je comprends pourquoi la WWE fait changer de rares fois ses titres en house show : tout averti des codes du catch que je suis, je me suis fait avoir, comme un gros bleu.

Justin Roberts annonce l'entracte en nous incitant à faire tourner les boutiques de souvenirs. Après un bref intermède d'une vingtaine de minutes, on reprend avec... les Divas ! Qu'on soit clairs, la WWE sait parfaitement que les Divas, c'est la pause pipi officieuse. Placer un match direct après la reprise implique qu'il ne sera pas suivi par tout le monde, certains étant encore en train de fumer leur clope ou d'attendre dans la queue pour les pissotières. Le match est un Bella Twins vs Beth Phoenix & Eve Torres. Heel vs Heel me direz-vous ? Que nenni puisque, par la magie du booking de la division Divas, les Bellas seront faces ce soir ! Preuve ultime que tout le monde se fout plutôt poliment de la division, cette décision ne semble choquer personne, les jumelles étant chaude...ment accueillies. Une pensée pour Nak en les voyant se déhancher, une pensée pour Tonton au moment de chanter un « Let's Go Beth ! » qui aura trouvé un petit écho auprès des smarts de mon coin, et une grosse pensée pour les burnes de Zack Ryder en hurlant « Hoeski ! », chant d'insulte presque aussi jouissif qu'un « YES ». Le match fut paradoxalement assez bon, largement meilleur même que ce à quoi nous sommes habitués d'habitude. Les faces l'emportent sur un Twin Magic à l'issue d'un match loin d'être aussi dégueu que ce à quoi je m'attendais.

Les choses sérieuses commencent enfin, les deux Main-Events arrivent. C'est Miz qui ouvre le bal avec une promo en un français beaucoup plus hésitant que celui de Santino, il aurait pu faire un effort pour apprendre mieux notre langue entre deux galipettes avec sa blonde ! Bon, c'est du Miz tout craché dans le speech : cheap. Mais alors du cheap bien crasseux : on pue, on sent le formage, le formage c'est dégueulasse. Les équipes de foot américain n'étant pas légion sur Paris, on fait avec ce qu'on a. Connaissant l'affiche à venir, je soutiens Miz, mais très mollement, suffisamment pour me faire mal voir des kids autour de moi, mais sans plus. Et puis est arrivé John Cena. Et vous pourrez tout dire que Cena, que sa gimmick est usée, qu'un heel-turn serait un coup de fouet pour sa carrière ou n'importe quoi d'autre : le boss, c'est toujours lui. Sa pop fut astronomique. Il y avait bien des haters dans la salle mais l'espace de son entrée, c'est une vague verte pré-pubère qui hurla à pleins poumons le nom de son héros. Je passe vite fait sur le match, qui n'était pas passionnant, les deux hommes s'étant vraiment contentés du strict minimum de manière assez décevante. En réalité, un match de Cena se joue vraiment dans les tribunes, et je conseille à tout le monde d'assister à cela un jour. Le match fut en réalité un ping-pong entre fans. Des premiers chants « Cena sucks ! » tombent des tribunes, apparemment pas loin de la place d'OS. Sachant qu'ils seraient en infériorité numérique totale, je prends le parti de les accompagner, tout comme tous les smarts de mon coin. Et au bout du compte, il y a quelque chose d'assez magique à répondre « Cena sucks ! » aux « Let's Go Cena ! », il y a une forme d'union totale de la foule dans cette petite chorégraphie. D'autant plus que cela me permet de discuter un peu avec l'un des enfants à ma gauche qui me demande pourquoi je n'aime pas Cena (non, je ne suis pas un Pedobear!). Je lui réponds que je ne le déteste pas, et qu'au contraire, je l'apprécie, mais que ces chants sont vraiment drôles et que vu qu'il chante pour Cena, je dois chanter contre lui. Résultat, on a passé le reste du match à chanter « Let's Go Cena ! / Cena Sucks ! », et ce moment fut certainement à mes yeux le meilleur de la soirée. Pour l'info, Cena l'emporte avec l'AA, après avoir néanmoins dû se dégager d'un Skull Crushing Finale. Déception pour l'après-match, très court, où Cena reste vraiment en service minimum, je m'attendais à un Cena plus exalté et proche de ses fans, qui étaient nombreux.

Puis vint le grand moment, celui que j'attendais fébrilement, engoncé dans mon T-Shirt tout neuf. Les lumières s'éteignent et quelques diodes se mettent à briller dans l'obscurité. Chris Jericho fait son apparition. J'ai pris fait et cause pour Punk dans le match, mais impossible en voyant cette entrée de ne pas chanter le nom de Y2J, me disant également au passage qu'il y a des chances que ce puisse être la seule et unique fois que je pourrais voir cette légende qu'est Jericho en live. Je n'ai même pas ressenti cela pour Cena, pas même pour Ziggler, avant de voir Y2J, et je me dis que ça fait bizarre, de voir un nom aussi illustre de l'histoire du catch à juste quelques mètres en contrebas lutter en chair et en os.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_21
Alors c'est ça, la lumière divine?

Mais ce n'est rien à côté du flot d'émotions qui traversa ma voix de baryton soudainement redevenu crécelle quand résonnèrent les premiers accords de Cult of Personnality. Je ne serais pas objectif sur son cas sans doute, mais Punk a le feu sacré. Il déborde de charisme et a un contact quasi-naturel avec la foule, et je n'ai pas pu m'empêcher de répéter son petit rituel, hurlant à pleins poumons « IT'S CLOBBERIN' TIME ! » comme une gamine hurlerait le nom de Justin Bieber à un de ses concerts. Je l'assume en toute honnêteté : sur ce match, j'ai regressé à l'état primitif du mark. Et c'était très fun.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_22
Dépité de voir les fans le huer, Jericho se replie sur la tactique de la trompette pour s'arroger une cheap pop ni vu ni connu.

Le match était vraiment sympa, un Main-Event très solide pour un house show, pas très hardcore (un kendo stick et une chaise en tout et pour tout), mais les deux hommes font partie de cette caste des top players et prennent vraiment plaisir à travailler ensemble. Cette passion que je n'ai pas assez vu chez Cena (je ne la remets pas en cause, je dis juste qu'il était dans un jour sans) ; et à ce titre, j'ai adoré le moment où Punk, prenant le micro en plein match, nous lance un « Oui Oui » qui se transforme immédiatement en « Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! Oui ! » généralisé. Le Main-Event a été vraiment de qualité, et j'ai même pu prendre en photo le moment où Jericho porte son Codebreaker ! Punk l'emporte sur son GTS pour conclure le house show. Jericho brise le kayfabe en allant taper dans quelques mains en repartant et CM Punk se lance dans un vrai show où il va aller quasiment saluer tout le monde en ringside. Autour du ring, sur la rampe d'entrée, même sur les bords de la foule, il vient même nous faire signe sous ma tribune ! Je suis bien conscient qu'il y a une part de cérémonial à assumer de la part du top face Punk, mais ça tranche radicalement d'avec Cena et on sent que CM s'y prête vraiment de bon cœur.

Je ressors du house show pleinement satisfait du spectatcle qui m'a été offert. Je ne m'attendais pas, pour mon premier house show, à vivre une telle expérience, parfois en rupture avec ma vision de la WWE en temps normal. Si vous avez la chance comme je l'ai eu de vous trouver dans un coin pas trop chiant et réactif, l'expérience collective est vraiment à vivre. Les chants « YES », les « Cena Sucks ! », les « CM Punk ! » ont attaqué un peu mes cordes vocales, mais je ressors du house show avec quelques certitudes quant à ce que j'aime dans RAW. Ceux qui à mon avis sont les top players ont confirmé ce statut à mes yeux. Ziggler est possiblement le meilleur heel du roster dans son rapport au public (et je sais que quasiment toutes les personnes qui ont assisté au show que j'ai pu lire sont de mon avis), et je n'en suis que plus impatient de le voir éclore, tout comme Kofi Kingston qui a un vrai starpower. John Cena reste un grand malgré la petite amertume, Santino est un showman-né, Chris Jericho est fidèle à l'image du grand bonhomme sympathique qu'il donne derrière la façade du heel, et CM Punk a le profil idéal du futur à la WWE. L'année prochaine, j'espère être de nouveau au rendez-vous, et cette fois-ci à côté des membres de l'Asylum. Je terminerais en remerciant les CdCistes que l'on a pu croiser devant Bercy, et surtout mes trois compères OS, Mery et Gbacc' pour cette IRL totalement réussie, et qui j'espère, en appellera une autre d'ici peu !

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Image_14
Sharpshooter, membre infiltré des Indign-YES en terre Straightedge, imitateur de John Laurinaitis à ses heures perdues, représentant de la Nature Touch, survivant de Fâkhr, Dieu de l'arcade, vous remercie de votre attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onclesam64
BanhammerMan
Onclesam64

Messages : 11091
Age : 31
Localisation : au 7ème ciel avec Beth, Nattie, Serena et Daffney
Humeur : Pourriture communiste !

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 22:06

Ce fut un plaisir à lire mon cher Sharp Smile

Merci pour la petite pensée Mister Green

cheap heat : moi je l'avais déjà vu Y2J, il était à 2 mètres de moi Mister Green

J'attends la review des autres mais je compte bien me faire un house show

ps : pour la voix qui part en sucette et où tu perd toute crédibilité masculine, ça m'est arrivé 3 fois (Rammstein, Zakk Wylde, Ozzy Osbourne), c'est normal

_________________
Review du House Show de Paris Bercy 2012 Sans_t11
Palmarès WFA:
 

Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4748
Age : 29
Localisation : Dans le TARDIS.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 22:19

Merci pour cette très bonne review Sharp, tu m'as donné encore plus envie d'assister a un house show de la WWE. J'attend avec impatience celle des autres. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Showtime
Administrateur
Showtime

Messages : 6876
Age : 24
Localisation : Under a six sided ring
Humeur : Aqueuse

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 22:32

Aaaaah les house shows, c'est vraiment quelque choses à part Very Happy Ravi que vous vous soyez amusez et j'espère un jour pouvoir me permettre de faire le déplacement jusqu'à paris pour voir un show avec vous^^

_________________
Review du House Show de Paris Bercy 2012 Bfg10

Pool catch:
 
[size=12]Showtime[/size]

Xavier Woods - Rollins -Big Cass - AJ Styles - Alberto Del Rio - Ambrose
Heath Slater - Jack Swagger - Erick Rowan - Kane
Becky Lynch Paige
Alexander Wolfe

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tee
Main Eventer
tee

Messages : 1145
Localisation : Toulouse

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 22:34

Merci pour cette review Sharp, très agréable à lire et très intéressant ! Sympatoche la photo de groupe avec les CDC ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 11641
Age : 33
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Fakhr/Nature Touch

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 23:10

Je pense que malheureusement je n'aurais pas le temps pour une review longue ou construite donc je vais me contenter de rajouter deux-trois petites choses perso ou pas ^^'.

Déjà comme l'a dit Sharp', la prochaine fois faudra se regrouper (enfin je dis ça, mais y'a des chances que j'y aille en ringside en Novembre à priori, à Lyon ou Strasbourg, je sais pas encore ^^') car par rapport à Lyon niveau chants toussa, c'est vraiment moins évident ^^'.

Ensuite, encore merci à mes kamarades pour les nombreux trips, Fakhrasaurus, Nature Touch, etc etc, un bon moment en somme.

Pour le show en lui-même, contrairement à Lyon, j'étais relativement proche du ring, pas en ringside donc, mais pas loin, j'ai pu d'ailleurs me frayer un passage très facilement entre les gosses pour aller tendre ma pancarte à la con pro Ziggler à proximité du ring (la seule qui m'aura servi du reste). Quand je suis arrivé j'étais donc hyper joyeux à ce niveau là... cependant je me doutais pas qu'à cause des types devant moi je passerais tout le show debout, parfois dans le couloir pour pouvoir voir correctement l'action. (Mais ça m'a pas dérangé l'ambiance était très bonne dans le coin).

Concernant le voisinage, je peux dire moi aussi que j'ai été servi. J'avais une smart juste à côté de moi, très sympathique d'ailleurs, qui était accompagné d'une personne à qui elle faisait découvrir le catch et... que de fans classiques d'âges divers et variés arborant une foultitude de T-Shirt pro Punk et pro Cena (imaginez mon désespoir lol). Bref, étant installé en avance, je discute rapidement avec la Smart ce qui m'aura permis de savoir où pionçait les lutteurs quand ils venaient à Paris, Lyon et Nîmes (sauf que j'ai oublié les deux dernières lol) et de voir de très nombreuses photos des lutteurs hors ring qu'elle avait rencontrés par le passé (Notamment avec Dibiase ^^'). J'appris également, chose dont je me suis douté à la vue de son T-Shirt WWF qu'il s'agissait d'une Tombstone au féminin sur bien des points. Un puits de science catchesque. A côté de ça, parmi les fans de faces qui se sont opposés à moi tout le long du show et qui méritent d'être mentionné il y avait le couple devant moi qui venait pour la première fois en House Show (je m'empressais donc de faire le connard et dire que c'était mon deuxième et je les prévenais de la future extinction de leur voix). L'homme du couple fut mon adversaire de la soirée.

Premier match de la soirée, me sachant esseulé dans mon coin, je prévois une tactique de fourbasses et profite des moments plus silencieux pour m'exprimer. Premier hurlement pour beugler un Little Jimmy. Trois réactions, celle de ma voisine smart qui me dit que j'ai la plus grande gueule de la zone si ce n'est plus, mon voisin de devant hurle aussi et se fait engueuler par sa femme (qui se prendra au jeu dès le troisième match ^^') et R-Truth a entendu, tourne la tête et fait un truc à la con. Gbacca content. Mais pas trop car personne ne suivra mes chants Little Jimmy que je renoncerais à lancer (tout comme une tentative de Roger Mendès foiré mais qui aura fait rire le coin).

Deuxième match, Otunga arrive sous une très très grosse heat (une des plus fortes de la soirée) et je tente encore une fois en vain de lancer des chants à la cons du style "Mister Coffee" en hommage à vous savez qui ou des "What Else" qui seront repris par mon voisin (qui m'appréciait encore à cet instant car j'avais soutenu que des faces...)

Troisième match, le drame, Ziggler arrive, je suis le seul à l'encourager dans le coin. Ryder arrive je suis le seul à le huer dans mon coin. Je me fais instantanément une quinzaine d'ennemis... dommage. La feud avec mon voisin de devant commence. Je profite de tous les moments de baisse de régime de la foule pour lancer des Let's Go Ziggler qui sont parfois repris par quelques parties de la foule avant d'être noyés par des chants pro Ryder divers et variés. Toutefois, en bon connard, je ne me décourage pas et je veux en finir avec mon voisin... je décide donc de gueuler jusqu'à la fin du match des Let's Go Ziggler très puissant, qui seront enchaînés par les Let's Go Ryder à peine moins bruyants de la part de mon voisin de devant. Comme prévu Ziggler perd, le couple devant moi se fout de ma gueule. Mais j'ai gagné car la voix de mon voisin de devant est devenu celle d'une jeune femme... moi... ça arrivera bientôt Razz. Ce match me décidera à franchir le pas et smarter à mort et donc à être vêtu de rose (je l'ai mis en allant voir Avengers hier soir et en fait le rose, ça passe ^^'). (putain le stade français quoi... damn).

Arrive ensuite le Santino vs Swagger qui verra mes voisins non smarts me considérer comme un genre d'être étrange... car j'ai encouragé les deux catcheurs, applaudissant l'entrée des deux hommes et chantant à tour de rôle, mais plus souvent, question de fréquence, pour encourager Santino ou Swagger. A noté que Swagger était pas aussi over qu'à Lyon, comme la plupart des jeunes heels du reste, le public lyonnais étant plus smart. Je me souvins donc, repensant au match précédent, que là bas, on avait réussi à faire monter, nous les breakeriens à l'époque, des Let's go Barrett, Barrett Sucks. A Bercy ça aurait été impossible.

Tensai vs Kidd nous permit de reprendre notre voix, puis la pause, puis la bière, puis les divas. Ah si une remarque, les divas en vraies elles sont vraiment ***censuré*** surtout de prêt. Mon voisin se prendra une tarte en avouant vouloir se trouver à la place d'Eve ou Beth, je ne sais plus, qui se prit un double coup de fesses. Seul moment de la soirée où kayfabement parlant j'ai soutenu mon voisin. Le néophyte du catch quant à lui avoua à tout le monde se prendre au jeu et surtout s'étonner de la jovialité de l'ambiance et du fait que les gens discutaient aussi rapidement et facilement dans le public, contrairement à ce qui se fait dans les publics de certains autres sports. Et non les fans de catch ne sont pas des asociaux ^^'. (Enfin pas pendant les shows lol ).

Ensuite arrive Cena et le Miz... Cena depuis un moment je n'ai rien contre... et c'était le Miz en face. Mais Cena reste Cena, j'applaudis poliment l'entrée des deux hommes... puis je participe avec joie au Cena Sucks, par principe moi aussi. Of course... mon couple de voisins, notamment la femme, me poignarda du regard, puis se foutèrent de ma gueule, en toute sympathie hein ^^', à la fin du match. Par contre, le Miz c'est triste mais c'est vraiment devenu une machine à cheap shot, pire qu'avant.

Puis le ME... grand moment de solitude. La salle qui encourage le lutteur haït. Mais... Gbacca est vil, Gbacca est fourbe. Il hurle comme un demeuré pour rien quand Y2J arrive, noyé dans la masse de huées puis hue Punk noyé dans la masse d'encouragements dignes de pucelles des fans plus âgés (oui je dénigre volontairement on parle de Punk là lol ). Bref, après une intro à la con, je la joue fine à nouveau, j'attends les moments, rares, de baisse de volume sonore pour lancer des chants à la gloire de Jericho (renonçant très vite aux CM Drunk). En effet, je lance à plusieurs reprises des "Y2J" très forts, à grande fréquence. Parfois, j'entends des échos derrière moi, notamment à ma gauche. Mais surtout, mes chants suscitent de très nombreuses réactions près de moi. Si bien que par 3 fois il y eut ce schéma : Accalmie sonore --> Gbacca hurlant Y2J --> réactions indignées près de moi --> Contre attaque locale pro Punk --> Chants CM Punk dans toute l'arène. Gbacca ne renonça pas et perdit sa voix pour le reste de la soirée en hurlant vainement.

Mais j'aurais ma revanche un jour bwah ah ah ah lol !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sharpshooter
VIP
Sharpshooter

Messages : 6431
Age : 29
Humeur : Can it wait for a bit? I'm in the middle of some calibrations

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 23:50

Gbacca a écrit:
J'avais une smart juste à côté de moi, très sympathique d'ailleurs, qui était accompagné d'une personne à qui elle faisait découvrir le catch et... que de fans classiques d'âges divers et variés arborant une foultitude de T-Shirt pro Punk et pro Cena (imaginez mon désespoir lol). Bref, étant installé en avance, je discute rapidement avec la Smart ce qui m'aura permis de savoir où pionçait les lutteurs quand ils venaient à Paris, Lyon et Nîmes (sauf que j'ai oublié les deux dernières lol) et de voir de très nombreuses photos des lutteurs hors ring qu'elle avait rencontrés par le passé (Notamment avec Dibiase ^^'). J'appris également, chose dont je me suis douté à la vue de son T-Shirt WWF qu'il s'agissait d'une Tombstone au féminin sur bien des points. Un puits de science catchesque.
Nan mais t'as oublié le plus important dans l'histoire : elle était bonne oui ou non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orange Sanguine
Spécialiste Indy depuis 1845
Orange Sanguine

Messages : 9774
Age : 16
Localisation : Akihabara (un jour peut-être)
Humeur : Maitrise le Kanchō aussi bien que Kikutaro !

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMar 1 Mai - 23:54

Et pendant ce temps, OS était coincé au milieu de milliers fans pro Cena/CM Punk et tout ce qui peut se rapproché de près ou loin à des faces^^. C'était franchement dur... Crying or Very sad

_________________


Review du House Show de Paris Bercy 2012 Giphy

Palmarès Perso:
 
Palmarès WFA-WAF:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
CIHAIME
Grand Slam Champion
CIHAIME

Messages : 3908

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 0:06

Sincère, sympathique "revue" d'un passionné.
Merci pour ce plaisir que tu as voulu nous faire partager
UNIC
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Orange Sanguine
Spécialiste Indy depuis 1845
Orange Sanguine

Messages : 9774
Age : 16
Localisation : Akihabara (un jour peut-être)
Humeur : Maitrise le Kanchō aussi bien que Kikutaro !

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 0:14

Je posterais 2 ou 3 photos en complément Very Happy

_________________


Review du House Show de Paris Bercy 2012 Giphy

Palmarès Perso:
 
Palmarès WFA-WAF:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
K-Anard
VIP
K-Anard

Messages : 1496
Age : 38
Localisation : Toulouse

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 9:30

Excellent Sharp,
ça donne vraiment envie et me fait regretter de ne pas être aller au House Show de Toulouse...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptmann
Cesaro
Baptmann

Messages : 672

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 10:21

Je ne peux que vous conseiller à tous d'y aller au moins une fois. C'est un moment vraiment hors du temps par certains côté. A Lyon quand Edge était arrivé, je me souviens que toute la salle s'était levée (putain j'ai encore des frissons en y repensant..) pour l'applaudir et y'a une communion totale entre les spectateurs qui est très agréable.
Et puis y'a un moment où on se dit que faire chier les gens c'est cool, mais que profiter et gueuler comme une pucelle, c'est cool aussi ^^'

Je suis déçu pour vous que vous n'ayez pas eu plus de smarts parce que comme dit Gbac' chanter "Let's go Barrett !" (quand on le voyait encore lol) juste à côté de gamins de 10 ans, c'est vraiment génial !

Quoiqu'il en soit, Gbac' revient à Lyon en novembre ! Je ne savais pas qu'ils revenaient, mais si c'est le cas, je serai au rdv ! Very Happy

Content que ça vous ait plu, j'espère pouvoir vous rejoindre aussi à Paris si mes finances me le permettent Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Meryhor
VIP
Meryhor

Messages : 3382
Age : 31
Localisation : Département des psychoses maniaques
Humeur : Fâkhr Rises

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 10:25

Je n'ai pas grand chose à dire de plus, mais il est vrai que le public de Bercy est vachement plus mark que ce que j'ai pu trouver à Nantes. Pour ma part j'étais dans un balcon où se trouvaient de nombreux handicapés mentaux, autant dire qu'ils pétaient des durites quand je soutenais les heels.

Au final c'est plus les deux journées en elles-mêmes dont je me souviendrai longtemps. Entre les fâkhrages en séries et le délire monstrueux sur Ric Flair, j'ai passé un moment extraordinaire avec mes trois camarades et j'ai vraiment hâte de remettre ça, quitte même à ce que ça ne soit pas pour un house show^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 11641
Age : 33
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Fakhr/Nature Touch

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 13:00

@Sharp' : J'ai maintenu le suspense exprès car je suis vil lol

@Batou : A priori malheureusement je serais probablement de STrasbourg (j'y vais avec ma soeur et mon beau frère) et ils ont choisi Raw à priori.

@Mery : + 10000 ! Y'aura la Japan Expo par exemple ^^'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Black Bolt
Modérateur
Black Bolt

Messages : 12118

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 22:47

Merci pour ces résumés très agréables, on s'y croirait ! Et on en apprend beaucoup sur le public de catch Français.

Sharpshooter a écrit:


Et puis est arrivé John Cena. Et vous pourrez tous dire que Cena, sa gimmick est usée, qu'un heel-turn serait un coup de fouet pour sa carrière ou n'importe quoi d'autre : le boss, c'est toujours lui. Sa pop fut astronomique.


Et meeeeeerde ! Review du House Show de Paris Bercy 2012 277638789

On aura pas de heel turn avant de 10 ans !



Gbacca a écrit:
Tensai vs Kidd nous permit de reprendre notre voix,...


Review du House Show de Paris Bercy 2012 2222602150


Gbacca a écrit:

Puis le ME... grand moment de solitude. La salle qui encourage le lutteur haït.

Review du House Show de Paris Bercy 2012 277638789 Review du House Show de Paris Bercy 2012 277638789

Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baptmann
Cesaro
Baptmann

Messages : 672

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyMer 2 Mai - 23:25

Nooooooooon Gbaccaaaaa !! Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 35
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 EmptyDim 6 Mai - 1:16

Géniale cette review ! On s'y croirait ! Merci beaucoup Sharp (et très sympa le complément, Gbacca). Très instructif... et ça donne envie de se joindre à vous surtout (et pas forcément pour du catch comme cela a été dit).

@ Gbac' : j'aurais aimé être à tes côtés à pousser des chants "Roger Mendes" ! lol lol lol

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty
MessageSujet: Re: Review du House Show de Paris Bercy 2012   Review du House Show de Paris Bercy 2012 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Review du House Show de Paris Bercy 2012

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» nouvel de marcheurs sur le paris colmar 2012
» retour sur le paris colmar 2012 avec la presse
» Retour en images sur Paris-Colmar 2012
» PARIS-BRUXELLES --F/B-- 08.09.2012
» Paris Mantes (54km): 28/01/2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Catch :: WWE :: Articles/Dossiers-