Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
Nouveau format de podcast, cette fois on revient quelques années en arrière, et plus précisément WWE No Way Out 2009 !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !

Partagez | 
 

 [First World Title] The Rock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

[First World Title] The Rock Empty
MessageSujet: [First World Title] The Rock   [First World Title] The Rock EmptyDim 24 Juin - 16:02

Le premier titre mondial de… THE ROCK !

Nous retrouvons Nak dans la salle de conférence de l’asile…

Bonjour à toutes et à tous ! Dans cette nouvelle chronique, nous allons nous centrer sur un événement particulier dans la vie d’un lutteur. Il est de coutume de dire que les premières fois sont les plus mémorables, eh bien nous allons justement vous conter ici la première prise de titre mondial chez les lutteurs de la WWE.

Pourquoi s’intéresser à ce fait ? Car souvent, lorsqu’un catcheur décroche pour la première fois le précieux sésame, c’est la preuve d’une confiance sans faille des dirigeants. Souvent, c’est également une étape décisive qui lance définitivement l’heureux élu sous le feu des projecteurs, et en fait une superstar. Parfois c’est un simple coup d’éclat, un sursaut dû à un besoin temporaire ou causé par une « erreur de casting ». A l’échelle de la fédération, certaines de ces premières fois ont annoncé des changements, une nouvelle tendance.

Il peut donc être intéressant d’établir un parallèle sur la carrière du lutteur avant le gain du titre mondial, sa carrière après ce gain, et en quoi ce règne a-t-il (ou non) contribué à faire l’histoire.

Et aujourd’hui, je cède la parole à mon honorable collègue des enfers, Tombstone, qui va vous faire revivre un moment des plus électrifiant car cette chronique est consacrée à…


Nak ouvre la porte et tombe nez à nez avec Tombstone qui porte un T-shirt noir sur lequel est écrit « Just bring it » en grandes lettres blanches, des lunettes noires sur le nez. Il observe Nak, le renifle presque, on voit un sourcil s’arquer au-dessus des Ray Ban puis il fait signe à Nak de prendre la tangente, avant de s’élancer sur le bureau en levant un bras et reniflant encore sous les applaudissements des Freaks présents…

« Finally… Tombstone has come back to CatchAsylum ! Salut les Jabronis ! Aujourd’hui, je m’en vais vous compter le premier titre mondial de THE ROCK, the most electrifying man in ALL of entertainment ! Alors, ouvrez grands les oreilles et surtout les yeux et… Sinesse ! »

Sinesse : « Oui, Tomb ? »

Tomb : « Je t’ai déjà dit que je ne tolérais pas le pantaslip en cours ! Tu sors ! »

Sinesse : « Mais je pensais que… »

Tomb : « IT DOESN’T MATTER WHAT YOU THINK ! Know your damn role and shut your mouth ! »

Tandis que certains s’esclaffent dans la salle et que Sinesse s’en va, un autre Freak entre et Tombstone saute du bureau pour lui faire face. Il ôte ses Ray Ban et tourne autour du nouvel arrivant…

Tomb : « Who in the blue hell are you ? »

Le retardataire : « Je m’appelle JoMo St… »

Tomb : « IT DOESN’T MATTER WHAT YOUR NAME IS ! Allez, tu vas t’assoir… »

Baptmann : « Putain t’es lourd, Tomb ! »

Tomb : « Quoi ? You want to go one on one with the Great One ? Tu veux que The Tomb te conduise au Know Your Role Boulevard, qui est au coin de Jabroni Avenue, pour t’emmener directement au Smackdown Hotel ? If you smeeeeelllllllll what The Tomb… is… cooking ! »

Else : « T’es vraiment lourd là, Tomb… Viens-en au fait ! »

Tomb : « Bon, ok… »

Comment Rocky Maivia est devenu The Rock :

The Rock, alias Dwayne Johnson, et le catch c’est avant tout une histoire de famille. Il est le fils d’Ata Maivia et du lutteur professionnel « Soulman » Rocky Johnson. Second Generation superstar me direz-vous ? Eh bien non, The Rock est une Third Generation superstar ! En effet, le grand-père maternel de Dwayne n’est autre que « High Chief » Peter Maivia, catcheur professionnel lui aussi. D’ailleurs, Lia Maivia la grand-mère maternelle de The Rock dirigera la promotion Polynesian Pacific Pro Wrestling dans les années 80. En outre, la lignée Maivia est une branche collatérale de la famille Anoa’i (dont sont issus de nombreux lutteurs dont Afa, Sika, Samu, Rikishi, Yokozuna, Umaga ou les jumeaux Uso)… Bref, de par l’héritage familial et ses racines samoanes, Dwayne Johnson a le catch dans le sang.

Après avoir pratiqué le football (américain), au sein des Hurricanes de Miami où il croise le chemin d’une future star de la NFL, Warren Sapp, ou du côté des Stampeders de Calgary dans la ligue canadienne, Dwayne Johnson décide de s’orienter vers la lutte professionnelle. Entraîné par son père et repéré par Pat Patterson, il est signé par la WWF en 1996. Il prend le nom de scène « Rocky Maivia » qui mêle habilement le prénom de son père et le nom de famille de son grand-père maternel. Les dirigeants décident d’insister sur l’héritage de Dwayne et lui colle officiellement l’étiquette de tout premier catcheur de troisième génération de la WWF en plus du surnom assez ridicule de « Blue Chipper » (qui signifie « être plein de promesses »). Les dirigeants misent gros sur Dwayne et lui octroient un push appuyé alors qu’il manque d’expérience sur le ring. Il débute aux Survivor Series 1996 où il est le dernier survivant de son équipe, puis il remporte le titre Intercontinental après seulement trois mois au sein de la fédération en battant… Triple H !

Mais les fans prennent rapidement en grippe le nouveau venu car ils n’apprécient guère cette bleusaille Face sans personnalité ni attitude, ce jeune blanc-bec insipide qui ne dégage rien de particulier… Bientôt, des chants « Die Rocky ! Die ! » et « Rocky sucks ! » se font entendre à chaque apparition du jeune lutteur Face. Les dirigeants et Dwayne Johnson se rendent rapidement compte que le personnage de Rocky Maivia n’obtient pas du tout les réactions de soutien escomptées de la part des fans… Néanmoins, il obtient des réactions, et Vince McMahon décide de faire passer le jeune lutteur du côté obscur. Peu après Wrestlemania 13, Dwayne se blesse… Il fera son retour quatre mois plus tard en août 1997 en tant que Heel ! Il effectue son turn en rejoignant la faction Heel « The Nation of Domination » aux côtés de Farooq (Ron Simmons), D’Lo Brown et Kama Mustafa (The Godfather), gang qui s’inspire des Black Panthers et autres groupuscules prônant la cause des Afro-Américains. Désormais, le jeune Rocky Maivia est du côté des forces du mal… et les fans le conspuent d’autant plus. Le jeune homme se façonne un personnage d’égocentrique, parlant à la troisième personne, s’amusant à provoquer le public. Il se surnomme lui-même « The People’s Champ » et troque son nom de Rocky Maivia pour… « THE ROCK » !


L’irrésistible ascension :

The Rock se frotte d’abord à la star montante de la fédération, Stone Cold Steve Austin avec le titre Intercontinental au centre de la rivalité, puisque The Rock volera littéralement la ceinture au Texas Rattlesnake à Raw ! Et le crime paiera car, sans pour autant vaincre Austin, il récupérera officiellement le titre : Austin est destitué de sa ceinture par Vince McMahon pour l’avoir balancée dans le New Hampshire River et le Chairman offre le titre au People’s Champ.

Après une année 1997 fructueuse, 1998 sera vraiment extraordinaire pour The Rock qui poursuit sur sa lancée. C’est Ken Shamrock qui se dresse d’abord sur son chemin. Mais le champion Intercontinental et membre éminent de la Nation of Domination le vaincra au Royal Rumble ainsi qu’à Wrestlemania 14. C’est pendant cette rivalité face à l’illustre combattant de MMA que le phénomène The Rock prend de l’ampleur. Rocky se mue en véritable bête de charisme, doté d’un mic skill sans équivalent et d’un sens inné du divertissement. Il devient même calife à la place du calife puisqu’il vire le leader de la faction, Farooq (Ron Simmons), et prend sa place en mars 1998 : The Rock est dorénavant le chef de la Nation of Domination ! Une partie non négligeable des fans commencent alors à soutenir le People’s Champ malgré son statut de Heel… et cela se ressent sur les autres membres de la faction car Kama Mustafa devient The Godfather et D’Lo Brown se fait surnommer « Bobble-Head ». Mark Henry puis le regretté Owen Hart deviennent membres de la Nation (sous l’égide du Great One, la faction abandonne le « of Domination »). Désormais, la priorité du clan est de conserver le titre Intercontinental autour de la taille de The Rock à tout prix.

The Nation se lance dans une feud d’anthologie face à Degeneration X (Triple H, X-Pac, Road Dogg et Billy Gunn). C’est une vraie guerre des gangs avec en point d’orgue la rivalité entre le Brahma Bull et Triple H autour de la ceinture intercontinentale. Cette feud durera tout l’été et aboutira au célèbre Ladder match de Summerslam 1998 où Helmsley bat le People’s Champ et met fin à un règne de plus de huit mois ! Après cela, la ferveur et le soutien des fans pour la Nation et surtout The Rock, qui devient un des lutteurs les plus populaires de la WWF, vont provoquer un faceturn de la plupart de ses membres et sa « réduction », car seuls Brown et Henry l’incarneront par la suite… The Rock, babyface adulé, va alors s’extirper définitivement de la midcard sur la route qui mène aux Survivor Series 1998.


Survivor Series 1998 : la consécration

The Rock sort victorieux d’une mini-feud face à Mark Henry avant de commettre l’imprudence de contrarier Mr. McMahon et de lui coller un Rockbottom après une discussion houleuse à Raw. Le président jure la perte du People’s Champ et décide de ne pas l’autoriser à participer au tournoi qui se tiendra aux Survivor Series 1998, un tournoi dont le vainqueur gagnera le WWE Championship alors vacant.

Un petit rappel historique est ici nécessaire. La feud McMahon vs Stone Cold fait rage depuis des mois déjà. Vince a juré la perte d’Austin par tous les moyens. Durant l’été 1998, le diabolique président se servira de Dude Love (Mick Foley) puis de Kane et de l’Undertaker pour tenter de faire perdre le titre mondial au Texas Rattlesnake. Finalement, Mr. McMahon rendra le titre vacant après que les Brothers of Destruction ont effectué le tombé victorieux sur Austin simultanément lors d’un match à In Your House : Breakdown. La feud entre Vince et Austin se poursuivra mais le titre reste sans propriétaire… Le tournoi « Deadly Game » est donc organisé pour les Survivor Series 1998 avec d’éminents participants tels que Stone Cold, Kane, l’Undertaker, Mankind, Triple H… et finalement The Rock qui aura recours à un ordre de justice émis par un magistrat pour contrer la décision du Chairman ! (kayfabe)

Le grand soir arrive, nous sommes aux Survivor Series dans le Kiel Center de Saint Louis, Missouri. The Great One devait affronter Triple H au premier tour, mais ce dernier s’est blessé au genou et c’est un forfait. Vince envoie alors le Big Boss Man combattre Rocky. C’est là le match le plus court de l’histoire de la WWE puisqu’il ne dure que quatre secondes ! (ce record tient toujours) A peine le Boss Man plonge-t-il dans le ring qu’il subit un roll-up de la part du Great One ! En quart de finale, The Rock se défait de son vieil ennemi Ken Shamrock grâce à l’aide involontaire du Big Boss Man et de sa matraque. En demi-finale, le champion du peuple obtient la victoire face à l’Undertaker par disqualification après une intervention de Kane… de sorte que Rocky débarque en finale après un parcours atypique face à Mankind (Mick Foley) !

Mrs. Foley’s Baby Boy, quant à lui, s’est défait de Duane Gill, Al Snow et surtout Stone Cold Steve Austin (grâce à un screwjob de Shane et Vince McMahon sur le Texas Rattlesnake) pour parvenir jusqu’en finale. Jim Ross annonce alors que nous avons la garantie d’assister au sacre d’un tout nouveau champion puisqu’aucun des deux catcheurs n’a encore touché au titre suprême… Le favori de Vince McMahon, Mankind, livre donc bataille contre le jeune favori du public The Rock pour le WWF Championship !


Et voilà ! The Rock est sacré champion du monde… mais il a vendu son âme au diable et se retourne contre les fans. Il s’agit là d’un nouveau coup monté aux Survivor Series pour « fêter » l’anniversaire du Montreal Screwjob qui s’était déroulé un an plus tôt. Cette fois cependant, c’est in-kayfabe et c’est Mankind qui en fait les frais. The Rock effectue un heelturn retentissant et devient l’instrument de Vince McMahon dans sa guerre contre Stone Cold Steve Austin, en tant que « Corporation Champion ». (Foley s’attire dès lors la sympathie du public en tant que dindon de la farce, du coup, c’est bel et bien un double turn auquel nous venons d’assister aux Survivor Series.)



A star is born…

Stone Cold avait besoin d’un rival à sa mesure… celui-ci sera The Rock ! The Corporation, nouvelle faction menée par le démoniaque Chairman de la WWF, Vince McMahon, s’agrandira et donnera du fil à retordre au Texas Rattlesnake et les affrontements entre The Rock et Austin traceront les plus belles lignes de l’âge d’or de la WWE !

Dwayne Johnson, alias Rocky Maivia, a atteint les sommets en un temps record, il sera le véritable pendant de Stone Cold, la deuxième plus grosse star de la compagnie… A star is born. The Rock pouvait alors commencer à squatter les main events et à livrer des matchs de légende ! Ses prestations dans le ring et au micro sont des modèles du genre. Un humour décapant, un style unique, un don pour électriser les foules et pour l’improvisation, des talents de comédien indéniables, à l’aise en toutes circonstances, un personnage inoubliable, une bête de scène, un monstre de charisme, et plutôt bon sur le ring… tout cela réuni dans un seul homme ! Dwayne Johnson est le parfait sports-entertainer, son talent il l’exercera d’ailleurs en dehors des rings, séduisant Hollywood et conquérant le grand écran avec le succès que l’on sait…


La sonnerie retentit et les Freaks commencent à ranger leurs affaires…

Ce sera tout pour aujourd’hui, bande de jabronis ! La prochaine fois, je vous raconterai le premier titre mondial de The Hardcore Legend, Mick Foley qui, vous le verrez, est très rapproché dans le temps du sacre du People’s Champ, if you smeeeelllllll what The Tomb… is… cooking !


Tombstone
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12381
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

[First World Title] The Rock Empty
MessageSujet: Re: [First World Title] The Rock   [First World Title] The Rock EmptyLun 23 Juil - 17:37

Étant "libéré" des obligations WFAesque, j'ai enfin pu lire l'article.

Merci Tomb' Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

[First World Title] The Rock Empty
MessageSujet: Re: [First World Title] The Rock   [First World Title] The Rock EmptyJeu 26 Juil - 16:32

Danke, herr Wookie ! Mister Green
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[First World Title] The Rock Empty
MessageSujet: Re: [First World Title] The Rock   [First World Title] The Rock Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[First World Title] The Rock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Catch :: WWE :: Articles/Dossiers-