Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
Nouveau format de podcast, cette fois on revient quelques années en arrière, et plus précisément WWE No Way Out 2009 !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !
Le Deal du moment : -41%
T-shirt Pokemon 25eme anniversaire Pikachu à ...
Voir le deal
9.99 €

Partagez | 
 

 Promos No Way Out 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2384
Age : 30

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyVen 20 Mar - 23:32

MOI J'AI UNE REMARQUE.

C'EST LES ROYALIST LIBERAL BORDEL DE MERDE ET PAS LIBERALISTS Sheik

Je comprends mieux pourquoi Baccou et Clowny ralaient déjà avec les Psychedelic Warriors Mister Green

Sinon merci pour le retour sur les promos, ca fait très plaisir.
Pour Jericho, je ne sais pas quel est le je ne sais quoi qui manque mais si tu le trouves fais moi signe ^^ (c'est mon côté perfectionniste).

De toute façon j'attends l'avis de Batman/Swanton, qui est bien plus intelligent que toi. Nak
Revenir en haut Aller en bas
TheStraightedge17
Grand Slam Champion
TheStraightedge17

Messages : 3093
Age : 28
Localisation : Denver, Colorado.
Humeur : Franklin, Michael ou Trevor ?

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 0:29

Merci pour les retours Coffee ! Very Happy

C'est vrai qu'avec le recul je suis resté classique avec Hunico (cela dit je pensais que l'Irak ferait son petit effet, et puis c'est fou ce qu'on peut galerer a écrire ca lol) ! Je voulais qu'on en apprenne un peu plus sur l'histoire du personnage, surtout sur son lien avec la guerre plus que sur sa famille en elle même (déjà fais lors de la promo précédente), mais je prendrais note de rajouter un petit quelque chose sur la feud en cours pour les prochaines ! D'autant que j'ai plusieurs idées de "Jarhead Chronicles" (bien qu'avoir vu le film permet de comprendre beaucoup mieux les références j'en conviens) haha. Merci des conseils, jeune chenapan ! Very Happy


Dernière édition par TheStraightedge17 le Sam 21 Mar - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12381
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 10:39

Merci pour les retours Coffee Very Happy


( ouais et je vous confirme que si Coffee vous fait les gros zyeux ça veut dire un push, même si vous êtes déjà champion lol (nan parce que sérieux, la phase de domination de Seth sur le Gang et la main mise sur sa chamber lors des derniers weeklies, j'ai kiffé d'la race de ma grand-mère bave jvc  ).
Revenir en haut Aller en bas
FOZ
Main Eventer
FOZ

Messages : 1020
Age : 28

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 10:57

Merci pour les retours Coffee Smile
Revenir en haut Aller en bas
Frog Splash
Champion
Frog Splash

Messages : 1694
Age : 25
Humeur : Enjoy the moment !

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 12:54

Merci coffee, heureux de voir que nous sommes d'accord sur le fait que je suis génial.
Revenir en haut Aller en bas
JGabriel68
Hall Of Famer
JGabriel68

Messages : 4907
Age : 26
Localisation : Atlanta, GA

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 12:57

Merci Coffee !

Pour Bàlor, clairement l'idée de personnage n'est pas encore claire dans ma tête, tout du moins, je ne sais pas comment l'amener à le devenir. J'ai eu beau cherché, je n'avais pas d'inspiration. J'ai donc pris le pc 1h avant la deadline, et j'ai taper avec ce qu'il me passait par la tête. J'espère faire mieux pour Mania.
Pour DH, oui, du classique. J'ai essayé de m'exercer dans l'écriture de match. Je suis partie peut-être dans un truc trop ambitieux dans ma tête, et la fin est clairement bouillonne.
Revenir en haut Aller en bas
HeelManiac
Champion
HeelManiac

Messages : 2637
Age : 30
Localisation : Chez ta soeur.
Humeur : Heelesque

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 14:04

Merci pour le retour! Anefé j'ai été un peu plus light dans cette promo par rapport au Rumble car le contexte qui a suivi + le match auquel je vais participer m'ont poussé à écrire quelque chose d'un peu moins extravagant, une promo plus réaliste, plus sérieuse. Et évidemment plus courte que le pavé exceptionnel ( de part sa longueur... et sa qualité Mister Green ) que j'ai écrit il y a quelques mois Razz
Revenir en haut Aller en bas
MrCoffeeInTheBank
Champion
MrCoffeeInTheBank

Messages : 1594
Age : 31
Humeur : caféiné

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 14:34

Gbacca a écrit:
( ouais et je vous confirme que si Coffee vous fait les gros zyeux ça veut dire un push, même si vous êtes déjà champion lol

C'est là où je m'aperçois que je n'ai pas un poil d'autorité sur vous Sad

Borg Smash a écrit:
Merci coffee, heureux de voir que nous sommes d'accord sur le fait que je suis génial.

Ca, c'est toi qui le dit! Je n'ai jamais écrit une anerie pareille!

JGabriel68 a écrit:
Pour Bàlor, clairement l'idée de personnage n'est pas encore claire dans ma tête, tout du moins, je ne sais pas comment l'amener à le devenir. J'ai eu beau cherché, je n'avais pas d'inspiration. J'ai donc pris le pc 1h avant la deadline, et j'ai taper avec ce qu'il me passait par la tête. J'espère faire mieux pour Mania.
Pour DH, oui, du classique. J'ai essayé de m'exercer dans l'écriture de match. Je suis partie peut-être dans un truc trop ambitieux dans ma tête, et la fin est clairement bouillonne.

Pour Bàlor, le manque d'inspi, ça arrive à tout le monde, même à moi! Je me fais pas de souci sur le fait que tu vas nous pondre une belle promo pour la prochaine fois!
Pour DH, c'est toi qui le dit! Quand je parle de classique, ça veut dire que j'aime bien, hein! Très franchement, ta promo fut très bonne, la fin est pas brouillonne du tout!

Nak a écrit:
MOI J'AI UNE REMARQUE.

C'EST LES ROYALIST LIBERAL BORDEL DE MERDE ET PAS LIBERALISTS Sheik

Bah... comme on vous oublierez très vite, ça n'a aucune sorte d'importance. On dira quelques semaines plus tard:

"-Au fait, ils ont fait quoi, les APA, à NWO?
-...
-Ah! Bonne question!
-Ils n'ont pas perdu leurs ceintures en tout cas!
-Oui, c'est sûr!
-Ils ont pas affronté comment déjà... DiBiaisé et l'autre là? de Birchull?
-Qui ça?
-Mais siiii! Les Royalist Intégristes, là!
-Je ne crois pas...
-Ce nom ne me dit rien.
-A vrai dire, je ne sais même pas si les APA ont catché ce soir là..."

Nak a écrit:
Sinon merci pour le retour sur les promos, ca fait très plaisir.
Pour Jericho, je ne sais pas quel est le je ne sais quoi qui manque mais si tu le trouves fais moi signe ^^ (c'est mon côté perfectionniste).

On dirait que tu ne t'es pas foulé pour la faire. Il manque peut-être de la fantaisie. Maintenant, ça reste une bonne promo.

Nak a écrit:
De toute façon j'attends l'avis de Batman/Swanton, qui est bien plus intelligent que toi. Nak

Il va te dire la même chose que je t'ai dit :/

TheStraightedge17 a écrit:
D'autant que j'ai plusieurs idées de "Jarhead Chronicles" (bien qu'avoir vu le film permet de comprendre beaucoup mieux les références j'en conviens) haha.

C'est malin! 'Va falloir que je regarde ton foutu film pour comprendre tes promos!
Revenir en haut Aller en bas
SwantonBomb
Head Booker
SwantonBomb

Messages : 1776
Age : 27

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 14:56

Diabolo : MVP : c'est sombre, à chaque ligne j'ai eu peur que tu fleurtes avec le glauque/malsain mais il n'en ait rien. Bien joué. J'ai trouvé ça bon mais surtout ENCOURAGEANT !

TMan : Drew : j'ai trouvé ça short mais bien aimé le rewind. C'est un perso que j'ai aimé avant son départ et je suis heureux de le retrouver.

JGab : Bàlor : J'ai trouvé ça plutôt bien comme intro.  Je t'ai trouvé inspiré par le perso qui va te libérer

François : Trent & Ambrose : Je t'ai trouvé très inspiré pour le peu de temps et les circonstances, donc bravo

TMan : la même remarque que celle faite à François avec un touche humoristique non négligeable.
Showtime : Goldust : Ca faisait longtemps donc ça fait plaisir et en plus c'est bon.
Gbacca & Clown : PWL : Enorme coup de cœur, c'est vraiment très bon.

Showtime : SuperEric : Ca colle au perso, oui. C'est couillu, oui. Tu ne t'es pas foulé, oui. Mais au moins tu as promoté.

F-O-Z :
Ryder : Des progrès, il y a un peu plus de travail mais Coffee l'a bien dit, on en veut encore plus.

Coffee & Panda :
APA : C'est du solide, c'est carré, c'est drôle. C'est du sérieux. Bien joué Panda. Coffee, c'était à chier.

Nak & Clown : Royalist Liberal : Popopo... Quelle promo incroyable. C'est fort. Ma préférence va à la partie 2 que j'ai trouvé superbe. C'est LA promo de la session. 

Aralar :
Brodie : Tu n'es peut-être plus inspiré par le perso mais tu fais toujours un très bon boulot avec.

Frog : Steen : Superbe ! Digne d'un vainqueur du Royal Rumble.

Gbacca :
Seth : Que dire si ce n'est que c'est incroyable, une narration parfaite et il y en a pour tout le monde.

TS : Punk : C'est très dur à lire car tu l'as dit c'est très personnel. Après il y a un effort très important et non négligeable. Je trouve ça bien meilleur que les promos d'il y a quelques PPV. L'une de tes meilleures promos depuis le retour de Punk.

Heel : JoMo : Plutôt pas mal, plus réaliste et plus sérieux. Promo originale donc c'est un gros plus.

Coffee : Mensah : Sérieusement, j'ai trouvé ça super sympa même si ta meilleure promo lors de cette session, c'est celle de Mickie (aka le GANG toussa)

Godot : Bryan : J'aime bien, c'est toujours du classique mais tu le fais bien... en plus y a le Pope  Mister Green  
TS : Hunico : C'est encore mieux, c'est meilleur. C'est plus "simple", plus "clair" et plus agréable. J'adore tes promos sur Hunico depuis le début.

Nak : Jericho : C'est un très bon travail, une bonne promo, même si Jericho est un con et mérite un nouveau passage à tabac. 

Aralar : TBK : J'ai vraiment trouvé ça pas mal du tout. Certains passages sont excellents même si comme l'a dit coffee, il y a des minis-problèmes de coordination.

JGab : DH : C'est vraiment bien que tu fasses tes armes au booking pendant les promos d'autant que le match est plutôt bon. Après le choix de J&J est à la fois un petit clin d'oeil sympa mais aussi un peu "HS" mais je chipote. Très bon travail. Tu seras resté digne jusqu'à la fin pour cette défaite annoncée.

Godot : Lesnar : Pas aussi enthousiaste que mon collègue, mais oui. On sait qu'avec toi et tes persos, les promos sont toujours de très bonnes qualités.

Sexy : Ziggler : J'adore tes promo. Je suis fan

Frog : Miz : Très bien. Ca fait plaisir que tu n'es pas laissé de côté The Miz pour te concentrer sur Steen.

Panda : Roode : Plutôt très bon voire excellent, hormis un ou deux passages auxquels j'ai pas accroché, mais globalement c'est du solide.
??? : HE : Je me suis bien marré. (Je n'en dis pas plus car moi aussi je suis mystérieux

Diabolo : Consequences Creed : Ta promo pose de bonnes bases et promette un nouveau cinglé à la WFA.

Clubber : Alex Riley : Plus une intro qu'une promo mais l'envie semble être là et c'est le plus important. Bienvenue à bord
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2384
Age : 30

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 15:00

J'avais dit que Swanton était plus intelligent cheers cheers  (merci à vous deux pour les retours, c'est vraiment sympa !)


Alors j'ai les Félicitations du Conseil de Classe ? ? ? ? ? Nak
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 30
Localisation : Pays Catalan

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 15:04

Vraiment touché par vos réactions les gars. Very Happy
Gbacc' viens voir ! Double coup de coeur ! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12381
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 20:08

Merci Swanton' cheers



Clown Bastard a écrit:
Vraiment touché par vos réactions les gars.  Very Happy
Gbacc' viens voir ! Double coup de coeur ! cheers

Com-com-combo Breaker j'ai envie de dire cheers

Revenir en haut Aller en bas
Sexy Boy
EC3
Sexy Boy

Messages : 844
Age : 26
Localisation : In the space between the spaces
Humeur : Sinusoïdale

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 20:26

Merci pour vos retours. (même si étant consultant, je les connais déjà. D'ailleurs, ils sont pas aussi sympas avec vous sur le cookbook. Twisted Evil )
Et j'en profite pour dire que c'est toujours un plaisir de feuder avec Frog, surtout quand je fous un pain dans la gueule du Miz dans ses promos. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4749
Age : 31
Localisation : Dans le TARDIS.

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 21 Mar - 22:02

Merci pour le retour Messieurs, j'espère que vous avez aussi aimé le match que j'ai booké. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyLun 20 Avr - 21:38

Chose promise, chose due. Voici la promo que j'avais prévu d'écrire pour la session de No Way Out et que mes déboires d'ordinateur m'avait empêché de réaliser. Il devrait y avoir trois parties, si tout va bien. Messieurs les HBs, je souhaite que cette histoire serve à établir le passé du personnage de Bray Wyatt. La relation Wyatt-Sister Abigail sera explorée lors de la session de promos de Wrestlemania. Deux précisions : le début de la promo peut choquer les âmes sensibles ; certains éléments sont fortement inspirés de l'oeuvre de Stephen King, c'est totalement voulu et assumé.

******


Once in every generation the plague will fall among them...



WYATT BEGINS

Première partie




Citation :
(WFA Raw du 18 janvier 2015)


Alors que la salle est de nouveau bercée par la fausse nuit claire, que la musique de la Wyatt Family se fait entendre et que Bray Wyatt et Mister Anderson rentrent au vestiaire, la nuit devient de plus en plus sombre. D'une soirée agréable dans les bayous, on passe à une soirée orageuse! Oui, on entend des bruits de tonnerre! Les ombres à tête de chien et de démons tournoient autour de la Wyatt Family qui reste stoïque! Puis le noir complet! Une voix, inimitable, dit "Alors, c'est toi la nouvelle déité dont tout le monde parle?" Des flammes sortent du ring! Seth est devant eux!

La foule n'en finit plus de scander les "THIS IS AWESOME" chants, tant ils ont apprécié le spectacle son et lumière, et que la tension est grande entre le champion poids lourds et le champion hardcore!

-Ainsi, les simples mortels ont choisi une nouvelle idole... Pathétique... (la foule le hue) Regarde-toi! Tu n'as pas plus de pouvoir que le GANG a de talent! Je pourrai t'écraser comme une fourmi, toi et ton stupide compère.


-Je ne suis pas une simple déité, simple Dieu. I'M THE UNIVERSE! COME HERE HUGGING YOUR CREATOR!, fait Wyatt en serrant Rollins.


-Pauvre fou! Je devrais te tuer pour tes propos! D'un autre côté, tu m'amuses. Tu ridiculises tous ceux qui t'ont approché, les mortels te respectent, tu convertis les gens à ta religion. Je dois reconnaitre que tu me plais, Windham Rotunda.


-HAHAHAHAHA! WINDHAM ROTUNDA ?! HAHAHAHAHAHA!


-N'est-ce pas là ton nom? Et cesse de rire comme un fou!


-HAHAHAHA! MAIS WINDHAM EST MORT! JE L'AI REMPLACE! HAHAAHAHA! WINDHAHAHAHA!


-ALORS DONNE TON NOM!


-HAHAHAHAHAHA!


-TON NOM!

Bray Wyatt prend délicatement la tête de Seth Rollins et lui souffle à l'oreille.

-I am the Eater of Worlds, the Man of 1000 Truths, the Monster, the Pied Piper of Terror, the New Face of Fear. I am Bray Wyatt!



******



Napoleonville, Louisiane, USA  -  Eté 1995


Penser à autre chose ! Penser à autre chose ! Vite ! Il devait oublier, sortir de son corps, de cette chambre et laisser derrière lui la douleur, l'humiliation, la violence, l'horreur. Il devait se mettre en pilote automatique. Il le fallait. Il espérait que ça ne durerait pas longtemps. Le vieux Russell était retraité, il avait sur ses 66 ans, il haletait, soufflait fort entre deux insultes grivoises, entre chaque coup de butoir. Bien que positionné sous le vieillard le visage enfoncé dans l'oreiller mouillé par ses larmes, l'atroce haleine chargée au Jack Daniels de Russell parvenait aux narines du garçon. Il avait mal, il ne pouvait retenir ses plaintes. Le petit Windham subissait les assauts du vieux pervers depuis déjà deux minutes, une éternité… Il essaya de prier Dieu, comme sa mère le lui avait appris, il hurla dans sa tête, implora le Créateur, le Seigneur Jésus son fils et tous les anges du ciel de lui venir en aide, de mettre fin à son tourment… en vain.

Windham songea alors que, peut-être, Dieu et tout ce en quoi il croyait, tout ce que le révérend Patterson clamait haut et fort dans son église chaque dimanche, n'existait pas. Il décida qu'un Dieu digne de ce nom ne permettrait pas qu'un enfant de huit ans se fasse violer de la sorte par un vieux salopard, un ami de la famille. Tu parles d'un ramassis de conneries ! La croix, l'immaculée conception, les rois mages, les miracles… C'était fini pour lui. Dieu venait de mourir à cet instant, tout comme la plupart de ses illusions sur la vie. Windham Rotunda vit le monde s'écrouler. Puis, le garçon, au prix d'incommensurables efforts visant à détourner son esprit de l'horreur que subissait son corps, pensa aux événements qui l'avaient amené là, dans le lit du vieux Russell, à devenir la victime sans défense de cet ancien flic à l'esprit malade qui avait à jamais profané et souillé son intimité, sa dignité et peut-être même son âme.

Comment en était-il arrivé là ? Son père Mike, son héros, le catcheur de la WWF, était absent pour la semaine. Sa mère Stephanie, enceinte de 7 mois, devait donc s'occuper seule de ses deux fils, Windham (huit ans) et Taylor (cinq ans). Tout allait bien jusqu'à ce que son crétin de frangin ne commence à se plaindre de maux de ventre alors qu'ils jouaient au catch sur l'épais tapis de gym de leur mère. Le médecin de la famille, le gentil docteur Tolliver, était parti en vacances, comme l'indiqua très vite le message automatique du répondeur. Taylor vomissait partout, Maman sombra dans la panique, bien aidée par ses hormones en ébullition et la chaleur infernale qui oppressait Napoleonville et plus généralement toute la région du Bayou Lafourche. Elle décida de prendre la voiture et d'emmener son fils malade aux urgences de l'hôpital Saint-Thomas dans la ville voisine. C'est ainsi qu'elle déposa un Windham ô combien réticent chez Monsieur Russell, l'ancien policier, figure emblématique de Napoleonville, héros de la guerre du Vietnam, bardé de médailles, dont la gentillesse et la bienveillance étaient louées de tous, même de Marcy Bingham, la langue de vipère officielle du village, ce qui était un exploit en soi. Monsieur Russell habitait à un kilomètre de la maison des Rotunda, sa villa victorienne typique du pays cajun était entourée de verdure. Elle se trouvait à la sortie du village et jouxtait les marécages à l'ouest et la forêt au sud. Russell était veuf depuis une bonne douzaine d'années. Sa femme était morte suite à un long combat contre le cancer. Mike et Stephanie entretenaient une forte amitié avec Frank Russell, le bon samaritain. Le vieil homme leur avait rendu de fiers services dès leur arrivée au Bayou. Il était jovial, rassurant et de bonne compagnie. Cette ancienne armoire à glace avait toujours de bonnes histoires à raconter... si seulement ils avaient su ce qui se cachait derrière cette façade, derrière le masque bonhomme de Russell le bon samaritain…

« Raaaah… Raaaah… ouiiiii… comme ça ! » Windham comprit qu'il se passait quelque chose de nouveau, puis Russell laissa échapper un long râle avant de se retirer, à bout de souffle. Le garçon n'osait pas bouger. « Tu es un bon garçon, petit. Surtout n'oublie pas ce que je t'ai dit : ce qu'il vient de se passer reste entre toi et moi. C'est notre secret. Et si un jour l'envie te prenait d'en parler à qui que ce soit, je te tue ! Je prends ce couteau, je te coupe la langue, je te crève les yeux, puis je te saigne comme un petit cochon… Il se pourrait même que je m'occupe de ton petit frère aussi, il est bientôt mûr. Hahaha !
- NON ! Pas Taylor ! Ne le touchez pas ! Jamais !
- Alors tu sais ce qu'il te reste à faire mon p'tit Winnie ? Tu sauras garder notre petit secret ?
- Ou… oui.
- C'est bien. De toute façon, personne dans tout Napoleonville ne te croirait, tu le sais ça. Après tout, je suis ce bon vieux Frank Russell, héros de guerre, ancien policier respecté, toujours prêt à rendre service, toujours aimable, poli et bien élevé. Je suis le gardien du temple, le vieux gros nounours que tout le monde aime. Pas vrai que tout le monde aime ce bon Franky ? Et toi aussi, Winnie, tu m'aimes, hein ? Dis-le que tu m'aimes…
- N… non.
- Tu ne m'aimes pas ? Ne t'en fais pas, ça viendra… C'était la première fois après tout. La prochaine fois sera meilleure et ainsi de suite… dit le pédophile en ébouriffant les cheveux du garçon. Il se leva et se rhabilla en sifflotant, il rangea son couteau dans un étui
- Qu'est-ce… qu'est-ce que je vais faire maintenant ?
- Tu vas aller dans la salle de bain te laver et puis tu descendras me retrouver sur le canap' du salon. On regardera la télé comme deux vieux copains en sirotant des milkshakes, pardi ! D'ailleurs, qu'est-ce que tu préfères ? Banane ou fraise ? »

***

Il fallut du temps à Windham pour quitter le lit. Il rassembla ses vêtements et songea un bref instant à sauter par la fenêtre, au mépris de la chute d'un étage que son corps devrait encaisser, mais elle était évidemment verrouillée. Résigné, il se dirigea vers la salle de bain et prit une douche… et une autre et encore une autre. Il avait l'impression d'être sale, mais cette saleté, il le comprit bientôt, ne partirait pas avec de l'eau ou du savon, elle ne partirait sans doute jamais. C'était irréversible. Il n'y aurait pas de retour en arrière, pas pour lui, c'était trop tard. Mais il pouvait encore faire quelque chose, quelque chose pour empêcher le vieux salopard de recommencer. Il avait peur pour son frère. Une voix dans sa tête lui disait que le vioque ne se satisferait pas de lui et qu'un jour ou l'autre il s'en prendrait également à Taylor. Il devait faire quelque chose. N'importe quoi. Et c'est ce qu'il fit…

Plongé dans ses pensées, le garçon descendit les marches de l'escalier en bois. La voix du vieux lui parvint. « Ton milkshake est sur le comptoir de la cuisine. Prends-le et vient t'asseoir. On va regarder le gros Homer Simpson faire des bêtises, on va s'marrer. » Windham traversa la cuisine d'un air absent et remarqua un grand verre sur le comptoir, contenant le milkshake à la banane confectionné par Russell. Il y avait autre chose sur le comptoir, près de la petite planche à découper sur laquelle reposait la peau de la défunte banane. Windham rassembla tout son courage… mais surtout toute sa haine et toute sa fureur. Il s'empara de l'objet qu'il dissimula dans son dos, puis il attrapa le milkshake. Il s'avança en direction du salon. Russell était confortablement installé dans le canapé, télécommande à la main, il tapota le coussin à côté de lui pour inviter le garçon à prendre place à ses côtés. Il leva son verre en souriant. Windham était sidéré. Le vieux avait remis son masque de bon samaritain, c'était comme si rien ne s'était passé entre le moment où sa mère l'avait laissé chez Russell et l'instant présent.

« Allez p'tit, fais pas cette tête et vient trinquer avec ton pote Franky. Il fait soif. » Le garçon obéit. Ils trinquèrent et burent de longues gorgées. Puis le vieux Russell hurla. Ce fut un cri qui mêlait surprise, indignation et douleur… surtout douleur. Il ouvrit de grands yeux en constatant qu'un couteau, son couteau à lui, se trouvait planté dans son flan gauche. Son regard se porta sur le garçon. Sur le visage de Windham il lut de la peur mais aussi du plaisir et du soulagement.

« - Putain ! Espèce de petit connard ! Tu as osé ?! 
- Oui ! Tu ne toucheras jamais à mon frère ! Et tu ne me toucheras plus jamais ! Et Windham reprit le couteau et l'abattit sur l'entrejambe du vieux pervers… qui bloqua in extremis le poignet de l'enfant et le lui tordit. Le couteau tomba sans bruit sur la moquette au sol.
- Pas mal, petite merde. Tu as du cran. Mais ça ne suffira pas. Je vais te… HAAAAAAAAA ! »

Le garçon appuya sur la blessure du vieux puis il lui fracassa son verre en plein sur le front. L'objet résista et ne cassa pas, même après le troisième coup. Mais cela suffit à faire lâcher prise au vioque et, Windham, libre, quitta la pièce... et la maison. Sans réfléchir, le garçon courut droit devant lui, vers la forêt. Le temps sembla s'arrêter. Ce ne fut qu'après de longues minutes de course sous les arbres qu'il jeta un regard en arrière. Il ne vit personne. Il continua à courir encore et encore, jusqu'à perdre haleine. Il déboucha finalement sur les marécages. C'est quelques secondes plus tard que son pied gauche se prit dans une racine et qu'il tomba en direction d'un saule pleureur. Sa tête percuta le tronc et il roula sur quelques mètres avant de s'immobiliser sur le dos, les bras en croix, près de l'eau. Windham Rotunda ferma les yeux et laissa son esprit vagabonder...

***

Lorsqu'il rouvrit les yeux, les rayons du soleil perçaient le feuillage des branches du saule qui le surplombait et lui piquaient les orbites. Une violente douleur l'assaillit à la tête. Il voulut bouger et toucher l'arrière de son crâne mais il se retint lorsqu'il le vit... En effet, lové contre sa jambe droite, se trouvait un serpent ! C'était un mocassin d'eau, très venimeux, il se rappelait. Son instituteur avait emmené un jour toute la classe en sortie scolaire dans un centre d'herpétologie à la Nouvelle-Orléans, à la rencontre de spécialistes des reptiles en général et des serpents en particulier. L'un des biologistes leur avait montré chaque serpent que l'on est susceptible de rencontrer dans les bayous… ainsi que la tactique à adopter. Dans le cas du mocassin d'eau, le type leur avait conseillé de ne pas faire de geste brusque, de s'éloigner progressivement et de prendre la tangente. Facile à dire se dit le garçon. Mais là le serpent était tout contre lui. Le mocassin semblait dormir, enroulé sur lui-même. Le garçon maudit le mauvais sort qui s'acharnait décidément sur lui. Il porta une main tremblante vers le serpent, mais se ravisa de suite quand il le vit bouger. Windham était piégé… Tout un tas de pensées virevoltèrent dans son cerveau, dont celle de se laisser mordre par le serpent et de laisser le venin le tuer. Il commençait à trembler, il allait se mettre à sangloter. Puis une voix douce, amicale, vaguement amusée, venue de nulle part, se fit entendre.

« Te voilà dans une situation délicate, gamin. J'ai comme l'impression que ce serpent te gêne, dit la voix. Elle était grave et masculine, sans âge. Le plus important c'est qu'elle n'appartenait pas au vieux Russell. Cela soulagea un peu Windham. Dis-moi, petit, si je te débarrassais de notre ami le reptile, est-ce qu'ensuite tu accepterais de palabrer avec moi quelques instants… ah oui, merde, peut-être que tu ne sais pas ce que palabrer veut dire, t'es jeune après tout… heu… tailler le bout de gras, discourir, dialoguer, bavarder, parler quoi ! Alors, qu'est-ce que t'en dis, gamin ?
- Heu… ok. Le garçon était perplexe mais à la fois rassuré quelque part, par l'air cabotin de la voix de l'homme.
- Chouette ! On va parler ! Héhéhé ! Ok gamin. Maintenant, ne bouge plus. Je vais m'occuper de Monsieur Serpent. »

Windham jugea préférable de fermer les yeux. Il entendit un claquement de doigts retentissant. Quand il ne sentit plus la présence du serpent contre sa jambe, il les rouvrit. Le mocassin d'eau n'était plus là, à sa place se trouvait une petite liane insignifiante, un végétal inoffensif. Troublé, le garçon se redressa. Il s'empara de la liane, l'observa un court instant et la jeta au loin. Il regarda ensuite autour de lui et c'est là qu'il vit le propriétaire de la voix. C'était un homme habillé en noir de la tête aux pieds, il lui rappelait ce chanteur célèbre que son père adorait et qui s'habillait très souvent en noir : Johnny Cash. Il avait une chemise unie à manches longues, un veston, une cravate, le tout aussi noir qu'une nuit sans lune. Sa ceinture en cuir, dont la boucle en or formait une tête de mort avec des crocs proéminents, retenait un jean noir qu'on aurait dit flambant neuf. A ses pieds, l'homme portait des santiags en peau de serpent teintes en noir avec quelques petits motifs blancs qui ressemblaient à des crânes. Il était à vrai dire d'une rare élégance. Et malgré la chaleur étouffante et la moiteur des marécages, il ne transpirait pas le moins du monde. L'étranger avait les cheveux longs, huileux et ils étaient aussi noirs que ses vêtements. Sa peau était pâle, son visage ne laissait aucun indice quant à son âge, son nez mince était effilé et gracieux, son sourire désarmant. Et quel sourire ! En y regardant de plus près, le garçon se demanda si l'homme n'avait pas plus de dents que le commun des mortels. Il se rendit compte que les dents en question étaient bizarres. Elles étaient anormalement pointues. Mais le plus étrange c'était les yeux de l'homme en noir. Ils semblaient changer de couleur à volonté… où était-ce une impression ?

Il y avait quelque chose dans son regard, comme si quelque chose se trouvait derrière les yeux à proprement parler, quelque chose qui apparaissait et disparaissait aussi vite, comme lorsqu'on jette un coup d'oeil dans un judas pour savoir qui est derrière la porte. Ces yeux-là vous happaient et vous entraînaient dans un endroit où vous ne vouliez pas aller. Il y avait comme une sombre hilarité sur son visage. Peut-être se retrouvait-elle aussi dans son coeur ? Ses traits étaient ceux d'un homme odieusement heureux, irradiant d'une horrible belle chaleur. C'était un visage à faire exploser les verres bon marché dans les mains des serveuses fatiguées dans un rade de bord d'autoroute, le genre de trombine qui pousserait les bambins à planter leurs tricycles dans les réverbères et à courir pleurer dans les jupons de leurs mamans les genoux fraîchement écorchés. C'était une tronche susceptible de transformer une discussion animée entre piliers de bar en règlement de compte sanglant. Séduisants, malsains, attirants et pernicieux, les traits de l'homme en noir évoquaient tout cela à la fois dans un curieux et singulier mélange.

« Alors gamin, qu'est-ce qu'on dit ?
- M… merci m… monsieur…
- Mais de rien, petit. C'est tout naturel d'aider son prochain… il paraît. Bon alors, si on faisait un brin de causette, Windham ? Quoi ? Pourquoi tu fais cette tête, mon pote ? Hahaha ! Tu devrais voir ta tronche, vraiment c'est comique. » Il pointa son index dans la direction du garçon et Windham remarqua la longueur dérangeante des ongles de son interlocuteur, semblables à des griffes. Bizarrement, ils étaient de couleur noire eux aussi, de sorte que ses mains évoquaient les serres d'un oiseau de proie.
« Vous savez comment je m'appelle ? Mais c'est la première fois que…
- Je sais des tas de choses, gamin. Je sais la vérité sur la mort d'Alexandre le Grand, je connais le secret des pyramides d'Egypte, je sais la vérité sur Jésus Christ, Moïse et Mahomet, je connais le secret de l'Ordre des Templiers, je sais ce qui se cache derrière les voix qu'entendait Jeanne d'Arc, je sais qui était le Masque de Fer, je connais les secrets de Tesla, je connais les véritables raisons derrière la Première Guerre Mondiale, je sais qui a tué le président Kennedy et tellement d'autres choses encore, hihihi ! Je sais que ton frère souffre d'une crise d'appendicite et qu'il va passer sur le billard. Je sais aussi que cette sale pourriture de Russell t'as fait du mal tout à l'heure...
- Mais… comment vous… c'est impossible ! Et puis d'abord, qui êtes-vous ? Quel est votre nom ?
- Ah mais c'est qu'il est curieux, le petit galopin. Mon nom ? J'en ai tellement… Je trouve ça tellement amusant. J'en change souvent, selon le monde, selon l'époque, selon le contexte dans lequel je me retrouve. Je suis un grand voyageur, petit, je suis une sorte de vagabond, je me balade entre les dimensions, dans l'espace et le temps. Des fois, je me pose dans un coin et j'y reste quelques temps. Ce coin me plaît bien d'ailleurs, c'est sympa. Il faudra que j'y revienne un de ces jours.
- Excusez-moi, mais vous ne m'avez pas dit votre nom…
- C'est juste… Je connais le tien, tu as le droit de connaître le mien après tout. Certains m'ont connu sous le nom de Baal, d'autres sous celui de Walter O'Dim, d'autres encore m'appelaient Judas, ou Alhazred, ou bien Marten Broadcloak. Je fus aussi John Farson, Richard Fannin, Raymond Fiegler et Randall Flagg… J'ai tellement de noms, je m'y perd parfois. En fin de compte, le plus authentique, le plus ancien, celui qui fort souvent revient, celui sur lequel les hommes et les femmes semblent d'accord pour dire qu'il me sied le mieux, c'est encore… LEGION. »

Windham eut un mouvement de recul. En prononçant ce dernier nom, l'homme en noir avait souri à pleines dents, des dents comme celles que possèdent les requins, et le garçon avait cru percevoir dans ses yeux (où plutôt derrière eux), l'espace d'un dixième de seconde, quelque chose qui ressemblait à un mélange de feu et d'une pluie de sang, il ne saurait décrire précisément sa vision, mais il était certain de l'avoir vue. En outre, l'enfant se rendit compte que, depuis quelques instants, il y avait une curieuse odeur qui lui emplissait les narines. Elle lui était familière, il était sûr d'avoir déjà senti cette odeur auparavant… Il comprit que l'odeur émanait de l'étranger. Elle lui évoquait sa mère qui cuisine, la gazinière, le feu… Le garçon trouva. C'était l'odeur d'une allumette qui vient juste d'être soufflée. Le jeune Windham prit alors enfin réellement conscience de la nature de l'être qui se tenait face à lui.
A SUIVRE...


Dernière édition par Tombstone le Lun 20 Avr - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MrCoffeeInTheBank
Champion
MrCoffeeInTheBank

Messages : 1594
Age : 31
Humeur : caféiné

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyLun 20 Avr - 23:18

Très bien, Tomb. Cela n'annule pas le fait que tu l'aies fait hors du délai accordé, mais nous tous retiendrons l'histoire (macabre) de Bray Wyatt.
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2384
Age : 30

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyLun 20 Avr - 23:26

Putain Tomb, effectivement c'est glauque ! malade 

Mais t'es couillu, et c'est vraiment bien amené.
Dommage que tu aie eu cette panne d'ordi, en tout cas impatient de lire la suite, c'est impressionnant.
Revenir en haut Aller en bas
Showtime
Administrateur
Showtime

Messages : 6880
Age : 26
Localisation : Under a six sided ring
Humeur : Aqueuse

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyMar 21 Avr - 7:45

Tomb il avait juste peur de se faire battre par Goldy donc il a préféré même pas promotter! (Mais franchement assez flippant comme promo et très bien écrit!)

_________________
Promos No Way Out 2015 - Page 4 Bfg10

Pool catch:
 
[size=12]Showtime[/size]

Xavier Woods - Rollins -Big Cass - AJ Styles - Alberto Del Rio - Ambrose
Heath Slater - Jack Swagger - Erick Rowan - Kane
Becky Lynch Paige
Alexander Wolfe

Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 2 Mai - 15:39

WYATT BEGINS

Deuxième partie



Tétanisé par la peur, mais également fasciné, quasiment hypnotisé, Windham Rotunda ne pouvait détourner son regard de celui de l'homme en noir. C'était un miracle qu'il ne se pisse pas dessus. L'air amusé, celui qui disait s'appeler Légion, sortit un paquet de Lucky Strike. Il en retira une cigarette qu'il plaça au coin de sa bouche, puis il marqua une pause et tendit le paquet à l'enfant qui demeurait interdit.

« Allez, détends-toi un peu, mon pote. Prends une tige, vas-y ! Tu te sentiras comme un homme, un vrai.
- Non… non merci, Monsieur.
- Comme tu voudras, Winnie… et s'il te plaît, ne m'appelle plus Monsieur, tu veux ? Tu peux même me tutoyer. Appelle-moi Lég', Walter, Randall, Richard… choisis ce qui te feras le plus plaisir.
- D'accord… heu… Walter. Qu'est-ce que vous… tu veux de moi ? »

Une expression de plaisir vint s'installer sur le visage de l'étranger qui afficha un sourire carnassier. On aurait dit qu'il attendait précisément la question. Walter sortit de la poche arrière de son jean couleur ébène un curieux Zippo constellé de smileys jaunes tous plus souriants les uns que les autres. D'un vif mouvement du pouce, il fit basculer le couvercle puis, d'un autre, il fit tourner la molette et la flamme jaillit. Il approcha le bout de la cigarette du feu et l'alluma avant de ranger le briquet. Il prit deux grosses bouffées et l'extrémité incandescente de la clope devint encore plus vive, reflétant ce minuscule brasier dans les yeux étrangement fascinants et changeants de l'homme en noir. Légion expira la fumée lentement par le nez, ce qui donna au gamin l'impression de contempler un dragon.

« Eh bien, tu vois, Windham, je te suis depuis un certain temps, je t'ai « détecté »... Il y a dans ce monde des gens très spéciaux, des gens particuliers, des élus. Tu es l'un d'eux. Tu n'es pas comme tout le monde, non, tu possèdes ce que l'on appelle un potentiel.
- Un potentiel ?
- Ouais. Tu ne feras jamais partie du reste du troupeau, quoi que tu fasses. Tu auras beau essayer, tenter et retenter ta chance de t'y intégrer, de te faire accepter, tu n'arriveras jamais à devenir l'un des leurs, à devenir une douce et belle brebis, un charmant et innocent agneau. Non, toi, Windham Rotunda, tu es destiné à devenir bien plus que ça… Tu a le potentiel pour devenir... un berger !
- Un… berger ?
- Oui, un berger. Tu seras un guide pour les autres. Tu réaliseras de grandes choses, tu accompliras des merveilles, tu seras craint et respecté… et plus personne n'osera ne serait-ce que songer à te faire du mal. Les hommes et les femmes de ce monde baisseront les yeux devant toi, ils seront terriblement mal à l'aise car tu les perceras à jour, car tu sauras lire dans leurs âmes et… Mais je ne dois pas t'en dire plus pour l'instant. J'en ai même bien trop dit déjà ! Hahaha ! C'est tout moi ça, je suis un exalté… »

L'enfant était perturbé par les propos de l'homme en noir. Disait-il la vérité ? Etait-ce seulement possible ? N'était-il pas simplement en train de rêver, son corps assommé par sa chute et le choc de sa tête contre l'arbre ? Il allait se réveiller. Il allait ouvrir les yeux. Il allait voir les marécages, la forêt… et le vieux Russell serait là avec son couteau pour le tuer cette fois ! Il lui trancherait la gorge et le balancerait à la flotte où il finirait dévoré par les alligators… Windham se pinça fort l'intérieur de l'avant-bras… il eut mal mais ne se réveilla pas. Walter était toujours là avec ses yeux fous, son odeur de souffre, son sourire effrayant et ses mains semblables à des serres d'aigle féroce. Il fumait avec désinvolture tout en scrutant au plus profond de l'âme du gosse, comme s'il la convoitait, comme s'il attendait quelque chose, comme une reddition de sa part. Oui, Windham était sur la bonne voie… Mais son esprit était celui d'un enfant de huit ans traumatisé et une chose, une seule, vint l'envahir…  c'était l'image inquiétante du vieux Russell, son viol, sa souffrance, l'angoisse, la peur, tout cela mélangé pour aboutir sur une irrépressible et puissante terreur.

« Walter… comment je peux faire pour devenir un… berger ? Comment je peux devenir quelqu'un de très fort ? J'ai… j'ai besoin d'être fort pour… pour me protéger, et pour protéger mon frère de l'autre… de Russell.
- Héhéhé ! Mais c'est qu'il est pressé notre petit gars ! Désolé, mon lapin, mais ça ne se fait pas en un… comment dirais-je ? … en un claquement de doigts. Hohoho ! L'étrange être habillé comme Johnny Cash se fendit d'un air cabotin désarmant avant de reprendre. Il te faudra des années pour réaliser ton potentiel, Winnie. Il te faudra vivre des expériences, il te faudra suivre des chemins sinueux et sombres, t'engager dans les ruelles tortueuses d'un dédale de ténèbres ! Il faut laisser le temps au temps, gamin. Rome ne s'est pas construite en un jour ! Et crois-moi, je sais de quoi je parle…
- Alors, tu ne peux pas m'aider ?
- Oh… ça dépend. Tu veux que je t'aide ?
- Oui.
- Tu veux que je t'aide à faire quoi exactement ?
- Je veux que Russell… je veux qu'il paye ! Je veux qu'il laisse mon frère tranquille ! Je veux qu'il me laisse tranquille ! Je veux… qu'il disparaisse pour toujours !
- Nous y voilà… Très bien... »

Windham tomba à genoux et se mit à pleurer, tête basse. Il ne vit pas l'expression d'abominable satisfaction naître sur le visage pâle et sans âge de l'homme en noir. Il ne vit pas le plaisir immonde qui inondait ses yeux devenus soudain écarlates, comme si ses orbites s'étaient remplis d'un flot tournoyant de sang. Windham ne vit pas non plus le sourire de prédateur de l'étranger, révélant au grand jour des dents – ou étaient-ce des crocs ? - aiguisées comme des lames de rasoir. Le gosse ne vit pas l'homme en noir écraser sa cigarette sur le dos de sa main aux ongles démesurément longs sans laisser aucune trace ni ressentir la moindre douleur. Windham ne vit rien de tout cela… et ce fut pour le mieux. Ce qu'il vit en revanche après quelques secondes, ce furent les santiags en peau de serpent de l'étranger apparaître sous son nez. Il sentit une main étreindre son épaule puis l'index et l'ongle noir de Walter O'Dim sous son menton. Il releva la tête et contempla la face au sourire diaboliquement charmeur et au regard joyeusement malsain.

« Regarde-moi, petit. Regarde-moi bien. Je suis disposé à t'aider… mais mon aide a un prix.
- Mais… je n'ai pas d'argent et…
- Qui te parle d'argent, gamin ? Laisse tomber ces futilités. Si tu veux que je t'apporte mon aide, il faut que tu me donnes quelque chose en échange. Un service pour un autre. Quand je t'ai débarrassé du serpent tout à l'heure, je l'ai fait car tu t'es engagé à avoir une conversation avec moi, non ?
- Oui…
- Là aussi c'est pareil. Si tu veux que je te débarrasse du vieux salopard qui a fourré sa queue dans ton petit cul, gamin, il faudra que tu t'engages à me rendre service ! Est-ce que tu comprends ça ?
- Oui. Je veux qu'il crève ! QU'IL CREVE ! Le gosse se releva d'un bond et l'homme en noir recula.
- Du calme, petit. Tu sais au moins que tu l'as blessé avec ton coup de couteau et qu'il souffre ? Il a peur, tu sais, je doute qu'il recommence à…
- Je m'en fous. Il doit payer !
- Bien. Je me rends. Message reçu cinq sur cinq. Très bien. Je vais m'occuper de lui… En échange, tu devras me rendre service.
- Quand ? Quel service ?
- Je ne sais pas encore. Hihihi ! C'est ça qui est marrant ! Un jour. Cela peut arriver la semaine prochaine ou dans un mois, un an… dans dix ans ? Peu importe. Un jour, je viendrai te trouver... et tu devras faire ce que je te demande, sans discuter, sans poser de question. C'est à prendre ou à laisser. Tu dois prendre une décision, Windham, et maintenant. Ton potentiel est à toi, il est là enfoui en toi, il t'appartient de le réaliser. Il faut t'engager sur un chemin. Choisis celui qui te permettra d'accomplir ton destin, choisis la route qui mène au berger… ou pas. »

Bizarrement, Windham s'attendait au fond de lui à quelque chose de ce genre, à être redevable à Légion, à devoir conclure un marché, un pacte. C'est tout aussi bizarrement qu'il se rendit compte qu'il avait déjà pris sa décision avant même que l'étranger n'ait exposé les clauses du contrat. L'enfant prit une longue inspiration, gonfla ses poumons. Sa bouche s'ouvrit, sa langue et ses lèvres se mirent en branle et deux mots furent prononcés... deux mots terriblement anodins, deux mots affreusement ordinaires, deux mots pourtant effroyablement cruciaux, deux mots qui scellèrent irrévocablement son destin : « J'accepte. »

Aussitôt, le garçon sentit quelque chose mourir en lui… mais quelque chose d'autre naquit au même instant, il ne saurait dire ce que c'était. Le visage de Walter s'illumina d'une sinistre jubilation et tout se passa très vite. L'homme en noir saisit le poignet droit du gamin et approcha son index de la paume de la main de Windham. Il lui ordonna de rester tranquille, lui dit qu'il s'agissait d'officialiser le contrat, de signer le pacte. L'enfant eut peur mais se laissa faire. L'ongle noir anormalement long et pointu entailla la peau avec la précision d'un scalpel et le sang apparut. Windham détourna son regard. Légion affirma sa prise sur le poignet de l'enfant et approcha la paume sanguinolente vers sa bouche… et il lécha goulûment la plaie et le filet de sang qui s'en échappait. Il libéra ensuite le bras du gosse qui s'essuya furieusement la main avec son t-shirt.

« Le pacte est signé. Nous sommes liés à présent l'un à l'autre, Windham Rotunda. Maintenant, il est temps pour moi d'honorer ma part du contrat. Je vais aller m'occuper de notre bon ami le pédophile et…
- Je veux venir.
- Quoi ?
- J'ai dit : je veux venir. Je veux regarder.
- Mais…
- J'ai signé comme tu dis. Je pense que ça me donne le droit d'être présent. Et puis… je veux être sûr.
- Hahaha ! Tu es décidément un garçon très spécial, toi. Eh bien soit ! Si tu t'en sens capable, viens avec moi. Plus on est de fous, plus on rit ! Hihi ! »

***


Ils marchèrent et Walter fit preuve d'une désinvolture inouïe pour quelqu'un qui allait tuer un homme, racontant des blagues, sifflotant des airs de country et de rock old school. Windham, lui, devait se forcer ne serait-ce que pour avancer et mettre un pied devant l'autre. Il allait obtenir vengeance, mais à quel prix ? Il était trop tard pour reculer et se poser des questions de toute façon. Il avait fait son choix. Il s'était aventuré sur un sentier dont on ne revenait jamais. Il fallait assumer, il fallait le suivre jusqu'au bout désormais. Russell devait souffrir, Russell devait mourir. Russell lui avait volé son enfance, son innocence et quelque part une vie normale et heureuse. Russell avait détruit son monde, il avait tout ravagé, saccagé. Plus rien ne serait comme avant. Il fallait l'empêcher à tout prix de faire subir le même sort à son frère Taylor ou à sa sœur qui grandissait dans le ventre de sa mère… Windham hâta le pas.

Ils arrivèrent devant la maison du vieux salopard. Le duo s'approcha doucement et se plaqua contre le mur, près d'une fenêtre. Walter jeta furtivement un œil à travers le carreau, il sourit et reprit position contre le mur où il chuchota à l'enfant.

« Il est là. Il y a une trousse de premiers secours sur le comptoir de la cuisine. Il s'est soigné tout seul apparemment. Il se remet en buvant du whisky directement au goulot. Il a dû sacrément dégusté en se rafistolant.
- Mais c'est rien à côté de ce que tu vas lui faire subir, j'espère.
- Tu l'as dit, bouffi. Allez, je vais entrer en scène. Toi tu restes là et tu la fermes. Tu mates par la fenêtre si tu veux, mais je ne te conseille pas de le faire. Ce n'est pas un spectacle pour les mioches de huit ans. It's showtime ! »

Ce que le garçon vit derrière cette fenêtre, ce qui se déroula dans le salon de son tortionnaire ce jour-là, il ne l'oublierait jamais. Quand Walter pénétra dans la pièce, le vioque cracha son whisky et lâcha sa bouteille qui tomba sur la moquette. Le liquide se répandit. Devant l'air jovial et plein de bonhomie de l'intrus, le vieux resta perplexe. Il finit par se lever et à demander des explications. Walter et Russell échangèrent quelques mots. Puis tout alla très vite. Les traits du pédophile changèrent instantanément et sa face ne fut plus qu'un vibrant reflet de terreur, d'effroi et de panique ! Il eut le réflexe d'attraper son couteau sur la table mais l'homme en noir fut trop rapide et lui tordit le poignet, le forçant à lâcher l'arme. Windham vit ensuite Walter s'emparer à deux mains du crâne du vieux salopard. Après un coup de boule, il mordit son nez et le lui arracha ! Comme il ne le cracha pas, le gosse en vint à conclure que Légion le mâcha et l'avala. L'homme en noir enfonça ensuite ses pouces griffus dans les yeux du pédophile et les lui creva. Dehors, Windham perçut les cris du violeur et se plaqua les mains sur les oreilles. Walter relâcha sa victime défigurée et entreprit de lui flanquer des coups de pied dans les côtes. Windham vit les lèvres de l'étranger bouger et comprit qu'il était en train de chanter pendant la bastonnade.

Les choses prirent un tournant inattendu et macabre quand l'homme en noir ramassa le couteau de Russell. Sans prévenir, alors que le vioque tentait désespérément de ramper vers une impossible échappatoire, le démon planta la lame dans l'anus du héros de la guerre du Vietnam, du bon samaritain de Napoleonville, du violeur d'enfants. Russell hurla. Pendant cette sodomie sanglante, il poussa des cris qui hanteraient le garçon pour toujours. Le jeune Windham n'aurait jamais imaginé que de tels sons fussent susceptibles d'être produits par des cordes vocales humaines. Il était conscient de l'horreur de la scène mais quelque chose en lui l'empêchait de détourner les yeux, il avait besoin de voir tout ça, il avait envie d'assister au châtiment de celui qui lui avait fait si mal. Il lutta finalement et se força à regarder derrière lui les arbres et l'herbe. Quelques instants plus tard, Walter venait le chercher et le forçait à entrer dans le salon. A leurs pieds devant eux gisait le vieux Russell, ou plutôt ce qu'il en restait. Du pédophile menaçant d'autrefois, du prédateur sexuel monstrueux, il ne restait plus qu'une épave agonisante, défigurée, aveugle, se vidant de son sang en poussant des plaintes à peine audibles. Walter traîna l'enfant au plus près de la loque humaine qui salopait désormais la moquette…

« Alors petit ? Tu voulais être présent, non ? J'espère que ça t'a plu.
- Oui… non… je ne sais pas, je ne sais plus.
- Tu voulais que je t'en débarrasse. Tu voulais qu'il crève. Il reste encore la touche finale, le clou du spectacle ! Hihihi ! Et puisque tu es là, je vais te faire participer, mon grand ! »

Dans un état second, comme anesthésié, Windham vit Walter ramasser la bouteille de whisky que Russell avait laissé tomber tout à l'heure. Il ne broncha pas quand l'homme en noir versa le liquide restant sur la carcasse du pédophile. Le garçon eut l'impression que tout se déroulait maintenant au ralenti et qu'il voyait la scène de haut comme s'il se trouvait hors de son propre corps. Il avait la sensation de ne plus avoir la maîtrise de quoi que ce soit (mais l'avait-il au moins eue au cours de cette étrange journée ?). Il entendit vaguement l'être vêtu comme Johnny Cash s'adresser à lui et lui parler de la date d'aujourd'hui, du 4 juillet, jour de la fête nationale. Les mots de Walter semblaient venir de si loin qu'il avait un mal fou à les entendre et à les comprendre. Entre deux phrases trop inintelligibles pour son esprit fatigué, trois mots lui parvinrent distinctement, trois mots qui évoquèrent un plaisir aussi soudain qu'inavouable, trois mots qui éveillèrent en lui un besoin irrépressible, trois mots qui le poussèrent à un geste d'une délicieuse cruauté : « feu de joie ».

Comme s'il n'avait vécu toute sa vie que pour cet instant (ou comme s'il l'avait déjà vécu), comme s'il savait à l'avance ce qui allait se passer, Windham tendit la main vers l'homme en noir tel un somnambule. Le pilotage automatique était enclenché. Le gamin ne regarda même pas Walter. Il savait ce que ce dernier déposerait dans sa main. Il ne regardait que Russell. Lorsqu'il sentit la présence de l'objet dans le creux de sa main, il fut envahi par une drôle de sensation, une étrange pulsion. Si quelqu'un était arrivé à cet instant précis, dans cette pièce, il aurait vu un sourire hideux se dessiner sur le visage du garçon, le genre de sourire qui fout les jetons, le genre de sourire qui trahit une profonde frénésie, un plaisir dément, le genre de sourire qui peut être remplacé par un panneau « Bienvenue dans l'Antre de la Folie ». Comme dans un rêve (un cauchemar ?), au ralenti, Windham se vit lui-même en train de repousser le couvercle et de faire tourner la molette. La flamme jaillit, superbe, sexy, bandante, dansant comme une diablesse indomptable. Avec un calme et un aplomb pétrifiants, mais aussi un plaisir aussi sincère et jouissif qu'immoral et pervers, le garçon jeta le Zippo aux multiples smileys allumé sur le dos du vieux Russell. Le sort fut scellé. Un feu avide et implacable dévora ce qu'il restait du vieux salopard. Windham contempla et écouta avec attention quelques instants. Avant de quitter la maison en proie à l'incendie, il chercha Walter du regard... mais l'homme en noir avait disparu.

***


Extraits de la rubrique « faits divers » du journal régional The Daily Comet du 5 juillet 1995 :

Incendie mortel à Napoleonville :

Après une lutte acharnée de plusieurs heures, les valeureux pompiers de la paisible bourgade de Napoleonville ont gagné leur combat contre les flammes hier dans la soirée. L'incendie s'était déclaré le jour de la fête nationale en fin d'après-midi. Une victime est à déplorer, le propriétaire de la maison, Frank Russell. Figure emblématique du village, héros de guerre, récompensé de la Purple Heart, ce policier à la retraite était aimé et apprécié de toute la communauté et représentait un exemple admirable de… […]

[…] Selon une source proche du dossier, les enquêteurs de la police semblent s'orienter vers la thèse de l'incendie criminel. En effet, les restes d'un briquet de type Zippo aurait été retrouvés sur les lieux dans la zone présumée du départ du feu. Un pyromane se cacherait-il parmi les habitants de Napoleonville ? Nous vous tiendrons informés de la progression de l'enquête dans les prochains jours.

Beth Savoy




Extraits de la rubrique « Histoire et Folklore » du journal régional The Daily Comet du 27 juillet 1995 :

Attention ! L'homme en noir rôde !

« Voyageur imprudent, jeune enfant plein de candeur,
Prends garde au vagabond vêtu de noire couleur.
Dans les ténèbres du bayou, au sein des marécages,
Ce vil serpent attend patiemment ton passage.
Ne prête pas l'oreille à ses mensonges hideux,
Ne regarde surtout pas au fond de ses yeux.
Cours te mettre à l'abri, détale comme un rat
Sinon ton âme l'homme en noir dévorera. »

C'est à un poète inconnu que nous devons cette obscure comptine du XVIIIème siècle, issue du folklore de Louisiane, dont le but était sans aucun doute d'effrayer les enfants afin qu'ils ne s'aventurent pas seuls dans les bayous. […] La figure de l'homme en noir ou celle du vagabond errant est à rapprocher du danger de l'inconnu en général, des préjugés sur l'étranger, le nouvel arrivant en ville ou le marginal, sources intarissables d'histoires et légendes moralistes inculquant la prudence à nos charmants bambins. […]

[…] et la comptine traverse les âges compte tenu des témoignages récurrents rapportés par des sources variées comme les écrits personnels, récits de faits divers, archives multiples et autres rapports et procès verbaux de police, même si d'énormes doutes sont soulevés quant à la crédibilité et la véracité desdits témoignages. L'âge des témoins, souvent de jeunes enfants ou bien des personnes âgées racontant bien des années après les faits leur "rencontre" avec l'homme en noir, est bien souvent un obstacle non négligeable et… […]

[…] des témoins évoquent ainsi un être maléfique enveloppé de noir, dotés d'une paire d'yeux très singuliers dans lesquels on apercevrait le reflet de l'Enfer, certains allant même jusqu'à dire qu'à trop les fixer on deviendrait fou […] la nature surnaturelle de cet homme en noir est pourtant contredite par un témoignage du milieu du XIXème siècle qui… […]

[…] et le plus stupéfiant est que deux personnes disent avoir aperçu de loin un rôdeur dans la région du Bayou Lafourche ces dernières semaines. […] « Il avait l'air joyeux, guilleret, quoi. Je l'ai aperçu quelques secondes pas plus, il marchait en sifflotant à environ trois cent mètres de ma position je dirais. Il s'est enfoncé dans les arbres et il s'est volatilisé. Ce qui m'a donné la chair de poule, c'est la réaction de mon chien. J'ai un molosse qui me sert à la chasse, ouais, un dur à cuire qui n'aurait pas peur d'un 'gator, si vous voyez ce que je veux dire. Eh bien, du moment à partir duquel il a senti la présence du type, il a commencé à se faire dessus et à trembler, la queue entre les jambes ! Jamais je l'avais vu faire ça de ma vie ! C'est là que je me suis dit qu'il y avait quelque chose de pas net… […] et puis il y avait dans son allure générale un truc dérangeant, je ne saurais comment bien l'expliquer, un truc qui vous glaçait le sang. Depuis, j'évite de me promener dans ce coin-là, pour sûr. » […] Voilà qui devrait certainement entretenir pour longtemps encore la légende du vagabond noir des bayous.

Gary Lafleur

A SUIVRE...


Revenir en haut Aller en bas
MrCoffeeInTheBank
Champion
MrCoffeeInTheBank

Messages : 1594
Age : 31
Humeur : caféiné

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 2 Mai - 17:40

Tombstone a écrit:
- Mais c'est rien à côté de ce que tu vas lui faire subir, j'espère.
- Tu l'as dit, bouffi. Allez, je vais entrer en scène. Toi tu restes là et tu la fermes. Tu mates par la fenêtre si tu veux, mais je ne te conseille pas de le faire. Ce n'est pas un spectacle pour les mioches de huit ans. It's showtime ! »

MY GOD! C'EST SHOWTIME QUI A VIOLE LE PETIT ROTUNDA! 'SPECE DE SALAUD! EN PLUS D'ETRE LUXEMBOURGEOIS, TU TE COMPORTES COMME UN BELGE!?! Sparta
Revenir en haut Aller en bas
SwantonBomb
Head Booker
SwantonBomb

Messages : 1776
Age : 27

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptySam 2 Mai - 20:12

E-X-T-R-A-O-R-D-I-N-A-I-R-E
Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 EmptyDim 17 Mai - 19:31

Comme vous vous en doutez, j'ai été retardé suite à des imprévus côté boulot et perso, donc la dernière partie de "Wyatt begins" sera postée pour la session de Wrestlemania (qui commence demain, je sais ^^'). Je ferai une promo plus en rapport avec le MITB ladder match à part.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty
MessageSujet: Re: Promos No Way Out 2015   Promos No Way Out 2015 - Page 4 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Promos No Way Out 2015

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Archives :: E-Fed :: Promotions-