Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
Nouveau format de podcast, cette fois on revient quelques années en arrière, et plus précisément WWE No Way Out 2009 !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !
-40%
Le deal à ne pas rater :
Clé USB 3.0 SanDisk Ultra 128 Go (vitesse de lecture jusqu’à ...
20.38 € 33.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Review collective Wrestlemania 31

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
jambon
Cesaro
jambon

Messages : 555
Age : 35
Localisation : Entre purée et choucroute
Humeur : Entre choucroute et purée

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyVen 3 Avr - 16:03

Review collective Wrestlemania 31 20141031_WM31_TicketSale_LIGHT_HP

La tradition de la review collective s'est un peu estompée ces derniers temps, mais Wrestlemania est un événement suffisamment important pour relancer l'exercice. Voilà donc les points de vue de quelques Freaks sur les matches de WM ! Merci à tous les contributeurs, et merci aux lecteurs de donner leur avis !

Remarque préalable, comme personne n'a souhaité chroniquer le TT4W, je l'ai torché en vitesse cet après-midi...

Pré-show : Tag Team Championship 4 Way Match, Cesaro-Kidd (w/ Natalya) (c) vs Usos (w/ Naomi) vs Matadores (w/ Torito) vs New Day (Kofi & Big E w/ Woods) - jambon

Le championnat TT fait l'objet de grosses lacunes en termes de scénario. En l'absence d'une compétition construite, on a ici choisi une solution fourre-tout, qui peut toutefois s'avérer propice à un match très fun. Ce fut le cas ! De très beaux spots, une belle énergie, aucun temps mort. Il était particulièrement bien vu de faire intervenir, dans chaque équipe, un troisième allié : Natalya, Naomi, Torito et Woods, un choix cohérent, qui a agréablement contribué au rythme élevé du match.

Avec ce match, la paire Cesaro-Kidd assoit sa domination sur les trois teams qui furent régulièrement  leurs adversaires. L'affrontement peut donc être envisagé comme une conclusion, et sans doute verra-t-on de nouveaux challengers avec l'arrivée des Lucha Dragon ? La division TT nous offre donc un beau match, mais j'espère des storylines un poil plus construites pour la suite.


Pré-show : 30 men André the Giant Memorial Battle Royal - Sharpshooter

Lancée en grande pompe l'an dernier avec un vainqueur sexy et prometteur en prime dans ce qui fut un des très beaux Wrestlemania Moments de Wrestlemania XXX, l'André the Giant Battle Royale avait tout de même rapidement laissé entr'apercevoir sa vraie nature de vaste supercherie. Le non-événement que fut au final la victoire de Cesaro s'est doublée ces dernières semaines du coup de grâce : la Battle Royale reculait en preshow sur le WWE Network. Dès lors on en avait la certitude : ce match sera, peut-être pour deux ou trois ans avant que la WWE s'en lasse et s'en débarrasse dans l'indifférence générale, l'os à ronger de tous les jobbers de la carte et des catcheurs dont le public/les bookers/les deux n'ont pas grand chose à foutre. Ca donne une apparition facile à écrire pour la writing team, et ça donne la prime d'apparition à WM à quasi tous les membres du roster. Tout le monde est content.

Sauf qu'une Battle Royale c'est très souvent très chiant les 3/4 du temps (les normales, pas le Royal Rumble). Alors quand le seul enjeu est un trophée encombrant qui aurait même du mal à servir de porte-rouleau de PQ, on se fait très rapidement chier. D'autant que la WWE en a profité en scred pour rappeler que c'est WM, alors les jeunes, venez pas nous les briser, vous avez TOUTE LA VIE pour vous offrir ce merveilleux moment de gloire qu'est l'ajout d'une ligne "André the Giant Battle Royale Winner" sur Wikipédia.

Car oui, après l'horreur infâme que le désastreux Royal Rumble, booké avec la grâce et la justesse technique d'un Ezequiel Lavezzi sur la pelouse du stade Auguste Delaune (NB : review écrite avant PSG/OM, évidemment qu'il aura marqué entre temps ce con), les bookers n'ont rien au d'autre comme formidable idée que de faire rouler l'imblairable Big Show, qui est devenu au catch ce que Jamel Debbouze est devenu à la cérémonie des Césars (le vieux qu'on aimait bien avant mais qu'on continue à nous enfoncer sans raison désormais), sur l'intégralité du roster. Sauf que vu que c'est pas le Rumble, pas de superstar face à surpusher en face donc... Big Show a gagné.

Alors oui, Big Show qui gagne une Battle Royale à WM ça devrait tomber sous le sens évidemment. Mais cette victoire, c'est un peu comme l'Oscar du meilleur réalisateur pour Martin Scorsese, le Series Finale d'How I Met Your Mother ou la mort d'Adolf Hitler : ça arrive 20 ans trop tard. Mais bon, au moins on en sûrs : Titus O'Neil ayant duré plus longtemps dans le ring qu'Hideo Itami, Kevin Dunn n'avait pas posé ses RTT le week-end dernier. Comme le dirait un grand penseur à moustache de notre temps : est-ce que ce monde est sérieux ?


IC Championship Ladder Match : Wade Barrett (c) vs Daniel Bryan vs Dolph Ziggler vs Luke Harper vs R-Truth vs Stardust vs Dean Ambrose - KXL

C'était le grand retour du Money in The Bank à WrestleMania ! Ah non, c'était juste un Ladder Match à 7 pour le titre Intercontinental, mais ça y ressemblait fortement. Le match comprenait mes 5 lutteurs préférés actuellement à la WWE, un mec que j'aime beaucoup aussi (Luke Harper) ... et R-Truth. On a eu un très bon build up avec une rivalité assez fun, plus travaillée que beaucoup d'anciens Money in the Bank Matches. Bref, c'était un beau cadeau que nous offrait la WWE.

In ring, pas grand chose à dire, c'était un très bon match, dynamique et spotteux comme d'habitude, même si peut être pas aussi bon que ce à quoi on s'attendait vu les énormes attentes qu'on avait de ce match. Peut être à cause d'une durée qui aurait beaucoup gagné à être rallongée. On peut dire que tous les hommes ont fait le job, aucun n'a vraiment brillé plus ou moins que les autres. On nous a aussi rappelé que les échelles c'était dangereux, j'espère que le coup de Dean Ambrose n'est pas si grave. Et à la fin c'est le chouchou du public, Daniel Bryan, qui gagne. Honnêtement, j'adore Daniel Bryan, tout le monde le sait, mais je préfère Ziggler, Ambrose, Stardust ou encore Barrett. Cependant, hier soir j'étais pour Bryan. Sa victoire était nécéssaire : parce que Bryan est le nouveau visage de la WWE qu'on le veuille ou non, il est de loin le plus populaire aujourd'hui, et parce qu'il n'a eu droit ni au Main Event où on voulait le voir ni à un match en solo qui aurait été un minimum. Le fait de lui faire gagner un titre à WrestleMania, en plus de lui offrir un autre WrestleMania moment, lui fait préserver son momentum. De plus, le parallèle avec John Cena est intéressant. Les deux plus gros noms de la WWE actuelle possèdent maintenant les deux titres "mineurs", c'est une belle image. C'est aussi assez excitant : what's next ? Ces décisions de leur faire gagner les titres US et Intercontinental ne peuvent qu'être liées. Vont-ils s'affronter pour unifier les titres ? Peut être, peut être pas, mais il y a fort à parier que leurs chemins se croiseront dans un futur proche. Le règne de Barrett prend fin assez tristement, il aura été nettement moins bien booké que celui d'avant sa blessure, mais au moins grâce à ce match sa fin reste crédible.

Bref, pour résumer, c'était un très bon match, pas trop le show-stealer qu'on attendait mais parfait pour lancer une soirée mémorable. Une pensée pour Ziggler qu'année après année on veut tellement voir obtenir enfin son WrestleMania Moment, mais là c'est sûr que c'est moins dérangeant que les autres années.


Randy Orton vs Seth Rollins - The Straightedge 17

Moi qui n’est pas regardé un match de catch depuis le Royal Rumble 2013 (Hey Punk, how’re you doin’ ?), je dois dire que me faire ce Wrestlemania entre deux petits culs de fée m’a vraiment réjoui. Bien heureux de ne pas avoir pu assister aux fiascos des dernières semaines qu’étaient le Rumble et Fastlane, me voilà alors devant le Biggest Stage Of Them All et, entre deux très bons matchs, arrive LA vraie fausse bonne surprise de ce Pay Per View, alias Randy Orton VS Seth Rollins. Pourquoi vrai-fausse ? Parce que le potentiel des deux lutteurs ne pouvait offrir qu’un show stealer. Depuis son retour, Randall semble plus à l’aise sur le ring et quoi (ou qui) de mieux pour redorer un blason déjà fort lumineux que Seth Rollins, performer exceptionnel ? Qualité technique évidente, in-ring irréprochable (tatillon, j’espérais juste un powerslam plus puissant, c’est dire si le contenu est maitrisé), bref, un des meilleurs si ce n’est le meilleur match de la soirée dans sa pureté. Certes, l’issus du combat était pour le moins évidente, sans réel suspense, mais dieu que l’on lui pardonne en bavant devant ce spot final stratosphérique, ponctué d’un énième RKO venu de nulle part, toujours plus nombreux, mais toujours plus originaux.

J’aimerai d’ailleurs m’attarder quelques instants sur Orton, charismatique à souhait en ce 29 Mars 2015. A elle seule, la vipère représente toute l’ambiguïté du booking WWE qui m’agace au plus haut point : un performer incroyable englué dans des feuds catastrophiques. Car quoi qu’on en dise, Orton est un homme intelligent. Ok, c’est peut-être pas l’enfant de chœur que t’emmène à la messe du dimanche rencontrer ta cousine, mais collez lui une bonne feud, un adversaire séduisant et un enjeu particulier, il vous fera le job aux petits oignons. Je suis vraiment ravi de ce renouveau chez le Legend Killer, d’autant que son statut de Face n’est pas mon préféré. Et quand on imagine que Randall n’a rien eu à se mettre sous la dent en terme de VRAIE rivalité épique depuis Triple H en 2009 (voir éventuellement John Cena, un duo que j’apprécie toujours autant en un contre un), c’est dire le gâchis continu qui, je l’espère, disparaitra «after Vince McMahon’s death»…


No DQ Match : HHH vs Sting - jambon

Malgré son build-up paresseux, ce match avait engendré chez moi une indéniable curiosité. Fondamentalement, j'ai confiance en HHH pour sortir de beaux matches quand l'occasion se présente : en témoignent ses derniers combats face au Taker et face à Bryan. N'ayant pas trop suivi les années TNA de Sting, je me demandais ce que l'un des héros de la WCW de mon adolescence valait sur un ring aujourd'hui. De plus, j'attendais de voir quelle histoire on allait nous raconter. Les quelques bribes de scénario disséminés dans la RTWM laissaient entrevoir tantôt une rivalité entre Sting le justicier et l'autorité corrompue, tantôt un embryon de rivalité personnelle entre Sting et HHH, tantôt une opposition WWE vs WCW. Rien de très clair, et l'on pouvait donc s'attendre à tout. Voyons finalement ce qu'on a voulu nous raconter.

Les deux protagonistes ont bénéficié d'entrées magnifiques. Celle de Sting est super même si je n'aurais pas assimilé ce catcheur à un univers orientalisant, mais plutôt à un trip sombre du style Wyatt ou Taker. Mais justement, ça aurait fait doublon avec ceux-ci, prévus plus tard dans la soirée. Au final, même si je l'ai appréciée, cette entrée atténue le côté justicier de Sting. Celle de HHH est particulièrement kitch et grandiloquente, ce qui s'accorde bien au personnage mégalomane qu'il incarne et au puissant guerrier que celui-ci s'imagine être. Avant de commencer le match, l'ambiance commence à se préciser : on évince la piste "justicier vs autorité". Un match plus personnel, donc ?

Sur le ring, Sting est en bonne forme... pour un homme de son âge. Le rythme est un peu lent dans la première moitié du match, et on a la désagréable impression que HHH survend les attaques de son adversaire : la domination de Sting semble un peu artificielle. Le tout manque un peu d'intensité (petit détail physique néanmoins, à quel moment HHH se fait-il cet immense bleu à la jambe ?). Ce n'est pas une catastrophe, mais une certaine indulgence est requise. Bref, à ce stade, l'histoire est celle d'un affrontement d'homme à homme, dans un un-contre-un classique et solennel. Jusqu'à ce que...

L'arrivée de DX pour sauver HHH d'un Scorpion Deathlock me rappelle que le match est un No DQ. Jusque là, le comportement des adversaires ne le laissait nullement entrevoir, le match n'ayant rien d'un règlement de compte sauvage. Bref, la DX remet les pendules à l'heure sur ce point. L'heure est à la nostalgie, et l'arrivée de la NWO dans la bagarre ne fait que le souligner davantage. Ce combat est hors du temps, et cela en bien comme en mal. D'un côté, j'ai accepté de bonne grâce ce qui se passait, mais simultanément, rien n'était complètement cohérent. Voir la NWO aider Sting est bizarre, dans la mesure où premièrement ses membres furent essentiellement antagonistes de Sting à la WCW, où ensuite Hall et Nash sont connus pour être de grands amis de HHH, et où enfin Hall, Nash et Hogan portent, malgré leur passage à la WCW, une forte étiquette WWE (c'est là qu'ils se sont fait connaître, et ils sont tous au Hall of Fame !). Quitte à lancer un trip WWE vs WCW, j'aurais préféré voir quelques figures plus porteuses de l'identité WCW : pourquoi pas DDP, qu'on a vu lors d'un récent Rumble ? Ou une grosse surprise, comme Goldberg, Scott Steiner ? Même Booker T, voire Ric Flair auraient pu faire l'affaire. Ou, moins original, le Big show, dans un énième turn après sa victoire à la BR... Or, alors que le match devient effectivement un affrontement WWE vs WCW, on a voulu réduire ces fédérations rivales à leurs deux stables les plus marquantes de la seconde moitié des années 90, ce qui nous amène à ce DX vs NWO quelque peu simplificateur et regrettable.

Il transparait ici l'un des autres problèmes engendré par la reductio ad NWOm que subit la WCW. La NWO joue les faces ! En infériorité numérique, elle ne triche pas vraiment, n'étant intervenue que dans un deuxième temps pour sauver Sting du traquenard lancé par DX. A l'opposé, la DX reste le groupe de sales mecs qu'elle a toujours été, des arrogants qui ne respectent rien et qui font ce qu'il faut pour gagner : en témoigne le Sweet Chin Music de Shawn Michaels, qui s'apparente autant à une provocation qu'à un aveu de faiblesse. Si HHH contre de lui-même l'ultime attaque de son adversaire pour le tombé final, on garde quand même l'impression que Sting et la NWO, malgré leur apparente supériorité, ont perdu pour avoir été trop droits face à une DX qui, elle, est restée fidèle à ses principes.

Finalement, comment interpréter la défaite de Sting ? La poignée de main finale me semble paradoxale et forcée. Ce match se voulait un symbole, il en est un : celui du triomphe de la WWE sur la WCW il y a quinze ans. Sting était réduit à un simple symbole de la WCW d'alors, idem pour HHH en porte-drapeau de la WWE des années 90, et tant pis pour ce qui a pu se passer dans les quinze ans qui ont suivi. Quant à l'issue du match, elle s'est calquée sur celle de la réalité. Pourquoi pas, après tout, mais la manière fut quelque peu bancale. Toutefois, si la WWE a gagné, c'est la WCW qui a eu le beau rôle. Et je pense qu'on peut relativiser la défaite de Sting en tant que lutteur individuel, tant le combat fut impersonnel, tant Sting fut finalement réduit à la seule étiquette de relique de la WCW.

Par contre, voir HHH se faire démonter en trois secondes dans la même soirée par Rock et Ronda Rousey était vraiment nul. Ca relativise complètement l'impact du match précédent, comme si Sting et HHH avaient peiné comme des diables pour se départager, mais que de toute façon, plusieurs galaxies au-dessus, il y avait ce couple idiot qui dominait tout. Et HHH reprend son rôle d'Autorité, comme si son match n'avait été qu'une parenthèse dans la soirée. Sur le principe, il faut bien passer à autre chose, mais ça aurait pu attendre le lendemain.

Dans l'ensemble, ce match est passé à côté du moment d'anthologie qu'il aurait pu être si l'on avait voulu exploiter la légende de Sting dans toute son ampleur.


Diva Tag Team Match : AJ Lee & Paige vs The Bella Twins - TManiac

Le match de Divas de ce Wrestlemania est à ranger dans la catégorie des "bons matchs de Divas". Oui, c'était pas mal du tout, surtout qu'on n'a pas eu Snooki ou Maria Menounos sur le ring. 'fin bref.
On remarque d'entrée le boulot qu'on fait les Bellas pour paraître potables in-ring. Bon après elles font pas les prises les plus énormes du monde, un Alabama Slam par ci, un Rack par là, Un Spinebuster au passage. éventuellement un Dropkick qui caractérise une prise de risque plus importante, et mine de rien c'est déjà plus de prises que Roman Reigns. Seul petit point noir, le DDT d'AJ qu'on a senti un peu douteux.

On a eu un minimum de rythme, surtout imposé par les faces dans leurs phases de domination, et qui culmine quand AJ rentre dans le ring. Après Paige, même dominée, reste bookée forte puisqu'elle se relève du finisher de Nikki, choses assez rare chez les Divas pour être soulignée.
Après en ce qui concerne la construction du match, ça reste somme tout très très classique, les faces qui se font dominer 75 % du match avant de gagner en virant la heel irrégulière et portant son finisher sur la régulière, pas besoin d'aller jusqu'à WM pour voir un booking comme ça.
Pour résumer, ce fut un bon match de Divas. Pas exceptionnel, mais très correct.


US Championship Match : Rusev (c) vs John Cena - Frog Splash

Pour la deuxième année consécutive, John Cena est écarté du title picture pour une feud et un match face à un lutteur aussi prometteur qu'intéressant. Une volonté de la WWE de faire la part belle à ses nouveaux talents qui est, en soit, tout à fait louable. Seulement, comme l'an dernier, le résultat n'est pas le bon. 

Mais parlons en premier lieu du match. Le booking, plutôt à l'avantage de Rusev, est en raccord avec ce que l'on pouvait attendre. Cena contre le monstre invincible, c'est un schéma que l'on a déjà observé des dizaines de fois ces dernières années. À ceci près qu'on a, cette fois, un monstre nettement plus doué dans un ring que ses prédécesseurs ! Le catch du pseudo-russe a pu s'exprimer correctement, et en face de lui, Cena a aussi su tirer son épingle du jeu avec quelques prises étonnantes (le Springboard Stunner, mine de rien, je doute que quelqu'un l'attendait) qui sont venus étayer son moveset. Pour autant, est-ce qu'on peut dire de ce combat qu'il fut bon ? Non. Correct, oui. 

La faute en grande partie à la lenteur exécrable entre les phases d'action. Il y a eu de nombreux moments de flottement après chaque prise qui ont fait retombé l'ambiance qui, d'autre part, a eu de la peine à prendre en comparaison du reste du show. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de revenir sur le non-sens total qui a vu Rusev, l'anti-américain, se faire acclamer et Cena, le héros patriotique, se faire siffler. La WWE sait très bien depuis le temps que le Champ' est honni d'une grande partie des fans, même si ça m'a tout de même étonné que l'alignement de la feud n'équilibre pas un peu plus les réactions. En tout cas, si le contenu in-ring était au niveau d'un match d'Upcard en PPV, la lenteur dans les enchaînements ainsi que la fin de match un peu moisie tarissent l'ensemble. Quitte à voir Cena l'emporter, j'aurais préféré que ça soit 100% clean. 

Restent tout de même des points positifs. Déjà, contrairement à ce qu'on pouvait craindre, Rusev n'a pas été soumis. Certes Cena l'a mis KO, mais ça aurait été bien plus problématique pour la suite de le voir abandonner. Ensuite, même si la victoire du Marine n'est pas forcément pour me plaire, elle s'inscrit dans une logique plus globale du show qui permet d'avoir deux top stars en possession des titres mineurs. Et ça, c'est une sacrée bonne chose ! 

Malgré tout, après l'excellent combat que les deux hommes nous avaient offerts à Fastlane, je pense que nous étions en droit d'attendre plus. Une relative déception pour ma part, quand bien même le niveau reste correct.


Undertaker vs Bray Wyatt - Black Bolt

La première chose que je retiens de ce match, c'est que le charme me semble brisé pour le Taker depuis l'an dernier. Même impression pour moi dans les deux cas : celle de voir simplement un vétéran qui fait ce qu'il peut, on ne croit plus au personnage, à sa magie, et c'est d'abord ce qui m'aura empêché d'entrer à chaque fois vraiment dans le match. Alors bien sûr, pas de bol de se retrouver en plein jour cette fois (surtout pour les entrées), et pas de bol aussi d'avoir un Wyatt blessé quelques heures avant le show. Et ok, le Deadman semblait plutôt rajeuni avec son ancien look, et il a déroulé convenablement en début de match sa routine... mais pas beaucoup plus. On en est à un point où sortir quelques enchaînements corrects et réussir le Old School est le clou du match, la partie que la foule applaudit avec nostalgie et indulgence.

Evidemment, il n'y a plus non plus la formidable histoire de la Streak pour porter le match : le Taker ne défend plus son invinciblité (son immortalité), moi qui avait adoré ces dernières années le scénario d'un Deadman vieillissant, affaibli, qui arrivait encore à repousser ses adversaires... mais bon, Wyatt avait tout de même donné un autre enjeu au match : il voulait ravir la place du Taker et devenir le nouveau croque-mort. Sauf qu'il n'a jamais été question de ça dans le match. Autant les promos de Wyatt étaient pleines de mysticisme et de mise en scène, autant on a juste eu ici un match de catch tout bête, avec presque rien autour. Wyatt n'a jamais développé un jeu d'acteur aussi important que l'an dernier face à Cena, quand il avait tout fait pour le pervertir, et le Taker, de son côté, a montré une indifférence polie pour Wyatt du début à la fin de la feud : il a dit oui, il est venu, et il a gagné sans montrer le moindre intérêt particulier pour le défi lancé, ou pour son jeune adversaire. Seul moment de complicité, le croisement de regards quand Bray fait l'araignée et que le Taker se relève, mais ça reste de l'ordre du clin d'oeil.

En fait, on peut dire que pour la première fois depuis de longues années, le match de l'Undertaker n'était plus un des matchs-vedettes de la soirée, c'était même un des plus anecdotiques : pas de présentation vidéo, entrée banale pour lui, et un match d'un quart d'heure qui aura été un des moments les plus faibles du show. Et même pas l'aspect scandaleux qu'avait eu la fin de la Streak l'an dernier pour en faire un moment marquant malgré tout. On peut rapprocher ça des premiers matchs du Deadman, je trouve : Bray Wyatt ne lui aura pas posé plus de problèmes qu'un Jake Roberts à l'époque. Bon, cela dit, le match n'est pas nul non plus, et on pourra sûrement l'apprécier si l'on est fan hardcore d'un des deux personnages. Aussi, j'imagine bien que Wyatt a réalisé un rêve en se retrouvant face à Callaway, et tant mieux pour lui. Mais j'espère maintenant que l'on saura donner au Phenom un départ digne de ce nom l'an prochain, et puis pour Wyatt... à suivre.


WWE World Heavyweight Championship Match : Brock Lesnar (c) vs Roman Reigns, puis WWE World Heavyweight Championship Triple Threat Match : Brock Lesnar (c) vs Roman Reigns vs Seth Rollins - the chosen one

J'attendais énormément de ce match, non pas d'un point de vue catchesque mais plutôt en terme de booking. Evoquons déjà les entrées. Qui est le face? Lesnar. Reigns se prend une bronca comme rarement un face aura pris à Mania... mais personnellement ça me met dans le bain. C'est un premier signe qui montre que ce match sera particulier.

Le début du match... pardon, le 3/4 de match montre un Brock monstrueux qui dégomme le pauvre Reigns comme il avait détruit Cena à Summerslam. C'est très impressionnant, Brock apparaît en forme et je trouve que Roman vend bien la chose. En parallèle je trouve les coups donnés par les deux catcheurs très brutaux. On a plusieurs ralentis qui attestent de la brutalité réelle du combat. Brock domine, écrase Reigns sous les Hourra de la foule. Reigns est conspué à chacun de ses coups. C'est d'ors et déjà un cuisant échec pour l'équipe de bookers qui voulait nous montrer Reigns en top face.

Et puis Reigns se réveille... il envoie Lesnar contre le poteau et la j'ai commencé à vraiment prendre mon pied. Entre le sentiment que Reigns allait nous faire le Hold up de l'année et celui que Brock ne pouvait perdre après avoir autant dominé j'étais complètement dans l'expectative. Les dix dernières minutes du combat sont pleine de suspense... Le spear de Reigns après les multiples superman punch, est tout près de faire hurler la foule de dépit. Et puis... Rollins arriva ! Personnellement, je ne fus pas surpris, mais cela ne m'a pas gâché le plaisir de le voir arriver. Le cash in est très bien foutu et laisse place à de nombreuses suites possibles. Au final Lesnar ne prend aucun pin et apparaît encore destructeur et Rollins franchit l'étape ultime, ce qui est amplement mérité. En revanche, Reigns ressort comme le grand perdant selon moi du match. Bien qu'il ait été booké en résistant héroïque, il est apparu bien faible face à Lesnar et c'est lui qui finit par prendre un F-5 avant que Rollins n'arrive. Il prend le pin de Rollins mais surtout, il est complètement renié par le public, qui a clairement montré son profond désamour pour le bonhomme. L'idée du booking en héros résistant était bien vu mais au vu des réactions du public, j'ai bien peur que ce soit le chant du cygne pour le brave Roman.

Ce Main Event aura je pense régalé beaucoup d'entre nous de part son scénario original, un booking plutôt innovant et surtout l'avènement du catcheur du moment, Seth Rollins.
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3915
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptySam 4 Avr - 0:34

Tu sais Sharp, je prends toujours beaucoup de plaisir à te lire, mais mon coeur a failli s'arrêter de battre en lisant la comparaison entre HIMYM et Adolf Hitler.

Analyse vraiment très intéressante Jambon. Par contre, au niveau de la défaite de Sting je vois plutôt ça comme un message de la WWE du genre "t'as été pendant toute ta carrière du côté des perdants, c'est pas aujourd'hui que ça changer". J'ai trouvé cette fin assez dégradante et humiliante pour le Stinger, qu'il ne peut en rien sauver par sa performance, et franchement si c'était moi, j'aurai pas accepté de signer à la WWE pour faire ça.

Sinon merci à toi Jambon d'avoir fait revivre les reviews collectives, c'était en plus une très bonne session.

_________________
Review collective Wrestlemania 31 Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
slotracer43
NXT
slotracer43

Messages : 151
Age : 52

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptySam 4 Avr - 16:08

très beau résumer. Moi mon match préférer a été bien sur le main event. Par contre les tambours pour l'entrée du Sting était pas du tout en accord, cela a fait descendre l’adrénaline de son entrée. Evil or Very Mad 
L'entrée du Taker aussi je trouvait un peu trop simpliste. Mais sinon c'était un assez bon Wrestle. J'ai également aimer le segment du Rock. Dommage que les 2 ne se sont pas battue.
Revenir en haut Aller en bas
Samoan
Grand Slam Champion
Samoan

Messages : 3564
Age : 21
Localisation : Arkham Asylum

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyDim 5 Avr - 2:05

D'accord avec à peu près tout les avis, surtout KXL sur la venue de Sting, le match est bon, c'est vrai maaiiissss ça laisse moins rêveur avec cette défaite des son premier match. Ça, on ne peut pas le corriger, surtout si on a le Sting/Taker, qui aurait eu une meilleure crédibilité avec Sting vainqueur contre Hunter.

Pareil que Sharp´ pour la bataille royale 100% Big Show, surtout que sa victoire ne marquera pas les esprits... Un duel final avec les deux Miz et Mizdow et ce dernier qui gagne aurait donné un bon gros coup de boost à la feud.

J'ai apprécié le Reigns/Lesnar, malgré son scénario typique Lesnar (j'aurai quand même voulu que Reigns domine, il était booké dominateur et devient d'un coup dominé, j'aurai vraiment aimé qu'il soit l'égal de Lesnar, comme Goldberg à l'époque). Match bon mais un vrai duel de choc Reigns/Lesnar m'aurait bien plus plu,
Revenir en haut Aller en bas
Sharpshooter
VIP
Sharpshooter

Messages : 6431
Age : 31
Humeur : Can it wait for a bit? I'm in the middle of some calibrations

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyDim 5 Avr - 2:42

KXL a écrit:
Tu sais Sharp, je prends toujours beaucoup de plaisir à te lire, mais mon coeur a failli s'arrêter de battre en lisant la comparaison entre HIMYM et Adolf Hitler
J'imagine quelqu'un qui tombe sur ce comm' avant même de lire la review... lol
Parfaitement d'accord avec toi d'ailleurs sur ton avis pour la victoire de Bryan et le parallèle nécessaire avec Cena.

En tout cas c'est très intéressant de lire tout ça, et je vois qu'on a tous tout de même été pas mal inspirés par ce WM vu la densité pavé-sque de certaines reviews. C'est rafraîchissant après une Road si morose.

Merci à tous ceux qui ont participé, et merci surtout à jambon d'avoir remis un coup de fouet à cette chouette tradition.
Revenir en haut Aller en bas
CIHAIME
Mascotte
CIHAIME

Messages : 4097

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyDim 5 Avr - 15:28

Randy Orton/Seth Rollins fut mon match préféré de ce PPV, The Viper se réveille, jouissif.

Par contre, pour l'Undertaker ressenti un grand moment de solitude.....
CM
Revenir en haut Aller en bas
Black Bolt
Best in The Asylum
Black Bolt

Messages : 13436

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyDim 5 Avr - 16:38

Jambon a écrit:
Par contre, voir HHH se faire démonter en trois secondes dans la même soirée par Rock et Ronda Rousey était vraiment nul. Ca relativise complètement l'impact du match précédent, comme si Sting et HHH avaient peiné comme des diables pour se départager, mais que de toute façon, plusieurs galaxies au-dessus, il y avait ce couple idiot qui dominait tout.


Ca ne m'a pas gêné, personnellement : Rock et Rousey ont dominé comme Sting l'avait fait les mois précédents, sur un petit segment de 5 mn. Ca ne veut pas dire que dans un vrai match, Hunter et Stephanie ne réussiraient à les avoir à coup de triches (comme ils ont eu Sting). C'est peut-être d'ailleurs ce qu'il se passera à Mania 32.

Sinon, d'accord avec ton analyse du match (le moment le plus fort pour Sting la légende restera pour moi son retour au Series).

Samoan a écrit:
J'ai apprécié le Reigns/Lesnar, malgré son scénario typique Lesnar (j'aurai quand même voulu que Reigns domine, il était booké dominateur et devient d'un coup dominé, j'aurai vraiment aimé qu'il soit l'égal de Lesnar, comme Goldberg à l'époque). Match bon mais un vrai duel de choc Reigns/Lesnar m'aurait bien plus plu,


J'aurais aimé aussi, mais Reigns était trop mal booké ces derniers mois pour être crédible. Si les fans se sont rangés derrière Lesnar, je pense que c'est en partie parce que son catch à lui est intense, "vrai", alors que Reigns n'était souvent pas assez explosif, et l'emportait trop facilement (à la Cena). Il aurait fallu plus de matchs comme celui avec Bryan pour vraiment le mettre over et crédible en guerrier.  


En tout cas je rejoins mes VDD, pleins de bonnes reviews avec toujours un point de vue très intéressant. Merci à Jambon pour ça.

_________________
Pool catch saison 6 :

Finn Balor - Finn Balor - Seth Rollins - Karl Anderson / AJ Styles - Kofi Kingston - Jimmy Uso - Shinsuke Nakamura
Elias Samson - Heath Slater / Tyler Breeze - Tyler Breeze
Nia Jax / Charlotte
Akira Tozawa
Billie Kay - Andrade Almas
Revenir en haut Aller en bas
jambon
Cesaro
jambon

Messages : 555
Age : 35
Localisation : Entre purée et choucroute
Humeur : Entre choucroute et purée

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyLun 6 Avr - 16:00

Merci pour vos remarques. Je suis content que cette review collective ait pu se faire et remercie encore les participants (et les lecteurs). Pour la suite, je ne sais pas s'il y a assez d'intérêt pour relancer l'exercice à chaque PPV (même pour le prestigieux WM, il nous manquait un contributeur), et je ne vais pas m'impliquer systématiquement, mais c'est un exercice que j'aime bien, donc au plus tard pour MITB je relancerai ça. Mais évidemment, libre à chacun d'initier une review collective pour tel ou tel show.

Concernant l'appréciation de la défaite de Sting, ça dépend aussi de s'il y aura une suite à tout ça. C'est vrai que si on en reste là, c'est un peu triste et abrupt comme fin.

Je voudrais revenir sur le ME. Finalement, ce match explique totalement pourquoi on ne nous a montré aucun contact physique entre Reigns et Lesnar pendant la RTWM. Il fallait que le public n'ait aucune idée du rapport de force entre les deux, pour mieux être étonné de la branlée que se prend Reigns au cours des 2/3 du match. Évidemment, on peut regretter qu'en cela la RTWM ait été chiante et anti-spectaculaire, mais si on considère que le but de tout ça était de construire une surprise totale lors du Main Event de WM (qui fut très réussie), alors les scénaristes ont malgré tout réussi leur effet. Après, est-ce que dix minutes de surprise à WM suffisent à excuser six semaines de build-up chiant ? Chacun se fera son idée ; pour ma part, comme souvent je n'ai regardé que les highlights des weeklies, je n'ai pas particulièrement eu l'impression d'avoir perdu mon temps.
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 30
Localisation : Pays Catalan

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyLun 6 Avr - 17:20

Jambon : Plutôt d'accord avec ton dernier point. On pourrait peut-être même faire le parallèles avec certains booking offert à des "chouchou" du publics qui sont assez dur, nous faisant enrager show après show, pour qu'au final la victoire/réussite du dit chouchou n'en soit que plus belle ( L'exemple de Bryan est il pertinent ? ).
Revenir en haut Aller en bas
jambon
Cesaro
jambon

Messages : 555
Age : 35
Localisation : Entre purée et choucroute
Humeur : Entre choucroute et purée

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyMar 7 Avr - 10:45

CB : oui, dans une certaine mesure, le cas de Bryan à WM 30 peut être mis en parallèle : les fans ont été exaspérés jusqu'au bout, le suspense a été poussé jusqu'au dernier moment, puisque le soir même de WM, on ne savait toujours pas s'il allait être inclus dans le Main Event.

J'ai déjà écrit ça ailleurs, mais mais avec le recul, je pense que la victoire de Batista au Rumble 2014 et celle de Reigns à celui de cette année n'ont pas été des mauvais choix ! Évidemment, on rage à mort sur le moment. Mais à WM, on se rend compte que ces victoires au Rumble ont uniquement servi de ressorts scénaristiques pour mener à l'avènement d'autres catcheurs plus aimés du public (Bryan en 2014, Rollins cette année, qui avait aussi pour but de donner une fin cohérente au règne de Lesnar, car le champion ne pouvait pas être battu à la régulière en un contre un). Soit c'était prévu dès le début, soit les bookers ont incroyablement bien rattrapé le coup, mais dans les deux cas, le résultat était là.

J'irais même plus loin : autant c'était presque logique l'an dernier (car Batista s'est avéré heel à la fin, et c'était donc son rôle de faire enrager le public ; il a logiquement permis l'avènement d'un top-face), autant c'était paradoxal cette année, car Reigns incarnait un face, est l'est resté jusqu'au bout, et faisait malgré lui enrager le public. Pour, au final, permettre l'avènement du règne d'un top-heel paradoxalement acclamé.

Ce genre de scénario joue beaucoup sur les attentes du public, et c'est au final très intelligent. Et si certains considèrent cette manière de faire enrager les spectateurs comme une forme de troll de la part de la WWE, on peut y voir la construction d'une bonne histoire, qui gagne en intensité avec l'énervement du spectateur. C'est une variation sur un thème éternel du catch, celui du favori du public qui se fait longtemps dominer par une adversité écrasante mais gagne à la fin. Sauf que de notre point de vue, l'adversité écrasante n'est pas représentée par un monster heel qui défonce le pauvre face sur le ring, mais par les choix des bookers qui pushent les mauvaises personnes. L'histoire du Main Event de Mania peut être lu à plusieurs degrés, et c'est ça qui en fait une bonne histoire.

Comme dit plus haut, le problème est qu'il a fallu se farcir un mauvais Royal Rumble et deux mois de RTWM chiants pour aboutir à ce résultat, alors je ne sais pas s'il faut se réjouir de ce genre de scénario dans l'absolu. Mais en tout cas, je laisserai le bénéfice du doute à la WWE lors du prochain choix de Rumble controversé.
Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 37
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 EmptyMer 8 Avr - 4:13

Avant toute chose, merci m'sieur Jambon d'avoir relancé avec brio une review collective. Ensuite, je présente le contexte dans lequel je me trouvais pour ce Wrestlemania 31. Cela faisait bien cinq bons mois que j'avais abandonné le visionnage intégral des épisodes de Raw et que je me contentais de lire les résumés. Pourquoi ? A cause de la nullité affligeante du booking et des histoires racontées. La Road To Wrestlemania, avec un Royal Rumble complètement raté voire saboté et un nouveau PPV, Fastlane, transparent à souhait, fut catastrophique et inintéressante au possible. Ce Wrestlemania "play button" ne me disait rien qui vaille, très franchement, je m'attendais à une bouse intersidérale et seuls le ladder match et le Rollins vs Orton me faisaient saliver. En outre, pour le visionnage en HD via le WWE Network, j'étais à Lyon, chez le Panda Volant, accompagné de quelques joyeux CDCistes, avec du sauciflard, des caouètes et de la binouze à volonté ! Cool

Avant que les matchs ne débutent, tout le monde s'extasie sur la taille impressionnante de la scène d'entrée et de l'allée. Devant les images lumineuses de ce stade ouvert en plein jour, les réminiscences de Wrestlemania IX surgissent et j'espère de tout coeur que ce WM 31 ne sera pas aussi pourri que celui qui s'était déroulé au Caesar's Palace de las Vegas en 1993...


Pré-show : Tag Team Championship 4 Way Match, Cesaro-Kidd (w/ Natalya) (c) vs Usos (w/ Naomi) vs Matadores (w/ Torito) vs New Day (Kofi & Big E w/ Woods)

Déjà, en voyant la tenue de Nattie, Panda et moi échangeons un regard avant de partager la même pensée : "Tonton va faire splousch". Mister Green Ce match "hors d'oeuvre" s'avère très brouillon et le forfait d'un des frangins Uso ne va rien arranger ! C'est un festival de spots sans queue ni tête où seuls Cesaro et Kidd surnagent. The New Day est copieusement chahuté par le public de la Baie de San Francisco et l'un des Matadores aurait pu se faire très mal sur la double Tower of Doom lorsque Kofi part trop tôt en arrière ! El Torito, Naomi et Nattie s'impliquent mais c'est beaucoup trop forcé. Néanmoins, ce match fut sauvé in extremis par la maestria des champions par équipe, le rythme soutenu, l'héroïsme du Uso solitaire et juste ce qu'il faut de manoeuvres spectaculaires. Avec la blessure d'un des participants si tôt dans le match, il faut saluer la performance et la réactivité des autres lutteurs qui ont dû improviser et apporter des modifications au combat en quatrième vitesse !



Pré-show : 30 men André the Giant Memorial Battle Royal

Ici, je suis complètement d'accord avec Sharp. Cette André The Giant Memorial Battle Royal est une supercherie scandaleuse. Elle ne sert strictement à rien. Il s'agit simplement du dernier recours afin de faire apparaître les lowcarders, les midcarders sans direction, les jobbers et autres bouche-trous à WM. A quoi ça sert de la gagner ? A que dalle ! (demandez à Cesaro) En plus le trophée est moche. Et puis il ne faut surtout pas espérer en retirer du plaisir au visionnage : les batailles royales où la totalité des participants se trouve sur le ring dès le départ c'est toujours dégueulasse. Au moins, on aura eu la rupture officielle du couple Miz-Mizdow... sauf que je m'interroge toujours : mais bordel pourquoi avoir fait gagner le Big Show, un vieux heel qui erre sans but, qui a sa carrière derrière lui, au lieu de Damien Sandow, un jeune type qui plaît aux fans et à qui la victoire aurait pu rendre des services inestimables ? Où réside l'intérêt de faire primer une victoire du Big Show sur un succès de Sandow ? Les voies du booking made in WWE sont comme la teucha de Christine Boutin, elles sont impénétrables...

Fun fact : le t-shirt de Curtis Axel est resté plus longtemps sur le ring que son propriétaire. ^^


IC Championship Ladder Match : Wade Barrett (c) vs Daniel Bryan vs Dolph Ziggler vs Luke Harper vs R-Truth vs Stardust vs Dean Ambrose

Ce fut une des bonnes surprises de cette RTW, la mise en place d'un ladder match pour le titre IC à WM entre 7 participants, sorte de MITB Ladder match revival, babayyyyy ! Bon, c'est sûr, la storyline était ridicule (vol de la ceinture parce que... parce que... parce que Fuck you, that's why !) mais regardez les participants, nom de dieu : Bryan, Ziggler, Ambrose, Harper, Stardust, Barrett ! (Non, je n'ai oublié personne... mais puisque je vous dis que non, lâchez-moi la grappe !) Ce match devait être l'opener, c'est logique et normal et il le fut. Alors, certes, on s'attendait à avoir mieux en terme de qualité, mais il ne faut pas non plus bouder notre plaisir. Passée la consternation suscitée par la nouvelle coupe de cheveux "gay friendly" de Ziggler (en même temps on était à San Francisco), il y avait de quoi prendre son pied. Les mecs nous ont offert un bon combat avec des spots spectaculaires (ex : chute d'Ambrose sur l'échelle placée à l'extérieur, la super back suplex de Barrett sur Stardust depuis le sommet d'une échelle ou encore le Zig Zag en altitude de Dolph) à un rythme ébouriffant ! Ils ont su tirer profit du peu de temps qu'on leur a accordé. La victoire de Bryan est ce qui pouvait arriver de mieux au titre Intercontinental. S'il y a un lutteur à la WWE qui soit capable de redonner du prestige à ce titre tout en étant le digne héritier des grands champions IC de la golden era (Savage, Steamboat, Perfect, Rude, Hart...), c'est bien l'American Dragon. Le segment (bien que simpliste et bâclé il est vrai) qui se déroule quelques minutes plus tard où on voit successivement Piper, Steamboat, Bret Hart et Flair (même si le Naitch n'a gagné le titre IC qu'au crépuscule de sa carrière) venir féliciter et "adouber" Bryan n'a rien d'innocent et produit son petit effet dans l'imaginaire du public. En outre, cette victoire de Bryan et cette promesse d'un règne qui va compter (j'envisage un règne très solide jusqu'à Summerslam au moins) servent de cadeau de consolation aux fans déçus par le booking de D-Bry durant cette RTW.



Randy Orton vs Seth Rollins

Panda le confirmera : je lui avais dit dès le samedi que ce Rollins vs Orton allait être spécial. D'abord, il s'agissait sans doute de la feud la mieux bookée. Ensuite, quand on sait ce dont Rollins et Orton sont capables sur un ring, et quand on ajoute à cela le contexte électrisant et transcendant d'un Wrestlemania dans un stade rempli par plus de 70000 personnes, il ne pouvait en être autrement : ce serait un show stealer ! Oui, la durée du match n'est pas optimale, mais bon sang regardez ce qu'ils nous ont offert durant ces 13 minutes ! Tout est là. C'est un match du tonnerre sans temps mort, exploitant à merveille les points forts de chacun, les deux font le spectacle, sortent leurs meilleurs moves sans se poser de questions, sans avoir recours aux artifices habituels (de toute façon, ils n'avaient pas le temps) si ce n'est une intervention de Noble et Mercury, mais dans ce cas précis, ils n'avaient pas le choix (J&J Security étant impliqué dans la storyline) et ça participait au spectacle. The Architect et The Viper se sont faits plaisir et nous ont fait plaisir, c'est flagrant. Et puis que dire de ce chef d'oeuvre de RKO final ? Sans déconner, c'est l'un des meilleurs RKOs de l'histoire (top 3 facile !), quand on l'a vu on a tous bondi et crié comme des tarés chez Panda ! C'est un Wrestlemania moment et ce match est un instant classic, on en reparlera encore dans 15 ou 20 ans, tel un Bret Hart vs Owen Hart à WM X. Vous imaginez un peu le travail et le timing que cette manoeuvre a demandé ? C'est le genre de truc qu'on tente 10 fois et qu'on réussit seulement deux ou trois fois. Je tire mon chapeau à Seth et Randy, vraiment, c'était fabuleux !


No DQ Match : HHH vs Sting

Voici sans doute le match que j'ai le moins aimé. Déjà, Sting à la WWE, la plus grande star du catch à ne jamais avoir lutté pour VKM qui saute finalement le pas en 2015, ça me fait tiquer en tant que tel, du moins ça fait bizarre. Mais le vrai problème au fond, c'est que Sting débarque à la WWE avec quinze ans de retard. Mais ce qui est fait est fait. Ensuite, alors que j'avais adoré ses débuts aux Survivor Series, j'ai vite déchanté par la suite. Il me semble que les bookers ont commis une grosse erreur en tardant à le faire parler. Et puis, la feud était beaucoup trop axée sur la supériorité de la WWE sur la WCW. Je sais que l'Histoire est écrite par les vainqueurs, mais la WWE et Vince McMahon dépassent largement les limites de l'acceptable à chaque fois qu'il est question de la WCW et de la Guerre du Lundi Soir. Je vous renvoie à la série documentaire du Network "The Monday Night Wars" et autres DVDs "Rise and Fall of WCW" où la WWE est systématiquement dépeinte comme irréprochable et supérieure à la WCW qui, elle, est présentée comme de la merde ou presque... mais je m'égare. Bref, à mon avis, il y avait franchement mieux à faire avec Sting au niveau du booking de la feud.

Donc, nous sommes à Wrestlemania et on a l'entrée de Sting... avec des asiatiques qui font du tambour... wait, what ? WTF ? Quel est le rapport ? scratch Suspect L'entrée est complètement hors sujet, ça commence mal... Celle de Triple H à suivre est... too much ! Non, en 2015, on ne veut plus de film Terminator, surtout avec Schwarzy. Nom d'une pipe place Pigalle que c'était kitsch ! (l'effet des yeux rouges d'Arnold c'est un collégien qui l'a fait, non ?) Bon, passons le ridicule de cette entrée portnawak. Le match est... pas bon. Mais un match entre un quadragénaire et un quinquagénaire qui ne s'appellent ni Jericho ni Steamboat, peut-il raisonnablement l'être ? Passés le standing dropkick et le saut vers l'extérieur du ring du Stinger (a-t-il déjà fait ça à la TNA ?), on tombe vite dans un faux rythme et une bouillie catchesque. Mais c'était prévisible et la WWE l'avait d'ailleurs prévu... puisqu'elle a déployé tout son arsenal d'overbooking pour détourner l'attention et maquiller cette horreur du mieux possible...

Débarquent ainsi la Degeneration X (X-Pac, Billy Gunn et Road Dogg) pour aider HHH... avant que la nWo (Papy Hogan, Papy Hall et Papy Nash, fraîchement échappés de la maison de retraite) n'arrive à son tour pour... oui pour prêter main forte au Stinger ! Wait... WHAT ?? La nWo vient aider Sting ? Alors que Sting fut le plus grand ennemi de la faction noire et blanche à l'apogée de la WCW ? Alors que Nash et Hall font partie de la Kliq et qu'ils sont potes avec Hunter ? Wahou ! Paye ton incohérence historique et surtout il fallait s'accrocher pour "suspendre son incrédulité" ici. Ah lala, encore une vision toute personnelle de VKM de l'histoire de la WCW. Et puis ce n'est pas comme s'ils avaient Ric Flair, Booker T ou The Giant (Big Show) sous la main ou s'il leur était relativement facile de faire venir Vader ou DDP (tous deux présents à la cérémonie du HoF la veille). M'enfin bon... passons.

Venons-en maintenant à l'issue de ce match atroce. Sting perd le match... wait... what ? WTF ? Sting perd le match ?! Ils ont osé ? Bah ouais... S'il s'agissait du dernier match de Sting, qu'il avait annoncé clairement qu'il prenait sa retraite à WM 31, là ça serait passé crème (du moins beaucoup mieux). Mais là, que nenni ! C'est le premier match de Sting à la WWE, c'est historique, en aucun cas ce n'est vendu comme étant son ultime match... et les gars le font perdre ? Mais ils ont les fils qui se touchent ma parole ! Toutes ces années de tractation, toutes ces années de patience, toute cette hype et cette publicité pour perdre dès le premier combat à Mania... A moins qu'on assiste à un programme entre les deux durant l'été avec une revanche de Sting à Summerslam, je ne comprends pas l'intérêt de la démarche, très sincèrement. A quoi cela servait-il de faire venir Sting à la WWE si c'était pour qu'il jobbe à Mania ? Trip d'égomaniaque de Vince ? De Triple H ? Une sacrée belle enculade en tout cas. J'espère que Sting y a au moins trouvé son compte financièrement. Et puis pitié... ils se serrent la main après le match... Mais non, juste non ! Facepalm


Diva Tag Team Match : AJ Lee & Paige vs The Bella Twins

TMan' is da man et il a tout dit. Je suis d'accord avec la totalité de ses deux paragraphes. Ce fut un bon combat féminin et c'était très rare à Wrestlemania ces dernières années. De plus, on sait aujourd'hui qu'il s'agissait de l'avant-dernier match d'AJ Lee à la WWE (et même tout court ?), ce qui rajoute un sacré crédit historique.


US Championship Match : Rusev (c) vs John Cena

Un résultat d'une logique implacable : le gros vilain méchant étranger est battu par le héros américain qui sauve donc le monde, normal. L'entrée de Rusev version Ivan Drago dans Rocky IV puissance 10 était à vomir... mais la vidéo précédent l'arrivée de Cena est tout aussi dégueulasse. VKM a 30 ans de retard et ça s'est vu. Au moins, on se sera bien fendu la poire avec Panda. lol

Bon, malgré l'absence totale de suspense, le match n'est pas mauvais. Cena et Rusev ont offert une belle performance chacun dans leur registre. C'était efficace et plutôt bien fait. Cena s'est même permis une fantaisie : un Springboard Stunner, comme ça à la cool, décontracté du cul ! (et bien vendu par le bulgare qui plus est !) cheers

Par contre, avec Panda, on n'a pas compris le jet de chaussure de Lana. Botch ? Mal visé ? Qui visait-elle d'abord au juste ? Simplement avait-elle mal aux pieds ? On ne le saura probablement jamais... Le gain du titre US par Cena est le pendant parfait du gain du titre IC par Bryan. Qui mieux que Cena pour redonner du prestige aux championnat des Etats-Unis d'Amérique ? Long règne à prévoir là aussi avec défenses de titre à foison... et c'est bel et bien ce à quoi on assiste avec un open challenge de Cena à chaque Raw. En plus, ça l'occupe loin des main events et du titre suprême de façon intelligente et constructive. La midcard de la WWE est transfigurée !

Et maintenant ? Que va faire Rusev ? Sa winning streak n'est plus, il a dégagé Lana... est-ce qu'un monster heel étranger passé à la moulinette Cena peut s'en remettre ? Ce sera compliqué, très compliqué... mais pas impossible.


Segment Stephanie, Triple H, The Rock, Ronda Rousey :


Bon, mis à part la longueur du bouzin et les propos tenus par Triple H envers Sting alors qu'il a serré la main du gars après le match (bah ouais, quand même, bipolarité ? Saute d'humeur ? Amnésie ? Ou juste un sacré fumier ?), ce segment était franchement génial ! Stephanie McMahon est une oratrice de génie, elle maîtrise une foule de 70000 personnes, elle les mène par le bout du nez et en fait ce qu'elle veut, ça c'est du talent ! Son jeu d'actrice, ses mimiques, le ton qu'elle emploie, tout est parfait. C'est jouissif ! Stephanie McMahon, créatrice de heat, bitches ! The Rock présent à Wrestlemania ça fait toujours plaisir. Surtout que pour ma part, sachant qu'il était le "special host" du Saturday Night Live la veille, je ne l'imaginais pas être là à Mania. Ce fut donc une sacrée bonne surprise pour moi. Peut-être que j'ai eu de la chance sur ce coup, mais je savais qui était Ronda Rousey (à force de traîner sur 411mania). Du coup, ce segment a parfaitement fonctionné avec moi et j'ai pris mon pied ! cheers Et puis la phrase de Rocky : "Oh laisse-moi t'expliquer ce que signifie ce regard (de Ronda), Steph. Ce regard veut dire... "je vais plonger mes doigts au fond de ta gorge, extirper tes viscères puis je ferai de la corde à sauter avec tes trompes de fallope, SALOPE !" C'est mythique ! lol lol lol La mise en scène est splendide et le jeu du Brahma Bull, tout comme le jeu (silencieux) de Rousey d'ailleurs, est parfait. Un Wrestlemania moment de plus ! On peut peut-être regretter que Rousey n'est pas mis une ou deux baffes à la Billion Dollar Princess en sus ainsi que la longueur du segment, sinon c'était excellent. Peut-être un combat mixte au prochain Wrestlemania entre ces deux duos ?


Undertaker vs Bray Wyatt

Complètement d'accord avec Black Bolt. Ce match est quasiment une anomalie en soi. La défaite de l'un ou de l'autre était dangereusement nuisible. En général, dans ce cas, on s'abstient de booker un combat entre deux lutteurs qui n'ont pas le droit de perdre. La WWE est en train de rater le coche avec Wyatt. Il aurait déjà dû gagner l'an dernier contre Cena... maintenant, on lui retire ses disciples et il est battu par le fantôme du Taker. C'est pas jouasse. The New Face of Fear a une sale gueule.

L'Undertaker aurait dû mettre un terme à sa carrière après Wrestlemania 28 (End of an Era), point final. (Et c'est un fan absolu du Phenom dont le coeur saigne qui vous le dit)

Bon, bien sûr, je vous rassure, j'ai quand même bien marké ma race sur l'échange de regards avec Bray en Spider Walk et Taker en comeback zombie. Very Happy

Au final, on peut se réjouir que le Deadman s'en soit sorti avec les honneurs car c'était pas gagné après la débâcle de l'an dernier.


WWE World Heavyweight Championship Match : Brock Lesnar (c) vs Roman Reigns, puis WWE World Heavyweight Championship Triple Threat Match : Brock Lesnar (c) vs Roman Reigns vs Seth Rollins

Mille millions de mille sabords de tonnerre de Brest !!! Quel match de malade mental !!! Quel putain de booking parfait !!! Y a pas à tortiller du cul pour chier droit : Brock Lesnar est unique en son genre. A chaque fois que The Beast Incarnate apparaît à l'écran ou presque, on a la garantie qu'il va se passer quelque chose de spécial, je crois que c'est là tout le secret du succès de Brock. Et ce main event de Wrestlemania 31 en est une sacrée illustration ! Oh que je redoutais le pire pour ce match ! Je voyais déjà un combat pourri entre deux types qui ne s'entendraient pas sur le ring avec en prime les 70000 personnes présentes dans le stade en train de faire caca sur le match. Eh bien non ! Au contraire, ce Main Event fut grand, bandant, fascinant, captivant et excitant ! Le booking absolument fabuleux et parfait y est pour beaucoup, à croire que VKM a été touché par la grâce et la providence ! (un éclair de lucidité ?) FIAT LUX !

Dès les premières secondes du match, j'ai été happé, hypnotisé. Les coups ultra stiff pleuvent, Lesnar est déjà coupé en plusieurs endroits au visage ! A un moment, je me suis même interrogé : "est-ce qu'ils font toujours semblant ou bien est-ce du shoot fight ?" La violence des mandales, des suplexes et des coups de latte m'a impressionné, je ne pensais pas voir ça dans le monde PG des Bisounours de la WWE. Lesnar est vraiment une bête physique (la facilité déconcertante avec laquelle il balance un type du gabarit de Reigns est époustouflante) mais c'est aussi une bête de scène. Il a inventé une nouvelle catchphrase en plein match : "Suplex city, bitch !" lol L'attitude de Reigns avec tous ces sourires m'a un peu décontenancé, mais ça ajoutait un je ne sais quoi de réel (il rit jaune car il n'en revient pas que quelqu'un puisse le balancer aux quatre coins du ring comme ça) et d'irréel à la fois (il rit pour narguer la Bête, pour provoquer la colère et profiter d'une éventuelle erreur pour revenir dans la bataille). La domination très nette de Lesnar de cette manière-là, m'a surpris, je dois l'avouer, mais ça ne m'a pas déplu, au contraire. on en attend pas moins de celui qui a brisé la Streak l'an dernier.

Le retour de Reigns est bien amené par ailleurs, l'apport du sang donne une autre dimension au match (l'usage est pertinent ici, pour marquer la violence des échanges, c'est un match d'hommes entre deux gros bourrins). Puis le combat bascule et Reigns se met à dominer et se prend à rêver d'une victoire... mais The Conqueror porte son F-5 en contre au bout du rouleau avant de s'effondrer... et... et... ET ZORRO EST ARRIVEEEEEE ! SANS SE PRESSEEEEEEER ! LE GRAND ZORRO, LE BEAU ZORRO, avec sa mallette et son title shot !!!

HOLY SHIT !!! Rollins effectue son cash-in... à Wrestlemania ! C'est une première ! Et dans un match en cours en plus, là aussi c'est une première ! On était comme des fous dans la tanière du Panda ! On était debout dans la tanière du Panda ! F-5 de Lesnar sur Seth ? Non ! Spear de Reigns sur Brock puis Curb Stomp de Rollins sur Roman et victoire de petite putaine pour Seth, nom d'une pipe place Pigalle !!! cheers

Quel bonheur ! J'ai littéralement sauté de joie et je n'étais pas le seul ! Booking osé ! Booking parfait ! Booking arrosé ! Super combo ! Wrestlemania moment + instant classic + history was made ! C'est pour vivre des moments comme ça qu'on reste fan de catch, bordel ! cheers

Au final, on tient là un match unique en son genre, spécial, un moment d'histoire et un grand main event, même s'il est pauvre en catch stricto sensu, il est tellement riche de tout un tas d'autres choses tellement plus importantes ! C'était fantastique, c'était un tour de Space Mountain, un tour de Montagnes Russes extraordinaires, une attraction exceptionnelle ! On ne pouvait rêver meilleur clou du spectacle.


Ce Wrestlemania 31 a des défauts et il n'est pas parfait, loin de là, mais il est à des centaines d'années lumières de l'atrocité que je redoutais qu'il allait être. Je lui octroie une place particulière à cause du contexte qui l'accompagne (Big up, Flying Panda ! Very Happy) et je le classe définitivement dans la case des bons Wrestlemanias.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Review collective Wrestlemania 31 Empty
MessageSujet: Re: Review collective Wrestlemania 31   Review collective Wrestlemania 31 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Review collective Wrestlemania 31

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Catch :: WWE :: Articles/Dossiers-