Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
Pour découvrir les résultats des Wrestler Awards 2021 en podcast, c'est par ici !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !
Le deal à ne pas rater :
[CDAV] LG TV LED 65″ (165cm) – 65NANO756 – 4K UHD, Smart TV
564 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 Promos Wrestlemania V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyDim 17 Mai - 20:21

Promos Wrestlemania V  Sans_t10

(affiche by TS)
(bannières by JGab)

Tout d'abord, le concours pour les affiches de Wrestlemania V sont ouvertes! Les bans vont venir dans quelques jours! N'oubliez pas d'aller réserver votre match à booker!


Promos Wrestlemania V  414814rhodes

Pré-show : Fatal Four-Way match
Cody Rhodes (Awesome-ONE) vs Alex Riley (Clubber) vs Consequence Creed (Diabolo) vs Ryback (Nature Boy)

Au début, ce n'était qu'un défi entre un ancien d'Origins de retour, un revenant bellâtre et un petit nouveau dont on se demande s'il sait ce qui se passe autour de lui. Le but? Battre le plus vite possible Curtis Axel dans un Beat the Clock Challenge match, histoire de montrer au WFA Universe qu'ils comptent bien monter les échelons au plus vite. Cela aurait pu se passer sans encombres si Cody "Dashing" Rhodes n'était pas intervenu dans le match de Consequence Creed pour remporter ce challenge. Alex Riley regrettant ce geste, il se vit proposer par le vainqueur du défi en 3 minutes pile un triple threat match, histoire de briller encore plus. Lui et Consequence Creed acceptèrent -bien que le dernier était encore sous l'effet de substances illicites. L'histoire aurait pu s'arrêter là si Ryback, auteur d'un beatdown rapide sur Curtis Axel, ne s'imposa pas au dernier moment dans le match... avant de porter son Shell Shocked sur Cody Rhodes et Alex Riley. Consequence Creed était sous l'effet de ses produits. Ainsi, ce sera un Fatal Four-Way match, chacun souhaitant se rappeler aux bons souvenirs de la WFA ou bien de montrer ce dont il est capable. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  580526ryder

Scramble match pour le championnat TV
Super Eric (Showtime) vs MVP (Diabolo) vs Zack Ryder (c) (F-O-Z) vs Finn Bàlor (JGabriel68) vs Mr. Anderson (JoMo Styles)

En battant Mr. Anderson à No Way Out, Zack Ryder a certainement battu un record de temps, en étant l'un des plus rapides à devenir champion, quelques mois après son retour dans le roster principal. Oui mais sa nouvelle notoriété et sa ceinture lui attirent des personnes envieuses. A commencer par le General Manager de RAW, JBL, souhaitant oublier la chute du GANG en reprenant contrôle sur son show. Ne supportant pas la gimmick de l'arrogant Ryder, JBL a décidé d'un Scramble match. MVP, vainqueur du dernier préshow et surtout du champion TV, l'a bien compris! L'ancien taulard, bien décidé à marquer la WFA de son sceau, s'est associé avec Mr. Anderson, dont son mentor Bray Wyatt lui a fait savoir que ce rematch était sa dernière chance pour retrouver sa confiance. Mais cette association a été aussi efficace... que courte! En effet, cela a commencé par un beatdown sur le champion, qui n'a du son secours qu'à Finn Balor, récemment arrivé en provenance de NXT. Mais après un tag team match, le duo heel a passé à tabac les deux hommes, qui cette fois ont été sauvés par SuperEric. The Irish Captor et le superhéros jaune convoitent eux-aussi la ceinture du champion. Et ça, Zack Ryder le sait très bien. Personne ne cherchera à s'associer avec qui que ce soit. Tous les cinq auront à coeur autant de partir avec la ceinture que de remporter le premier match du show. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  898463bryan

Submissions Count Anywhere Triple Threat match pour le titre Pure
The Brian Kendrick (Aralar) vs Daniel Bryan (c) (Godot) vs Dean Ambrose (François)

Depuis Destination-X, Daniel Bryan est un fier détenteur du Pure Title. Au prix de quelques manigances "guerreroesques", dont il a avoué être un grand fan, il est parvenu à repousser les désirs du GANG de remporter la ceinture, que ce soit par l'intermédiaire de Antonio Cesaro ou de Hunico. Lui-même acteur actif de la résistance, il pensait être tranquille...jusqu'à ce qu'un mystérieux individu masqué l'a bastonné au dernier PPV. Désormais entouré de ses gorilles, il a invité son agresseur à venir le rejoindre, en vain. Mais Daniel Bryan n'est pas du genre à se laisser démonter. Désireux d'avoir le meilleur challenger pour son titre, il remarque The Bryan Kendrick et Dean Ambrose. Au dernier Wrestlemania, ces deux-là s'étaient illustrés respectivement en devenant champion TV et vainqueur d'un Last Man Standing Match, bien que depuis quelques temps, ils semblent être sur le déclin. Les deux étant très bons lors du match comptant pour déterminer le challenger, le Pure champion a interrompu le match et les a désignés challengers tous les deux! Il a aussi choisi que ce sera un Submissions Count Anywhere Triple Threat match! Inconscient ou pas, malgré les grimaces de ses gorilles chargés de le protéger d'une éventuelle attaque du mystérieux cagoulé, Daniel Bryan est resté sur ses positions. Wrestlemania pourrait être la consécration de son règne. Pour The Bryan Kendrick et Dean Ambrose, ce sera l'occasion parfaite pour relever la tête d'une saison bien terne. Mais attention! S'ils ne partent pas favoris, ils ne partaient pas non plus favoris au Wrestlemania IV, un PPV où le champion s'est illustré... par son absence! A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  565763mitb

Money in the Bank Ladder Match
Trent Barreta (François) vs The Hurricane (JoMo Styles) vs Goldust (Showtime) vs Bray Wyatt (Tombstone) vs CM Punk (TheStraightedge17) vs Christian (Sharpshooter) vs Drew McIntyre (TManiac) vs "HE" (???)

Le traditionnel Money in the Bank de Wrestlemania! Celui qui décroche la mallette s'assure une chance pour la ceinture de son choix, quand il veut! Ses prédécesseurs sont désormais tous des main-eventers aguerris! Autant dire que cette mallette sera très convoitée entre ces huit hommes. Après des matches de qualifications plus ou moins farfelus, marqués par bons nombres d'interventions, on peut déterminer quelques favoris. A commencer par les trois anciens champion majeurs de la liste, à savoir Trent Barreta, Christian et CM Punk. Au cours des derniers mois, ils ont prouvé qu'ils étaient capables de revenir sous le spotlight! Bray Wyatt peut lui aussi prétendre à plus grand. Son règne hardcore et sa rencontre avec Seth l'ont transcendé. Lui aussi veut sa place dans le main-event. Goldust, dont on pensait qu'il prendrait sa retraite au cours de l'année, a montré qu'il en avait encore pour botter le cul des plus jeunes. Sa qualification dans l'Elimination Chamber la plus hype des dernières années en est la preuve. Autre "vieux", the Hurricane pourra créer la surprise, tout comme le revenant Drew McIntyre. Tous deux vont tous faire au mieux pour remporter la ceinture, au pire pour assurer le spectacle. Enfin, dernier numéro, "He", dont l'identité sera dévoilée à ce moment-là! Ce qu'on sait de lui est qu'il est macho, arrogant, le genre bouseux et que Johnny Laurinaitis l'apprécie beaucoup. Quatre bonnes raisons de décrocher l'objet tant désiré! Le match heel vs face n'a rien donné, aucun catcheur ne s'est particulièrement démarqué... excepté Johnny Laurinaitis, qui représentait "He". Le mystère concernant le futur Mr. MITB reste donc entier! A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?
NDA: A ce propos, au cours du show, vous assisterez à la signature du contrat que l'on glisse dans la malette entre le futur vainqueur et le représentant de la WFA, histoire d'éviter tout débordement du type Wrestlemania III-gate.




Promos Wrestlemania V  223769jericho

Retirement match pour le championnat IC
Chris Jericho (c) (Nak) vs Vladimir Kozlov (TManiac)

Cela aurait pu être un match de championnat classique. Cela aurait pu l'être si Chris Jericho, tout récent champion intercontinental, n'avait pas chambré Vladimir Kozlov, tout juste challenger officiel au titre intercontinental. Y2J l'a critiqué sur son âge, le voyant comme fini. Il est vrai que le Russe a 42 ans, et est plus proche de la fin que du début. Par son habilité verbale, Chris Jericho a ainsi réussi à imposer au Russe qu'il devra prendre sa retraite s'il perd ce match. Mais le Russe n'est pas en reste non plus. Lui aussi sait parler dans un micro. Lui aussi a remarqué l'âge, encore plus avancé que lui, du champion intercontinental, âgé de 44 ans. Et lui aussi a imposé la même stipulation. En d'autres termes, ce sera un Retirement Match! D'abord grimaçant, Y2J s'est chargé de tester Kozlov, qu'il considère comme d'un niveau inférieur au sien. Cependant, le Russe a rappelé qu'il n'était pas là par hasard! Vainqueur d'une Bataille Royale, éliminant plus de la moitié des hommes à lui seul, puis de deux matches d'affilée (contre Paul de Burchill et Christian), il n'a que perdu, l'un en tag team -bien qu'il n'ait pas subi le tombé final- l'autre en solo, à cause d'une intervention du champion intercontinental. Ce dernier aurait pu s'en vanter, mais son parcours depuis sa prise de titre est plutôt terne pour un homme de son rang. Une victoire en tag team, une défaite en simple. A Wrestlemania, non seulement les deux hommes pourront régler leurs comptes, mais surtout pourront montrer que les quarantenaires qu'ils sont n'ont rien perdu de leurs catches, bien au contraire. Et si l'un part avec le titre intercontinental, l'autre partira... définitivement. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?

Promos Wrestlemania V  779347mitbdivas

Knock-Out Money In The Bank Ladder Match
Christina Von Eerie (TManiac) vs Mimi Dashwood (Clown Bastard) vs AJ Lee (SwantonBomb) vs Britani Knight (Gbacca) vs Alicia Fox (Godot) vs Gail Kim (Sexy Boy)

Selon ses détracteurs, Mickie James connait cinq minutes de gentillesse par jour. Les mêmes disent que c'est à ce moment-là que Sacy Keibler se manifeste pour proposer SES idées pour SA branche des knock-outs qu'ELLE dirige. Outre le fait qu'elle ait annoncé sa démission du poste de General Manager et qu'elle se retirait du monde du catch, elle a aussi proposé à son ennemie mais néanmoins vice-General Manager la réapparition du Money in the Bank spécial Divas. Au final, du très beau monde. La trois fois championne féminine, Britani Knight, Alicia Fox et AJ Lee, toutes les deux ennemies jurées mais aussi une fois championne, la revenante Gail Kim, l'inattendue Christina Von Eerie et la surprise Mimi Dashwood. Difficile de déterminer une favorite tant toutes ont leurs chances. Mais ce qui est sûr, c'est qu'elles ne lésineront pas sur les moyens pour mener à bien une bataille contre la championne en titre, Mickie James. Cependant, une inconnue demeure. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  655774miz

The Miz (Frog Splash) vs Dolph Ziggler (Sexy Boy)

Que dire de plus entre ces deux hommes? Que dire de nouveau? Que dire sans risquer d'être répétitif? Rien, si ce n'est que leur feud devient de plus en plus intense à chaque fois qu'ils se croisent dans un ring. Au début, et cela semble remonter très loin, The Miz revenait pour s'en prendre à Dolph Ziggler. En effet, l'ancien champion du monde poids-lourd reprochait au WFA Universe de s'intéresser trop aux stars hypes du moment, et pas assez à aux anciennes gloires comme lui, qui retombent à ses yeux aux oubliettes du passé sans jamais pouvoir les remonter. Et quelle était la star hype du moment? Dolph Ziggler, champion WFA. Ce n'était que le début. En match simple, en tag team avec plus ou moins de succès, en liste dans une Elimination Chamber au titre WFA, avec l'arbitre spécial Shawn Michaels, sorti de sa retraite alors qu'il adore les deux catcheurs. Les deux hommes ne se sont jamais réellement séparés. Pas une interview, pas un segment, pas une seconde sans une allusion à sa Némésis. Cette fois, pour leur ultime (?) confrontation, la feud a tourné autour du petit mythe qu'est en train de se construire Dolph Ziggler, à savoir son invicibilité à Wrestlemania. 4-0. The Miz compte bien être le premier à le battre. Logiquement nominé pour la feud de l'année, cette rivalité aura ainsi une saveur toute particulière. Que dire de plus? Rien, à moins cette question... A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  174269morrison

Church Match pour le championnat Hardcore
John Morrison (HeelManiac) vs D'Angelo Dinero « The Pope » (SwantonBomb)

Là aussi, il s'agit d'une FOTYC! John Morrison vs D'Angelo Dinero. The City of Light vs la Religion vue et corrigée par The Pope. Cela fait des mois que les deux hommes se tournent autour! Mais cette fois, c'est pour du concret. Au cours du dernier PPV, John Morrison a prouvé qu'on pouvait toujours lui faire confiance pour faire douter les champions du monde et pour coucher avec ta femme. Mais alors que John Morrison John-Morrisonnait, The Pope mettait en oeuvre son plan machiavélique : intervenir dans le Gauntlet Match du champion hardcore Bray Wyatt et le défier par la suite pour son titre. Une fois le titre en poche, il a nargué John Morrison, causant sa disqualification, proposé la clause de rematch contre sa place machiavélique à Bray Wyatt, détruire John Morrison, le narguer et faire une messe finale. Et le pire, c'est que ce plan.. a fonctionné. Le néo-champion hardcore a annoncé à sa Némésis qu'il le défiera... dans son Church match, devant le Tout-Puissant. Mais John Morrison est étrangement le plus confiant des deux. Cela fait plusieurs mois qu'il se dit porter par sa Cité de Lumière. Tellement confiant qu'il a décidé, en cas de victoire, de rebaptiser le titre "Light Belt". Alors à Wrestlemania, dans un endroit propice à la méditation, au silence et au contrôle de soi, qui va brandir la ceinture à la fin? Quelle nom aura le titre mis en jeu? A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  842443hunico

Monster's Ball Match
Mensah-X (mrcoffeeinthebank) vs Hunico (TheStraightedge17)

Il est temps que ces deux-là en finissent! Depuis le temps qu'ils se tournent autour, il était logique qu'ils se retrouvent. A Destination-X, Hunico est intervenu pour le compte du GANG dans deux matches, dont celui de Mensah-X contre le champion WFA de l'époque, Brock Lesnar, dans un Monster's Ball Match. Au Royal Rumble, Hunico sort vainqueur d'un match contre ses deux victimes du dernier PPV. Cela aurait pu s'arrêter là... Si le Mexicain n'était pas intervenu encore une fois à No Way Out. Mais le Ghanéen n'apprécie pas ce genre de comportement et le fait savoir! Se moquant du Mexicain et de sa batte, de sa famille et de son travail, intervenant dans ses matches, Mensah-X a déchainé les foudres du Mexicain. Les deux hommes s'expliquent, s'insultent, restent calmes mais campent sur leurs positions. Une première confrontation a eu lieu au dernier RAW, dans un match simple où on a vu Hunico perdre par DQ car il s'est mis à tabasser le Black Leader avec sa batte. Au dernier Smackdown, les deux hommes se sont finalement accordés sur une chose : il était impossible et impensable pour eux de n'avoir qu'un match simple à Wrestlemania. Plus condescendant que son adversaire, Hunico lui laissa le choix de la stipulation.Ce sera un Monster's Ball match, soit la stipulation du premier match de l'Afro-Américain dans lequel Hunico est intervenu! Ce sera le premier Wrestlemania du Mexicain, et ça correspond à un sacré baptême face à un sacré adversaire! Mais le mercenaire a raison de souligner que son opposant est sur la pente descendante en ce moment, et espère pouvoir décrocher une première grande victoire! A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  935544apa

Championnat par équipe de la WFA
Alcooliques Pochtrons Anonymes (Samoa Joe (Flying Panda) & Carlito (mrcoffeeinthebank)) (c) vs Psychedelic Warlords (Kassius Ohno (Klown Bastard) & Erick Rowan (Gbacca))

Souvenez-vous, c'était il y a un an aussi. Les Psychedelic Warlords faisaient leurs première apparition au Jobber Jungle, véritable fil rouge de la grande soirée de Wrestlemania IV. Déjà, ils s'en étaient pris à Sara Del Rey, avant d'intervenir dans le match pour les ceintures par équipes. Depuis, les Alcooliques Pochtrons Anonymes et leurs adversaires se sont recroisés à plusieurs reprises. Cette année sera différente. Déjà, les APA sont les champions en titre, battant des noms aussi remarquables que les Wrestling Class Heroes ou les deux équipes du GANG. Leur règne doit connaitre sa consécration à Wrestlemania. Mais en face, les Warlords vont enfin avoir la visite du Docteur, celui qui doit les libérer du monde terne et gris qui les entoure. Pour cela, ils doivent récupérer les clés cosmiques, plus connus sous le nom des ceintures par équipe. Pour déstabiliser les tenants du titre, les Warlords ont été jusqu'à enlever la manageuse des APA et mis à sac le Jobber Jungle! Erreur suprême! En contrepartie, les champions par équipe sont venus équipés de lance-flammes dans l'appartement des Warlords, alors que ceux-ci avaient un match. Trop tard! Tout était déjà réduit en cendres... y compris leur mascotte, Birdy, le corbeau à deux têtes. Au dernier Smackdown, les Warlords sont venus avec les cendres de Birdy et ont gagné le match par une tricherie. Avantage aux Warlords, ou bien les APA, souvent mis en difficulté avant leurs matches par la plupart de leurs adversaires, seront-ils victorieux? Le Docteur va-t-il venir? Le Jobber Jungle sera-t-il réparé à temps? A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  136622mickie

Knock-Out title match
Mickie James (c) (mrcoffeeinthebank) vs Candice Lerae (Aralar)

Etonnante situation! Mickie James, qui n'est officiellement que la championne des KO, mais officieusement dans les méandres du pouvoir en place, s'est presque choisir une challengeuse. Du moins, elle a pu agir sur la stipulation: un bra & panties match. La polémique a tourné court. Cela a été bon pour le business. Candice Lerae, qui a battu à cette occasion l'ancienne championne Britani Knight, n'aime guère la façon dont les choses sont faites. Au nom des autres catcheuses, elle ne peut pas blairer Mickie James, et de l'autre côté, elle déteste, haït, exècre, abhorre le dénommé He, bien connu pour ses vidéos provocantes machistes... qu'affectionne tout particulièrement la championne des KO. Candice Lerae aura trois missions à Wrestlemania : être l'une des plus rapides à décrocher la ceinture féminine, humilier Mickie James, mais surtout bien faire chier He jusqu'au bout. Son adversaire n'a qu'une hâte : mettre en oeuvre son plan machiavélique pour conserver sa ceinture et savoir qui est cette saleté de nouvelle (nouveau?) General Manager, après que sa marionnette Stacy Keibler ait démissionné. Sans oublier le fait que la future Mme. Money in the Bank pourrait bien montrer le bout de son nez! Mais tout d'abord, il s'agit de répondre à une question. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  658132reigns

Roman Reigns (Tombstone) (w/ Triple H) vs Brock Lesnar (Godot) (w/ Paul Heyman)
pour déterminer le nouveau chairman

Qui était l'homme caché derrière le masque de V? Cette question était sur toutes les lèvres des fans de la WFA. Celle que l'on ne se posait pas était contre qui il allait se battre pour son premier match. Et quel match! A Wrestlemania V! Brock Lesnar a très hâte en tout cas! Car cela fait depuis le Royal Rumble qu'il subit les assauts de Roman Reigns. Le même Reigns lui a coûté dans la foulée, le titre WFA, le rematch de son titre, la place de challenger numéro 1 dans un Steel Cage match, puis sa place dans le Money in the Bank. Reigns agissait pour le compte de la résistance contre le GANG, et obéissait aux ordres de son client, Triple H. Cela aurait pu être un match simple... si Paul Heyman n'avait pas critiqué le pouvoir qui s'apprêtait à prendre la relève une fois le GANG condamné. Le manager de Lesnar n'a jamais pu piffrer Triple H et l'a fait savoir, arguant qu'il serait un bien meilleur chairman que lui. HHH le prit au mot. S'il est si fort que ça pour dominer la WFA, et bien banco! Les deux hommes, excelents connaisseurs du monde du catch et de ce qui est bon pour le business, se sont mis d'accord. Si Brock Lesnar remporte le match, Paul Heyman sera désigné nouveau Chairman de la WFA. Si c'est Roman Reigns qui gagne, Triple H sera le nouveau Chairman. D'un coup, ce match, qui apparaissait comme évident, prend une toute autre saveur, très particulière. Ce match est d'un coup devenu important, non seulement pour les deux lutteurs, mais aussi pour leurs managers. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  642332dibiase

Hell in a Cell match
Ted DiBiase (Nak) vs Paul De Burchill (Clown Bastard)

Leur feud a commencé à Wrestlemania.. III! Nul ne pensait que ces deux honnêtes midcarders allaient faire l'un des quatre potentiels main-events de Wrestlemania V. Deux ans plus tard, il semblerait que ce soit le point final à leur longue relation, l'une des longues de l'histoire de la WFA, si ce n'est la plus longue. Inutile de revenir sur leur feud et leur histoire commune. Tout le monde s'en souvient. La trahison à No Way Out de Paul de Burchill pendant leur match pour les ceintures par équipe a semblé avoir touché Ted DiBiase, autant moralement que financièrement. Mais ce fut tout le contraire. Ted DiBiase, qui a toujours les moyens de récupérer son argent, s'est montré satisfait de voir son ancien partenaire être devenu un monstre le temps d'une couverture. Et le pire... c'est que le One Million Son a bien raison! Trahison envers Heath Slater, coup de genou dans la tête de Mimi... On a bien du mal à comprendre les actions de preux chevalier. Néanmoins, celui-ci veut réparer ses actes en se déchainant sur DiBiase. Ce dernier a beau avoir pris l'ascendant psychologique en prenant le dessus sur son adversaire et en choisissant une stipulation peu anodine, Paul de Burchill n'a qu'un souhait : se venger. Ted DiBiase en a un autre : détruire celui qui a pensé pouvoir le détruire. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  571773orton

Match pour désigner le challenger numéro 1 au titre WFA et si Roode perd, il quitte la WFA
Randy Orton (SwantonBomb) vs Bobby Roode (Flying Panda)

Cette rencontre devait avoir lieu. Ce n'était plus un match de rêve, c'était une obligation.
Depuis des mois et des mois, Bobby Roode intervient dans les affaires du GANG, avec à sa tête Randy Orton. Bobby Roode n'est pas qu'un acteur majeur de la chute de la plus grande stable de la WFA. C'est le chef d'orchestre, avec HHH. Qui prévient les autres participants au Royal Rumble de l'arrivée dans les dernières positions du GANG? Bobby Roode. Qui présente avec Triple H comment ils s'y sont pris pour mettre à terre le GANG, devant les principaux concernés? Bobby Roode. Qui accepte de perdre l'Elimination Chamber pour Brodie Lee, mais surtout pour avoir le plaisir d'humilier encore plus Brock Lesnar,? Bobby Roode? Bobby Roode et encore Bobby Roode. Grâce à lui, le GANG n'est plus rien! Mais cela a agacé la Vipère. Celui qui n'a plus rien veut désormais reconstruire sa galaxie. Il a d'ores et déjà été décidé que le vainqueur pourra être challenger au titre majeur de son choix. Mais Roode a multiplié les actions coup-de-poing contre la Vipère, notamment la fameuse garde à vue des McMahon. Cependant, Orton désire détruire l'inspecteur comme il l'a montré au dernier Smackdown en le passant à travers une table, ou encore de le menacer de partir de la WFA en cas de défaite. En somme, Roode a tout à perdre! C'est aussi simple que cela. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  903331brodie

Championnat WFA
Brodie Lee (c) (Aralar) vs DH Smith (JGabriel68)


La aussi, de sacrés retrouvailles en perspective! Cela ne fait "que" un an que leurs routes se sont croisés pour la première fois. A Wrestlemania IV, devant un Brodie Lee désarmé, DH Smith décroche la malette. S'ensuit une feud qui débouche sur le gain de la malette au camionneur et le début de la spirale Gangesque infernale pour le Canadien. Cela aurait pu marquer la fin de leur feud. Mais le destin en a décidé autrement. Brodie Lee cashe avec succès sa malette sur Brock Lesnar et s'affirme comme un dangereux champion. Dans la foulée, DH Smith n'a toujours pas perdu espoir. Une fois le GANG mis à terre, il bat Brock Lesnar pour devenir challenger au titre WFA. Et les revoilà. Au Grandest Stage of Them All, leurs routes se recroiseront, comme si la période du GANG n'était qu'une parenthèse, comme si leur troisième match en face à face en PPV était une suite logique. Mais cette fois, ce ne sera pas juste pour l'honneur ou pour une malette. Ce sera pour l'or. Brodie Lee a soif de montrer au monde l'étendue de sa force de champion WFA. DH Smith a soif de ceintures, des ceintures après qui il court depuis... le 3 mars 2013. Une éternité pour ce gamin si talentueux. A Wrestlemania, il aura une occasion de rattraper le temps perdu. Les deux hommes seront au sommet de leurs arts pour ce grand rendez-vous. Il y a un an, vous les aviez vus comme de bons midcarders. Maintenant, vous en verrez des main-eventers. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?



Promos Wrestlemania V  948743rollins

Death Match pour le championnat du monde poids lourd
Kevin Steen (Frog Splash) vs Seth Rollins (c) (Gbacca)

Pour finir ce Wrestlemania qui s'annonce déjà comme le meilleur de sa catégorie, il fallait un match d'exception. Pourtant, au début, il n'y avait rien d'extraordinaire. Kevin Steen remporte le Royal Rumble, montrant par là que seul l'opportunisme peutvous faire gagner ce grand moment de catch. Il a choisi Seth Rollins, véritable légende vivante, sorti vainqueur, excusez du peu, d'un Extreme Rules Triple Threat match, d'un handicap match et d'une Elimination Chamber. Mais rien n'aurait laissé penser que les deux catcheurs ont autant en commun. Steen ne croit pas que son pote d'indy soit devenu soumis à un Dieu Egyptien. Steen ne veut dans le ring de Wrestlemania que le grand catcheur de la ROH! Mais Rollins reste convaincu que l'ancien lui a disparu. Cela en est trop pour le Québécois. Ni une, ni deux, son discours prend une toute autre tournure, le champion poids-lourd rentre dans le jeu. Au programme de leur discussion : la mort. C'est ce qui sépare les Dieux des humains, les immortels des mortels. Le challenger veut prouver que Seth Rollins n'est qu'une vaste fumisterie en tuant son adversaire. Le champion veut faire ce qu'il a toujours fait. Tuer pour sa gloire. Il ne pouvait y avoir qu'une seule stipulation pour que les deux hommes tombent d'accord: un Cage of Death match. Tout y est: l'allusion au catch indy, la mort, et surtout la ceinture mise en jeu. Cela promet sans aucun doute l'un des plus grands main-events que la WFA vous ait proposé. Mais une question demeure. A Wrestlemania V, qui écrira l'histoire?
(Par Coffee)


Dernière édition par Batman&Robin le Mar 26 Mai - 10:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Clown Bastard
Communiste à bonnet
Clown Bastard

Messages : 7182
Age : 31
Localisation : Pays Catalan

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyDim 17 Mai - 20:33

SEIZE MATCH BON DIEU !
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12710
Age : 36
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyDim 17 Mai - 20:44

VIVEMENT PUTAING cheers

_________________
WFA:

Promos Wrestlemania V  No_ma_10
Revenir en haut Aller en bas
Aralar
EC3
Aralar

Messages : 870
Age : 37
Localisation : Rouen

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyDim 17 Mai - 20:47

Comme je l'ai dit sur la box, cette carte envoie du lourd !
Hâte de lire les promos cheers
Revenir en haut Aller en bas
Showtime
Administrateur
Showtime

Messages : 6880
Age : 27
Localisation : Under a six sided ring
Humeur : Aqueuse

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 12:45

On a jusque quelle date? Avec les exams qui approchent

_________________
Promos Wrestlemania V  Bfg10

Pool catch:
[size=12]Showtime[/size]

Xavier Woods - Rollins -Big Cass - AJ Styles - Alberto Del Rio - Ambrose
Heath Slater - Jack Swagger - Erick Rowan - Kane
Becky Lynch Paige
Alexander Wolfe

Revenir en haut Aller en bas
Aralar
EC3
Aralar

Messages : 870
Age : 37
Localisation : Rouen

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 13:21

Fun fact Wrestlemania V : Aralar est présent dans trois des seize matchs, et à chaque fois un titre est en jeu cheers
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 13:34

Showtime a écrit:
On a jusque quelle date? Avec les exams qui approchent

Et bien justement, si vous avez besoinde temps, on vous en donne. Si trop de monde demande un délai supplémentaire, on va ptete donner à tous une semaine supplémentaire. Mais en attendant, vous avez jusqu'au 31 mai.

Je (Coffee) suis pour accorder plus de temps à tous, j'attends l'avis de mon Komrad Swanton!
Revenir en haut Aller en bas
SwantonBomb
Head Booker
SwantonBomb

Messages : 1776
Age : 28

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 16:19

Je décide d'être un con et de ne pas accorder une semaine supplémentaire.

Semaine supplémentaire accordée
Revenir en haut Aller en bas
TheStraightedge17
Grand Slam Champion
TheStraightedge17

Messages : 3093
Age : 29
Localisation : Denver, Colorado.
Humeur : Franklin, Michael ou Trevor ?

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 16:57

Moi je vous avouerez que j'ai bien profiter de mon Week-End pour gratter un maximum, mes exams tombent à partir de mercredi jusqu'au 28, j'aurais pas eu le temps avant ^^'

- - - - - - - -

Promo CM Punk : WRESTLEMANIA

Vendredi 15 Mai 2015, 18h30. Ça fait déjà quelques temps que l’ambiance n’est plus au beau fixe. La dissolution du GANG, derrière les écrans bien entendu, n’a rien arrangé aux problèmes. Et les problèmes, il n’y a qu’un homme qui ne les cherche pas. Non. En général, ce sont eux qui viennent le trouver. Réajustant ses gants entre deux atémis, CM Punk s’éclate en Floride, nouveau siège des entrainements WFA. Ouais, disons que depuis l’agression de Mickie James, une paire de mois plus tôt, les dirigeants se sont tapé un vieux flip en ce qui concerne la protection des lutteurs. Alors exit les salles de New York, et bonjour Miami. Préparant son match pour le plus grand show de tous, le Fun Lovin’ Criminal échange quelques coups avec Mensah-X, l’un des derniers lutteurs pour lequel il accorde encore un minimum d’intérêt. A l’extérieur du ring, Dibiase s’esclaffe en compagnie des Bellas Twins. Trent Barreta discute avec Daniel Bryan, Randy Orton s’isole, rumine, et boxe un pushing-ball. Ouais… Un après-midi dès plus normal au sein de la Wrestling French Addict. Des gouttes de sueurs perlant sur son front, Punk esquive tranquillement un high-kick du ghanéen, amenant aussitôt son adversaire au sol pour une soumission. Mensah ricane, félicite son adversaire, et rampe jusqu’aux cordes. Mike Chioda, lui aussi de la partie, sépare aussitôt les deux hommes. Et voilà Punk ramené tel Mike Tyson au turnbockle, avalant une gorgée d’eau en se ressuyant le visage à l’aide d’une serviette. Déjà vingt minutes que ces deux-là se tapent dessus. Le regard de Mensah X se perd dans celui de son adversaire, alors que les premiers signes de fatigue commencent à se faire sentir. Voilà comment deux compétiteurs gèrent un échauffement : en jouant leur vie. Kingston reprend son souffle, et pointe Punk du doigt le sourire aux lèvres. Il en redemande, et le straightedge aime ça. Celui-ci passe une main dans ses cheveux, devine quelques gouttes de sueurs s’étendre sur sa main. Son front est moite, ses poils se hérissent, les cris des rookies en ringside le transcende. Finn Balor et Curtis Axel se chambrent quant à l’issus de la rencontre, à sa gauche. Il devine le ghanéen donner quelques conseils techniques à David Otunga et Montel Vontavious Porter, qui quittent aussitôt les abords du ring pour se réfugier dans les premiers rangs. Moqueur, Punk s‘approche, murmure quelques mots à l’oreille de Mensah, ne le quittant pas des yeux. Les deux protagonistes se tournent alors autour, se dévisagent, et Phil’ emmène tout de suite son adversaire au sol. Il est rapidement contré par un réflexe de la sensation africaine. Cependant, c’est bien le meilleur au monde qui joue les contorsionnistes pour changer la donne, et transformer l’attaque du Luther King 2.0 en roll-up. The Wildcat ne l’entend pas de cette oreille et esquive le mouvement. D’un saut carpé, il vient se remettre devant son adversaire, qui est assis, et kick dans le visage ! Esquivé par un Brooks opportuniste qui emmène le slip du ghanéen au sol avec lui, pinfall… Qui n’obtient aucun décompte. Visiblement, le mot « entrainement » n’est pas dans le dictionnaire de tout le monde. La journée risque de prendre une tournure inattendue…

Même si asphyxiée par la chaleur étouffante du grand sud des Etats-Unis, la qualité technique de cette rencontre ne tarde pas à être souligné par Seth Rollins et John Morrison, anciens adversaires réunis aujourd’hui au coin musculation. Les louanges arrivent jusqu’aux oreilles d’un Punker curieux, un rictus satisfait au coin des lèvres. Légèrement distancé par son acolyte, Mensah X est à genoux, recevant un kick rapide dans le ventre. Puis un deuxième. Et un autre. Punk en profite pour y aller au talent, avec une Wakigatame Armbar. A défaut de pouvoir soumettre son adversaire, l’amener au sol n’est pas une mauvaise idée. Au contraire, priver le ghanéen des cordes permettra à Phil’ Brooks de garder la main mise sur le combat. Son adversaire tente de revenir avec des coups de pieds dans le visage, et intelligemment, Punk resserre la prise. Nouveaux coups de pieds qui forcent l’américain à briser son mouvement. Descente du genou directement dans le crane de Mensah pour compenser ! Le défenseur africain se relève timidement, Irish Whip du Savior et Malenko Kick en retour ! Celui-ci ne perd pas un seul instant, secoue sa main contre son visage pour reprendre ses esprits, et repart avec des kicks dans le dos de son vis-à-vis. Il relève Mensah en ricanant, le projette dans les cordes… Il passe au-dessus, en dessous, Brooks l’attends mais le ghanéen profite de la trajectoire pour engager un deuxième (déjà) Trouble in Paradise. Trouble… évité de justesse par l’américain. Petite frayeur à mettre sur le compte du Best In The World, qui marque un temps de pause en reculant d’un pas. « You’re Warned, man », lui glisse timidement Mensah, mots à peine audible, masqué par le brouhaha d’une foule qui apprécie le combat. Kingston tends la main à son opposant, que Phil’ attrape, ne pouvant masquer un profond respect pour lui. Si quelques mouvements ont déjà tenaillés les deux hommes, on sent bien que la fatigue est bien là, et pesante. La tension s’accentue, Mensah est chaud comme la braise, ressuie un front trempé de sueur et se jette sur Punk ! Il couvre son adversaire et le rue de coup de coudes, auxquels l’américain essaie tant bien que mal de répondre. Impossible, le ghanéen est bien plus rapide. Des droites s’ajoutent et calment les ardeurs du Straightedge. Prise d’élan du Wildcat, il s’élance et descente du genou dans la face du Punker ! Nouvelle prise d’élan… Et encore une descente parfaitement exécutée ! La voix des sans voix grimace et se tient la mâchoire comme s’il voulait la recaler. La domination ne suffit pas au ghanéen, qui frappe du pied contre le sol pour chauffer la salle. Il s’élance une troisième fois… descente du genou… esquivé ! Un groupe entier de lutteurs et de divas se sont maintenant réunis autour du ring pour contempler l’exercice. Certains sortent même quelques biftons pour prendre les paris. Ca mise beaucoup sur Mensah, même si les plus ambitieux croient encore en une putasserie straightedge. Le Fun Lovin’ Criminal en profite et effectue la même manœuvre que son opposant : rebond dans les cordes et Shining Wizard ! Passablement énervé, il revient dans la partie et fait comprendre en une poignée d’exercices qu’il faudra compter sur lui dans le futur : petite balayette, retournement de l’adversaire et German Suplex ! Brooks  effectue une roulade sur le côté le temps de voir Mensah se remettre sur ses deux jambes, nouvelle balayette, retournement et German Suplex again ! High Kick… Contré par le ghanéen, qui enchaine d’un High Kick ! Punk se baisse, uppercut… et tentative de GTS, il tient son partenaire sur ses épaules !

??? : Hum Hum…

Punk (se retourne, observant la foule à l’extérieur du ring s’écarter) : Euh… Bonjour, m’dame. Encore une jolie journée de soleil !

Stéphanie McMahon : Vince te demande dans son bureau.

Punk (partage un regard avec Mensah, sur ses épaules) : Euh, c’est-à-dire que je suis un peu sûr un truc là…

Stéphanie McMahon : MAINTENANT.

Punk : Fais chier’… Bon, tout de suite, m’dame…


Le public ne cache pas son mécontentement quand le criminel dépose Kofi au sol, mimant un dernier kick pour le plaisir. Curtis Axel, lui, tente d’amuser la galerie en faisant une série de gestes tous plus granuleux les uns des autres en direction de son boss. Manque de bol, celui-ci botch ses insultes, ayant pris pour cible non pas Stephanie McMahon, mais AJ Lee. C’est donc sous le regard fou de rage de Steph’ que l’héritier de Mr Perfect se voit offrir une suspension de trois semaines hors des rings. Finn Balor s’écarte alors rapidement de son compagnon d’infortune, laissant ce dernier seul avec lui-même. C’était définitivement pas son jour... Pendant ce temps, c’est John Morrison qui vient féliciter les deux hommes pour leur performance du soir, derechef suivit par Seth Rollins. Rare sont les séances d’entrainements aussi intenses au sein du roster principal. Joutes verbales et matchs de galas sont plutôt réservés aux rookies désireux de faire leur preuve. Enfin, en temps normal… Punk savoure. Il se sent enfin à sa place, au sommet. De bon augure avant Wrestlemania. Rien ne pourra l’atteindre.

Mensah (enjambant les cordes) : Le grand criminel fun et amoureux qui se plie aux attentes de Stephanie McMahon ? Merde, qu’est-ce qu’ils ont foutus dans ta bouffe ?

Punk (rire) : Hum, tout est une question de contexte. Une patronne frigide qui joue de son grade pour le vieux gâteux ? Waouh… je suis scié ! On aura quoi ensuite, un toubib qui joue au golf ? Un flic qui mange des Donuts ? C’est pas parce que tout le monde ici enfonce des portes ouvertes que t’es obligé de les suivre, grand chef.

Mensah : Arrêter tes conneries, Phil’.

Punk : Hé c’est pas ma faute si Tigre et Dragon père et fille semblent avoir trouvé une idée de derrière les fagots pour bibi. Papoter avec Vincent Kennedy McMahon, c’est la promesse d’une rallonge de salaire. Tu devrais tenter le coup, Rasta Rockett.

Mensah : Tu sais très bien que je fais pas ça pour l’argent, mon pote.

Punk (se rhabille) : C’est vrai… Alors c’est une chose qui nous sépa…

Britani Knight (passant dans les parages, en direction des vestiaires) : Beau match, Phil’… Remarquable.

Punk (la reluque) : Thank’s, Sheena. Tu sais, t’es pas mal non plus…

Mensah (consterné) : (…)

Punk : Bah Quoi ?

Mensah : Rien… Rien tout est normal…

Punk : S’te plait, tu devrais être heureux ! Tu vois, moi non plus j’fais pas ça QUE pour l’argent ! Allez, ami des augmentations, les augmentations m’appellent ! See you soon, mon pote, prends soin de toi.

Mensah : Toi aussi, vieux. Ah merde… Phil’ !

Punk : Yep ?

Mensah : T’as rendez-vous demain avec le kiné pour une vérification de routine avant le Pay Per View.

Punk : Oh merde, je l’avais oublié celui-là… Euh… Y m’donnera une sucette ?

Mensah (rire) : Ça m’étonnerait.

Punk : Alors se sera sans moi. Ça a l’air sympa mais… tu lui diras que j’ai plus de mutuelle.

Mensah (observant le Punker s’éloigner) : Plus de mut… Mais qu’il est con…



GRANDEUR ET DECADENCE DE CM PUNK, 34 ANS.


Samedi 14 Septembre 2014 a écrit:
??? : Excusez-moi…

Dibiase : Qu’est-ce qu’il veut encore celui-là…

Punk (une mallette remplie de grosses coupures sur le comptoir, à côté de lui. Il glisse doucement un billet dans la poche du barman, avant de reprendre) : C’est pour qui la prochaine tournée ? Perso, vous comprendrez que j’passe mon tour.

Dibiase (stupéfié) : Tu… Tu les lui as donnés…

Burchill : Je… Non… Je… Je les ai cachés.

Punk : C’est vrai, Ted. Il est aussi nul que toi. Vous aviez tellement les yeux rivés l’un sur l’autre que vous m’avez même pas vu venir. A la tienne, mon pote *BURP*. Foutu soda light... Messieurs, écoutez-moi attentivement, parce que je le dirais qu’une fois. Ted, t’as voulu piller mes affaires. Sans même une carte postale pour me demander mon avis. Pas un coup de téléphone, pas une seule lettre. T’es vraiment moyen, niveau communication. Vous voyez, depuis mon retour dans cette compagnie, j’en ai vraiment pris plein la gueule. Du public, des gonzesses, même de mes proches. A tel point que le monde s’est brusquement emplie de haine contre moi quand j’ai envoyé ce pauvre Kevin Steen à l’hôpital. Bryan, puisque tu es là ce soir, sache que ton tour viendra aussi très vite. Alors c’est entre deux galipettes avec la demoiselle à ta gauche, Ted, que j’ai enfin compris le délire. I am better than you. You all already know that. Et le plus surprenant, c’est que ça ne fait même pas la différence. Ça ne fait plus DU TOUT la différence. Maintenant, ce qui compte, c’est la thune. Tout est une question de pognon, jusque dans le bureau des dirigeants. Un problème qui, bizarrement, n’en est plus un pour moi. Alors à partir de ce soir, il est hors de question que je continue à nommer ces deux guignols commandeurs en chef, pour dire à la WFA ce qu’on doit et quand on doit le faire. Je sais pas pour vous, mais j’en ai marre qu’on me donne des ordres. Et c’est pas pour autant que j’en serais plus sympathique. J’ai  toujours bossé que pour moi, tout en vous emmerdant avec amour. Oui, même toi Brock. Oh toi tu crèves d’envie de me torturer hein… Vas-y, montre à tout le monde l’homme civilisé que tu es ! Allez, vas-y ! Seulement je claquerais avant de parler. Et là on pourra dire que vous serez bien baisé. Il y a un nouveau shérif en ville, messieurs ! Il prendra ce qu’il lui revient de droit au Royal Rumble. Et faudra bien vous y faire…

Vince McMahon (se lève de son bureau, accueillant le Straightedge à bras ouvert) : Philipp' ! Haha ça fait plaisir de te revoir mon ami, entre donc !

CM Punk (reluque Ezekiel Jackson à sa droite, chef de sécurité, et entre en se rappelant au bon souvenir de la SES) : Big Zeke ? Tu lésines pas sur les moyens, Vincenzo !

Vince McMahon : Que veux-tu, je dois protéger mon gagne-pain, contre vents et marées !

CM Punk (rire narquois) : Bien sûr. Alors, qu'est-ce qui m'amène ?

Vince McMahon : Assieds toi Philipp'. Je te sers quelque chose à boire ? Un Pepsi ? Un Ricqles ? Une tisane ?

CM Punk : Ça ira, je te remercie.

Vince McMahon : Bien. Parfait ! Si t'y vois pas d’inconvénient, je vais me servir un fond de whisky. Il fait une chaleur à crever dehors, un remontant sera pas de refus.

CM Punk (sourire forcé) : Fais comme chez toi, boss.

Vince McMahon : Hum... Mais je suis chez moi. Arf ! Trêve de plaisanterie ! Tu connais quelque chose à propos du whisky ? Non ? Je suis sûr que non. Ceci est un MacCutcheon de 60 ans d'âge, portant le nom de son créateur, Anderson MacCutcheon. L'amiral Anderson MacCutcheon était un homme... bien plus grand que toi et moi. Un homme exceptionnel. Il s'est retiré de la Royal Navy dans les Highlands avec plus de médailles que quiconque. Et cette bouteille demeurera à jamais comme sa plus grande distinction. Je... Je dois dire que ton attitude «Straightedge» me facilite grandement la tache ce soir. Partager une telle splendeur n'est pas donné à tout le monde, en particulier en de si petites occasions.

CM Punk : Hum... Noble histoire.

Vince McMahon (se sert un verre) : Oui. Noble histoire. En voilà une meilleure : cette gorgée, Philipp', vaut plus chère que tout ce tu pourrais gagner en un mois de salaire ici.

CM Punk : J'peux savoir où tu veux en venir ?

Vince McMahon : Ce que je veux dire, Punk, c'est que contrairement au regretté amiral MacCutcheon, tu ne seras jamais quelqu'un d'exceptionnel. Ce que je veux dire, c'est que si tu ne vaux même pas une gorgée de mon whisky... comment peux tu croire que je t'ai amené ici pour une augmentation ? Comment est-ce que tu peux croire que tu es encore le meilleur au monde ?

CM Punk (se lève) : Putain, mais pour qui est-ce que tu te pr...

Ezekiel Jackson (posant une lourde paluche sur l'épaule de Punk) : Doucement, l'artiste.

CM Punk (sourire) : Hum, le vieux coup du babouin de surveillance... Tu m'avais habitué à mieux que ça, Vincenzo ! Tu vois, si je buvais de l'alcool, je siroterais une gorgée de ton précieux MacCutcheon sur ma futur mallette du Money In The Bank. Sans la moindre...

Vince McMahon : Assieds-toi, Philipp'. Je vais essayer de faire simple, et d'être le plus rapide possible. Il est hors de question que tu continues ton petit numéro de gamin prétentieux à la WFA. Crois pas à un seul instant que tu es plus fort que l'institution. Ce serait une erreur.... Un exemple ? Tes trois semaines de vacances qui ont suivis No Way Out. Tu les as pas prises, mon grand. C'est nous qui te les avons donnés. Et si nous nous sommes débarrassés de toi, c'est parce que tu es un ringard, et un danger potentiel. Nous n'avions aucun plan te concernant, et, pour être honnête, ça fait un moment qu'on essaie de te virer. Le problème, c'est que tu ne vaux même pas ce que nous coûterais ton transfert pour une autre compagnie... C'est curieux, non ? Pas une rivalité remarquable depuis ton retour, l'indifférence totale des médias et du public à ton encontre, toi , le « héros » du titre Intercontinental ! Toi, le plus long règne de l'histoire de la compagnie...  Tu ne trouves pas surprenant de ne JAMAIS avoir remporté un match en Pay Per View ? D'avoir du te coucher proprement contre Theodore Dibiase, lui pour qui vaincre avec panache demeure utopique ? De ne même plus apparaître continuellement à Raw, ou Smackdown ? Si tu veux mon avis, je crois que la seule chose de véritablement incroyable qu'il te reste, c'est ton surnom. Le « Fun Lovin' Criminal » haha... Encore un beau tissus de conneries, un surnom has been crée par un manager prétentieux pour un lutteur devenu low cost. C'est la seule chose qui te garde encore dans nos couloirs, Punk. T'es une valeur marchande, comme un produit d'entretien, un détergeant capable de sortir quelques bonnes prises si une de nos têtes d'affiches tombe malade, ou se pète une jambe.

CM Punk : (…)

Vince McMahon : Que... Quoi ? Ah ! Oui ! Oui, tu croyais vraiment qu'être finaliste contre Seth Rollins était une marque de confiance ? Non, ne le cache pas, je le vois à ton regard d'abruti. Est-ce que t'as regardé la concurrence ? Après avoir placé John Morrison contre un adversaire à la hauteur, on n'allait quand même pas offrir du spotlight à un autre ringard dans ton genre comme Goldust, non ? Et Trent, tss... Ça nous rendait déjà malade de l'avoir vu champion du monde à Wrestlemania... Hors de question de faire deux fois les même erreurs. Alors oui, ta qualification dans le Money In The Bank est là... sans avoir battu Lesnar... avec une intervention extérieur... Tu vois où je veux en venir ? Valeur marchande, Punk. C'est tout ce qui te reste, c'est tout ce que tu es. Un visage sur des mugs pour quelques fans nostalgiques du bon vieux temps où t'avais encore de l'importance. Tout sonne faux chez toi. Ta pseudo romanche avec Renee Young, ta feud minable contre Trent Barreta... et même ton attaque grotesque contre le GANG, et l'agression de Mickie James. Oh... Fais pas cette gueule la, «little boy», on n'est au courant. C'est ton assistant, Cesaro, qui a balancé. Hum, ils balancent tous... Je suis sûr qu'avec un coup comme celui là, tu t'es pris pour le roi du monde. Le grand Punker ayant enfin pris sa revanche contre le méchant Ted Dibiase ! C'est vrai que tu es doué, à ce petit jeu. Mais moi, je suis meilleur. Bien meilleur. Regarde toi, mon vieux... On est loin de cette époque où tu te plaçais devant l'autorité, devant tes concurrents, pour défier Layfield sur son terrain et arracher un match de championnat contre Daniel Bryan... Tu me fais pitié. Sincèrement. Alors maintenant tu vas me faire un joli sourire, tu vas embarquer ta foutue bouteille de Pepsi, quitter mon bureau et dire à tes trois potes de la fédé combien Vincent Kennedy McMahon est un patron sensuel et généreux. Va faire ton connard aguicheur ailleurs que chez moi, bordel... Tu me rends malade, il est hors de question que je te vois encore te pavaner dans mes locaux. Redescend sur terre, merde !

CM Punk (pousser vers la sortie par Big Zeke) : On se reverra, capitaine provoc'...

Vince McMahon : Bien sûr... Oh et Punk ! Une dernière chose ! Tu te souviens de Jeffrey Jones ?

CM Punk : (...)

Vince McMahon : Mais siii ! Jeffrey Jones ! C'était un de tes meilleurs « potos » au lycée, non ? C'est bien comme ça qu'on dit ?

CM Punk : (…)

Vince McMahon : Enfin bref.... Vous avez commencé le catch ensemble, non ? Juste avant que m'sieur Brooks lui pique sa gonzesse et signe dans une fédération professionnelle... Tu t'en souviens non ? Jeffrey Jones... Je m'demande bien s'il t'a pardonné... Enfin, il en a plus l'occasion maintenant.

CM Punk (surpris) : Quoi ?

Vince McMahon : Il est mort. Un arrêt cardiaque dans la nuit de jeudi à vendredi, à ce qu'il paraît. Tu devrais aller aux obsèques, mon grand. Il a peut-être succombé en voyant les résultats de tes matchs sur Internet ! Faut dire qu'il n'aurait pas eu de mal à faire mieux, vu ton palmarès...

CM Punk (tente de foncer sur Vince, retenu par Jackson) : Fils de...

Vince McMahon (le coupe) : C'est ça. Allez, foutez moi le camp... Aaaah... Y'a pas à dire, ces petits coups de putes que nous mettent la vie dans le dos me fascinent !



Chicago, Illinois, Samedi 02 Mai 2015 :

Une journée glaciale, même en été. Et un samedi comme un autre, pour des millions de gens. Dans un silence d'église, la première pelletée de terre tombe sur le cercueil de Jeffrey Jones, au cimetière de Graceland. Punk, accompagné de Renée Young, retisse en pensée le fil des heures ayant précédé son retour à Chicago. Il devine la mère de son ancien ami, en larmes à sa gauche, le figer d'un regard noir. Il n'est sûrement pas le bienvenue quand on y pense, mais faut dire qu'il le mérite. Phililip' n'était pas le collègue idéal pour se faire un Cluedo, ou une partie de Monopoly. C'était bien avant de soulever de la fonte avec Colt Cabana et Samoa Joe à la Ring Of Honor. Bien avant de signer son premier contrat avec la WWE. Des heures dans les terrains vagues de la ville, un maximum de délit et d'auto-suffisance, l'infini sentiment d'être les rois du monde, que personne ne pourrait stopper... Cette flamme, née avec Jeffrey Jones depuis l'époque du collège, et qui, malgré leur différent, continue d'embraser le Punker à la Wrestling French Addict... Pour la première fois depuis dès lustres, CM Punk redevient Phil' Brooks, ancien loser notoire rattrapé par son passé. Renée tente de cacher ses larmes, elle qui n'est pas la dernière pour dévoiler ses émotions. Elle semble presque s’effriter sous les yeux de son boyfriend. D'anciennes connaissances du meilleur au monde se sont déplacés en masse au cimetière, pour l'essentiel des gars du lycée ayant connu Jones depuis l'âge de 10 ans. Devoir de mémoire, solidarité, poignées de main virile... Eux semblent avoir oublié. Pas le Straightedge. C'est par un sourire forcé que Punk leur répond, revivant une adolescence brutale à chaque contact. Une lune radieuse fait briller les larmes et les visages de pierre, et lui, lui sent bien qu'il enterre en ce moment une part de lui-même, sans trop savoir comment se l'expliquer. D'un pas lourd, il se dirige vers le cercueil pour y jeter une poignée de terre à son tour... mais s'arrête au beau milieu d'une foule déjà agglutiné face à lui. Renée s'écarte, s'isole, et distingue un jeune homme d'une vingtaine d'années venir à elle. Elle baisse les yeux, ce gamin ne lui inspire pas confiance. Lunettes de soleil sur le visage, il se place à sa droite, sans dire un mot. Il ne fait que tourner la tête en sa direction, un mauvais rictus au coin des lèvres. « C'était son rêve », commence-t-il, sans prêter attention à la demoiselle. « Devenir un lutteur professionnel. Jones avait l'envie, mais n'avait pas ce qui faut. Et Jessica... Bon sang, celle-là avait le don de faire fantasmer n'importe quel moine pratiquant. C'est la veille de la remise des diplômes que Punk et Jones s’engagèrent pour une fédé' indépendante. Seulement, ils étaient deux pour une place. Et c'est à ce moment que ton mec a tout fait foiré. Il promit à Jef' de lui laisser la victoire pendant leur opposition, prétextant qu'une belle place de manager l'attendait dans l'usine de son père, à Chicago. Le lendemain, il lui colla ses meilleurs moves, et son premier Pepsi Plunge pour le compte de trois, gagnant sa place parmi l'élite. Tu penses bien que la petite Jessica, elle a vite choisit son camp... Putain... Phil' est devenu l'ennemi public numéro un de tout notre quartier pendant des années, bordel, avant de redevenir ce foutu héros du peuple à la ROH. Ouais... Tu te demandes d'où je peux bien te sortir ça, pas vrai ? Je connaissais Philipp', je connaissais Colt Cabana... parce que Jeffrey Jones était mon frère. Et maintenant, il est mort. Une mort « officielle »... Mon cul ! Punk l'a tué. Il y a plus de quinze ans qu'il l'a tué... Brooks n'est pas quelqu'un de bien, ma belle. Il n'a jamais rien fait de bien dans sa vie. J'espère que tu t'en rendras compte avant qu'il ne se débarrasse de toi». Presque irréel, la déclaration du jeune homme s'envole avec lui aussi rapidement qu'il était apparu. Sa maigreur épouvantable disparaît dans la foule, alors que ses paroles déchirent la journaliste. Et comme une ronde, c'est au Punker de refaire surface devant elle. Elle qui ne le verra plus jamais comme avant.

Plus tard, une fête d'adieu s'organise dans le jardin d'une belle maison provinciale à quelques kilomètres de Chicago, en l'honneur du défunt. Ravalant une fierté trop longtemps mise sur le devant de la scène, c'est pour Renée que Phil' décide de se rendre à l’événement. Lui n'en a déjà que trop vu. Et, pour être honnête, « fêter la mort de quelqu'un », c'est pas vraiment son truc. Les échanges de bons sentiments et d'accolades larmoyantes le rendent vite malade. Les traits tirés, il s'isole dans la salle à manger à l'écart de la famille Jones, la mère de Jeffrey jetant de temps à autre des coups d’œil anxieux en sa direction. Le plus étrange, c'est qu'il ne cesse de penser au discours de Vince McMahon, tout au long de la soirée. L'accident de voiture de Jef' le retourne, mais c'est à lui qu'il pense, constamment. Ce vieux gâteux ne perd rien pour attendre... à moins qu'il n'est raison ? Non. Impossible. La concurrence actuelle à la WFA est énorme, il n'a pas pu survivre plus de 30 minutes dans une cage par hasard ! Merde, le doute... Comment pourrait-il se planter à ce point là ? Ses poings se resserrent, il s’assoit un instant. Les paroles du père McMahon continuent de le hanter. « Un ringard, un danger potentiel »... Qu'il aille se faire foutre ! Hum, un ringard au règne de 312 jours ? Vraiment ? Ce temps semble si loin, maintenant... et pas une victoire en Pay Per View depuis, il a raison. Non... Fais chier' ! Punk connaît bien cette sensation, cette envie de perdre le contrôle... Une goutte de sueur perle sur son front, coule ensuite le long de sa nuque. Une douce chaleur commence à l'envahir. Ses ongles s’enfonçant à l'intérieur du sofa, il esquisse un sourire quand une main vient se poser sur son épaule. Derechef, Punk craque. Il entraîne le bras de son assaillant avec lui, le plaquant au mur avec force. Le bruit de l'émeute attire l'assemblée, qu'il insulte les uns après les autres en collant plusieurs droites à son malheureux partenaire. L'arcade sourcilière de la mère Jones éclate, il faut quatre hommes pour séparer Philipp' de sa victime. Une femme... A cet instant précis, il y a quelque chose dans son regard que Renée ne comprends pas. Quelque chose qui se trouverait presque en lui, ou enfoui depuis si longtemps que personne n'a eu l'occasion de la voir auparavant. Quelque chose qui disparaît aussi vite qu'elle est apparue, comme une colère, comme une haine, celle que l'on préfère laisser derrière soi. La compagne du meilleur au monde pousse un hurlement, ne pouvant cacher ses larmes. Ils sont un peu plus d'une vingtaine à dévisager le Punker, comme un animal de foire mis à la vue de tous. Son regard est froid, glacial. Le genre de regard qui vous happe, vous hante, vous entraîne du côté obscur. Quand Brooks lâche enfin prise, il croise les yeux de Renée un court moment. Elle qui recule d'un pas, effondrée. Il y a comme une sombre satisfaction sur le visage de Punk. Une renaissance, un retour aux sources. Les rides et les marques de griffures sur son visage ne trompent pas. Ces traits-là étant ceux d'un homme violemment libre, dévoilant un côté sociopathe, malsain, aussi bluffant qu'effrayant, symbole d'une personnalité complexe et singulière qui n'avait jusqu'alors pas eu l'occasion de se réveiller. Renée quitte la pièce en courant. Il faudra trois heures, la route du retour, une explication irrationnelle et deux parties de jambes en l'air pour que le Straightedge retrouve grâce aux yeux de sa belle. Mais au fond de lui, quand il caresse avec douceur les cheveux de Young, Punk comprend qu'il ne sera plus jamais le même. Un sentiment d'infini liberté, et un rictus à transformer le moindre hooligan du Paris-Saint-Germain en enfant de chœur prêt à chanter les messes du dimanche en famille. Un nom. Vincent Kennedy McMahon.

A SUIVRE...


Dernière édition par TheStraightedge17 le Lun 18 Mai - 17:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
TheStraightedge17
Grand Slam Champion
TheStraightedge17

Messages : 3093
Age : 29
Localisation : Denver, Colorado.
Humeur : Franklin, Michael ou Trevor ?

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 16:57

Orlando, Floride, Jeudi 07 Mai 2015 :


Le retour au bercail est difficile, c'est le moins qu'on puisse dire. Pour CM Punk, croiser n'importe quel membre du GANG ou de la famille McMahon dans les vestiaires sans se foutre sur la tronche est déjà une victoire. Ou une défaite, selon son humeur. Déprogrammé des derniers House Shows, l’entraînement, le sexe, et les pizzas Domino's font office de quotidien, en attendant l'heure de la revanche. Après les événements et les démentis concernant l'affaire Hunico, au fin fond du Nouveau Mexique, Brooks ne se serait jamais douté que le Chairman remonterait jusqu'à lui pour Mickie James. Cet enfoiré est plus malin qu'il en a l'air, et il a le bras long. Très long. Faire profil bas, c'est la seule chose qu'il reste à un ancien champion Intercontinental de plus en plus anxieux. Pour se détendre, une heure de running, et quelques coups échangés avec Daniel Bryan, l'un de ses derniers «homies» comme il aime les appeler.

Daniel Bryan (dans les vestiaires) : Bon move set aujourd'hui, mon pote. Et on a beau dire... Arfm... Le p'tit Rollins, c'est quand même un bon. Il est complètement jeté, mais sur le ring il assure.

CM Punk : (…)

Daniel Bryan (imitant Punk) : Yes t'as raison my man, moi aussi je le trouve awesome, well awesome like me j'veux dire ! Haha. Bref... T'es avec nous ?

CM Punk : (…)

Daniel Bryan : Ah, tant que j'y pense, tu devrais revoir ton Powerslam quand t'auras cinq minutes. T'as tendance à pivoter un poil trop tard, c'est un peu juste à la récep...

CM Punk (l'interrompt) : Quel boulot de con...

Daniel Bryan (passe une serviette sur son visage, suant à grosses gouttes) : Je vois... Tu fais la gueule ? T'es jamais content ! Qu'est-ce qui se passe encore ? Tu crains l’élimination des Bulls en Plays-Offs, ou bien ?

CM Punk (condescendant) : Ouais, ça doit être ça...

Daniel Bryan : Tu sais c'est quoi ton problème ?

CM Punk : Hum... Lequel en particulier ?

Daniel Bryan : Hé voilà, c'est reparti... On peut pas parler ! On peut jamais rien te dire, faudrait déconner uniquement quand m'sieur le néo végétarien est de bonne humeur, et se morfondre quand il pète un câble. C'est usant, mon vieux. Il est où le temps pas si lointain où Phil' Jack Brooks en avait rien à foutre du bon Dieu, et de son taff ? T'étais peut-être laxiste, mais t'avais un minimum d'humour à l'époque...

CM Punk : (…)

Daniel Bryan (une tape sur l'épaule) : Allez, mec, la vie continue. Remémore toi le bon vieux temps ! Hé... Le coup de Renée et de son clébard y'a deux semaines, par exemple. Tu vas pas me dire que tu t'en rappelles pas ? T'as quand même écrasé son chien en marche arrière quoi...


CM Punk (arrachant un sourire timide) : Ouais...

Daniel Bryan : Hé ! On s'était pas bien marré, ce soir là ? Attends, tu te souviens aussi le coup du père Ramirez ! Merde, Phil', le vieux Ramirez !


Un mois plus tôt a écrit:
Renée Young (devinant Punk assis sur une chaise longue, feuilletant un Marvel sur sa terrasse) : Moi j'ai bien envie d'me faire bronzer...

Punk (concentré sur son magazine) : Hum Hum...

Renée Young (jetant sa robe sur le Punker) : Toute nuuuue !

Punk (reluque rapidement la jeune femme, continuant son recueil) : Ouais...

Renée Young (vexée) : Oh bah dis donc, c'est tout ce que ça te fait comme effet ?

Punk : Attends, Renée... J'tai vu 450 milles fois à poil, ça va...

Renée Young (passant son pied sur l'entre-jambe du Straightedge) : Bah... Tu sauras qu'il y a des tas de mecs qui seraient très contents de me voir toute nue...

Punk : Hé bah tant mieux pour eux hein...

??? (venant de derrière la clôture) : Ouais... J'aime bien moi !

Punk (se retourne, Renée quittant la terrasse en hurlant) : NON MAIS m'sieur Ramirez ça va pas oh, faut vous calmer là ! Qu'est-ce que c'est qu'ce vicelard là, non mais oh ! Hé va te rhabiller toi, là ! Non mais euh... Alors là, c'est jour de fête ou quoi ? Qu'est-ce qu'elle me fait l'autre... Euh... Tiens tant que j'y pense... M'sieur Ramirez ? Vous la vendez toujours votre collection de BD ou quoi?

Daniel Bryan : Hé ! Hé ! C'était pas grandiose ?

CM Punk (sourire timide) : Ouais... T'as sûrement raison...

Daniel Bryan : Voilà, j'préfère ça. Bon, tu vas me dire ce qui se passe, maintenant, ou faut que j'te relate encore quinze années de douces anecdotes ?

CM Punk : Ce qui se passe ? Rien... T'inquiète pas. Ce boute-en-train de Vince McMahon mériterait la chaise électrique, je me suis embrouillé avec l'autre traînée de chroniqueuse qui me sert de passe-temps, et un de mes meilleurs amis a tutoyé de trop prêt un semi-remorque. Mis à part ça, tout beigne, j'suis en plein nirvana.

Daniel Bryan : (…)

CM Punk : Ouais, j'me doutais que ça passerait mal. Hum... Tu veux que je te dise ? A dire vrai, y'a qu'une seule chose qui me met les couilles à l'envers : le sermon du Chairman. Que je sois debout devant le cercueil d'un de mes frères d'armes, ou calé au plumard avec Renée comme seule compagnie, j'ai toujours le visage de ce fils de pute en face de moi, me répétant encore et encore que je suis fini à la Wrestling French Addict.

Daniel Bryan : La tronche de Vincenzo pendant que tu tires un coup, c'est triste...

CM Punk (sourire) : Vas te faire foutre. Ça a toujours été comme ça, de toute façon. Privilégié ce gros sac de Kevin Steen et son manager prétentieux, mettre en avant Bray «flingue pas mon personnage» Wyatt et son baltringue d'assistant, lui qu'est même pas foutu de promouvoir son poulain... Et me dire à moi, moi, que j'mérite pas les avant-postes... Que je suis un ringard terminé, ne valant même pas ce que lui coûterait mon transfert... Tous les jours, je passe devant cet enfoiré avec un sourire forcé au coin de la gueule et là, ouais, je comprends qu'il a raison. Je suis une caricature. Il y a de ça deux ans, je lui serais rentré dans la gueule. Il y a de ça trois semaines, je me serais tapé sa fille devant une Go Pro... Y'a un truc anti-Punk, Daniel, j'arrive pas à passer la barre. Y'a que... Non, rien. Laisse tomber.

Daniel Bryan : Dis moi.

CM Punk : A l'enterrement de Jeffrey, j'ai...

Daniel Bryan (l'interrompt) : Jeffrey ? Comme dans Jeffrey Jones ?

CM Punk : Ouais.

Daniel Bryan : Merde...

CM Punk : Devant ses parents. Sa famille. J'ai eu comme un semblant de réponse, tu vois. Ce genre de connerie qui te prends aux tripes, qui te lâche plus.

Daniel Bryan : Comme à la belle époque ?

CM Punk : Encore mieux que ça... J'avais cette impression d'un retour aux sources. Tu te souviens, la Straightedge Society ? Les gimmicks étaient parfois plus fortes que la réalité, entre nous. Booking hasardeux, persos détestables, loosing streak... Mais bordel, une infinie liberté.

Daniel Bryan (rire) : T'étais un putain d'enculé, à cette époque, Phil'.

CM Punk (rictus satisfait) : Et je te retourne le compliment, mon pote. Il faut que je retrouve ce Fun, ce Love, ce Criminal... Il faut que je redevienne le FL...

??? (entrant dans les vestiaires) : Et là j'lui dis «Tista' », parce que je l'appelle Tista, tu vois le délire ? J'lui dis « Tista, ton titre, c'est mon titre » ! Haha, dingue ou bien ?

??? (voix féminine, ébahie) : Waouh, t'es incroyable !

CM Punk : Renée ???

Renée Young (gêné) : Oh, Phil' ! Ça me fait plaisir de te voir ! Tu connais déjà Trent, hiihiii !!

Trent Barreta (lui tend la main) : Ça va, Phil' ?

CM Punk : (…)

Trent Barreta : Phil' ?

CM Punk (jaloux) : J'peux savoir c'que tu fous avec lui, Renée ?

Renée Young : Rien, je... Il me parlait de son règne de champion du monde. Batista, messieurs-dames !

Trent Barreta : Et à Wrestlemania, haha. Daniel. Bon, j'vais m'chauffer, moi. Renée, je te passe un coup de fil dans la semaine, ça marche ?

Renée Young (embrassant le Punker, se blottissant contre lui) : Pas de soucis, mon petit !

Trent Barreta : Daniel, t'es chaud pour une prise ou d... Euh... Dis moi, y va bien ton copain ? Non parce qu'il me fixe avec la même tronche que Jason dans Vendredi 13...

Renée Young : Phil' ?

CM Punk (se rapproche de Barreta, énervé) : Tu cherches les problèmes ?

Trent Barreta (ricane) : Et je t'ai trouvé, non ?

Daniel Bryan (repoussant Punk, lui qui plaque l'ancien champion du monde au mur) : Oh oh... Doucement, mon frère, doucement. Trent, t'es pas le bienvenue ici. Ça te dit un footing ?

Trent Barreta (quitte les vestiaires) : Ouais... Qu'est-ce qu'il a, ce mec ?

CM Punk (murmure) : Une infinie liberté...



Denver, Colorado, Dimanche 17 Mai 2015 :


Dix jours s'écoulent, mais la pression ne cesse d'augmenter. Les superstars de Smackdown se retrouvent pour leur dernier rendez-vous avant Wrestlemania, juge de paix des plus grandes rivalités de notre temps. Le soleil se couche au delà des montagnes, Denver est en ébullition. Le Pepsi Center, ou l'antre des Nuggets, se rempli de minutes en minutes. Dans les gradins, plusieurs groupes se formes déjà, brandissant haut et fort des pancartes à l’effigie de Chris Jericho, Dolph Ziggler ou même Britani Knight. Nul doute que le public sera smart, ce soir. Contre toute attente, Punk est du voyage. Pas vraiment de gaîté de cœur, mais qu'importe. Vince McMahon est d'ailleurs habité par les flammes de l'enfer quand il découvre un lutteur de Raw dans le show bleu. Pas de temps à perdre avec ses conneries, Brooks file aux vestiaires. Le sol tremble sous ses bottes, son regard se figeant un moment sur l'écran de télévision de la pièce. Hum... Brock Lesnar et Bobby Roode assurent déjà le spectacle. Deux pauses publicitaires, c'est tout ce que Punk demande. Pour la première fois depuis des semaines, il n'a jamais été aussi convaincu de quelques chose. Enroulant ses straps autour de ses poignets, il revit les jours précédents avec la même haine viscérale qu'un fan de Metal aurait devant un concert de Soprano. Même ce gamin prétentieux de Trent Barreta, tournant autour de sa copine, lui donne envie de vomir. Foutue série noire... Il est temps de montrer à tous ces branles-que-dalle la véritable définition du mot «FLC». C'est la bonne décision. En fait, c'est comme sa dernière cartouche. Et plus personne ne pourra prétendre lui en mettre plein la gueule... Philipp' se prend la tête dans les mains, réajuste ses genouillères. C'est parti. Faire profil bas dans les coulisses ne sera pas le plus dur, en ce jour de fête. Le Punker déambule à l'abri des regards, se rapprochant de la scène autant que possible. A seulement quelques mètres de lui, Ziggler et Miz s'offrent une franche accolade avant d'entrer dans l'arène. Ah, le business... Évitant de justesse la sécurité, Punk est à deux doigts d'atteindre l'accès au ringside... Quand une main sortie de nulle part vient s'abattre sur son épaule. Un agent de service, il faut faire vite... High Kick porté avec autorité, comme à l'école. Le gros balourd s'effondre en moins de temps qu'il en faut pour se taper Renée Young. «Soirée porte ouverte» s'esclaffe Punk, en franchissant les portes du building. Capuche de circonstance, le Straightedge garde la tête basse, évitant le regard de la foule le plus longtemps possible. Huit minutes. Six. Trois. Yes, le voilà enfin en ringside. Miz crache une promo dégueulasse à l'encontre de son pote Ziggler, qu'il défiera dans une poignée de semaines. Un enfant, à la droite du Voiceless, écarquille les yeux devant lui. Merde ! Il l'a reconnu ! Avec un calme de moine bouddhiste, il porte sa main à ses lèvres, mime le silence en faisant un rapide clin d’œil au jeune bougre de neuf ou dix ans, qui acquiesce d'un signe rapide de la tête. «Allez Dolph, amène toi...» murmure-t-il, en se mordillant le bout des lèvres. Derrière lui, un père de famille a qui l'on aurait volontiers offert une nouvelle ration de tacos, s'il n'en avait pas déjà deux kilos dans les bras, et douze dans le ventre, lui demande de se baisser. «Toi la grosse, tu fermes ta gueule». Simple, rapide, et... ah... voilà Ziggler. Que la fête commence.

Et c'est sans tambour ni trompette que l'Brooks s'infiltre comme une anguille. Un poil trop tard, Mike Mizanin devine une ombre sortir de la foule, à quelques mètres de lui. Attrapant une chaise dans sa course, Punk grimpe aussitôt sur le ring et offre une valse à ses deux victimes. Au mauvais endroit, au mauvais moment... Surpris, l'ancien champion du monde poids-lourds ne cherche pas à se défendre, et reçoit un énorme coup de chaise directement dans le visage. Dolph, qui fanfaronnait sur le turnbockle, entre dans la danse. High Kick du Straightedge sur Ziggler ! Copieusement hué par l'auditoire, Brooks enchaîne son festival, en ruant le blondinet de divers coups de chaise, jusqu'à voir celle-ci se briser entre ses mains. Aveuglé par sa mutinerie digne d'un roman de cape et d'épée, sa haine contre McMahon l’empêche de voir le retour du Miz, qui le plaque au sol en beuglant de manière incompréhensible. La foule prend son pied, imagine un Triple Threat à Wrestlemania, scande le nom du Punker. Mais il n'y a rien de scénarisé ce soir, en particulier quand Phil' assène une série de droites dans le visage de son collègue. De nouveau au sommet d'un combat qui n'en a jamais vraiment été un, il balance l'Awesome One par dessus la troisième corde, craque les os de sa nuque en fermant les yeux, une vague de chaleur envahissant tout son corps. Il se retourne, lentement, vers son deuxième adversaire à genoux. Il retrouve peu à peu ce regard, le même qu'à l'enterrement de Jeffrey Jones. Une infinie liberté. Coup de pied directement dans le ventre du Show Off ! Meurtri, celui-ci suffoque, et rampe en direction des cordes. Punk l'attrape, le redresse, et s'acharne sur lui avec des coups de genoux... puis s'arrête, et ricane. Il le sait. Il le sent. Vince ne laissera pas Smackdown se foutre en l'air pour un vice de forme. Ce type ferait tout pour sauver les meubles, quitte à blesser tout un tas de gens. Préserver le kayfabe, mon cul... Douze secondes plus tard, les craintes du Straightedge sont vérifiés : trois membres de la sécurité, accompagnés par John Laurinatis, débarquent sur la rampe d'entrée. Johnny Boy hurle dans son micro, ce qui lui donne vite la nausée. Enfin, pour être honnête, il n'écoute pas. Son seul problème, à l'heure actuelle, est de choper un microphone. Par n'importe quel moyen. Avec l'agilité d'un chat, il s’éclipse furtivement en dehors du ring, arrachant le micro des mains de Justin Roberts. Les gorilles du General Manager grimpe sur le ring, encerclent Punk. Visiblement, la direction tient à faire passer ce passage à tabac dans la case scénario. Il est grand temps de les faire mentir. Brooks se marre, et enchaîne.

CM Punk : Euh... La régie ? La régie ? Hé merde... Bon le type chauve à qui j'ai flanqué une pilule y'a même pas 10 minutes, tu passes mon son s'te plait ? Ouais.... Thank's, bro !




Ce qui suit est aussi impressionnant qu'improbable. Alors que Redbone crache son « Come and Get Your Love », succès populaire des années 70, Punk saute sur les agents de maintiens, et les dégage du ring les uns après les autres au rythme de la chanson. Il s'éclate, se déhanche, cogne fort. Très fort. C'est une sorte de subtil mélange entre danse et combat de rue, pour un Punker enfin devenu «Fun». Big Johnny recule, dégaine son téléphone et court en direction des vestiaires. High Kick sur un membre du personnel ! Une petite giclée de sang vole dans les airs, Punk assure le spectacle. Et porte les coups sans se retenir. Pour les deux autres, s'en est trop, mieux vaut fuir lâchement. «Quoi ? Déjà ? Vous loupez le refr...»... LE MIZ ! Le Miz revient dans la partie avec un violent coup de kendostick dans le crane du Voiceless...esquivé ! Esquivé ! Balayette du Punker dans la foulée, le débat s'équilibre, mais Mizanin le perd, lui, l'équilibre. Brooks s'empare du kendo... et mime les mouvements d'un chevalier Jedi s'acharnant sur sa victime. Mizanin se relève à l'aide des cordes... Punk le prends sur ses épaules ! GTS ! GTS ! Et un high kick sur le cameraman ! «Rien de personnel, les mecs ! » chantonne-t-il en tournant sur lui même. Sa chanson s'achève sur un massacre en bonne et due forme. Le Straightedge s'empare d'un micro, et se retourne vers le titantron. Pavaner devant une foule hostile, il sait faire. Et offrir deux trois clins d’œil aux minettes du coin, c'est aussi dans ses cordes. Tout ça n'était qu'une prélude.

CM Punk (essoufflé) : Aaaah putain que ça fait du bien ! YES ! Hum hum... Coupez... Vous... Vous pourriez me coupez la musique, siou'plait ? Voilà. Merci mes petites beautés ! Alors alors... Tout d'abord, je tiens à me présenter : Phil' Brooks, aka CM Punk, aka le meilleur au monde, aka le Fun Lovin' Criminal. Vous m'avez peut-être déjà vu dans des épisodes de Raw, ou en période de Pay Per View. Non ? Si ? Je vois qu'il y a quelques fans, ça fait plaisir ! Bon, en revanche, je suis navré d'interrompre si brusquement ce segment épique entre Dolph et Mike... Non, faut reconnaître, c'est des bons... Mais il me semble que pour se faire entendre, une légère mise au point s'impose. J'dois reconnaître que j'suis moi-même le premier déçu de devoir en arriver là pour me faire entendre, mais... enfin, disons que j'en suis pas à ma première saloperie, alors je suis sûr que tic et tac comprendrons. Il y a maintenant deux semaines, un grand homme m'a dit, et je cite : « Tu vas me faire un joli sourire, embarquer ta foutue bouteille de Pepsi, quitter mon bureau et dire à tes trois potes de la fédé combien Vincent Kennedy McMahon est un patron sensuel et généreux. Va faire ton connard aguicheur ailleurs que chez moi, bordel de merde ! ».

Foule : VKM ! VKM ! VKM !

CM Punk : Ouais. VKM. Ce très cher Chairman Of The Board. Enfin, pour pas vous dire de conneries, toute l'équipe créative en fait. Alors j'crois qu'il est temps de remettre certaines choses à leur place. J'dois les remercier. Tous. Peut-être même Vince en particulier.

Foule : Booooooooooooh !!!!!

CM Punk : Et voilà, tout de suite ça s'emporte. Hé, tu crois que j'ai pas vu ce doigt, au troisième rang ? Et toi aussi Big Mama, juste en face. Oh la ouais... Ohlala... Oh toi tu bosses à Taco Bell, non ? KFC ? Non ? Sérieux ? Bref, j'compte pas m'éterniser, vingt milles balles que la cavalerie débarquera sur son beau canasson dans moins de cinq minutes. Quand je suis revenu à la WFA, je me suis vite rendu compte qu'il n'y avait pas que la moquette des coulisses qu'y avait changé. Le niveau, messieurs. C'est le niveau qui a cruellement diminué. Alors, on a préféré voir revenir des Hurricane, on a fantasmé sur des guignols comme Brodie Lee, ou DH Smith... et on a même dénigré la seule personne qui a eu les couilles de créer son propre talk show. Je vous le cache pas, je me doutais bien qu'une fois l'émission terminée, les vrais langues de p**** anciennement suceurs de b**** se feraient une joie de me descendre. Mais soit ! Me voilà ! Intouchable. Tenace. Sûr de moi. Et rien. Pas une victoire en Pay Per View. Pas une seule bonne rivalité... Obligé de jouer les connards dans une feud de collège avec Trent Barreta...

Foule : Let's Go TRENT ! Let's Go TRENT !

CM Punk (ricane) : Ouais... Quand je parlais de tristesse... Cela dit sachez que je vous en veux pas, si j'attendais un minimum de bon goût, j'me serais pas déplacé jusqu'à Denver. C'est quoi, ce bled, putain ?

Foule : You suck ! You suck ! You suck ! You suck !

CM Punk (rire) : Merci. Mais c'est pas l'pire ! J'ai même entendu dire que j'étais pas challenger légitime pour... un Money In The Bank ? Ah ouais ? Sérieux ? Soit... Alors y a pile deux semaines, quand j'entre dans le bureau de Vince McMahon, je sens le rappel à l'ordre tu vois, forcément. «Un ringard, un danger, un type n'ayant plus rien d'exceptionnel»... Vous savez quoi ? Il a raison. Enfantillages de 5ème, carrière à Hollywood, relations de merde avec des femmes passant plus de temps à quatre pattes que debout... J'suis devenu civilisé. Je m'suis éloigné de qui je suis vraiment. Je suis pas un catcheur, je suis pas un showman... J'suis CM Punk. C'est une chose de se décrire comme un Fun Lovin' Criminal, mais s'en est une autre de le devenir. Et ça implique beaucoup plus que...

Homme asiatique (hurlant du ringside) : You're just a PUSSY !

CM Punk (se retourne vers lui lentement) : Que... que ça. Hum... Remarque très fine, Chinatown. Subtile, grande richesse d'esprit. Hunico, si tu veux bien te donner la peine.


Qu'est-ce que... Hunico ! Le Jarhead ôte sa capuche, se dévoilant à la foule à quelques mètres du ring. Visiblement, les combines sont toujours d'actualité entre les deux heels, alors que le mexicain agrippe le spectateur par le col, le balançant par dessus la barricade. Deux agents de sécurité tentent de venir en aide au père de famille, mais sont reçus par Tijuana ! Incompréhension totale dans l’arène, le mercenaire écarte les deux mastodontes sans la moindre difficulté, envoyant valser l'habitant du Colorado dans le ring, au pied du Punker. «Maintenant, laisse moi te poser une question, Tchang. Que fais un foutu chinois quand une légende lui tombe sur la gueule» ? Coup de pied directement dans le visage ! Et descente du coude ! Une deuxième, une troisième, une quatrième... Punk perds le contrôle, relève le civil, et le bloque entre les cordes. Sans un mot, il fait comprendre à son acolyte que Tijuana est demandé à l’accueil. Hunico lui donne, et d'un simple règlement de compte avec l'autorité, Brooks passe à autre chose. Il tapote frénétiquement le bout de sa batte, murmurant quelques mots incompréhensibles. Le micro revient à ses lèvres... «Il fait comme tout le monde, du con. Il dit «aie»»... Le SWI... Oh mon dieu non ! Swing de Tijuana en plein dans la mâchoire du chinois ! Oh dieu... Toujours piège entre deux cordes, celui-ci ne tombe pas, mais perds aussitôt connaissance. Même Hunico, à cet instant précis, détourne le regard. La petite fille de la victime enjambe aussitôt la barrière, et court rejoindre son père pour le délivrer de ses chaînes de fortune. En larmes, elle devine chez Phil' Brooks quelque chose qu'elle ne connaissait pas encore, une indicible terreur.

CM Punk : Alors, messieurs les dirigeants ? On ne se donne même pas la peine de venir... Où êtes vous ? Ca ne vous suffit pas ? Ok, les mecs, j'étais pas à 100%, j'aurais peut-être pu amortir la batte un chouia à droite... Ouais, ça aurait donné un truc dans ce style...

Hunico (devine Punk écarter la fillette et lever Tijuana) : Il va faire mal, celui-là...

CM Punk (s'execute) : C'EST PAS CA QUE VOUS VOULEZ ? HEIN ? EST-CE QUE JE NE MERITE PAS UNE FEUD DESCENTE MAINTENANT ? VOUS VOULIEZ CM PUNK ? VOUS VOULIEZ LE FUN FUCKIN' CRIMINAL ? VINCE ! VINCENT KENNEDY MCMAHON ! JE SUIS LA ! I'M BACK YOU STUPID MOTH...





CM Punk (réjoui, parlant dans sa barbe) : Haaaa... Ma plus grande feud depuis deux ans, mon ferrero rocher, le grand manitou... Je vais me faire plaisir.

Trent Barreta ! Le natif de New York court vers le ring sous le regard amusé d'un Straightedge prêt à en découdre. Ces deux là se détestent copieusement, Punk demande à Hunico de ne pas intervenir. Adossé à la barricade, ce n'était de toute façon pas son intention. Trent glisse sous la première corde et saute sur Punk ! Les deux hommes n'auront même pas eu le temps d'échange quelques politesses, qu'ils se retrouvent déjà au sol. C'est Trent qui assène la première droite à Cihaime, qui réplique avec une gauche. Les deux hommes se relèvent. Le Dudebuster frappe à nouveau Punk avec une droite. L'ancien champion du monde répond comme il se doit avec un uppercut. Le rythme s'accélère, il est de plus en plus rapide et violente au fur et à mesure que les secondes passent. Les coups de poings claquent, et les deux meilleurs ennemis se roulent dessus à l'intérieur du ring, Punk tentant par deux fois de s'échapper. Tijuana est à quelques centimètres de sa main... Mais Barreta le ramène vers lui et le propulse dans les cordes. Dropkick dans la face ! Punk se relève derechef... mais est accueilli par un DDT ! La suite se déroule au sol, où ce n'est plus ni Trent ni Punk, mais une haine sans nom qui anime les débats. Le Kid de Chicago repousse son adversaire avec les pieds. Les deux sont à nouveau debout et les coups continuent de pleuvoir sur le visage des deux rivaux à un rythme improbable. Le New Yorkais esquive un High Kick, puis un autre, et s'acharne sur les jambes de son vis à vis avec une balayette, à son tour contrée. Pas de temps à perdre, Trent charge le Punker qu'il plaque contre les cordes. Les deux chutent et passent au travers ! Dieu... Les voilà maintenant au pied d'Hunico, qui discute avec une dame effrayée. Punk tente de prendre la fuite... pour mieux revenir et foncer une nouvelle fois sur l'ancien Pure Champion. Son offensive écrase le dos du Dude Boy contre le bord du ring. Celui-ci grimace, avant de bloquer les coups de poings de son rival en protégeant son visage avec ses avants-bras. Le truc, c'est qu'en matière de combat de rue, il semble que le Straightedge est une longueur d'avance. Au bon souvenir de son enfance à Chicago, un bon coup de genou dans le ventre vient couper le souffle de Trent qui baisse sa garde. «Maintenant !» beugle le Punker à Hunico, qui... qui cherche quelque chose derrière les barrières... Oui ! Un extincteur ! Il envoie l'extincteur à Punk... mais Barreta soulève les jambes de son adversaire pour lui faire perdre l'équilibre, reprenant une série de coups de poings sur le visage déjà rougi de Cihaime... L'extincteur finit entre ses mains ! «Oh, le con...» murmure Punk avant de comprendre la dure échéance... Coup d'extincteur en plein dans le crane ! Dieu... Le meilleur au monde fait presque un tour sur lui même dans la plus grande tradition des cartoons avant de se retenir aux cordes, roulant à l'intérieur du ring tant bien que mal. Trent en fait de même... Et ce n'est qu'à cet instant qu'Hunico intervient. Tout semblait calculé des heures à l'avance, tout semblait déjà écrit, quand il passe les menottes autour des poignées du New Yorkais. Un sourire narquois au visage, il piège Barreta aux cordes avant de se poster, avec Tijuana, devant la rampe d'entrée. Plusieurs membres de la sécurité, accompagnés une fois encore par Big Johnny, apparaissent sous le titantron. Mais aucun ne veut défier Tijuana.

CM Punk (se relève difficilement, ramassant un micro) : Tu frappes fort, enfoiré... Mais... Un petit conseil...

Trent Barreta : Va te faire foutre...

CM Punk (quitte le ring, cherchant un objet... puis revient avec une pince coupante) : En dernier la tête, ça trouble beaucoup la victime, elle... Arrête de te débattre ! Hunico ?

Hunico (balance Tijuana) : A vos ordres, boss. Au prix où tu me payes...

CM Punk (lance un nouveau swing dans le ventre de Trent) : Voilà, t'es calmé ? Bien. Bon par contre on est pas des sauvages. Comme je le disais, frappe la tête en dernier, si tu balances tout ton punch dès le départ... la victime ne sent plus (il arrache un ongle à son adversaire avec la pince) la douleur après ça.

Trent Barreta : Aaaargh...

CM Punk (rire) ! Haha, I got a point there, mother fucker. Tu vois Trent, j'étais curieux de savoir ce que tu ferais. Et je suis assez déçu. Tu as laissé 5 personnes se faire exploser la tronche avant d'intervenir. Et tu vas me laisser... (coupant à nouvel angle) prendre ta place. Même un type comme moi trouve sa dur... C'était quoi ? C'était Renée qui te prenait tout ton temps ? Hum ? Arrête, fais pas cette gueule là, je sais que tu te la tapes. Bon, passons (arrache un ongle, du sang coule sur le sol) aux choses sérieuses. Toujours là ?

Trent Barreta : (…)

CM Punk : Okay ! J'aime ton sens d'la répartie, t'as pas volé ton Rumble toi, hein ? Tss... Regarde l'audience. Des milliers de personnes qui se délectent de tout ce que je te fais... Belle hypocrisie, non ? A leurs yeux t'es qu'une bête de foire, comme moi je l'ai été. Pour l'instant tu leur est utile. Mais après... Ils te vomiront, comme un pestiféré au nom de leur moralité... et de leur étique. Vince le savait. Vince le sait, j'veux dire. C'est... C'est une foutue boule à neige, on se retrouve coincé dans un endroit où il ne peut y avoir de gimmick. Tu es qui tu es Trent, et tu es un faible. Moi je n'ai pas une besoin de trouver un personnage de criminel séduisant... Je suis qui je suis. Je l'ai toujours été. Et c'est aussi un peu grace à toi que j'me retrouve.

Trent Barreta (encore un ongle arraché) : Fils de Aaaaaaaaaarrrgh...

CM Punk : Si tu l'dis. Ca marche pas mal une pince monseigneur, l'air de rien. Hum... Tu verras, Greg, tu permets que j'utilise ton vrai nom ? Tu verras, quand le monde de la WFA ira mal, ces... personnes bien civilisés et propres sur elles que sont les dirigeants vont s’entre dévorer. (arrache un dernier ongle avant de jeter la pince au public). Il n'y aura bientôt plus de place pour les types comme toi. Ou comme moi, avant. Tu sais, moi j'dis ça pour ton bien. Tu vois, je suis pas un monstre... Haha ! Je n'fais que prendre les devants, et ta place, ça va de soit.

Trent Barreta : J'ai biaiiisi... t.... pudfe....

CM Punk : Pardon ? Non articule, s'il te plait, je... Non je ne comprends pas là.

Trent Barreta : J'... ba..sé... ta pu...e.

CM Punk : Ha... Ouais. Je le savais. Autant pour toi. Je peux pas t'en vouloir, Renée est quand même plutôt bien roulée. Moi j'en ai marre de m'impliquer des règles. Dans ce monde si tu veux survivre, il faut oublier tes règles d'or, Trent. That's the reason why I'm a bad mother fucker haha.

??? : Philipp' !!! Je t'en prie, arrête !

CM Punk : Oh tiens, voilà ta petite fiancée virginale...

Renée Young (en larmes, fonce auprès de Trent) : Oh mon dieu... Je suis là... Je suis là...

CM Punk (dont le sourire s'estompe) : Et voilà. Si je te regardais dans les yeux et que je te disais que je le savais... J'crois que je serais encore loin du compte.

Renée Young : Ferme la, Phil' ! Mon dieu, mais faites venir un médecin !!!

CM Punk : J'espère que t'as pris ton panard avec Karaté Kid, ma grande. Vu son état, il est pas prêt de pouvoir te satisfaire avant un long... long long moment.

Renée Young (se lève et se dirige vers Punk) : Tout ça c'est ta faute ! C'était toi ! Je ne voulais que to...

CM Punk : La ferme...

Renée Young : Tu pouvais pas supporter d'être quelqu'un de bien...

CM Punk : Terrain glissant...

Renée Young : Oh moins, Trent, lui, il savait comment me...

CM Punk (high kick sur Renée) : Tss... Désolé, cette phrase, je la sentais pas.


Une bronca de tous les diables explose dans l'arène. Renée s'écroule face contre terre, à quelques centimètres d'un Dudebuster incapable de bouger. Les mains liés aux cordes, celui-ci gesticule, gigote, tente de s'en sortir, mais en vain. Punk se rapproche, donne deux petites claques à son ennemi pour vérifier que ses sens soient bien en éveil... et le voilà qui ramasse la carcasse de Young pour la prendre sur ses épaules. Trent lui hurle de ne rien faire, lui en conjure, tombe à genoux face au Straightedge. S'en est même trop pour Hunico, qui quitte les abords du ring. Les yeux rivés sur Trent, puis sur le logo de Wrestlemania, l'instant semble durer une éternité pour le meilleur au monde. Il était finaliste de l'Elimination Chamber. Il a battu Brock Lesnar. Il sera dans le Money In The Bank... Il est CM Punk. GTS ! GTS sur son ex compagne ! Suivit d'une droite en plein dans le visage ensanglanté du New Yorkais ! Plus aucune expression ne vient couvrir son visage, jusqu'à ce que les premières notes de son thème song ne retentissent. Le crime est parfait.




CM Punk (quitte le ring) : Merci de votre attention. See you procainement, ladies and gentlemen ! Putain, y'a pas à dire, j'adore cette chanson... Haha allez, j'suis parti, moi.


Deux heures plus tard, Denver, Colorado, Dimanche 17 Mai 2015 :


CM Punk (dans le parking de l'Arena, flirtant avec une jeune femme) : Humf... Y'a pas à dire... Arfm... J'adore mon nouveau moi...

??? : Hum hum...

CM Punk (se retourne) : Tiens tiens, le boss est de retour... Tu nous excuses, sweetheart, les grandes personnes travaillent.

Jeune Femme : Mais je...

CM Punk (la coupe) : Mais tu nous excuse oui. Ah bah si, si si ! Allez. Allez ! Pffiou... Les femmes.

??? : Ça me tue de l'admettre, mais bon boulot là haut, Brooks. Ca va encore me coûter un bras en réparation, mais ton regain de forme est appréciable. Enfin disons prometteur. Inutile de te dire que si tu me refais un coup comme ça cela dit, je te tue.

CM Punk : C'était pas pour toi, Vincenzo. C'était pour moi.

Vince McMahon (monte dans sa voiture) : Hum... Soit. Que j'te recroise pas à Smackdown, en revanche. Et il se pourrait bien que ton spotlight grimpe pour Money In The Bank. T'auras peut-être même le droit d'toucher la mallette !

CM Punk (narquois) : Tu m'en dirais tant... Écoute, j'fais mon travail. Bonne soirée, patron !

Vince McMahon (quitte le parking) : C'est ça...



Wrestlemania, Dimanche 7 Juin 2015 :


La nuit est brûlante comme l'enfer. Le souffre des feux d'artifices envahit les poumons du Chicago Kid, qui réajuste son casque. La musique lui libère l'esprit, à quelques minutes du Money In The Bank. Sans doute sa dernière chance d'aller jusqu'au bout. Le World Heavyweight Championship. Dingue ce qu'une ceinture en or pourrait faire classe, sur un type comme lui. Il passe en revue ces adversaires du soir, et un nom se dégage : Bray Wyatt. Le fou furieux du Bayou est depuis longtemps dans les petits papiers des officiels, et sur le ring, on peut dire qu'il assure. Pour le reste, ce sera Trent, Christian, ou Goldust. L'avantage, c'est que c'est avec un déambulateur que va se ramener le gamin de New York. Les deux autres ? Des retraités. Philipp' se bidonne en rependant à la tronche des trois autres abrutis qui participent au match, dont il se souvient même pas les noms. Comme quoi, ça tient à peu de choses... Ha ! Drew McIntyre, voilà. Bien sûr. Le patronyme revient quand il entend le thème song de l'écossais envahir Wrestlemania. Il doit entrer sur le ring, à l'heure qu'il est. Le match commence, de nombreux lutteurs ont déjà eu leur WFA Moment, ce soir. A lui de jouer. Un frisson lui parcours l'échine, il se lève, nonchalant, et avale une gorgée de Pepsi bien méritée. Sa course l'arrête un instant dans le couloir du titantron. «Fun, Lovin', Criminal» murmure t-il en enfilant sa capuche. 7 contre 1. Une seule menace. Bray Wyatt, tu es prévenu.

FIN.
Revenir en haut Aller en bas
Aralar
EC3
Aralar

Messages : 870
Age : 37
Localisation : Rouen

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 17:33

Promo Candice Lerae, Brian Kendrick et Brodie Lee partie 1






House Show Wfa, une poignée de jours avant Wrestlemania.

Brian Kendrick se tiens au centre du ring micro à la main, tout sourire. Composé d'une veste de costume sur un jean et des simple basket, son style vestimentaire dénote de son habituel élégance.
Il remercie chaleureusement le public pour ses encouragements et prend finalement la parole.

- Bonsoir tous le monde ! Et merci d'être venu en nombre nous voir ce soir !

Le public applaudis massivement le lutteur, qui doit attendre quelques longues seconde avant de pouvoir reprendre :

- La soirée ne fais que commencer, mais j'ai une surprise pour vous… Vous n'êtes pas sans savoir que Wrestlemania arrive à grand pas, et que j'y affronterais Daniel Bryan et Dean Ambrose dans un Submissions Count Anywhere Triple Threat match ! L'enjeu est grand ! Et le combat seras sans aucun doute épique ! Aussi qui dit gros match, dit grosses préparation ! La WFA m'a offert le choix de l'adversaire ce soir, la seule restriction est que je dois l'affronter dans un Submissions Count Anywhere match.

La foule laisse exploser sa joie, visiblement ravie d'avoir une tel affiche pour un house show.

- J'ai longtemps hésité, mon but étant de choisir l'adversaire idéal pour vous offrir un divertissement sans pareil ce soir. Et je suis finalement arrivé à une conclusion simple : Je ne peut pas choisir à votre place. Non à dire vrai, je n'ai pas le droit de choisir à votre place ! Le directoire de la WFA, a validé ma requête et a sélectionné quatre superstars ce soir, et ça seras donc à vous de voter et décider qui m'affronteras ce soir !

La foule acclame vivement l'annonce et sur l'écran au dessus de la scène s'affiche l'image du premier candidat : Le Big Show !

- En numéro 1, mon vieil ami le Big Show, qui nous fais l'honneur d'être là ce soir, entre deux tournois de Call Of Duty !

La foule est assez mitigé, et rapidement la photo du Big Show laisse place à une photo de Bo Dallas, la main tendue et le pouce levé.

- En numéro 2, une jeune pousse de la WFA, membre de NXT et entrant surprise au Royal Rumble ! Bo Dallas !

Même réaction mitigé de la foule, et la photo change de nouveau, révélant cette fois le visage souriant de John Laurinaitis !

- En numéro 3, cet illustre inconnu qui porte le nom de John Laurinaitis !

La foule applaudis vivement cette fois, et bientôt les acclamations deviennent des chants "kick-his-ass !". Kendrick s'en amuse ouvertement, mais finis par reprendre la parole en pointant du doigt l'écran.

- Et pour finir, le numéro 4 , John Mooo…



Le lutteur s'interrompt alors que Curtis Axel déboule sur la rampe. Sur l'écran géant, la video d'entrée du Botch-Master défile en lieu et place du portrait du quatrième candidat.
-  Attend attend Kendrick, je suis candidat pour ton challenge, et je vaut mieux que tous ces gars réunis ! Tu ne peut pas demander au public de choisir ! Ces glands ne connaissent rien au talent !

Le public acclame copieusement le nouvel arrivant.

- Arrêtez de m'applaudir bande d'abrutis ! Je vous déteste tous !

La foule exulte et applaudis de nouveau, provoquant l'hilarité de Kendrick. Axel finis par rejoindre ce dernier dans le ring, et retire tant bien que mal son Tshirt, avant de le jeter maladroitement à un demi-mètre de lui. Kendrick s'esclaffe de plus belle devant ce nouveau ratage d'Axel, et le botch-master finis par envoyé valdinguer le vêtement avec un coup de pied rageur.
Kendrick extrait un mouchoir blanc de sa poche de veste et s'essuie rapidement les yeux avant de reprendre son souffle puis la parole

- Tu es incroyable Dude ! J'aurais presque envie de te laisser ta chance, mais ce soir c'est le public qui choisis !

La foule entreprend des chants "Give him a chance!" et "Botch-Master" !

- Très bien cher public, ce combat est donc offi…

Sans attendre Curtis Axel envoie un violent coup de pied dans l'abdomen du gentleman qui se plie sous l'impact ! Il enchaîne immédiatement en saisissant son adversaire en position pour un DDT ! Il retourne la veste sur la tête de Kendrick et se jette en arrière ! Mais Brian Kendrick ne bouge pas ! Axel retombe lourdement sur le sol, la veste dans les mains, et l'air hébété. Le gentleman se redresse amusé, et révèle malgré lui son T-Shirt "Britani Knight".  

- Franchement Curtis, tu pourrais au moins attendre l'arbitre, et quant à ma veste… Je te la donne si tu la veut tant que ça...

Kendrick clôture sa réplique en lançant le micro à un officiel à l'extérieur du ring. Il se repositionne dans son coin du ring et attend patiemment que le combat soit lancé. Axel jette la veste hors du ring et crache un "merde !" rageur avant de se précipiter vers son adversaire du soir !

*ding ding ding *

Clothesline d'Axel, facilement esquivé par Kendrick, le gentleman repousse son adversaire du plat du pied. Et lui fais ensuite signe d'attaquer ! Nouvelle tentative de Clothesline ! Kendrick contre en Armbar et plaque Axel au sol ! L'officiel se précipite vers les lutteurs, mais Brian Kendrick a déjà relâché la prise. Dans un geste de colère, Axel frappe du poing sur le sol du ring et se relève. Sans attendre il lance un nouvelle assaut ! Big Boot ! Kendrick attrape la jambe et fais basculer son adversaire en arrière tout en maintenant l'étreinte ! Il enchaîne et se positionne en Single Leg Boston Crab ! Curtis Axel hurle de douleur avant même que Kendrick ne commence à forcer, et la situation amuse ouvertement le public.

Le gentleman relâche rapidement la prise, et sort du ring pour récupérer un micro.

- Je suis désolé cher public, et surtout désolé Curtis. J'aurais pû terminer ce combat il y a de ça plusieurs minutes, mais  je dois trouver LA bonne prise de soumission. Celle qui me permettras de devenir le champion Pure !

- Remonte dans le ring Kendrick ! J'en ai pas finis avec toi !

Le gentleman hausse les épaules, rend le micro à l'officiel et retourne finalement dans le ring.
Axel le charge immédiatement, Kendrick esquive facilement l'assaut et se jette dans les cordes pour prendre de la vitesse ! Front Dropkick ! Curtis Axel est projeté en arrière et percute violemment le coin du ring. Kendrick le prend de vitesse et l'attrape avant qu'il ne retombe au sol ! Sliced Bread #2 !! La foule applaudis vivement le gentleman, qui prend le temps de se relever, fais une longue révérence et se positionne finalement au pied de son adversaire. Il attrape les chevilles d'Axel et semble prendre un instant de réflexion, et place finalement les jambes de son adversaire pour un Texas Cloverleaf ! Non il exécute le Scorpion Crosslock !!!! Axel essaye vaguement de se dégager, mais finis par taper ! Le public acclame chaleureusement la manœuvre avant d'enchainer avec des chants "You tapped out !" moqueur à l'encontre de Curtis Axel qui se retire du ring sans demander son reste.

Après une courte célébration avec son public, Brian Kendrick se retire dans les coulisses, il échange quelques high five avec ses collègues présent ce soir, et file dans les vestiaires suivis de près par la caméra. Une fois dans la pièce le lutteur ôte son T-Shirt, qu'il dépose négligemment sur une chaise et après un clin d’œil à la caméra il glisse un rapide "Je prend une douche vite fait et je reviens", et quitte l'image. On entend de l'eau couler et rapidement la porte du vestiaire s'ouvrir. La caméra fais volte face, et montre Candice Lerae qui pénètre dans la pièce avant de refermer derrière elle. Alerté par le bruit, Kendrick surgit rapidement des douches en costume d'Adam. La jeune femme le regarde a peine, et demande nerveusement.

- Brian… J'ai besoin de ton expertise…

Le gentleman a un léger sourire en coin, et annonce amusé :

- Expertise ? Tu es bien la première a l'appelé comme ça… Mais tu sais que ce n'est pas…

Le regard noir que lui lance la lutteuse interrompt immédiatement la tirade de Kendrick.

- Je recherche un bar à strip-tease !

- Ça tombe bien, j'ai cru entendre dire qu'il y en avais plein à WFA City…

- Pas n'importe lequel ! Celui où traîne "He" !

- Si je peut me permettre un conseil, tu ferais mieux de t’entraîner…

- Et toi tu ferais mieux de me répondre !

- Répondre a quoi Candice ? Tu m'as pris pour Google ? Sans compter que les bars de Strip c'est pas mon truc…

Le gentleman jette un regard nerveux en direction de la caméra.

- Me prend pas pour une débile Brian… Sinon tu devras lui expliquer ça !

Joignant le geste à la parole, Candice sors son portable et prend une photo de Brian. Puis elle montre le téléphone de la main, avant d'annoncer fièrement :

- D'après toi, si j'envoie la photo à Mimi, en combien de temps l'info arriveras aux oreilles de…

- Ton plan est foireux Candice ! Je suis actuellement filmé dans le cadre de mon film de promotion ! Elle le visionneras et connaîtras la vérité !

- Tu veut prendre le risque Brian ?

Candice pianote rapidement sur son mobile, tout en marmonnant :

- Très bien... Alors… Je disais donc… Envoyer un snapchat à Mimi…

Le regard stressé de Kendrick alterne rapidement entre Candice et la caméra, et finalement il se résigne :

- Bon ok, décris moi le club que tu recherches…

- Celui qui apparaît dans toutes les vidéos de "He" !

Kendrick se frotte le menton, l'air pensif.

- A vu d’œil, je dirais qu'il s'agit du Secret Square… Il se trouve sur les quais…

- Merci Brian ! Je file !

Candice se retourne, ouvre la porte, puis marque une courte pause avant de dire :

- Au fait Brian… Tu flippes pour rien, elle ne m'aurait jamais cru… Elle a confiance en toi !

La canadienne quitte la pièce et claque la porte derrière elle. La caméra se tourne alors vers Kendrick qui hausse les épaules et après un large sourire retourne dans les douches.

[...]

Parking de la WFA, quelques minute après.

- Candiiiiiiiiice !!!!!

Le hurlement strident poussé par Mimi Dashwood, arrive rapidement aux oreilles de la challenger au titre des divas, et lui hérisse l'échine. Non pas qu'elle déteste la compagnie de la mascotte de la division, mais parfois un peu de calme lui ferais du bien… Surtout quand elle a des affaires à régler…

- Candice attend moooooaaaaaa !!!!

Candice pourrais tout simplement presser l'accélérateur et quitter le parking avant même que Mimi n'atteigne la voiture, mais l'Australienne serais sans doute déçue… A contre-coeur la blonde finis par abaisser la vitre de sa voiture et fais un signe de la main à son amie.

- Tiens Mimi ! Désolée je t'avais pas vu !

L'australienne arbore un large sourire, et dit :

- Oui on me le dit souvent ! Tu vas où Candice ? AJ a dit que c'était ton tour !

- Quoi ?! Putain non pas maintenant !

Mimi tend son bocal à insulte en direction de la canadienne. Celle ci y dépose un billet et reprend :

- Elle ne pouvais pas t'envoyer vers Brit' ?

- Négatif ! Elle a un rencard !

- Ou bien Georges ?

- Négatif ! Brit' a un rencard !

Candice grommelle une vague insulte sous le regard attentif de Mimi qui hésite à tendre le pot.

- Bon très bien… Tu viens avec moi, mais par contre il vas falloir que tu te tienne tranquille. J'ai un truc important à régler !

- Ouuuuuh important comment ?! C'est un rencard ?! Et c'est avec qui ?!

Candice se frotte les tempes avant de reprendre calmement :

- Non Mimi c'est pas un rencard, je vais aller m'occuper de He…

- Ah ! J'ai bien fait de prendre mon bocal à gros mots alors !

- Qu'est ce que tu n'as pas compris dans "il va falloir que tu te tienne tranquille" ?

L'australienne ne répond pas, et la voiture démarre, quittant le parking dans un crissement de pneu.

- Candice ?

- Oui Mimi ?

- On vas s'occuper de He, n'est ce pas ?

- Oui, enfin JE vais m'occuper de He…

- Tu crois qu'on pourrais faire une équipe comme les Justice Brotherhood ?

- Qu...Quoi ?!

- Tu sais je pourrais te coudre une cape en tissu cent pour cent naturelle !

- Pas besoin Mimi…

- Ou sinon on pourrai…

- Tu veut que je mette de la musique Mimi ? Tiens regarde dans la boite à gant et choisis un cd.

- Non attend j'en ai un dans mon sac ! C'est un groupe de flûtiste péruviens ! Tu vas A-DO-RER !

Candice pris son mal en patience, si le GPS ne mentait pas, elle serait bientôt au Secret Square, et elle pourrait enfin confronter "He"…

[...]

Pendant ce temps au Secret Square, l'ambiance bat son plein. Les filles à demi-vêtue déambule à travers la salle à la recherche de client, mais leurs attention semblent converger vers un homme en particulier : Le grand barbu au fond de la salle. Une rumeur raconte qu'il aurait touché le pactole récemment, une ré-évaluation de son contrat dit-on… Et depuis il est là tous les soirs, à s'offrir des bouteilles hors de prix et des boites entières de cigare. Mais à aucun moment il a demander à avoir une filles.

Au début elles trouvaient ça rassurant dans un sens, ce gars là semble avoir les fils qui se touchent, et pourrait facilement rivaliser avec Antonio l'immense videur du club. Mais au fil des soirées, et à force de claquer des fortunes l'appat du gains se fait sentir, et ce soir Dolly est prête à tenter sa chance.

C'est elle qui l'a servis ce soir, elle lui a apporté une rôteuse donc le prix s’élevait à trois chiffres, et quand elle l'a fait elle n'a pu s’empêcher de remarquer l'immense ceinture en or qui ornait ses hanches. Certes, il avait tout d'un pouilleux… Mais un pouilleux plein au as ! Et Dolly ne comptait pas le laisser filer entre ses doigts….

Depuis qu'il avait récupérer le titre WFA, et renégocier son contrat Brodie Lee était devenu honteusement riche, bien plus qu'il ne l'aurait jamais espérer. Malheureusement pour lui, ce nouveau train de vie impliquait de nouvelle responsabilité et surtout de nouvelles obligations : Finis le Titty Twister ! "Un champion n'a rien à faire dans un rade merdique" ! C'était là les mots de l'avocaillon envoyé par le comité WFA. Le baveux est repartis en slip façon Pif de Pif et Hercule, jaune devant et marron derrière. Ça avait fais marrer Brodie. Du moins pendant un temps… Le problème avec les avocat c'est qu'ils se multiplient rapidement… D'autre sont arrivée, avec de nouvelle menace, de nouvelle consigne… Et Brodie a dû céder…  Il avait refusé en bloc les plateaux TV et autres truc du genre, mais avait dû céder sur le choix de ses sorties. On lui avait proposé le Jobber Jungle, ou le Secret Square. Le premier ayant mal finis, le choix n'en était plus un… Ceci dit le Big Rig n'était pas trop à plaindre… Le champagne était bon, les filles pas forcément moche, et parfois même il pouvait tabasser des lascars aux mains baladeuse….

Mais ce soir, il avait un mauvais pressentiment, déjà il y avait cette brunette qu'on appelle Dolly, elle n’arrêtait pas de le reluquer, et Brodie n'aimait pas ça… Mais surtout l'air était électrique, comme les soir des grand Pay Per View… En plus sa bouteille était maintenant vide, foutu mini-bouteille! D'un geste de la main, il hèle une des filles, et sans surprise c'est Dolly qui accoure, elle se penche en avant et dévoile un décolleté vertigineux. Sans même jeter un regard sur le spectacle offert, Brodie tend la bouteille vide et réclame "la frangine". Le visage de Dolly se durcit, et elle lâche un :

- Putain mais tu es gay ou quoi ?!

Brodie lâche un rire sec et enchaîne :

- Nan poupée, t'es juste pas mon genre !

Dolly détourne la tête, clairement déçue. Tout à coup la double porte d'accès à la salle s'ouvre violemment sous la pression du corps d'Antonio ! L'homme s’effondre sur le tapis au couleur criarde et un vent de panique se répand dans le club. Deux femmes blondes entrent dans la pièce, la première lève les mains en signe d'apaisement, et la seconde se penche au dessus d'Antonio, un épais bocal remplis de billet dans les mains.

Brodie se laisse lourdement retomber dans son fauteuil… Décidément cette soirée commence très mal...

A suivre...


Dernière édition par Aralar le Lun 18 Mai - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12710
Age : 36
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 17:48

SwantonBomb a écrit:
Je décide d'être un con et de ne pas accorder une semaine supplémentaire.

Semaine supplémentaire accordée

Putain vous me sauvez la vie WFAtienne les mecs cheers

_________________
WFA:

Promos Wrestlemania V  No_ma_10
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4750
Age : 32
Localisation : Dans le TARDIS.

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 18:11

Je crois que c'est la première fois que j'affronte Tombstone, c'est un honneur ! Je vais tout faire pour que Paul Heyman devienne le nouveau chairman !
Revenir en haut Aller en bas
MrCoffeeInTheBank
Champion
MrCoffeeInTheBank

Messages : 1594
Age : 32
Humeur : caféiné

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 18:19

Gbacca a écrit:
SwantonBomb a écrit:
Je décide d'être un con

Putain vous me sauvez la vie WFAtienne les mecs  cheers

Je savais que la connerie de Swanton pouvait sauver la vie de Gbacca! cheers

Après tout ça a bien marché pour moi! Noël
Revenir en haut Aller en bas
JGabriel68
Hall Of Famer
JGabriel68

Messages : 4907
Age : 26
Localisation : Atlanta, GA

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 19:30

Citation :
Semaine supplémentaire accordée
Merci beaucoup les HB Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Nak
Pénélope du forum
Nak

Messages : 2384
Age : 31

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 18 Mai - 20:21

J'espère qu'on a effectivement trois semaines parce que je sais pas quand je vais pouvoir revenir sur le fofo...

J'ai lu le dernier SD malgré tout, pas pu commenter, mais c'était génial.
Revenir en haut Aller en bas
Diabolo
Hype Bro
Diabolo

Messages : 226

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyMar 19 Mai - 0:08

PROMO MVP: La sortie de prison.




<< Bientôt, tu auras oublié la prison, tu verras. A notre retour de vacances, tu t'installera chez moi. Mes enfants ont besoin d'un grand frère... >>

Elle avait raison, j'irais certainement mieux dans quelques mois. Mais que ferais-je, ensuite, de l'espace laissé vide dans ma mémoire quand j'aurais effacé les nombreuses années passés là-bas ? Cette idée était encore plus terrible que le reste. Non je ne devais pas oublier, ce serait malsain. Je devais l'assumer, voila tout.




Ce soir-là, il m'arriva quelque chose de désagréable, une situation à laquelle j'ai été confronté plusieurs fois depuis ma sortie de prison : Je me promenais seul du côté du casino de Monte Carlo Resort et un regard attira mon attention. C'était un ancien détenu que j'avais connu en prison et était en vacances ici. Il m'aperçut aussi, mais ne vient pas me saluer. Je le recroisai ensuite à la table de blackjack et, là encore, il fit semblant de ne pas me reconnaître. La gêne sûrement. A leur sortie de prison, la grande majorité des détenus éprouvent une certaine honte quand ils croisent un ancien frère d'infortune. Les liens qui se nouent en prison, la solidarité qui naît des conditions de détention précaires, tout cela est enfoui dans un sac et jeté à la mer. Tous essayent d'oublier la prison et de reprendre une vie normale. Cela peut paraître naturel, voire souhaitable, mais je refuse de m'y résoudre. La prison , en effet, comme tant d'expériences antérieures, a contribué à faire de moi l'homme que je suis aujourd'hui. Je pouvais avoir honte de ce que j'avais fait, mais pas d'avoir été en prison : Ma détention était la preuve que j'avais payé pour mes fautes et que j'avais désormais le droit d'être considéré comme un type normal.




Mais en rentrant à l'hôtel, je fis un songe éveillé, comme si j'écrivais une sorte d'histoire courte, une nouvelle, en marchant. Le scénario, était assez simple: Le personnage principal, un homme d'environ vingt-cing ans, va sur la tombe de son père pour déposer des fleurs. Le décès est récent, il a le cœur très lourd  car il n'était pas là quand c'est arrivé. Crise cardiaque. Et, alors qu'il s'approche, il voit une jeune femme qui pleure devant sa tombe. Il ne la connaît pas, ne l'a même jamais vue, mais la trouve très belle. Elle doit avoir trente ans, assez grande, brune, peu maquillé ... Au bout d'un certain moment, il s'approche, intrigué, et lui demande si elle connaissait bien le défunt. Elle le regarde et lui confie alors qu'elle l'avait aimé pendant de longues années. Et voila notre héros en présence de la maîtresse de son père. Il ne lui dit rien, se fait passer pour un ami de la famille. Il se contente de déposer les fleurs et décide de la suivre à la sortie du cimetière. Elle ne remarque rien. Il la suit jusque chez elle, monte les escaliers et reste figé devant sa porte ...




L'histoire s'arrêtait là et à chaque fois je bloquais au même endroit, comme si mon cerveau refusait d'avancer. Madame Bormoran aurait certainement reussi à me tirer de ce faux pas.




<




-Non, je n'irais pas. Toutes les portes ne sont pas bonnes à ouvrir, madame Bormoran. >>




Toujours est-il que cette histoire inachevée ne m'a pas quitté de tout le séjour. J'y pensais tout le temps. J'ai bien assayé de lui trouver une fin mais ne collait, aucune.




PART II




FLASH BACK: LA VISITE




-J'ai toujours des soucis à cause de l'incident de la douche. Si tu pouvais dire qu'il a tout commencé, que c'est lui qui à commencé à tabasser les détenus, et t'as frappé, il restera ici encore un bon moment. Tu m'aideras, et je t'aiderais en retour ! Ton dossier sera impeccable !




Je le regarderais pendant qu'il parlait. Il avait une sorte de lueur dans les yeux en faisant son discours, comme s'il jubilait à l'avance de son plan infaillible, qu'il allait encore une fois réussir, comme ça avait dû être le cas tout sa vie. Je lui envoyais la fumée de ma cigarette au visage, en le regardant avec indifférance alors qu'il penché dans ma direction. Ma cigarette n'était pas terminée que je décidais de la laisser tomber au sol, à l'extérieur de ma cellule et de lui lancer un << NON >> froid et définitif en rejoignant le banc de ma cellule d'isolement qui me servait de lit, m'allongeant dessus.




Le directeur resta là immobile sur le seuil de la porte un instant, comme s'il réfléchissait à une façon de me resonner, et comprit rapidement qu'il n'y avait rien à faire. Je l'entendis se lever de sa chaise, et le garde dans le couloir referma la trappe. Les ténèbres m'envahirent à nouveau, le silence refit son apparition pour m'entourer comme il l'avait si bien fait jusques là. Seules les voix dans ma tête, mes pensées, étaient là. La routine refit son apparition, restant allongé toute la journée sur le banc, perdu dans mes pensées, de temps en temps interrompu par les sons de mon ventre affamé.




Je me faisais des films dans ma tête, imaginant ce qu'il se passait derrière la porte, et la vie que Jamie et Adam étaient en train de mener à l'extérieur de l'enceinte de la prison. Jamie devait s'inquiéter du manque de nouvelles depuis de nombreux mois. Je n'avais pas lu une seule de ces lettres depuis le temps, et ça allait continuer encore quelques mois. Adam lui devait être en train de faire ce qu'il sait faire. Bientôt, il sera capable de passer le test pour être inspecteur, et j'étais sûr qu'il serait génial, comme dans tout ce qu'il entreprenait dans sa vie.



Finalement, le temps passa, et je pus enfin revoir la lumière du soleil. Nous étions en fait en Mars 1999, j'avais passé plus de temps que prévu en isolement, sans doute une vengeance personnelle de la part du directeur. Je retournais calmement en cellule 30. Ed était toujours en isolement pour sa part. j'étais donc seul dans ma cellule à présent. Mais je retrouvais la vie quotidienne en prison, même s'il était dur de s'y remettre. Les traveaux en après-midi, les deux repas par jour,  le droit de reprendre une douche tous les jours. La route en construction derrière la prison était à présent terminée, et je retournerais aider à la rénovation du bâtiment D.



Deux semaines après, Ed revient également à la vie quotidienne en prison, avec les autres, dans la cellule 30

 Nous avons pas revus les deux détenus qui nous avaient agréssés sous la douche, ils étaient sans doute plus gravement blessés que prévus et étaient encore hospitalisés, ou alors ils avaient tout simplement étaient transférés dans une autre prison, pour mauvaise conduite. Comme moi, Ed avait perdu énormément de poids lors de son séjour en isolement. Rien de bien surprenant, mais en retrouvant le rythme normal de la prison, tout allait s'arranger petit à petit.



Le samedi, nous avions à nouveau droit au courrier comme avant, et je pus enfin écrire en retour à Jamie. Elle s'était inquiétée de mes silences, mais avait continué à écrire toutes les semaines. Rien n'avait changé dans sa vie, elle vivait toujours cmme depuis le début de mon séjour en prison. Je lui racontais l'épisode des douches et mon séjour en isolement, en gardant détails de côtés pour ne pas l'inquiéter. En Juin 1999, j'appris qu'Adam allait passer le test d'inspecteur à la rentrée, et qu'il passerait l'été à étudier. J'étais fier de lui, même si je n'avais aucun moyen de lui dire. Le temps passa, avec la même routine, et deux événements vinrent tout changer en Septembre 199. Ou même trois.



Les deux premiers, ce fut une lettre de Jamie qui me les rapporta. L'épisode 1 de la saga Star Wars était enfin sortie, et d'après ces dires, c'était une honte monumentale. C'était la nouvelle surmontable, même si cette saga culte qui constituait une partie de ma jeunesse et donc de ma culture venait de s'autodétruire. Mais ce n'était pas la plus grave oui. L'autre nouvelle concernait Adam. Il avait échoué au test pour devenir inspecteur. Cette journée là, mon moral étaitau plus bas. Adam avait échoué à quelque chose, et je ne avais pas parler depuis fin 1997. C'était comme si je revivais encore le passé, qui revenait me hanter. Quitte à revivre le passé, j'espérais au moins que l'issue serait la même. Adam qui s'en sort et évolue, et moi qui continue de chuter.



La semaine suivante finalement, le vendredi, quelque chose de surprenant arriva. J'étais dans la cour en train de fumer une cigarette avec Ed, sur le banc, quand finalement un garde vint me chercher.



-091997, vous avez de la visite !



De la visite ? Je n'avais aucune idée de qui cela pourrait être. Adam me parlait pas, Jamie et moi étions d'accord pour qu'elle ne me rende pas visite dans cet endroit. Sans doute Mia.



Je donnais la fin de ma cigarette à Ed et me levais, suivant le garde à l'intérieur du bâtiment, dans des couloirs que je n'avais encore jamais arpenté. Finalement le garde me fit rentrer dans une pièce ne contenant qu'une table et deux chaises. Il referma la porte derrière moi et me laissa seul un moment. J'avais l'impression de revoir la salle d'interrogatoire de la police lors de mon arrestation pour les fêtes de fin d'année 1997, il y a presque 2 ans déjà. Sauf qu'il n'y avait pas de miroir sans teint ici, en fait, il n'y avait pas de miroir tout court. Je m'assis sur une des chaises, et attendis que quelques chose se produise, plongé dans le silence et la tranquillité de cette pièce inédite.



Le temps semblait long, surtout qu'il n'y avait rien à faire ou même rien à regarder dans la pièce. Finalement la porte s'ouvrit à nouveau. Le garde rentra à l'intérieur, rapidement suivit par Adam. J'eus un sourire en le voyant. Moins l'instant d'après, quand le garde tendit sa main à Adam, qui lui donna son revolver, et que j'entendis le garde lui murmurer << Pas au visage si vous devez le frapper, nous avons eu assez de soucis avec lui. >>.



Adam acquiesça d'un mouvement de tête, puis le garde partit à l'extérieur de la pièce, refermant la porte derrière lui dans un bruit sourd. Adam resta là, sur le seuil de la porte. Il me regardait, et je ne voyais qu'une seule chose dans son regard: du dégout. Il devais avoir honte de moi, et après tout, je n'étais un criminel, j'étais du mauvais côté de cette barrière justement. Son regard ne donnait pas envie de sourire. Je baissais les yeux.



Le silence étais toujours là. Comme lors des retrouvailles en 1985, Adam attendait sans doute que ce soit moi qui prenne l'initiative, qui fasse le premier pas, prenne la parole. Et lui, il donnerait le premier coup. Je me lançais ...



-Je sais, tout est ma faute, encore une fois ... Je n'ai ce que je mérite ...



-Tu veux que je t'explique tout ce que tu as raté ? Avant que je ne te dise au revoir pour toujours ? Me lança Adam d'un ton froid et sec.



-Pour toujours ?



-Je suis venu ici pour te dire au revoir, et te laisser pourrir ici. C'est tout ce que tu mérites pour ce que tu as fais à la famille et à tous tes proches !



Je le laissais parler. Il me raconta tout, de son point de vue, depuis mon arrestation, depuis mon départ de la répétition de mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 38
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyMar 19 Mai - 1:40

SwantonBomb a écrit:

Semaine supplémentaire accordée

En voilà une putain de bonne nouvelle ! Merci ! cheers

Godot : l'honneur est réciproque. Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyMar 19 Mai - 14:57

Promo de ???


Pour débuter ce show, les caméras effectuent un gros plan sur la foule alors que résonnent les feux d’artifice et la musique de l'intro de l’émission. Dans le public, on peut voir de nombreuses pancartes être levées. DH Smith est le catcheur le plus représenté par les pancartes. La musique laisse place à Justin Roberts qui se positionne au centre du ring micro en main.

Mesdames et Messieurs veuillez accueillir le peut être futur chairman de la WFA, Paul Heyman !


Et ce sont de très forte huée qui accompagnent l'entrée du représentant de Brock Lesnar. Il s'avance rapidement vers le ring. Une fois à l'intérieur, il prend le micro de Justin Roberts.

Bienvenue à tous pour ce WFA Raw ! Mon nom est Paul Heyman, je suis chargé de représenter mon client qui n'est autre que Brock Lesnar, ancien membre le plus important du Gang et surtout ancien champion du monde, je suis également le futur chairman de cette fédération. Cela sera rendu officiel après la victoire de mon client Brock Lesnar à Wrestlemania. Et mon prochain poste à responsabilité est d'ailleurs le pourquoi de ma présence. 

La foule fait tout pour faire taire Paul Heyman en le huant le plus possible. Ce dernier n'en a cure et reprend la parole.

Je vais vous présenter une nouvelle acquisition pour cette fédération. Et je vous promets de nouvelle acquisition tout si aussi excellente que celle ci si je deviens le nouveau chairman. Donc, pour commencer ce show, je vous demande d'accueillir un catcheur qui fait son retour dans le monde du catch et je suis très heureux qu'il fasse son retour à la WFA. De ce fait, je lui promets un très bel avenir ici alors je lui laisse ma place sur ce ring car je pense qu'il a beaucoup de chose à vous dire !

Au déclenchement de cette musique connue de tous, la foule se mit à huer ce grand catcheur. Pendant ce temps les caméras se penchent vers nos deux commentateurs spéciaux du jour, Philippe Chereau et Christophe Agius.

Ah Christophe, je ne sais pas vous mais ce type fait son premier show à la WFA et il m'énerve déjà ! Pour l'instant le voila pour nous parler. Comme si ça ne lui suffisais pas de monopoliser divers réseaux sociaux avec ces petits discours à la noix il va également monopoliser le ring durant les WFA Raw. Enfin bref j'espère que l'on va en finir vite car je n'en peux déjà plus de voir ce type! 

Je ne rebondirai pas sur ce manque de respect Philippe ! De toute façon cela ne m'étonne pas de vous et ce catcheur, que dis-je ce très grand catcheur, que dis-je ce futur champion du monde ne mérite pas de se faire traiter de la sorte par vous et par ce public ingrat. Contrairement à vous j'ai hâte d'écouter ce que grand homme a à nous dire car cela est forcement quelque chose d'important. Désormais cet homme marche sur la WFA et j'ai bien envie de voir comment il va s'en sortir. Et pour la peine, j’espère pour vous qu'il sera suffisamment long et rébarbatif à votre goût ! Maintenant taisons nous et écoutons le !

La foule continue de huer l'homme qui se tient au centre du ring. Mais ce dernier n'en a cure, il approche le micro pour enfin parler au monde !

Les présentations ne sont pas nécessaires car il est clair que vous savez exactement qui je suis. Voila donc le premier passage que je fais à la télévision depuis mon grand retour dans le monde du catch. Alors c'est ça la nouvelle salle de ce nouveau roster qui a la chance de pouvoir compter sur ma présence ? Raw il me semble. Elle n'est pas si mal. Je tiens à ce que tout le monde comprenne cet important discours que j'ai à vous faire alors voila pourquoi je vais m'exprimer avec des mots simples et parler de manière très simple. Non je ne vous traite pas d'idiot loin de moi cette idée car vous n'avez pas besoin que je vous traite ainsi pour montrer à la face du monde que vous l'êtes ! Voila pourquoi je vous parlerai simplement. Certains officiels espèrent que je vais m'imposer la mission de sauver votre ridicule petite matière grise mais le soucie c'est que je préfère nettement ne penser qu'à moi. J'ai un plan de carrière bien précis alors je ne vais pas jouer à ce ridicule petit jeu qui est d’enchaîner victoire après victoire jusqu'à ce que le Staff accepte de me donner une chance pour un championnat et d’ailleurs quand j'y pense, ce ridicule petit jeu est joué par toute les superstars du roster de la WFA et même par la division féminine. Je suis beaucoup plus intelligent que toute ces personnes. J'ai un plan qui m’emmènera jusqu'à un match de championnat et personne ne pourra rien n'y faire. Voila comment je montre que je suis la superstars la plus intelligente de cette génération mais également de toutes les autres générations. Alors habituez-vous à me voir car je suis fait pour durer et j'ai l'intention de rester ici très longtemps. J'incarne une nouvelle génération et...


Le voici, Curtis Axel débarque sous les applaudissements et rire de la foule. Un sourire de satisfaction se dessiner sur son visage. Axel attend sous le titantron le déclenchement de feux d'artifice qui ne se déclenche pas.
Voyant cela, l'homme qui botch plus vite que Sin Cara s'approche du ring très serein et très calme. Il s'arrête afin de donner son T-shirt à un petit enfant qui visiblement ne sait pas s'il doit être ravi de recevoir un tel cadeau. Il est maintenant sur le ring, prêt à parler, à nous parler.

C'est vrai … Oui c'est vrai. Il a raison, écoutez le sauveur de la WFA, votre sauveur, notre sauveur. Ecoutez une personne inconnue n'ayant rien fait de sa misérable vie. Pour quelqu'un qui effectue ses débuts enfin… Son retour, si on peut appeler ça comme ça parce qu'avec une carrière, enfin carrière, bon bref je vais arrêter de te rappeler qu'ici à la WFA tu n'es personne et que personne ne désire être sauvé par un parfait inconnu. Pour quelqu'un qui prêche la bonne parole comparer des fans … Mes fans à des imbéciles ne me plaît pas trop… 

Attend, toi tu as des fans ? Vraiment ?

Bien sur, pardi !

Eh bien, ce monde va bien plus mal que je ne le pensais. Donc, si je comprends bien, tu fais parti de la glorification du vide absolu comme ces stars de la téléréalité moqué pour leur bêtise...

Laisse moi te dire que ce n'est pas en méprisant tout le monde que tu feras partis de la crème de la crème de cette fédération. La route pour devenir une grosse star ici est longue. Je le sais puisque j'ai déjà participé à plusieurs matchs exceptionnels ! J'ai du passer par plusieurs étapes. Tout d'abord, par la phase d'apprentissage puis à la fin par la case consécration ! Mais le souci, c'est qu'il y a un complot contre moi, un complot qui m'empêche de disputer à WrestleManie le Money in the Bank Ladders Match ! 

Désolé de te décevoir mais les dirigeants de cette fédération ne sont pas débile, ce n'est pas un complot mais juste du bon sens ! Tu as conscience que si tu avais participé à cette rencontre, tu aurais forcément botcher à un moment donné ? Mais passons, donc si j'ai bien compris ton objectif c'était la mallette du Mister Money in the Bank. Eh bien je suis prêt à t'aider à montrer que tu méritais de participer à un tel match !

Comment ?

On organise un ladder match maintenant nous opposons avec une fausse mallette à décrocher !Tu voulais participer au Money in the Bank match ? Alors prouve que tu en es digne en me battant.

J'accepte volontiers ! Messieurs les officiels, nous avons besoin d'une fausse mallette à accrocher ! 

Aaaaah vous voyez Philippe, à peine arrivé, il fait déjà le spectacle !

Je n'aurais jamais cru dire cela un jour mon cher Christophe mais pour une fois, je soutiens totalement ce brave Curtis Axel !

Les deux lutteurs sont en place, l'arbitre fait sonner la cloche. Le nouvel arrivant se jette sur Curtis Axel et le passe à tabac, le voyant toujours au sol, il se permet de sortir du ring afin d'invectiver certaines personnes. Mais voyant cela, Curtis Axel sort discrètement du ring et saisit une échelle qu'il replace illico au centre du ring. Son adversaire ne s'en est toujours pas aperçut, Axel a un large sourire, il commence à monter la première marche, puis la seconde, et la troisième... Et non, malheureusement pour lui et tous ses fans, Axel à glissé s'écroule devant les yeux ébahis de son adversaire qui remonte sur le ring calmement. Il le relève et Rolling cutter ! Suite à cela, il se décide enfin à monter sur l'échelle mais à mi-chemin, il redescend pour saisir de nouveau ce pauvre Curtis Axel et part pour un Future Shock DDT. Axel étant totalement ailleurs, l'homme présenté par Paul Heyman un peu plus tôt remonte sur l'échelle et décroche cette fois-ci la fameuse mallette lui garantissant une première victoire pour son retour. 
Le match étant fini, Justin Roberts monta sur le ring micro en main

Le vainqueur de ce match...

Pas la peine de continuer mon bon Justin, tout le monde sait qui je suis et que je gagne des matchs.

Après avoir coupé Justin Roberts dans son annonce du résultat, il jeta à terre la mallette et releva une toute dernière fois Curtis Axel afin de lui porter un Brainbuster avant de quitter le ring sous les insultes des fans présents.
Revenir en haut Aller en bas
Nature Boy
Apprenti Catcheur
Nature Boy

Messages : 19

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyJeu 21 Mai - 3:05

PROMO DE RYBACK

Wrestlemania, Dimanche 7 Juin 2015 15h:

Ryback arrive seul  au parking de la salle avec son Porsche Cayenne il en sort tout sourire avec ses lunettes de soleil, une belle chemise et un jeans flambant neuf. Le soleil tape fort on peut y voir son crâne chauve qui brille à cause de la transpiration. Il se rend au coffre de sa voiture et prend sa valise à roulettes. Beaucoup de fans sont déjà présents. Il prend la peine de déplacer vers eux, quelques fans on des pancartes " FEED ME MORE " ou " Welcome back Ryback ". Il signe quelques autographes, échanges deux, trois mots avec les fans puis repart en direction de l'entrée des coulisses. Il entre dans les backstages et entend une voix derrière lui.

Un technicien lumière: Salut Skip, comment va-tu ?

Ryback se retourne avec un regarde nettement moins souriant.

Ryback: Je ne m'appelle pas Skip mais Ryback !!!! OK ?!!

Il continue sa route et entend.

Un technicien qui s'occupe des feux d'artifices: Hey Skip ! Ca fais plaisir la vérité de te voir ici !

Ryback: Je ne m'appelle Skip mais Ryback !!!

Ryback lui met une petite claque avant de poursuivre sa route.

Un caméraman: SKIP !!!!! T'es de retour mon frère !! Alors chaud pour l'évènement de l'année ?

Cela on est trop pour le Big Guy pour s'élance vers le caméraman et lui porte un coup de corde à linge monstrueux avant de reprendre sa valise à roulettes et d'enlever ses lunettes de soleil.
Il poursuis sa route vers les vestiaires quand il croise un technicien pour les micros.

Un technicien micro: Skip, un micro pour tout à l'heure ?

Ryback pousse un cri de bête et fonce vers ce pauvre technicien et l'envoie contre une malle puis reprend la route des vestiaires.

Le coiffeur des Knockouts: Skip, ca v....

Ryback lui fonce dessus et lui porte un Spinebuster et marche d'un pas décidé vers les vestiaires.

Curtis Axel: S....

Ryback envoie valser ses lunettes de soleil et sa valise, déboutonne quelques boutons de sa chemise et passe littéralement Curtis Axel à tabac lui portant son Shell Shocked puis se tape la tête et crie " STUPID !

Désolé, c'est vraiment très court mais en tant que débutant pas trop d'idée pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Godot
Hall Of Famer
Godot

Messages : 4750
Age : 32
Localisation : Dans le TARDIS.

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyJeu 21 Mai - 17:20

PREMIERE PARTIE : DANIEL BRYAN & BROCK LESNAR



Daniel Bryan en était persuadé, l'homme masqué qui ne cesse de l'attaquer en traite est un catcheur envoyé par les anciens membres du Gang pour se venger et lui nuire ! Mais il lui faut des preuves, il décida alors de passer à la vitesse supérieure. Il se trouvait devant la magnifique maison de Paul Heyman.
Après s'être assuré que la maison était vide, il parvenait à entrer dans la maison de l'avocat de Brock Lesnar. Ainsi, il espéré trouver des preuves de ce qu'il avance et même des dossiers compromettants à leur encontre. Document qu'il pourrait ensuite donner à l'inspecteur Roode ! Mais où pouvait-il chercher ? Dans ces vieux cartons ?
Il ouvrit délicatement le couvercle d'une des boites et découvrit plusieurs carnets identiques, à la couverture de velours noire. Un bel objet, sûrement pour un contenu précieux. Il en ouvrit un, le plus usagé, qui devait être le plus vieux. Il parcourut le calepin rapidement et découvrit un texte rédigé d'une belle écriture enfantine.

- Un journal intime de Paul Heyman, pensa t-il en souriant.

Mieux ! Le journal de Brock Lesnar. Sur la première page, un titre calligraphié qui l'interloqua. 

Journal intime d'un serial killer.

Il se sentait presque mal de faire cela. De s'abaisser au niveau des anciens membres du Gang mais pourtant, il ne put s'empêcher de s'asseoir, l'ouvrage en main, le cœur palpitant. Les premières phrases lui arrachèrent une grimace d'éprouvante.

Le 02 Décembre 1986 a écrit:

Je suis Brock. Un membre de la famille Lesnar. Enfin je crois car je me suis toujours senti différent des autres membres de ma famille. Mon père a pourtant toujours était très fière de moi. A chaque fois qu'il me regarde, il y a de la joie dans son regard. Moi, je n'ai jamais été joyeux. Ni triste non plus. En fait, je ne sais pas ce que je suis. Vide, sans doute. Comme une huître à laquelle on aurait retiré la chair. Oui, je suis vide, comme un coquillage.

Bryan arrêta sa lecture. Il se dit que cela ne peux pas être l'écriture, ni le langage d'un enfant si jeune. A cet âge, les enfants ne sont-ils pas tous joyeux ?

Le 03 Décembre 1986 a écrit:

Je ne sais pas pourquoi, mais parfois, j'ai l'impression de ne pas être normal. Je sais que je devrais me souvenir... Mais je n'y arrive pas. De quoi dois-je me souvenir exactement ? D'un événement traumatisant que j'aurais vécu bébé ? De ma vie, avant. Mon père voudrait que j'essaie de me rappeler, mais j'en suis incapable. Il a dit : « C'est comme si les souvenirs étaient trop difficiles à supporter pour que tu t'en souviennes... ». J'ai fait exprès de lui demander de répéter, parce que je n'étais pas sûr de sa phrase, mais il m'a glissé à l'oreille qu'il n'avait rien dit, et que je devrais finir de manger. Qu'est-ce que ça veut dire ? Il ne voulait pas que je sache... Mais c'est une piste à suivre, je cherche un souvenir difficile. 


Le 04 Décembre 1986 a écrit:
 
Pourquoi est-ce que j'écris ? Papa m'a donné ce carnet et il m'a dit que c'était un cadeau, un journal intime, il a précisé. Evidement, je ne pouvais pas refuser et j'écris. Pourtant, je me demande pourquoi il veut que j'écrive. Je pense qu'il sait.

Qu'est-ce que son père savait ? Bryan se le demandait. Il était partagé entre le désir de savoir et la crainte de savoir ! Mais l'envie était trop forte.

Le 05 Décembre 1986 a écrit:

Je suis un assassin.
 

C'était tout ce qu'il avait marqué ce jour-là, mais ces quatre mots firent apparaître un sentiment de peur chez Bryan qui ne savait pas à quoi s'attendre à la page suivante.

Le 06 Décembre 1986 a écrit:
 
Avec mes poings. Je préfère cela aux armes, car c'est trop facile d'utiliser une arme.


Le téléphone portable de Daniel retentit et il se précipita pour répondre.

- Allo ?! dit-il d'une voix qu'il aurait voulu moins tremblante. 

- Euh... Daniel ?

- C'est moi. 

- Ah ! Salut, c'est ton agent. Tu te souviens que nous devions nous voir aujourd'hui pour discuter de ta prolongation de contrat avec la WFA ? 

Bryan retomba dans la réalité et se frappa le front avec la paume de sa main. Il avait raté le rendez-vous que Godot avait organisé avec la compagnie. 

- Je suis désolé ! 

- Ce n'est pas grave... Tu dois être fatiguée, on remettra ça. 

- Non, j'arrive. Si tu veux bien... 

- Bien sûr !

Il raccrocha et allait partir avant de se retrouver en face du journal intime. Un coup de vent l'avait ouvert à la page de garde de sorte qu'il avait les yeux fixés sur un mot. Sur LE mot. Tueur. Mais aurait-il le courage de poursuivre sa lecture ? Il le fallait, pour le bien de la WFA et même de la société. Il mit le carnet dans son sac de sport, et ferma la boite qu'il remit à sa place. 
Une fois dans la voiture, il se remit à lire.

Le 07 Décembre 1986 a écrit:

J'ai trouvé une cachette pour mon carnet. Car personne ne doit le trouver, ni le lire. Jamais ! Il s'agit d'un lieu tranquille, pas chez moi, mais tout près... Dans la niche du chien de la voisine. Celui qui hurle la nuit. Elle ne le sort que quand le ciel est noir comme si elle voulait le cacher des gens. Je l'aime bien ce chien, car moi aussi je suis dans la maison pour me cacher des autres. 


Le 08 Décembre 1986 a écrit:
 
J'aime beaucoup ma sœur. En sa compagnie, il m'arrive de ne plus penser à mon âme tourmentée...
 

- Tient un peu d'humanité en lui, pensa Bryan. Il reprit sa lecture. 

Citation :
Mais je sais que je ne peux l'oublier. C'est comme une chose qui me poursuit, malgré tous les endroits où je vais. Depuis quand me suit-elle ? Peut-être que c'est à cause de ça que je n'arrive pas à me souvenir ? Ou alors... C'est à cause de mes souvenirs, que je suis ce que je suis. 


Le 09 Décembre 1986 a écrit:

Je n'ai jamais décrit de meurtres. Alors voilà : 
Je mets un T-shirt usé, que je ne lave que pendant la nuit, pour qu'on ne me voie pas. Après, je sors de la maison puis je vais à l'arrière, dans le petit potager. Je pars à la chasse. En rampant, j'essaie d'attraper un rat ou une bestiole qui lui ressemble. C'est une partie très sérieuse même si je déteste être couvert de terre ! Quand j'en ai attrapé un, je le calme en l'étouffant, mais de façon à ce qu'il soit vivant quand je le tue enfin. Il ne faut surtout pas cligner des yeux et je vois le regard luisant de la bestiole. Comme si elle me suppliait, m'implorait de l'épargner.
Mais je m'ennuie. Il faudrait que j'essaie plus gros, bientôt. 

Plus gros ? A quoi Lesnar pensait-il ? Un chat, un chien ou... un humain ?

Soudain, quelqu'un frappa contre la vitre de la voiture et, surprise, c'était Brock Lesnar qui lui faisait un signe pour qu'il ouvre sa fenêtre !

- On t'attend ! 

- Ok, répondit Bryan en essayant de cacher ses tremblements, je ne savais pas que tu devais être présent.

- Moi aussi je dois renouveler mon contrat.

Ils entrèrent dans un beau restaurant. Bryan salua Godot, l'officiel de la WFA, et s'assit en face de Lesnar qui attrapa un couteau. 

- Je le fais, dit Lesnar en arrachant l'ustensile au serveur pour couper un poulet. 

Bryan voulut ne pas avoir l'image de Brock Lesnar avec un grand couteau comme celui qu'il a dans la main et tuant froidement un pauvre animal même si l'animal en question était déjà mort, mais il ne put s'en empêcher.
Lesnar le regardait avec indifférence, le couteau en l'air et Bryan se rendit compte qu'il attendait certainement une réponse. 

- Alors, répéta t-il. Tu veux quelle partie du poulet ? 

- Euh... Je ne mange pas de viande, répondit Bryan. 

- Pff, tafiole...

Le déjeuner se fit dans le silence. Le bruit des fourchettes était pesant mais personne ne parla.
Le repas fini, Lesnar signa un renouvellement de contrat de plusieurs années avec la WFA alors que Bryan pris le contrat pour le lire chez lui calmement. En réalité, il était encore perturbé par ce qu'il avait appris sur Lesnar. L'homme qui se tenait en face de lui entrain de dévorer une pauvre bête.

Daniel Bryan était maintenant chez lui, il est tard, il est fatigué mais il ne parvient pas à s'endormir.
Dehors, la lune se reflétait dans une flaque rougeâtre. Le cadre idéal poussa Bryan à marcher, sans savoir où il allait. Le souffle du vent dans les arbres semblait lui murmurer des phrases dont il ne comprenait pas le sens. Mais soudain, une main se posa sur sa bouche pour l'empêcher de crier. Il se débattit furieusement et aperçut Brock Lesnar, un couteau dans la main. Le même couteau que dans le restaurant ! Ce dernier lui fit une piqûre dans le creux du cou, et il sombra dans l'inconscient !
Quand il se réveilla, il était ligoté sur une table, l'ancien champion du monde lui tournant le dos. Sa respiration se fit difficile et il se retourna. 

- Bonsoir Daniel... murmura t-il en attrapant un couteau.

Il bougea, tentant de se libérer, mais rien à faire, il était très bien attachée.

- Pas la peine de te débattre, cela ne servira à rien...

Brock lui fit une entaille dans la joue droite et préleva du sang qu'il déposa délicatement sur une plaque. Il lui expliqua que c'était son mode opératoire, et éclata d'un rire gras. Petit à petit, le rictus de l'assassin se transformait en un sourire.

- Tu n'aurais jamais du fouiller dans mon passé !

Et il lui enfonça la lame dans l'estomac.

Bryan se réveilla en hurlant. Par la fenêtre du salon, il vit le ciel noir lui indiquant qu'il faisait encore nuit. Daniel se dit qu'il ne parviendrait pas à retrouver le sommeil, il en profita alors pour aller observer Brock Lesnar directement chez lui !
Une fois arrivé devant chez lui, il put voir Brock rester un instant, à fixer le mur puis sortit une lamelle au milieu de laquelle se trouvait une goutte de sang. Il s'avança vers le ventilateur mural et enleva la grille qui cachait une boite. A coté d'autres lamelles, il déposa la récente en repensant à son crime. 
Tout avait été facile. Il traquait sa victime depuis un long mois, et l'avait surprise, pendant son jogging. C'était un jeune catcheur de NxT que Brock ne pouvait pas encadrer car le considérant comme trop faible pour faire parti de sa fédération, de son monde !
Soudain, le téléphone de Brock sonna. 

- Allô ?

- Oui ? 

- C'est Paul, tu as regardé les informations, ce soir ? 

- Non. Pourquoi ? 

- Vas-y. 

Il alluma sa télévision d'un geste. Il reconnut l'endroit filmé, c'était là où il noyait les cadavres. Soudainement intéressé, il monta le son et découvrit que la police avait trouvé une trentaine de corps. Ses corps.

« Il semble que nous ayons à faire à un assassin plus cruel que n'importe lequel avant lui. La police est en ce moment en train de faire une enquête mais n'a encore rien découvert. Tous ont une entaille sur une joue, sûrement la signature de ce tueur, mais il semblerait que les victimes n'aient aucun lien pour le moment. »

Tout sembla s'effondrer autour de Brock. Il avait affreusement mal à la tête. 

Mais c'est extra, se dit Daniel Bryan qui entendait la télévision, Je le coincerai ce salopard... Et il payera enfin !

Brock, lui, avait raccroché. Nauséeux, maintenant. Les jambes flageolantes, il alla vers sa chambre et s'écroula sur son lit. La respiration difficile, il savait que ce n'était que le début d'une pénible enquête. Que l'inspecteur Roode ferait vite le lien s'il se rendait compte que tous ces morts étaient d'anciens membres de NxT.
Daniel quant à lui, retourna chez lui pour enfin dormir un peu mais il frôla le carnet de Brock Lesnar. C'était le moment de reprendre la lecture la ou il l'avait laissé.

Le 10 Décembre 1986 a écrit:
 
J'ai remarqué que les gens essayaient d'avoir des rapports. Je me demande pourquoi ils se donnent tant de mal pour obtenir une chose qu'ils perdront forcément dans la souffrance. Ce doit être agréable d'éprouver de l'amour, mais je ne sais pas. Je ne peux pas... 


Le 11 Décembre 1986 a écrit:

J'ai tué plus gros et je me sens revivre. Un chat. Celui de la voisine. J'ai mis le cadavre avec les autres sous le grand chêne. Parfois, j'ai peur que quelqu'un ne remarque la terre retournée. Du moins, je pense que je devrais avoir peur. Il parait que c'est l'instinct de survie qui fait la peur. Et si je ne voulais pas vivre ? Mon subconscient peut-il supprimer mes émotions ? 


Le 12 Décembre 1986 a écrit:

C'est les vacances et je compte en profiter. Profiter demande d'éprouver des sensations... J'en suis incapable ! Seulement, j'essayerai de faire des choses qui paraissent sympathiques et amusantes. 


Le 13 Décembre 1986 a écrit:

Paul, un ami de la famille est au courant de mon anomalie. Aujourd'hui, nous sommes allés près du lac. Je l'aime bien ce lac. Je voudrais plonger dedans pour ne plus jamais en sortir. Par honte, pour oublier ce que je suis. Un tueur. Il m'a dit qu'il avait remarqué depuis un certain temps le fait que la terre avait été retournée et avait trouvé le cadavre du chat. « Tu n'es pas comme les autres, Brock... ». Il paraissait inquiet. Moi aussi. Copier les ressentis des autres sur mon visage, c'est la seule façon de paraître normal.
 

Le 14 décembre 1986 a écrit:

Il m'a dit qu'il m'apprendrait à canaliser mes pulsions. J'aime bien cet homme. Il est comme un père. Il faut que je m'habitue à ce mot. On va le cacher, ce sera notre secret. Pour la vie. Du moins, c'est la promesse qu'il m'a faite. 


Le 15 Décembre 1986 a écrit:

Je dois changer de cachette pour mon carnet. Dans la maison, ce sera plus simple. Il sera dès aujourd'hui dans le creux qu'offre notre ventilateur cassé. Il me suffit de monter sur la chaise et de coulisser la grille pour ensuite la détacher. Là, il reposera en paix. Personne ne regarde jamais dans les vieux ventilateurs, enfin je l'espère


Le 16 Décembre 1986 a écrit:
 
Les choses changent, évoluent... Maintenant, nous sommes deux. Il essaye de me comprendre, mais je sais que ceci est peine perdue, même s'il est très fort. C'est chouette, il m'a montré l'armoire de son frère policier avec plein d'armes à feu. Il a un pistolet de service, et même un fusil, pour la chasse. Grâce à lui, je sais que je ne suis pas le seul à tuer les animaux. Certains le font pour le plaisir d'accrocher une tête dans leur salon. Moi, j'aimerais bien avoir une tête dans le salon, mais Paul ne veut pas. Il faut que je trouve un autre trophée, plus petit.


Le 17 Décembre 1986 a écrit:

Le sang... Cette substance rouge qui coule dans nos veines. Je n'aime pas ça. L'odeur me fait tourner la tête, mais j'aime avoir la tête qui tourne. Il parait que certains ont le cœur qui bat plus vite ou plus lentement quand ils voient du sang. Moi, j'ai le cœur qui bat, normalement. Mais à battre tout le temps à cette vitesse, est-ce normal ?

Bryan finit par s'endormir.

Mais soudain, Daniel se réveilla solidement ligotée à une table. Entaille à la joue, rire gras. Brock se tenait devant lui. Il passa un doigt sur la lame tranchante, l'éleva au dessus de sa poitrine, puis le regarda un instant. Puis, lui transperça le cœur !


A suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 25 Mai - 12:20

PROMO HE


" Nuddie Bar ", WFA City, Vendredi avant WFA Wrestlemania V


"He" est debout sur la piste de danse, jean délavé, t-shirt cradingue, chaussure bon marché, il se frotte allègrement avec la strip-teaseuse, une magnifique beauté latine dont la beauté est aussi naturelle que son sourire factice. Contrairement à certaines autres habituées, elle n'aime pas du tout " He " mais sa cote de popularité dans l'établissement est telle qu'on ne peut rien lui refuser. Après quelques instants, il finit par déposer un billet de 50 dollars dans le décolleté siliconé de la jeune femme. Il retourne s'asseoir dans son fauteuil, non sans tirer sur le fil qu'il tenait dans sa main gauche et qui était attaché au précédent billet. Ce dernier jubile, et les encouragements de la plupart des habitués ainsi que les mains tendues afin qu'il frappe dedans montre qu'il n'en est visiblement pas à son coup d'essai.

A peine a-t-il le temps de s'installer confortablement dans son fauteuil qu'une jolie serveuse, une petite brune aux formes moins pulpeuses que la danseuse mais plus naturelle et au visage plus gracieux, lui apporte une coupe de champagne. Vu le regard que porte " He " sur la boisson, la jeune femme comprend que les choses vont mal tourner. Elle montre alors du doigt, un homme dont l'allure générale, à savoir un costume cravate impeccable, jure avec le reste de la clientèle. He reconnaît rapidement son grand ami David Otunga, l'avocat de Stéphanie McMahon (qui est folle de lui, il le sait ). Avec l'air décidé de ceux qui s'apprêtent à trouver les ennuis, He se lève, donne une petite claque sur la fesse droite de Barbara, la serveuse étudiante en médecine qui ne râle pas car elle voit un billet de 20 laissé sur la table. " He " est un porc, mais c'est un porc qui paye depuis qu'il a été engagé par la WFA et ça suffit dans cet endroit à faire la différence.

He s'accoude au bar, sourit comme un benêt à Otunga, avant de changer complètement de visage. Son regard se fait dur, son sourire ironique. Et le contenu de la coupe de champagne atterrit dans la tête d'Otunga. " Jamais pu blairer les boissons de petite pute bourgeoise, fait "He", dédaigneux.

Rester cloîtrer en ce lieu n'a pas améliorer vos manières, déplore l'avocat, quand je pense que Wrestlemania a lieu dans deux jours... vous ne serez jamais prêt.

Prêt pour quoi ? L'interroge "He", dubitatif.

Pour votre première apparition à la WFA... dans le Money in the bank Match, répond Otunga.

Quoi ?! Hurle "He" après avoir craché la bière que le barmaid par habitude lui avait apporté. Ne me dîtes pas que je suis dans ce match pour tafioles ?! J'étais pas clair dans la vidéo que j'ai envoyé ? Ce match c'est de la merde ! C'est pour les gros nazes, les métrosexuels, les consanguins, les végétariens et les autres sous hommes du roster.

Eh bien c'est-à-dire que... tente d'expliquer Otunga qui sent la moutarde monter au nez de son interlocuteur.

Accouche scribouillard soumis de merde ! S'agace "He".

C'est que Monsieur Laurinaitis, commence David hésitant, est imprévisible et... vos promos lui ont plu et... il a annoncé publiquement après sa victoire contre Curtis Axel que vous seriez dans le match. Je sais bien que c'est pas ce qui était prévu au départ mais...

Et pourquoi pas lutter contre une femme aussi ! Peste "He".

Justement, nous avons une demande de Candice Lerae qui a perpétré plusieurs attentats contre des lutteurs qu'elle pensait être vous et on pensait que...

Ta gueule. L'interrompt "He". Je veux tes vêtements, tes pompes et ton auto.

Que... quoi " ?

Enorme coup de poing de "He" qui met Otunga ko d'un seul coup.




Quelques instants plus tard, "He" est à bord de la limousine d'Otunga, il conduit, non sans avoir cassé les fenêtres de la voiture pour qu'elle fasse moins "poufiasse". A l'arrière, quelques strip-teaseuses aguichent les passants en dévoilant la moitié supérieure de leurs jolis corps grâce à l'ouverture au milieu du véhicule. "He" s'arrête sur le parking du WFA Center. Visiblement, il est attendu car Stéphanie McMahon est au pied du building en compagnie d'une quinzaine de gorilles. Elle s'approche, avec l'air désespéré de celles qui ont à faire à "He". Ce dernier se contente de rester appuyé contre la limousine, abaissant les lunettes noires qu'il a piqué dans la boite à gant et déshabillant clairement Stéphanie du regard. " Alors Stéph, t'es venu accueillir ton Vrai Mâle. Sans vouloir t'offenser, je fais pas dans les vieux pots et puis j'voudrai pas t'déglinguer... depuis le temps que tu traînes avec des tapettes.

Premièrement "He", réplique cette dernière, c'est Madame McMahon. Deuxièmement je suis venu t'accueillir parce que non seulement tu as encore envoyé Otunga à l'hôpital, mais parce que j'ai des tests à te faire passer en urgence avant Wrestlemania.

Stèph, Stèph, Stèph, répond "He" en secouant la tête, depuis quand les femmes donnent des ordres ? J'ai rien contre avoir une femme au-dessus de moi Stèph, mais seulement au plumard. Et je ne passe pas de test, les tests ont trop de moi.

C'est Madame McMahon, insiste celle-ci sinon...

Sinon quoi ? Rétorque en haussant les épaules le lutteur, tes gorilles vont me faire la peau ? Les mecs, voilà les clefs de la limousine, les filles en ont marre du parking, vous avez qu'à leur faire visiter la ville. Ai-je précisé qu'il y avait un frigo plein d'alcools à l'intérieur de la caisse de l'autre pédé ?

Mais... revenez ! Dit, dépitée, l'actionnaire majoritaire de la WFA en voyant la voiture, avec sa horde de gorilles et les strip-teaseuses filer comme le vent qui souffle en tempête.

Bon je suppose que c'est maintenant que tu me supplies à genoux de te suivre dans ton bureau ? Suppose "He".

Jamais une McMahon... commence-t-elle en voyant le lutteur tout simplement se tirer. Bon... s'il te plaît aurais-tu l'amabilité de bien vouloir me suivre dans mon bureau.

Bof, fait ce dernier, c'est pas assez sincère à mon goût. Lis ça plutôt, ajoute-t-il en tendant un morceau de papier toilette à son interlocutrice.

Moi la femme, supplie l'homme qui est supérieur en tout point, lit-elle, de bien vouloir me suivre même si mes prétentions d'égalité sont stupides, bien que ma tenue ne soit pas assez féminine, même si je suis trop vieille pour encore être désirable et même si je n'ai aucun rafraîchissement ni aucun repas à servir à l'homme qui me fera l'honneur de me suivre dans mon antre contre-nature que j'ose appeler bureau de travail.

Aaaaaah, voilà qui est bien mieux ! Assure "He", visiblement satisfait. Comme quoi quand on prend le temps de formuler les choses correctement, ça a tout de suite de la gueule.


Quelques minutes plus tard dans le bureau de Stéphanie McMahon, cette dernière, visiblement désespérée fait face à "He" qui est dans sa chaise à elle, plus confortable, et les pieds (avec les pompes d'Otunga autour donc) sur ce même bureau. Il a un cigare au coin de la bouche qu'il a piqué à un membre du comité de direction. Il en tire une bouffée avant de prendre la parole le premier. " Bien on va pouvoir, il souffle dans la figure de Stéphanie, discturer de mon changement de match à Wrestlemania. Parce que, il tire cette fois avant de resouffler au visage de son dirigeant, démarrer par le MITB ça fait franchement petite pucelle. Et j'voudrai bien qu'on pige que j'suis pas une petite pucelle pédéraste mais plutôt le mâle alpha. Celui qui pose ses couilles sur la gueule de ses adversaires quoi.

Bien, soupire Stéphanie, j'ai voulu faire appel à votre intelligence "He", mais visiblement ça n'a pas marché. J'ai voulu vous convaincre par la force... ça n'a pas marché. Alors voilà... j'ai ici une copie de votre contrat, que vous n'avez sans doute pas lu, mais il est écrit que si vous ne coopérez pas avec le directoire de la WFA... vous serez interdit de boîte de strip-tease d'une part et vous devrez également participer à un programme d'aide aux minorités opprimées ".

"He" se lève d'un bond, crache son cigare sur le bureau, prend une grande inspiration. " Voilà bien l'arme des femelles et autres espèce inférieure. Ces putains de petits caractères de merde sur des contrats de merde ! Mais moi je me torche avec...

Si vous terminez votre phrase, affirme Stéphanie, vous reprendrez la gimmick de Justin Gaybriel ".

"He" hésite... avant de se rasseoir, vaincu sur son propre terrain.

" Je vous écoute très chère, d'une voix qui sonne si faux qu'hypocrite n'est pas un mot assez fort pour la décrire. Enoncez-moi les devoirs qui m'incombe en tant que superstar de la WFA.

Bien... répond Stéphanie, vous participerez bel et bien au Money In The Bank, l'affiche a été annoncée et le public attend votre arrivée. Ensuite, avant même votre apparition à l'écran, uniquement à cause de vos... vidéos... nous avons reçu des plaintes de plusieurs associations. Vous passerez donc un entretien avec notre psychologue, le Docteur Emma Date.

Excusez-moi, l'interrompt "He" avec son air mièvre toujours aussi peu naturel, mais... vous avez prononcé Docteur et un nom de femme juste après.

Le docteur est une femme, le coupe, encore plus indignée, Stéphanie.

Bien, bien si vous le dîtes, fait "He" après un temps visible d'incompréhension, et pourquoi pas une femme chancelière en Allemagne. Ou des femmes pilotes d'avion, ou militaires, ou héroïnes de film.

Bref, l'interrompt McMahon,  vous vous entretiendrez avec elle à...

Ah je comprends mieux, assure "He", si c'est pour discuter le Docteur ne peut être qu'une femme en effet. ça il faut bien avouer que quand il s'agit de caqueter vous les poules vous n'...

Bref, insiste Stéphanie en l'interrompant encore, vous aborderez trois thèmes, les femmes, l'homophobie, et les nouvelles technologies de communication. Si vous semblez avoir fait suffisamment de progrès, ou être en bonne voie pour progresser, nous retirerons les lignes minuscules de votre contrat. SORTEZ MAINTENANT, hurle-t-elle tellement fort que l'auteur de cette promo est obligé d'écrire momentanément en majuscule (il aurait pu dire qu'elle criait si fort que les murs tremblaient, mais l'auteur est fainéant ).


Quelques heures plus tard, dans la salle d'attente devant l'officine du docteur Date, il ne reste plus que "He", les autres patients ayant préféré partir plutôt que de supporter le discours antipsychiatrie du lutteur. La secrétaire du docteur, une petite blonde à lunettes très souriante demande à "He" de présenter à son rendez-vous.

" Putain un rendez-vous avec le docteur Date, quel connard vous oblige à prendre rendez-vous avec le docteur rendez-vous.

Vous devez mettre un dollars dans le bocal, déclare la secrétaire, initiative de...

Personne ne me fera payer quand je profère des insultes, pigé petite pute en chaleur ! Réplique "He". Maintenant tu bouges ton gros cul que tu devrais plus souvent bouger de ta chaise de bureau et tu m'annonces au docteur bonne femme.

Monsieur je ne vous permets pas de... proteste la secrétaire.

Attends qu'est-ce tu comprends pas la baveuse là ? S'énerve "He". T'es secrétaire non ? Ton boulot c'est pas de faire chier les patients, c'est d'annoncer les patients, alors tu m'annonces et après tu retournes faire semblant de bosser derrière ton bureau et tu évites de respirer mon air et de gâcher ma vue. T'es tellement grosse que tu dois louer chaque jour l'inventeur de l'ascenseur parce que sans ça tu pourrais pas bosser à cet étage. Evidemment j'imagine qu'au lieu de courir, madame s'empiffre parce qu'elle a pas de petit ami, qu'elle comprend pas qu'à quoi... 50 ans elle est toujours pas mariée. Allez casse-toi, j'vais m'annoncer tout seul en fait.

Sachez monsieur, rétorque la secrétaire qui ne se démonte pas, que j'ai 32 ans, que je suis mariée et que...

Putain je le plains celui qui s'est marié avec toi, réplique "He", ça a du lui coûté bonbon la cérémonie, rien que dans l'agrandissement des portes de la mairie et le kilomètre carré de tissu qu'il a dû falloir pour cacher entièrement ton corps repoussant. Je suppose qu'il était ivre et que son futur beau père le menaçait avec un fusil le jour de la cérémonie, parce que sans ça. J'veux dire comment peut-on avoir tant de graisses partout sur le corps à l'exception des nibards.

Mons..."

La secrétaire n'a pas le temps de finir sa phrase que "He" la repousse dans son bureau et entre dans l'officine du docteur Date. Cette dernière ne semble pas surprise par l'irruption du lutteur. Une musique calme est diffusée, le fauteuil est près, elle attend sur une chaise, ses longues jambes finement sculptées croisées. Contrairement à la "morue" qu'"He" s'attendait à trouver, le docteur Date est une superbe femme, pas encore la trentaine, aux lèvres pulpeuses, aux yeux de panthère, aux longs cheveux noirs de jais et à la tenue pour le moins provocante.

" Putain c'est quand même con qu'avec un potentiel pareil, fait "He", vous n'assumiez pas votre statut de femme en usurpant le nom de docteur.

Bonjour monsieur [censure], je suis le docteur Date. Emma Date, je suis ravie de recevoir un... spécimen tel que vous. Je dois avouer que je ne pensais pas en voir un de vivant en face de moi. Installez-vous sur le fauteuil je vous prie.

Ok, j'aime bien les nanas rendre dedans, dit "He", à peine j'arrive, tu vois le mâle alpha que je suis, t'en reviens pas, et boom tu veux que je te fasse l'amour comme on te l'a jamais fait sur le divan. J'aime cette mentalité ! C'est parti bébé...

Ne vous déshabillez pas monsieur X, ordonne calmement, mais fermement le docteur, allongez-vous sur le canapé.

Vous voulez que je quoi ?! S'étonne "He", choqué.

Que vous vous allongiez sur le canapé, insiste Emma.

Vous voulez dire... comme une vulgaire femme au foyer ? S'étonne "He". Vous voulez quoi que je regarde Oprah en bouffant des chocolats aussi ?

Non, assure le docteur Date, nous allons simplement discuter.

Mais... personne n'aime discuter avec une femme, affirme "He", y'a les amis pour discuter.

Et bien commençons par là, réplique Emma, de quoi discutez-vous avec vos amis.

Des bonnes femmes qui savent pas la fermer, rétorque "He" qui s'installe sur le canapé.

Je vois... soupire le docteur. Bon... reprenons d'une autre façon... si vous deviez décrire en chanson ce que vous pensez à ce moment même, quelle chanson choisiriez-vous ?

Stranglehold de Ted Nugent, affirme "He" (Paroles)


Je suis sûre que vous aurez changé d'avis à la fin de cet entretien, affirme Date. Madame McMahon m'a donné des directives pour ce rendez-vous. Nous devons dans un premier temps aborder le sujet des femmes...

Holà calme-toi poulette, la coupe "He", déjà je suis sûr que tu considères en tant que "femme" tout ce qui a des ovaires. Mais y'a des distinctions à faire cocotte, y'a les bovins, les limandes, les gallinacés qui sont à exclure de la notion de femme. Ensuite, 'faut renvoyer tout ce qui a plus de trente cinq ans, moins de 20 ans, ce qui est marié, ce qui croit que faire un métier d'hommes c'est aussi pour les femmes, et toutes les hystériques de féministes à deux ronds.

Je vois, soupire Emma qui n'a visiblement déjà plus envie d'entrer des les détails. Parlez-moi un peu de votre mère...

Non.

Vous faîtes un blocage par rapport à votre mère c'est ça ? Insiste le docteur.

Non simplement, ma mère t'emmerde probablement autant que je t'emmerde, rétorque "He".

Bien... et donc pour vous je ne suis pas une femme, l'interroge Emma.

Non, vous êtes un genre de monstre ovoraïde qui a probablement voler le travail d'un homme, travail qui ne devait pas consister en "discuter sur un canapé", explique "He". Mais j'imagine que c'est une façon plus amusante de remplacer le canapé et la télé hein ? Vous avez l'impression de regarder une émission débile avec Oprah ou Jerry Springer ou je ne sais quel débile consanguin de la télévision sauf que vous pensez diriger l'émission. Sachez déjà que jamais une femme ne dirige quoi que ce soit sans que ça finisse en catastrophe.

Ah oui, le coupe le docteur, donnez-moi un exemple de catastrophe conduite par une femme ?

Allons allons quand on sait que même vos "scientifiques", comme Marie Curie sont morts de leurs découvertes, on comprend tout de suite que quoi que dirige les femmes c'est une catastrophe. Tenez prenez le Royaume Uni.

Oui et bien ?

Ah parce qu'il y a besoin de développer. N'importe quel être doué d'intelligence, assure "He", se contente de Royaume Uni. Suffit de voir les oreilles du Prince Charles pour comprendre que c'est un pays de dégénéré non ?

Vous êtes désespérant, soupire Emma.

Hey, pas ma faute si le Royaume Uni est un pays de fiottes coincées du cul, s'insurge "He", c'est la faute des femmes.

Ah oui... l'homophobie, s'indigne le docteur.

Je ne suis pas homophobe rétorque, "He".

Alors arrêtez d'utiliser les termes "pédales", "fiottes", "tapettes" ou...

Je t'arrête tout de suite cocotte, la coupe "He", quand je dis des autres mâles que se sont des pédales des fiottes ou des tapettes, ce n'est pas pour faire du tord à la communauté gay. Eux au moins ils ont compris qui était le mâle alpha, qui était le dominant. Ils savent que c'est moi. Mon terrain de chasse ce sont les femmes, ils ont compris qu'ils ne faisaient pas le poids niveau concurrence. Non c'est juste que tous les autres mâles à côté de moi n'ont pas l'air d'être des mâles c'est tout.

Arrêtez, vraiment, s'indigne Emma, plus vous parlez, plus vous vous justifiez, plus vous vous enfoncez...

Hey ! S'agace "He", je ne m'enfonce pas ok ! J'viens de te dire que j'étais pas un putain de pédé ! Tu piges ça ? Même si je les comprends les mecs. La plupart des bonnes femmes ne sont plus supportables de nos jours et y'en a de plus en plus qui ressemblent à des mecs, avec leurs cheveux courts et leurs pantalons, alors au moins...

Stop ! S'agace le docteur. Vous comprenez bien qu'on ne choisit pas si on aime les hommes ou les femmes, c'est comme ça c'est...

Mais oui mais oui, se moque "He", c'est comme si on ne choisissait pas les moules ou les frites, les carottes ou les patates, les hamburgers ou les hot dogs.

Oh mon dieu, c'est pire que ce que je croyais, souffle Emma.

En parlant de nourriture, j'ai appris que dans le roster de la WFA, commence "He", il y avait des végétariens, ou d'autres bouffeurs de saloperies. Nous autres, vrais hommes, mangeurs de viande rouge, on n'est pas obligé de faire comme eux au moins ?!

Non... déplore le docteur. On était censé parlé du progrès technologique aussi.

Le progrès technologique ?! Tu parles d'un progrès, s'énerve "He", avant quand un vrai homme voulait des distractions il n'avait qu'à...

ça suffit ! Peste le docteur. Vous n'êtes pas apte à débuter à la WFA ! Je vais faire un rapport à Madame McMahon et vos débuts seront reportés jusqu'à ce que j'ai corrigé vos pensées stupides !

Allons, allons, fait "He", avec un sourire narquois. Tu sais bien ma petite nénette que tu n'arriveras jamais à me faire changer d'avis. Et tu sais très bien que je ne me ferai pas renvoyer non plus. Tu sais aussi que tu devras assumer le scandale de mon absence à Wrestlemania si tu ne me déclares pas "apte". Et pire encore, si je ne suis pas "apte", ça veut dire qu'il va me falloir d'autres rendez-vous. Et j'en prendrai tous les jours, et je viendrai encore et encore et je parlerai encore et encore. Il y a tant de sujets qu'on n'a pas abordé. Alors si j'étais toi, poulette, je prendrai mon tampon, et je collerai un "apte" en bas de la feuille, puis je prendrai mon joli stylo et ma plus belle écriture pour faire une jolie signature et me débarrasser définitivement du patient que j'ai en face de moi. C'est toi qui voit... "

Ni une, ni deux, le tampon et la signature sont apposés, et "He" pourra donc bel et bien débuter à Wrestlemania. Ce dernier, se lève, prend ses papiers, roule une grosse pelle à la doctoresse avant de le lâcher par-terre comme une merde, sort de l'officine, remet ses lunettes de soleil et repart au "nudie bar " à moto (non pas la sienne, mais Mark Calaway qui était en visite au WFA Center en avait une très chouette ).



HE IS COMING


Revenir en haut Aller en bas
Tombstone
Mr. Wrestlepedia
Mr. Wrestlepedia
Tombstone

Messages : 5492
Age : 38
Localisation : Les Flammes de l'Enfer
Humeur : Tranquilo

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 25 Mai - 16:00

WYATT BEGINS

Dernière partie


Brooksville, Floride, USA  -  Hiver 2013

Le soleil était couché depuis quelques heures déjà, mais il faisait anormalement chaud. Le type de la météo à la télé avait annoncé de l'orage après tout, la faute à une petite tempête qui se rapprochait de la côte floridienne. Le temps était lourd, son pas également, la faute à sa carrure massive et une surcharge pondérale conséquente. Il avait pris du poids, c'était incontestable. Il ne se rappelait plus depuis combien de temps il ne s'était pas pesé. Et puis, de toute façon, cela faisait un bail qu'il n'avait plus le courage de regarder son reflet dans le miroir. La vie ne lui avait pas vraiment fait de cadeau, c'est le moins que l'on puisse dire. Pire, la vie lui avait fait effectivement des cadeaux ces dernières années, il tenait le bon bout, il commençait même à voir la sortie du tunnel et à tutoyer le bonheur… mais… l'un après l'autre, chaque cadeau lui avait été repris, confisqué. Il se trouvait dans une spirale infernale, il avait bien essayé de lutter pendant un temps, mais les coups de poignard cruels successifs que la fatalité lui avaient assénés avec une force impitoyable et implacable, avaient eu raison de lui… surtout le dernier… le plus terrible, le plus dévastateur, un coup de poignard en plein dans le coeur. Elle l'avait quitté, elle, la femme de sa vie, celle qui était certainement son plus beau cadeau, son trésor le plus précieux, son dernier espoir de rédemption et de bonheur. Elle aussi on lui avait confisqué.

Il ralentit son allure et il s'arrêta devant un bâtiment sinistre. Windham Rotunda leva la tête vers l'enseigne : le bar s'appelait « The End of the Line ». Il soupira et songea que le hasard faisait bien les choses. Il poussa mollement la porte. Il ne salua personne, car personne ne le connaissait et qu'il n'était personne. Il se fraya un chemin vers un coin sombre. Il s'échoua sur un vieux siège dépenaillé et posa ses coudes sur une petite table en bois vermoulu qui grinça doucement, telle une vieille se plaignant de ses rhumatismes. Le bois de la surface de la table collait, le bar empestait, les gens autour de lui n'étaient que des zombies qui parlaient fort et s'esclaffaient de temps en temps. L'endroit était sacrément miteux, la déco à chier, seules les lueurs de quelques loupiotes, disséminées ça et là au petit bonheur la chance, empêchaient ce rade crasseux de plonger dans les ténèbres. C'était parfait, songea-t-il. Il allait pouvoir accomplir sa première mission de cette nuit : se soûler la gueule en bonne et due forme. Ensuite, si cette première mission était un succès, il comptait en accomplir une deuxième qui consistait à tirer sa révérence et faire ses adieux à ce monde injuste qui lui avait tout pris et dont il n'attendait absolument plus rien. Il avait pensé sauter d'un pont ou d'un building, ou bien se jeter sous les roues d'un camion, à moins qu'il n'ait la force d'aller jusqu'au passage à niveau de Howell Avenue et de s'allonger sur les rails… il décida qu'il improviserait le moment venu.

Une serveuse blonde décolorée qui apportait la commande d'une table voisine remarqua Windham, elle retint une grimace de dégoût. Elle récupéra les billets tendus par les trois étudiants de la table dont elle s'occupait, les remercia et récupéra son plateau. Elle se força à sourire et s'approcha du gros lard barbu aux cheveux gras. La fille devait avoir la trentaine, elle n'était pas canon mais ce n'était pas un cageot non plus. Elle était beaucoup trop maquillée et sa tenue était trop petite pour elle, de sorte que des petits bourrelets apparaissaient à sa taille. Windham eut un regard vers son décolleté et la serveuse s'en rendit compte.

« C'est ici que ça se passe, trésor, dit-elle en désignant son visage à la triple couche de fond de teint.
- Oh… pardon. Amenez-moi une bouteille de whisky, s'il vous plaît. Je veux du douze ans d'âge minimum.
- Vous fêtez quelque chose ?
- Non… ce… c'est plutôt l'inverse…
- Ah… désolée. Je vous amène ça. »

Un instant plus tard, la fille déposait sur la table un verre presque propre et une bouteille de Jack Daniels certifiée dix-huit ans. Elle annonça le tarif. Windham soupira. Il farfouilla dans les poches de sa veste et sortit finalement son porte-feuille. La fille, qui s'impatientait, l'observa puis elle eut comme une révélation.

« Hey ! Mais je ne vous ai pas déjà vu quelque part ? Votre tête me dit vaguement quelque chose… Je crois bien que c'était à la télé…
- Hum… c'est possible. Tenez, gardez la monnaie.
- Merci. Ah mais oui, ça y est ! Vous êtes un catcheur.
- Je l'étais.
- Mon ex était fan de catch, je regardais de temps en temps avec lui la W… comment ça s'appelle déjà cette fédération ?
- La WFA.
- Oui voilà, la WFA. Et vous êtes Dusty Harris.
- Presque. Husky Harris. Mais ça c'était avant…
- Oh excusez-moi. Qu'est-ce qui vous est arrivé ? Une blessure ?
- Non, pire que ça… Ils m'ont viré.
- Je suis navré.
- Je n'étais pas WFA compatible, je n'avais pas ce qu'il fallait pour réussir là-bas, je ne collais pas avec l'image de la fédération, enfin c'est ce qu'ils m'ont dit. Je crois surtout que c'était du délit de sale gueule. Je n'ai pas joué le jeu de la politique, je n'ai pas léché le cul d'un tel ou un tel, du coup, j'ai été vite mal vu. J'ai sans doute aussi trop ouvert ma gueule, je me suis fais des ennemis. Le coup de Wrestlemania avec John Morrison qui s'incruste pour gagner le MITB ladder match alors qu'il ne devait même pas y participer… ça ne m'a pas plu. J'aurais dû la fermer…
- C'est sûr que le coup avait dû être compliqué à encaisser. Je l'avais vu ce show, je me souviens que cette victoire de Morrison avait été une sacrée surprise.
- Après, les feuds qu'on m'a proposées étaient bas de gamme, à un moment, un adversaire a même démissionné en cours de route, ça m'a court-circuité. Mon personnage est devenu une blague, les créatifs n'avaient plus rien pour moi… au final, on m'a mis progressivement sur la touche et mon manager m'a plaqué. Dépression, prise de poids, licenciement…
- C'est horrible. Je suis désolée. J'espère que vous rebondirez et que vous pourrez remonter sur le ring assez vite. Bon, je dois y aller sinon le patron va encore dire que je parle trop avec les clients. Il est chiant avec ça.
- Chacun sa croix.
- A plus tard, peut-être. »

Husky Harris… comme ce nom lui semblait ridicule à présent. Jamais il n'aurait dû accepter ce pseudo qu'on lui proposait. Dès le début, il avait fait les mauvais choix, comme si toute sa carrière de catcheur avait été vouée à l'échec avant même d'avoir commencé. Il était un raté, un gros raté. Quel fiasco ! Toutes ces années à s'entraîner avec son père et ses oncles, tous ces efforts, cette sueur, ce sang et ces larmes versés… pour rien ! Dire que le catch était supposé être son salut. Quelle sombre farce ! Depuis ce fameux jour de juillet en 1995, sa vie avait basculé… et pas du bon côté. Il avait d'abord menti. Il avait menti à sa propre mère et donné une version très différente des événements. Il y avait été obligé, après l'incendie et la mort du vieux Russell, il y avait eu une enquête. La police avait retrouvé l'arme du crime et recherchait un coupable. Il devait se protéger. Il mentit donc aux enquêteurs, sans remord. Un SDF servit de bouc émissaire et la vie reprit son cours. Puis il y avait eu cette discussion avec sa mère quelques semaines plus tard, il confessa son viol sans avouer l'incendie, mais sa mère n'était pas une idiote. Elle avait tout compris et à partir de ce jour, leur relation ne fut plus jamais la même, plus jamais elle ne regarderait son fils comme avant. Elle garda tout cela pour elle, heureusement… ou malheureusement. Plus tard, Windham, dans un élan désespéré, mentionna à sa mère sa rencontre avec l'homme en noir. Il n'aurait jamais dû : ce fut pire, elle le prit pour un fou. Pour elle, son fils s'était adjoint un ami imaginaire et souffrait d'un dédoublement de la personnalité.

La psychothérapie dura quelques années, le temps que le psychologue se lasse et que son père en ait marre de devoir payer toutes ces séances alors que pour lui son fils allait très bien. Windham se laissa plus ou moins convaincre que l'homme en noir n'avait jamais été réel, qu'il n'avait jamais existé, mais qu'il était simplement une part de lui-même, son mauvais côté… et ce mauvais côté allait s'exprimer davantage durant son adolescence. Windham était perturbé et l'école n'était pas son fort. Il se laissa aller et il glissa dans la pente. C'était plus fort que lui. La délinquance lui ouvrit grand les bras et il l'embrassa. Vol à l'étalage, vandalisme, il commença petit… puis il passa à la vitesse supérieure : coups et blessures, vol à l'arraché, racket, extorsion et incendies criminels. A seize ans, il avait même sa propre petite bande, c'était bien pratique d'ailleurs. Il confiait le sale boulot à ses sous-fifres, il se salissaient les mains pour lui… et ils tombaient pour lui. Etrangement, jamais l'un d'eux, après avoir été pris en flagrant délit par les flics, n'avait osé le balancer. Windham sentait qu'il avait une sorte de don, une certaine capacité à exercer son influence sur autrui, ses sbires le suivaient aisément comme de bons toutous. Il faut dire qu'il avait gagné en assurance, en charisme et en éloquence. Un jour toutefois, la police le rattrapa. S'il s'en sortit avec cinq jours de prison ferme et dix mois de travaux d'intérêt général grâce à l'excellent avocat que son père connaissait, la honte et l'embarras dans lesquels il plongea sa famille furent terribles. Windham avait déjà sans doute perdu l'amour de sa mère, il ne voulait pas perdre celui de son père. Mike Rotunda lui donna alors une chance de faire quelque chose de sa vie en restant sur le droit chemin. Windham devrait devenir un lutteur professionnel.

Et voilà qu'il avait tout gâché… encore. Le fils de Mike « IRS » Rotunda était un raté, il venait d'être viré comme un malpropre de la WFA, après seulement quelques mois. Son père était profondément déçu il le savait, ses oncles, et notamment Barry l'ex Horseman, l'ignoraient à présent, ne répondant même plus à ses appels. Rejeté par la société, rejeté par les siens, son propre clan, sa propre famille ! Ses parents avaient réussi à laver le cerveau de son frère Taylor et de sa petite sœur, à les convaincre que leur frère Winnie était mauvais pour eux, qu'il ne fallait plus le côtoyer. Mais il fut aussi rejeté par ses pairs (aucun lutteur de la WFA n'avait pris de ses nouvelles depuis son départ) et ses amis, en particulier Sam son manager. Celui-là lui avait tourné le dos aussi quand sa carrière commençait à prendre l'eau, il oublia le numéro de téléphone et l'adresse de son client mais il n'oublia pas de ponctionner ses derniers honoraires en revanche. Mais le pire, c'était elle… c'était Lara. Elle était son dernier espoir, son dernier rempart contre la cruauté, la laideur et l'injustice de ce monde. Elle était le dernier fil qui reliait Windham Rotunda à la vie. Elle fut la dernière à le laisser tomber. Sans ce précieux fil, il tomba. Il fut précipité dans un gouffre abyssal, dans une chute sans fin, subissant une accélération constante, inexorable, implacable, sans espoir de pouvoir remonter un jour. Il avait perdu. GAME OVER.

Windham Rotunda était une épave. Il vint à bout de la bouteille de whisky un peu trop vite à son goût et commanda de la vodka. On la lui apporta, cette fois, la serveuse n'osa pas faire le moindre brin de causette en le voyant. Le regard qu'elle lui jeta le blessa et il lui hurla qu'il n'avait rien à foutre de sa pitié et qu'elle pouvait se la foutre au cul, s'attirant d'autres regards de la part des clients attablés alentour. Il but encore et encore. Quelques heures passèrent. Puis, il ne sut ni comment, ni pourquoi, le voilà qui était en train de se battre avec un type ! Il reçu des coups, il en donna, une table fut brisée, des verres également, et sans doute des os, mais pas les siens. Ensuite, deux autres types s'en mêlèrent. De nouveaux coups furent échangés, de nouveaux objets furent brisés, du sang fut versé, des cris furent poussés… et tout à coup, la serveuse se retrouva au sol, blessée. La bagarre cessa. Windham Rotunda fila. Il sortit du bar, il courut tant qu'il put. Puis il s'arrêta pour reprendre son souffle, hors d'haleine, haletant comme un forcené, il appuya sa main contre la vitrine d'un salon de coiffure. Il respira à fond, constata que personne n'était à ses trousses, se redressa, et c'est là qu'il le vit… son reflet dans le miroir. Qu'était-il devenu bon sang ? On aurait dit un horrible clodo obèse. Du sang coulait à la commissure de ses lèvres, il avait un hématome sur la pommette gauche et de petites plaies au front et au menton. Des larmes coulèrent soudain sur son visage. Le reflet de celui qui avait été Windham Rotunda et Husky Harris disparut alors.

L'Epave se mit à marcher dans les rues de Brooksville, s'enfonçant dans des quartiers de plus en plus sordides, où les détritus sur la chaussée, les déjections canines sur les trottoirs et les traces de pisse sur les murs rivalisaient avec les SDF allongés dans leurs lits de carton et l'odeur pestilentielle qui émanait des égouts. Dans un état second, il ne sut comment, il se retrouva sur Howell Avenue. Tel un robot, sans réfléchir, il mit un pied devant l'autre jusqu'à arriver au passage à niveau. L'endroit était désert, il n'y avait pas un chat. L'atmosphère était toujours aussi lourde. Il faisait également toujours aussi anormalement chaud. L'Epave avança vers la voie ferrée, s'y engagea et elle la suivit vers la gauche pendant quelques centaines de mètres, puis elle s'arrêta. L'Epave s'allongea alors sur les rails dans l'obscurité. Elle contempla les étoiles une dernière fois. Elle fit un double doigt d'honneur à la Lune en lui demandant d'une voix avinée : « Qu'est-ce t'as ? C'est moi que tu regardes, salope ? Vas te faire foutre ! Allez tous vous faire foutre… je vous emmerde tous ! » Les bras de l'Epave retombèrent mollement, ses paupières se refermèrent sur ses yeux, tel un rideau sur la scène de l'absurde spectacle de sa vie. Enfin, l'Epave attendit la mort.

***


L'Epave ne sut pas exactement ce qui lui fit ouvrir les yeux. La température extérieure qui avait baissé drastiquement ? Le vent qui s'était levé ? L'odeur très particulière qui lui emplissait les narines ? Ou bien… ou bien c'était la voix suave qui chantait tout près de lui ?



Il se redressa. Rêvait-il ? Etait-il conscient ? Etait-il mort ? Il ne voyait rien dans le noir, les étoiles n'étaient plus visibles dans le ciel. Des nuages avaient envahi la nuit et seulement la lune il pouvait distinguer. Cette odeur… cette voix… Non, c'était impossible. Il se pinça l'intérieur de l'avant-bras et se mordit l'intérieur de la joue, la douleur fut réelle. Il n'existe pas, il n'a jamais existé, cela ne peux pas être lui. Il n'est qu'un fragment de mon imagination, n'est-ce pas ? N'est-ce pas ? N'EST-CE PAS ? L'Epave retourna et retourna et retourna encore la question dans sa tête, il plaqua ses mains contre ses oreilles afin de ne plus entendre la voix qui chantait toujours. Mais ce que ses oreilles ne percevaient plus, son nez le percevait encore. C'était comme une allumette qu'on venait d'éteindre en soufflant dessus, c'était cette odeur caractéristique qu'il sentait. Puis il remarqua quelque chose entre ses jambes, un objet qu'on avait posé là en évidence sur la traverse. Dans le ciel, un nuage s'écarta de l'astre et le clair de lune révéla le petit objet métallique. La voix arrêta alors de chanter pour se mettre à rire. L'Epave n'en croyait pas ses yeux, le zippo aux smileys jaunes, flambant neuf, se trouvait là devant lui. Il semblait le narguer. Tous les smileys riaient à ses dépens, il en avait sans doute toujours été ainsi. Il tendit la main et s'empara du briquet. En sentant le contact du métal contre sa peau, il ne pouvait que se rendre à l'évidence, l'objet était bel et bien réel. D'une pichenette du pouce, il ôta le couvercle, d'une autre il fit rouler la molette et la flamme jaillit, comme autrefois,  superbe, sexy, bandante, dansant comme une diablesse indomptable. Mais c'est impossible ! Il a périt dans l'incendie avec Russell… comment ce zippo pouvait se retrouver là ? Peut-être s'agissait-il d'un autre briquet ? Mais aussitôt, il eut le sentiment qu'il s'agissait bel et bien du même briquet… il ne saurait expliquer le comment du pourquoi, mais il en était convaincu.

« Alors gamin, tu attends le prochain train ? HAHAHA !
- Non, c'est impossible ! Tu n'existes pas ! Tu ne peux pas être là !
- Tu sais ce que raconte le vieil adage ? Le coup le plus rusé que le Diable ait jamais réussi c'est de faire croire à tout le monde qu'il n'existe pas. Hohoho !
- Où es-tu ? Montre-toi ! »

Et l'homme en noir émergea des ténèbres à quelques mètres, marchant sur les rails, juste en face de lui. Il y avait quelque chose de changé chez lui. Il portait une épaisse bure noire dont le capuchon couvrait sa tête. Il n'était pas du tout vêtu comme lors de leur première rencontre. Pas de santiag, pas de jeans, pas de chemise ni de cravate noire, il n'y avait que ce vêtement ample qui le recouvrait presque entièrement de la tête au pied, un vêtement qui semblait comme flotter par lui-même, contre le sens du vent, comme animé de vie. Les frissons parcoururent le corps de l'Epave qui se redressa et commença à reculer…

« Ne… ne m'approche pas !
- Allons, c'est comme ça que tu salues un vieil ami, Windham, un ami qui t'as rendu service il y a quelques années ? Ce brave vieux Walter est de retour et toi tu lui dis de ne pas s'approcher ? Où est donc passée ta belle éducation ? Tu étais beaucoup plus poli avant. Tu as changé, Windham Rotunda.
- Toi aussi tu as changé, on dirait. Qu'est-ce qui s'est passé ? Le zippo… comment est-il arrivé là ? Qu'est-ce que tu veux ? Pourquoi tu…
- Doucement tu veux ! On m'a fait des misères dans un autre endroit, tu te souviens que je voyage par-delà les mondes… Eh bien… j'ai très récemment subi… comment dire… une lourde défaite des mains d'un vieil ennemi et de sa bande. Je me suis par conséquent attiré le courroux du Roi Cramoisi et… ce n'est pas un sort très enviable, crois-moi. Alors je vais devoir faire profil bas quelques temps en ce monde, panser mes blessures en attendant que les choses se tassent de l'autre côté. Mais un jour, je ferai mon retour dans le jeu et j'irai dans la salle qui se trouve au sommet de la Tour Sombre ! Oh oui ! Ce sera magnifique ! Je l'ai vu dans la treizième noire…
- Qu'est-ce que c'est que ce charabia ? Je ne comprends rien.
- C'est sans importance… je radote, mon pote. L'important c'est que je suis là ce soir avec toi. Comme promis, je t'ai retrouvé Windham Rotunda.
- Oui et alors ?
- Et alors, je suis ton créancier et tu es mon débiteur. Le temps est venu de passer à la caisse, mon grand.
- Je… je ne saisis pas très bien…
- Moi je crois que tu saisis très bien au contraire. Le 4 juillet 1995 à Napoleonville dans l'état de Louisiane, tu as conclu un pacte avec moi. Tu as signé de ton sang. Ce même jour, j'ai rempli ma part du contrat. Ce soir, c'est à ton tour de respecter tes engagements. Ce soir, tu payes ta dette. »

Walter eut un sourire atroce qui glaça le sang de Windham. Les dents pointues semblables à des lames de rasoir étaient éclairées par le clair de lune. Une rafale de vent ôta le capuchon de la bure  de l'homme en noir. Celui qui fut Husky Harris vit alors le visage pâle et sans âge de Légion, ses longs cheveux sombres et huileux, mais surtout ces yeux horribles et fous, changeants, qui faisaient perdre à coup sûr la raison à qui les scrutait trop longtemps. La terreur envahit Windham qui souhaita tout à coup plus que tout qu'un train arrive et le fauche là, maintenant, sur le champ, vite ! Au lieu de ça, le vent redoubla de violence et des gouttes de pluie se mirent à tomber. Le type de la météo avait annoncé une tempête, Windham ne se souvenait plus vraiment. Son cerveau ne fonctionnait plus très bien à présent. Il y avait comme des ratés, de plus en plus. Un éclair zébra le ciel, le tonnerre éclata. Il crut voir les yeux de Walter s'emplir de rouge.

« Qu'est-ce que tu veux de moi ? Comment veux-tu que je paye ma dette ? 
- C'est très simple. Je veux… tout. »

Un nouvel éclair inonda de lumière le ciel dans un flash puissant, le tonnerre cracha ses décibels. Pendant un dixième de seconde, Windham avait cru voir des cornes au sommet du crâne de Walter. Une pluie battante se déversa sur l'homme et la chose en bure noire.

« Quoi ? Comment ça ? Qu'est-ce que ça veut dire ?
- Je veux tout, je te veux toi, Windham Rotunda. Je veux ton corps et ton âme ! »

Dire qu'il fut secoué par ces derniers mots constituerait un bel euphémisme. Windham perdit pied, il se sentit mal et vomit ses tripes. Avait-il bien entendu ? Flagg avait-il réellement prononcé ces mots-là ? Etait-il seulement réveillé ? N'était-il pas la proie d'un odieux cauchemar dans son sommeil d'ivrogne, lui qui était allongé sur la voie ferrée ?

« Tu as bien entendu, gamin. Je ne peux pas te laisser abîmer cette enveloppe charnelle. Je veux m'en servir comme mon nouveau transport. Il est hors de question qu'un train la réduise en bouillie.
- Tu n'as pas dit ça. Tu ne peux pas avoir dit ça ! NON ! Je… je refuse. JE REFUSE !
- HAHAHA ! Mais tu ne peux pas refuser, Winnie. Tu t'es engagé, tu as signé le pacte de ton sang ! Tu te souviens ?
- Les contrats ça se résilie, non ? Il doit y avoir un moyen…
- Non. Ce type de contrat ne se résilie pas. Il n'y a pas de recours légal, j'en ai peur. Aucun avocat ne peut réussir à le faire annuler. Tu n'as pas vu les astérisques et les petites lignes en bas de la page ? Héhéhé ! Hahaha !
- NON !
- Si ça peut te rassurer, tu ne ressentiras aucune douleur. Et puis, je te fais une promesse. A travers moi, je te promets que tu auras ta revanche sur la vie, sur cette salope de vache de vie qui t'en a fait baver plus qu'à ton tour ! Tu veux des femmes ? Tu veux le pouvoir ? Tu veux… je ne sais pas moi… ah si je sais ! Tu veux faire régner la terreur et le chaos sur la WFA ? Ils t'ont viré toi, mais moi je saurais les convaincre de me/te/nous redonner une chance ! HAHAHAHA !
- NON ! N… non… non. Laisse-moi tranquille. »

Malgré les éléments déchaînés, un son de cloche se fit entendre dans son dos au loin. Windham comprit ce que cela signifiait. Il comprit aussi ce qu'il lui restait à faire. Après tout, il s'était donné une mission à accomplir en cette nuit fatidique, il comptait la mener à bien, selon ses termes à lui… et certainement pas selon les termes d'un démon ou quoi que fut la chose vêtue d'une bure noire ! Rassemblant tout son courage, Windham s'avança à la rencontre de Walter.

« Eh bien ? On dirait que tu as changé d'avis ? A la bonne heure ! Tu verras, tu ne sentiras rien. Tu seras à moi avant même que tu t'en rendes compte. A travers moi, tu accompliras de grandes choses. Ne t'avais-je pas promis un destin hors du commun ? Ne t'avais-je pas promis que tu deviendrais un berger, un guide ? C'est exactement ce que j'ai prévu ! Allez ! Viens à moi, Windham Rotunda, accomplis ta destinée ! Offre-toi l'immortalité !
- J'arrive, Légion. Tu m'as convaincu. A travers toi, j'obtiendrai la rédemption ! Ouvre-moi tes bras, accueille-moi et montre-moi le chemin ! 
- HOURRA ! HOURRA ! Rejoins-moi ! Il tient le monde, dans ses mains ! IL TIENT LE MONDE... DANS SES MAINS ! »

Entre deux coups de tonnerre, Windham entendit le bruit qu'il espérait, faiblement au début, puis il alla en s'intensifiant, il espérait que Walter serait trop exalté pour y prêter attention. Le jeune homme enserra la chose dans la bure noire de ses bras puissants. Légion commença à réciter des paroles dans une langue connue de lui seul. Les sons gutturaux, la prononciation râpeuse firent se dresser tous les poils du corps de Windham. Il lutta de toute ses forces pour ne pas sombrer dans la panique et puisa au fond de lui la force et le courage qu'il lui restait. Il serra alors le plus fort qu'il pouvait le démon, le maintenant fermement dans l'étau de sa prise de l'ours. Walter sentit que quelque chose clochait… il entendit alors le bruit, il sentit les vibrations sur les rails, il vit le point de lumière qui fonçait sur eux, il grossissait toujours plus et à une vitesse vertigineuse ! Il interrompit ses incantations.

« LE TRAIN ! Le train arrive ! IL FAUT QUITTER LA VOIE ! LACHE-MOI !
- NON.
- MAIS ENFIN ! IL FONCE DROIT SUR NOUS !
- Je t'emmène avec moi !
- NON ! Pourquoi tu fais ça, pauvre idiot ?
- Parce que tu es le mal ! En te détruisant je ferais le bien, la seule chose de bien de toute ma vie ! Au moins, je n'aurai pas été un raté jusqu'à la fin.
- Tu dis n'importe quoi ! TU ES FOU ! LACHE-MOI ! »

La tempête s'intensifia encore. Windham sentait l'Autre se débattre mais il tenait bon. Dans quelques secondes tout serait terminé, il fallait qu'il tienne encore un peu. Flagg accéléra ses incantations en parlant à une vitesse surhumaine. Le fils de Mike Rotunda sentit que quelque chose d'étrange se passait. Il vit une sorte de fumée lumineuse impalpable émaner de lui... non, elle s'écoulait de lui. Il commençait à faiblir. Le train arrivait. Sa vie le quittait… mais il tenait bon. Il le fallait. Soudain il fit un constat effroyable : l'étrange fumée ne venait pas de lui, tout compte fait… mais de l'Autre ! La substance était en train de s'insinuer en lui ! Elle entrait par ses narines, par ses oreilles, par sa bouche et… « MAINTENANT ! » Windham lâcha prise et bascula sur le côté. Un éclair terrible emplit l'espace et le temps de sa lumière. La locomotive percuta de plein fouet la chose en bure noire. Le choc fut terrible. La vague de tonnerre s'abattit avec fracas sur les lieux. L'impitoyable machine lancée à grande vitesse n'avait laissé aucune chance à Flagg et l'avait littéralement vaporisé… Oui, car c'était extraordinaire, il n'y eut aucune goutte de sang, aucun corps broyé… seulement une étrange fumée rougeâtre qui se dissipa rapidement et l'ample vêtement noir qui fut réduit en lambeaux ; ces derniers se transformèrent quelques secondes plus tard en poussière. Le train poursuivit ainsi son chemin sans s'arrêter, le conducteur jugeant sans doute qu'il avait eu une hallucination et qu'il devrait éviter désormais de boire le café du thermos de son collègue.

Le gros barbu resta sonné quelques instants, allongé sur le flanc dans le fossé. Il regarda d'un air hébété le wagon de queue s'éloigner dans le lointain. Il toussa, cracha. Puis il se redressa petit à petit. Une fois debout, il tituba et faillit chuter. Puis il pouffa avant de rire aux éclats. La pluie et le vent se déchaînaient toujours. Des éclairs zébraient le ciel nocturne de temps à autre, accompagnés par les grondements du tonnerre. Et lui il riait à gorge déployée. Si quelqu'un était passé par là et avait vu ce gros type se fendre la poire, il l'aurait pris pour un fou. Puis, en entendant son rire dément qui se prolongeait, cette personne commencerait à trouver la scène gênante, malsaine. Mais surtout, si quelqu'un avait été là quand, à la grâce - ou plutôt la damnation - de la lumière d'un nouvel éclair, l'ombre de ce gars costaud et hilare fut projetée sur le sol, ce quelqu'un aurait alors vu que l'ombre en question était dotée d'une paire de cornes menaçantes et de deux yeux immondes couleur sang. Ce quelqu'un serait probablement devenu fou sur le champ… fou de terreur… fou à en crever.

***


Extraits de la rubrique « faits divers » du journal régional de Louisiane The Daily Comet du 12 juillet 2013 :

Une secte dans la région du Bayou Lafourche ?

Les autorités s'inquiètent de l'apparition d'un nouveau culte mystérieux qui toucherait la région reculée du Bayou Lafourche… […] … Les éléments réunis jusqu'ici se font rares mais attestent bel et bien l'existence d'une nouvelle secte dont les adeptes seraient en majorité issus de la population pauvre, en état de détresse sociale, autrement dit nos concitoyens délaissés par le système, les marginaux et autres familles des forêts que certains de nos compatriotes désignent péjorativement sous l'appellation de « rednecks »… […] … Qu'en est-il du ou des leaders ? Le mystère plane encore largement sur l'identité du ou des chefs de la secte. Des témoins évoquent un nouveau venu barbu à forte corpulence. Il serait doté de qualités d'orateur hors du commun ainsi que de dons de mentalisme. Plutôt jeune, portant chapeau et chemise à fleurs bariolée, cet homme se ferait appeler « Ben Wyatt » selon des sources peu fiables. Nous demandons à nos lecteurs de prendre ces différents éléments avec des pincettes car nous-mêmes nous doutons de la valeur des témoignages récoltés lors de… […]

[…] Les rumeurs et les ragots vont cependant bon train au sujet de cette secte. Pour certains, il s'agirait d'un culte sataniste, pour d'autres, il serait question de se préparer à la fin du monde et à l'Apocalypse, ou encore, d'organiser un groupe terroriste écologiste. Quoi qu'il en soit, pour le moment, mis à part des vols mineurs, des messes noires, des meetings, des transes, des sacrifices d'animaux et le développement d'une influence malsaine sur les esprits les plus fragiles des alentours, aucun incident d'ampleur n'est à déplorer… mais pour combien de temps ? Les autorités recommandent en tout cas aux habitants de la région de faire preuve d'extrême prudence et de ne pas se promener seul à proximité des marais et forêts. Notre journal vous tiendra informé au sujet de cette secte dans nos éditions ultérieures.

Catherine Drummond

***


West Newbury, Massachussetts, USA  -  Automne 2013


Etait-il donc seul dans cette salle de musculation ? Il vérifia en jetant un regard autour de lui et dut bien l'admettre : il était désormais l'unique tas de muscle présent. Pourtant il aurait juré qu'il y avait encore quatre ou cinq personnes qui s'acharnaient à soulever de la fonte en rythme autour de lui, il n'y avait pas cinq minutes. La musique s'était arrêtée aussi. Il ne s'en était même pas rendu compte… il ne se rendait plus compte de grand-chose ces derniers temps, il faut bien le dire. Les anti-dépresseurs prescrits par le doc n'avaient plus d'effet sur lui alors il avait décidé d'en prendre d'autres, plus forts, ceux-là ils les achetait directement sur le net sur un site peu recommandable. Mais il n'était plus à ça près maintenant. Sa carrière battait sérieusement de l'aile, il était mal aimé des fans et peu considéré par ses pairs. Rien n'allait pour lui, il venait de perdre son titre en plus. Comment trouvait-il encore la force de venir faire ses séances de musculation ? Il ne se l'expliquait pas. Peut-être était-ce la force de l'habitude ? Un réflexe ? Peut-être que ça aussi il finirait par s'en lasser un de ces jours… bordel, qu'il était las, si las de cette vie qui ne rimait à rien ! Il laissa retomber lourdement au sol ses haltères. Il était en train de s'éponger la sueur qui inondait son visage quand soudain les plombs sautèrent, plongeant la salle entière dans les ténèbres. Le gérant aurait-il oublié qu'il était encore là ? Serait-il en train de fermer boutique ? Quelle heure était-il ? Il cria pour manifester sa présence, il cria plusieurs fois. Il n'entendit aucune réponse. A la lumière de son téléphone portable, il rassembla ses affaires et se dirigea vers les vestiaires hommes… Il faillit avoir une crise cardiaque quand la faible lumière révéla une silhouette humaine imposante juste devant lui. L'apparition portait un vulgaire masque de mouton, elle était drapée dans un vêtement ample et tenait à la main une sorte de grand bâton en bois au sommet recourbé. Il resta sans voix, tétanisé…

« Bonsoir John Cena. Je suis ton berger. Je viens te proposer un marché.
- Qu… qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que vous voulez ?
- Je viens t'apporter mon aide… Je vais te redresser et te faire relever la tête. En contrepartie, John, tu seras ma porte d'entrée !
- Porte d'entrée ? Qu'est-ce que vous racontez ?
- C'est une promesse que j'ai faite à un... valeureux camarade… mais ça ne te concerne pas. Nous avons du pain sur la planche, tous les deux. Suis-moi, je te révélerai la... Vérité. »

John se sentit faible tout d'un coup. Il regarda les yeux à travers les trous du masque, ils le fascinèrent instantanément. C'était comme s'il y avait quelque chose derrière ces yeux, quelque chose de puissant, de dangereux, de profondément malsain qui se dissimulait pour vous épier, vous jauger, comme derrière le judas d'une porte… John vit pendant quelques dixièmes de seconde des lueurs rouges apparaître dans ces yeux-là, il vit des flammes aussi et du sang… beaucoup de sang… beaucoup trop.



FIN
Revenir en haut Aller en bas
FOZ
Main Eventer
FOZ

Messages : 1020
Age : 28

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyLun 25 Mai - 16:34

PROMO ZACK RYDER

Zack est tranquillement rentré chez lui à Long Island quand ce dernier décide d'appeler son père.

Papa Ryder: Oui, allo, fils comment va ?

Zack: Salut, ca va et toi papa ? Dit, ta regarder No Way Out ? J'ai gagné le titre TV, ta vu que j'en étais capable.

Papa Ryder: Bien sûr que j'ai regarder ta victoire mon fils, je suis très fier de toi, je le savais que tu pouvais gagner, t'es un bon lutteur, tu as bien réussit ton retour mon titi, maintenant, c'est Wrestlemania V, le plus gros show de catch du monde. En plus un Scramble match, c'est pas de la tarte mon canard, Tu auras quatre adversaire contre toi.

Zack: Les quatre rigolos là ? Il ressemble à rien bro' ... Heu Papa, y'en l'ancien taulard la, un Irlandais qui ressemble au Boogeyman, Un mec qui a un masque de mouton greffé sur le visage et un clown qui est en équipe avec un super-zéro, alors c'est pas quatre gusses qui me font peur. En plus de cela, aucun de savent faire un selfie.

Papa Ryder: Justement, c'est pas en se prenant en photo que tu va devenir un grand lutteur, couillon va ! Avec ta série à la con, tu n'ira pas bien loin dans le monde de la lutte mon gars. Bon aller je te laisse, je dois aller chercher ta mère à l'aquagym, Salut mon fils.

Zack: Salut bro' Heu Papa.

Une fois le téléphone raccrocher Zack se demande que faire de cette journée de repos, il marche dans la maison en faisant les cent pas. Quand il décide d'appeler une célébrité de la télé-réalité Française, Nabilla.

Zack: ALLO, Nabilla, ma gazelle comment va ?

Nabilla: Allo, nan mais Allo quoi ?

Zack: Pourquoi tu me dit ça ? J'ai du shampoing chez moi.

Nabilla: Nan mais t'es qui toi d'abord ? Moi je suis Nabilla et personne ne m'appelle, c'est moi qui appelle les gens. OK minus ?

Zack: Comment ? Tu ne sais pas qui je suis ? Tout le monde sait qui je suis ! Je suis Zack Ryder bro' Zack Ryder de la WFA, Champion TV et Internet, J'ai produit une série aussi " Z! True Long Island Story " Tu vois toujours pas ?

Nabilla: AH si, on te vois partout en ce moment, c'est toi le mec qui se prend en selfie plus que moi, alors sache petit que personne ne bat Nabilla la dessus, c'est moi la best !

Zack: WOO ! WOO ! WOO ! Une femme à caractère hein ! Ne sois pas jalouse bro'.

Nabilla: Pourquoi tu dit " OH ! OH ! OH !? Et Bro' c'est quoi ? Parce que j'ai un brushing ?

Zack: Hihihihihihihi, Non c'est WOO ! WOO ! WOO ! Ma beauté. Et Bro' ca veux dire "frère" donc tu est ma sœur.

Nabilla: Mais non je te suis pas ta sœur Zacky, je suis Nabilla et j'ai déjà un frère.

Zack: Voyons Nabillou doudou, Tu est ma sœur de cœur, d'ailleurs je te t'ai pas dans mon album photos-selfies. Passe à Wrestlemania V, t'es mon invitée ? Ca te tente ? On fera des selfies partout !

Nabilla: Allo, nan mais Allo quoi ? Le type il m'appelle, il me connaît pas et il propose d'allez le voir à son truc la Wrestpadia V ? D'ailleurs c'est quoi ton truc la ? Wrestpadia V ?

Zack: Wrestpadia V ? Woo ! WOO ! WOO ! C'est Wrestlemania V ! Le plus gros show de catch du monde bro' !

Nabilla: Le catch ? Mais c'est nul ! Les grosses bêtes qui se tape dessus, en plus y'en a qui sont moches. Je suis Nabilla et je vais que avec des gens beaux !

Zack: Des jambons ? C'est vrai, moi aussi j'aime bien.

Nabilla: Mais non, j'ai dit des gens beaux ! Et toi, tu est pas mon style de mec, en plus tu pratique un sport nul.

Zack: Mais non, c'est bien tu verra en plus ya des beaux gosses, John Morrison, j'ai fait un selfie avec, Seth Rollins est beau mec aussi.

Nabilla: 7 Rollers ? Quel drôle de nom, je dit PTDR !

Zack: Non c'est Seth Rollins, alors ça te tente bro' ?

Nabilla: Je t'ai déjà dit que je n'étais pas ton frère, t'es lourd Zack.

Zack: Non je suis pas lourd, je fais 93 kg, pour un catcheur c'est assez "maigre".

Nabilla: T'es vraiment pas intelligent comme mec, lourd c'est veux dire que tu est chiant ... T'as compris ?

Zack: Vraiment ?

Nabilla: Bah oui ! T'es vraiment con ! Tu savais même pas ça ! #Lecatcheurestbête.

Zack: Hashtag ? T'as vraiment dit hastag ?

Nabilla: Bah oui ! J'ai Twitter, je suis branché @Internet moi, toi je suis sûr que tu est vieux et n'y connais rien.

Zack: C'est mal me connaître ma cocotte, je suis Zack Ryder connu dans la profession pour les Twetes les plus cool de l'année. Je te file mon Twitter @Zack_LongIsland.

Nabilla: Long Island ? C'est quoi ? Ta glace préféré ?

Zack: Excellent ! #LongIslandEstUneGlace, Non c'est ma ville. La ou j'habite.

Nabilla: Bon, c'est pas que tu m'ennuie mais ya ma vie qui m'attend.

Zack: J'attend ta réponse à mon invitation pour Wrestlemania V ! #NabillaAWrestlemaniaV.

Nabilla: Oui oui c'est ça minus. Ciao.

Le téléphone raccroche, Zack est tout sourire. Quand il décide d'écrire de se mettre sur son ordinateur de brancher sa webcam et de parler pour faire un vidéo pour sa série.

En 2010, Facebook devient le site le plus visité au monde en dépassant Google. Cet évènement symbolique marque le début de la réussite des réseaux sociaux.

A. Introduction

Twitter est média social dont le succès est planétaire. Sa réussite s'explique par sa simplicité. Cependant, réussir avec Twitter n'est pas nécessairement simple. Découvrons comment agir avec Twitter.

B. Création d'un compte Twitter

-Pour se créer un compte Twitter, allez sur le site http://Twitter.com/ et cliquer sur S'inscrire.

-Précisez vos noms, mot de passe et adresse e-mail. Attention, ne choisissez pas un nom d'utilisateur au hasard.

-Cliquer sur le bouton mon compte.

-Un captcha (un petit test de sécurité pour vérifier que vous êtes bien un humain) apparaît parfois. Vous devez simplement réécrire ce que vous lisez dans la zone de texte (si vous n'arrivez pas à lire, cliquer sur Obtenir deux nouveaux mots).

-Cliquer sur Terminer.

Twitter vous propose  alors trois étapes successives: Suggestions, Intérêts, Amis. En fait Twitter vous permet immédiatement d'entrer en contact avec d'autres personnes présentes sur le réseau. Dans un premier temps, nous allons ignorer ces étapes. Nous travaillerons plus tard sur l'agrandissement de notre réseau Twitter.

-Cliquez donc trois fois consécutives sur le bouton Etape suivante (en bas à droite).

Vous arrivez alors à la fin de votre inscription sur Twitter : votre Acceuil Twitter apparaît.

Votre mur: vos Tweets apparaissent alors sur votre mur et sur le mur de ceux qui s'intéressent à vous. Votre mur est votre page d'accueil. C'est ici que vous pourrez observer vos Twetts et ceux des personnes auxquelles vous vous intéressez.

La barre de menus: Elle vous donne accès aux fonctionnalités fondamentales de Twitter. Le menu Profil permet de visualiser et de configurer votre profil. Le menu Messages permet de consulter les messages envoyés sur Twitter. En cliquant sur Nom de votre profil puis sur Préférences, vous pouvez paramétrer votre compte et définir, entre autres, vos paramètres de confidentialité. Le menu AIDE vous donne accès à une aide en cas de problème d'utilisation de Twitter ou de violation de la vie privée. Déconnexion vous permet de vous déconnecter et d'éviter ainsi que la personne ultilisant l'ordinateur après vous agisse en votre nom sur Twitter (il est très important de se déconnecter).

La barre d'affichage latérale droite, appelée aussi barre d'affichage, définit ce qui s'affiche au centre de votre mur:

-Votre photo de profil se définit dans votre profil.

-Le nombre de Tweets comptabilise le nombre total de Tweets que vous avez postés avec votre compte.

-Abonnements comptabilise le nombre de personnes qui vous intéressent. Une personne qui vous intéresse (ou que vous suivez) est un compte Twitter que vous avez ajouté à votre liste d'abonnements.

-Abonnés comptabilise, le nombre de personnes, de comptes qui s'intéressent à vous. Vous l'aurez compris: Sur Twitter, il y a les personnes que vous suivez (les Abonnements) et les personnes qui vous suivent (Les Abonnés).

-Suggestions rassemble tous les profils que vous suggère Twitter.

-Tendances rassemble tous les profils qui font parler d'eux en ce moment.

Découvrons comment utiliser simplement Twitter.

1.Configurer votre profil Twitter

-En haut à droite de la barre de menus, cliquez sur votre nom puis sur Préférences.

Vous accédez alors au paramétrage de votre compte.

L'espace Profil est l'espace dans lequel vous pouvez charger votre photo. Prenez du temps pour configurer votre profil et choisissez une belle photo qui attirera l'œil.

-Définissez également votre Nom, votre ville, votre site Web et votre biographie. Ne mettez rien au hasard, à long terme, cela pourra générer des retours.

2. Utiliser l'aide de Twitter

Dans la barre de menus, cliquez sur votre pseudo puis sur Aide.

3. Lire, relayer, répondre et écrire des Tweets

a.Lire des Tweets

Dans le menu central du haut vous visualisez des Tweets qui vous sont destinés de manière privée (Messages).

b. Relayer et répondre à des Tweets

-Sur un Tweet par exemple, cliquez sur Retweeter OU sur Répondre.

c. Ecrire des Tweets avec une URL

Nous avons vu comment écrire des Tweets à partir de sa page d'accueil. Cependant, une petite précision s'impose: si vous souhaitez tweeter un lien Internet (une URL), vous serez limité par le nombre de caractères; il est donc nécessaire de passer par un outil extérieur à Tweeter qui raccourcir votre URL. Le plus connu est http//bit.ly/.

-Accédez à ce site, collez l'adresse Internet que vous souhaitez raccourcir, cliquer sur Shorten, puis copier la nouvelle adresse que bit.ly vous propose et collez-la sur Twitter.

d. Ecrire des Tweets spécifiques

Vous pouvez ajouter certains éléments à vos Tweets:

@nomutilisateur: généralement défini au début du Tweet, vous précisez ainsi qui est le destinataire (ou qui sont les destinatairezs, si vous en mettez plusieurs) du Tweet.

Exemple: "@thierrylhermite merci c'est sympa".

RT @nomutilisateur: c'est ce qui figure dans votre Tweet (au début) lorsque vous relayer un Tweet. Votre Tweet respecte ainsi son auteur originel (RT signifie Retweet).

Exemple : "RT @thierrylhermite le message originel de thierry".

DM @nomutilisateur : envoie le Tweet de manière privée à son destinataire.

Exemple: "DM @thierrylhermite Thierry, tu es toujours dispo ce week-end ?".

#mot clé: permet de référencer votre Tweet dans la catégorie du mot-clé.

Exemple: "#bonplan offre spéciale chez Mc Do en ce moment".

#followfriday @nomutilisateur: permet de suggérer des profils Twitter à vos abonnés.

Exemple: "#followfriday @thierrylhermite marrant".

e. Utiliser Twitter sur son mobile

Selon votre marque de téléphone, télécharger gratuitement l'application Twitter sur votre mobile.


Et voila mes Bro' c'était Zack Ryder pour vous servir. Nabilla, j'attend ta réponse ! SMS ou appelle moi Bro'.

FIN
Revenir en haut Aller en bas
Bon Brute & Truand
Head Booker
Bon Brute & Truand

Messages : 929

Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  EmptyMar 26 Mai - 10:54

Vignettes ajoutées à la matchcard, un grand merci et bravo à JGab!

Pour rappel, vous avez toujours jusqu'au dimanche 7 juin!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Promos Wrestlemania V  Empty
MessageSujet: Re: Promos Wrestlemania V    Promos Wrestlemania V  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Promos Wrestlemania V

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Promos Royal Rumble 2014/15
» Promos No Way Out 2015
» Promos KOTR 2016
» Promos Summerslam 2015
» Promos Cyber Sunday 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Archives :: E-Fed :: Promotions-