Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
Nouveau format de podcast, cette fois on revient quelques années en arrière, et plus précisément WWE No Way Out 2009 !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !
Le Deal du moment : -49%
Roborock S5 max
Voir le deal
274 €

Partagez | 
 

 Road to the Attitude Era [Chronique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyMar 28 Avr - 3:50

Si vous êtes sudiste, vous vous demandez sûrement "Kézaco ?". Eh bien, lassé de voir des shows sans public, j'ai délaissé le catch à huis clos pour me replonger dans les anciens shows. Et je me suis dit que je pouvais accompagner mes visionnages par des petites reviews pour ceux qui s'ennuient, ceux qui sont curieux ou encore ceux qui recherchent des suggestions de matchs.

La période à laquelle on va s'intéresser, c'est l'Attitude Era. Et pour commencer, j'ai choisi le show qui a tout fait basculer : WWF In Your House 3. Non, pas du tout, je vous charie. Si on commence par ce show, c'est pour la simple et bonne raison que je m'étais mis à regarder tous les PPV WWE il y a quelques années et je m'étais arrêté là. Mais bon, on est fin 1995 et j'avais pas vraiment de raison de commencer une chronique par ce show, donc j'ai utilisé ce titre aguicheur un peu mensonger. Mais éventuellement, on finira par arriver à l'Attitude Era, parce qu'on en est pas très loin quand même.


In Your House 3: Triple Header

Nous sommes le 24 septembre 1995, six mois et 23 jours après la naissance de votre serviteur, dans le Civic Center de la petite ville de Saginaw, Michigan. WWF organise pour la troisième fois son PPV In Your House, série de PPV de deux heures comblant les mois sans PPV du Big 5 (le King of the Ring étant le cinquième à l'époque).

Ça faisait un petit moment que j'avais pas regardé un match de l'époque et les différences entre le style in ring de la New Generation et celui d'aujourd'hui sont frappantes. Les matchs commencent souvent très rapidement avec un gros rythme, les catcheurs qui courent dans les cordes, etc. Les coups portés se ressemblent et sont peu esthétiques visuellement par rapport aux coups d'aujourd'hui. Exit les kicks à tout va, bonjour les coups de genou dans les côtes, le fameux Double Axe Handle (quand même moins plébiscité que pendant la Rock'N Wrestling Era). Les heats des heels sont longues, très longues. Le catch est assez basé technique bien plus qu'aérien, même si il y a peu d'excellents techniciens, mais ceux-ci sont généralement ceux qui offrent les meilleurs matchs (Shawn Michaels, Bret Hart, Owen Hart). Les finish sont bien mieux travaillés qu'aujourd'hui, même quand ils utilisent les mêmes ressorts scénaristiques. Et s'il y a beaucoup plus de goofy, ça marche très bien avec le public (moins avec les ratings). De manière générale, malgré le style très enfantin de la New Generation, les combats sont beaucoup plus crédibles dans leur chorégraphie qu'aujourd'hui, ce qui soulève un problème important.

Les commentaires du show sont assurés par Vince McMahon, Jerry Lawler et Jim Ross. Ça fait bizarre de voir JR dans un autre rôle que le play by play, qui est attribué à McMahon, mais il est souvent pertinent dans ses remarques. Le Jerry Lawler commentateur heel est une perle bien trop souvent sous-estimée. Par contre, j'ai jamais pu me faire à Vince, que j'ai toujours trouvé désagréable dans l'exercice. Doc Hendrix (Michael Hayes) est en charge des interviews, et j'ai le même problème avec lui.


1.
Savio Vega vs. Waylon Mercy

On commence le show avec un match qui n'a pas vraiment de storyline. Mais ce sont les débuts en PPV de l'invaincu Waylon Mercy (aussi connu sous le nom de Dan Spivey), qui n'est autre que l'influence de la gimmick de Bray Wyatt (celle du Eater of Worlds). Même code vestimentaire, même style de promos, où il est pas mauvais d'ailleurs. Mais dans le ring, c'est autre chose. Savio Vega aussi est un nouvel arrivant avec le vent en poupe. Ayant débuté un peu plus tôt dans l'année, il a gagné trois matchs d'affilé au King of the Ring avant de s'incliner en finale contre Mabel. Et il va battre Mercy en 7 poussives minutes après un Spinning Heel Kick. Il y a un botch ahurissant dans le match que je me dois de décrire : Savio Vega court dans les cordes, il saute sur Mercy qui semble l'attraper en Bear Hug, mais il tombe finalement en arrière comme si Vega lui avait porté un Lou Thez Press à la Austin. Mais finalement, Vega est KO et c'était en fait un Flapjack de Mercy. Ce sera heureusement le dernier match de Waylon Mercy en PPV, qui prendra sa retraite des rings peu après.

Note : *1/2




2.
Henry O. Godwinn vs. Sycho Sid (w/ Ted DiBiase)

Ici, on a une storyline : Godwinn, le fermier d'Arkansas, a renversé son seau de purin sur la tête de DiBiase puis celle de Sid. Road to the Attitude Era [Chronique] 4129460224 Sid a rejoint la Million Dollar Corporation plus tôt dans l'année après s'être séparé de celui qu'il manageait, Shawn Michaels. Ici, il n'y a pas grand chose à dire, si ce n'est que Sid est quand même assez impressionnant de charisme. Et Godwinn est moins mauvais que dans mes souvenirs. Sid remporte le match en 7 minutes. Après le match, DiBiase et Sid veulent rendre la monnaie de sa pièce à Godwinn en lui balançant le seau sur lui. Mais Bam Bam Bigelow, ancien membre maintenant ennemi de la Corporation, va intervenir et c'est finalement le Million Dollar Man qui va à nouveau se retrouver couvert d'excréments. La foule adore.

Note : **


3.
Bam Bam Bigelow vs. The British Bulldog

Celui qui a Main Eventé WrestleMania plus tôt dans l'année n'aura pas le temps de souffler, puisqu'il affronte Davey Boy Smith, qui vient juste de tourner heel pour la première fois de sa carrière en trahissant Diesel. Dans un bon match de 12 minutes, entre deux solides workers, le British Bulldog va l'emporter clean grâce à un Running Powerslam. Un mini-push se prépare pour lui.

Note : ***


4.
Dean Douglas (w/ Bob Backlund) vs. Razor Ramon

Bob Backlund arrive au ring pour introduire son poulain, Dean Douglas, et étonnement, c'est ce dernier qui va introduire son adversaire du soir, le Bad Guy Razor Ramon. C'est toujours choquant de voir Shane Douglas passer de plus gros badass du catch chez ECW à ce personnage goofy de doyen d'université. Mais finalement, il n'est pas (à ce moment là) portrayé aussi faible qu'on peut le penser, puisqu'il va faire jeu égal avec une des plus grosses stars de la compagnie, et même le battre ! Le finish est intéressant. Après un ref bump (assez commun à l'époque même si on associe plus ça à l'Attitude Era), Ramon va porter le Razor's Edge, et c'est le 1-2-3 Kid qui va faire un run in pour faire le compte de 3. Razor célèbre mais se rend compte que ce n'était pas l'arbitre et repousse le Kid. Douglas en profite pour faire un Small Package pas bien beau, et vole la victoire en 15 minutes. Après le match, il y a embrouille entre les deux babyfaces. Le match est correct, bien qu'un peu long par endroits, mais le finish est plutôt intéressant, et ma curiosité pour la suite des évènements concernant Scott Hall et Sean Waltman est attisée.

Note : **3/4


5.
Bret Hart vs. Jean-Pierre Lafitte

Bret Hart est connu pour, lorsqu'il n'était pas champion, feuder avec des nouveaux personnages de la compagnie. Après Hakushi et Isaac Yankem, il retrouve ici nul autre que l'actuel champion de la Ring of Honor (j'arrive pas à croire que j'écris ça), Pierre Carl Ouellet. Ici, PCO incarne Jean-Pierre Lafitte, un pirate français avec un eye patch couvrant son (legit) faux oeil, son deuxième personnage dans la compagnie après celui de Pierre des Quebecers. Dès son introduction, il commence sa feud avec Bret Hart, se mettant à voler les lunettes que Hart donne à ses fans lors de son entrée puis sa veste. Encore une feud de haut niveau (même si Bret sauve un peu les meubles dans une bonne promo d'avant match). Ça commence très fort avec un dive à l'extérieur de Bret Hart et une mauvaise réception, qui force Bret à pivoter in extremis pour atterrir sur le dos et pas sur la tête. Lafitte aussi va faire son dive, complètement pas protégé, à l'extérieur (dire que le mec prend toujours les mêmes bumps 25 ans plus tard). Le match est vraiment bon, le rythme reste assez soutenu tout le long. Le sprint final est vraiment très cool, et finalement, après plusieurs tentatives, Bret va réussir à porter son Sharpshooter pour la victoire. Malheureusement pour PCO, il sera relâché par la compagnie peu après suite à, comme beaucoup, des altercations avec la Kliq (en grosse partie avec Michaels). Un gros match de HBK-haterz quoi.

Note : ***3/4

Juste avant le Main Event, Alundra Blayze débarque. Vince McMahon annonce qu'elle est là pour poser avec le t-shirt du show, à l'effigie du Main Event. À Summerslam, elle défendait le Women's Championship. Et Vince s'offusque encore qu'elle ait jeté le titre dans une poubelle chez WCW.


Main Event.
Two Dudes with Attitudes (WWF Champion Diesel & WWF Intercontinental Champion Shawn Michaels) vs. WWF Tag Team Champions The British Bulldog & Yokozuna (W/ Jim Cornette & Mr. Fuji)

Oulah, là il faut des explications. Vous vous étonnez peut-être de retrouver le British Bulldog et d'apprendre qu'il est champion par équipe. En réalité, le Main Event de ce show était censé opposer Michaels et Diesel à Yokozuna et Owen Hart, les vrais champions par équipe. Mais le fil rouge du show est qu'Owen Hart est absent, pour des raisons qui ne sont pas expliquées. Gorilla Monsoon, le président de la compagnie à l'écran, va dire à Cornette qu'il devra trouver un partenaire à Yokozuna ou il combattra seul. Cornette le trouve en la personne du British Bulldog, qui est pour la soirée considéré comme champion par équipe avec Yoko. 
Tous les titres sont en jeu. Ce n'est pas clairement expliqué mais il semble que si l'un des heels pinne l'un des faces, il lui pique son titre. En ce qui concerne la team Face, Michaels est revenu en Face plus tôt dans l'année, pour la première fois depuis le début de sa carrière solo, et a remporté le titre Intercontinental au précédent In Your House face à Jeff Jarrett, avant de faire copain-copain avec son ex garde du corps aujourd'hui champion WWF, Big Daddy Cool Diesel.
J'en ai dit beaucoup mais je n'ai toujours pas parlé du match. Il n'y a pas grand chose à en dire. Le match est correct bien qu'un peu court pour un Main Event de PPV (15 minutes 42). Davey Boy Smith brille particulièrement en soulevant plusieurs fois Diesel (il a bon dos après avoir soulevé Bigelow un peu plus tôt). Le finish est assez intéressant. Owen Hart va faire un rapide run in, monter sur la troisième corde, sauter et se faire cueillir par Diesel, qui va immédiatement porter sa Jacknife Powerbomb et faire le tombé sur lui. 1...2...3. Two Dudes with Attitudes sont les nouveaux champions par équipe. Le show se termine sur les deux hommes qui posent avec toutes leurs ceintures... enfin avec une seule des ceintures par équipe pour je ne sais quelle raison. Le lendemain à Raw, puisqu'Owen Hart n'était pas dans le match, Gorilla Monsoon va inverser la décision de l'arbitre et rendre les titres à Owen Hart et Yokozuna, qui les perdront la même soirée contre les Smoking Gunns.

Note : ***1/4


Dark Matchs (toujours nombreux à In Your House et placés à la fois avant l'opener et après le Main Event)
- Fatu a battu Hunter Hearst Helmsley
- Goldust a battu Bob Holly
- Ahmed Johnson a battu Skip
- The Undertaker a battu King Mabel

Appréciation globale
J'ai éludé le sujet tout au long de la review, mais il est bien connu que 1995 est une des pires années à la WWF, que ce soit économiquement ou qualitativement. Pourtant, ce show n'est mauvais. Le démarrage est faiblard mais les matchs importants sont corrects voir bons. Le tout reste anecdotique. Mais le point fort du show, c'est qu'il dure deux heures. C'est moins long qu'un Raw d'aujourd'hui sans les pubs.

Match conseillé
Bret Hart vs. Jean-Pierre Lafitte

Le prochain show sera In Your House 4: Great White North, le premier IYH canadien d'une grosse série, mais aussi le IYH le moins bien noté sur Cagematch.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyMar 28 Avr - 21:01

In Your House 4: Great White North

Nous sommes le 22 octobre 1995 dans l'Arena de Winnipeg, Manitoba, Canada, ville bien connue aujourd'hui pour être celle de Chris Jericho et Kenny Omega.

Aux commentaires, on retrouve le trio Lawler/McMahon/Ross et Hendrix pour les interviews.

Joanie Wilson ouvre le show avec son interprétation de l'hymne canadien, "O Canada". On retrouve ensuite Gorilla Monsoon dans son bureau, qui nous annonce que Shawn Michaels est blessé et ne pourra pas défendre son titre Intercontinental. Par conséquent, il va remettre la ceinture à celui qui était censé l'affronter ce soir, Dean Douglas. Mais celui-ci devra immédiatement défendre le titre contre Razor Ramon. La blessure dont parle Monsoon est survenue lors d'un incident à Syracuse où Michaels s'est fait tabassé par des Marines. En réalité, Shawn était apte à lutter mais ne souhaitait pas perdre le titre face à Douglas, et WWF a dû succomber à ses caprices.

1
Fatu vs. Hunter Hearst Helmsley

Les futurs Triple H et Rikishi s'affrontent dans cet opener, ou en tous cas leurs versions miniatures, parce que leur poids va bien augmenter d'ici 4-5 ans. C'est le second match en PPV pour HHH, après une victoire à Summerslam contre Bob Holly. Il est toujours dans sa première gimmick d'aristocrate. Fatu est lui dans sa deuxième gimmick, et celle la moins connue, celle de "Make a difference". Beaucoup plus sérieuse que les autres, il est portrayé comme venant du ghetto et ayant eu une jeunesse difficile. Bizarrement, c'est sa seule gimmick qui se rapproche de celle de ses fils, les Usos, aujourd'hui.
HHH l'emporte en 8 minutes dans un match tout ce qui a de plus correct grâce à un Pedigree. Après le match, alors que Jerry Lawler interview le vainqueur, Henry Godwinn débarque et tente de lui balancer son seau d'excréments. HHH va utiliser Jerry Lawler comme bouclier avant de prendre la fuite.

Note : **1/2

2
WWF Tag Team Championship
The Smoking Gunns (c) vs. Razor Ramon & The 1-2-3 Kid

Razor Ramon fait double duty ce soir et a une chance de remporter deux ceintures. La storyline entre Razor et le Kid se poursuit et ils ont décidé de faire équipe pour tenter leur chance aux titres par équipes. Leur tag team marche plutôt bien parce qu'ils vont dominer la majeure partie du match. Vers la fin du match, le Kid va commencer à se montrer instable. Suite à un Razor's Edge sur Billy Gunn, le futur X-Pac va insister pour que Ramon lui fasse le tag. Il se rue dans le ring et fait le tombé, mais Billy Gunn le renverse pour le compte de 3 au bout de 12 minutes 46. Après le match, le Kid est furieux et se met à attaquer les Gunns. Finalement, Ramon vient calmer le jeu et rend les ceintures aux champions.
Le match est correct, avec un 1-2-3 Kid qui vole le show avec des manoeuvres impressionnantes. La dynamique Face contre Face, rare pour l'époque (mais de plus en plus utilisée), n'a pas été gênante au vu de l'histoire racontée, qui est clairement la storyline la plus intéressante du moment. Malheureusement, ce sera le meilleur match de la soirée.

Note : ***

3
Goldust vs. Marty Jannetty

Ce sont les débuts in ring de Goldust à la WWE. Le personnage apparaît dans des vignettes depuis août et fait enfin sa grande "première". Il affronte le jobber pour les stars, Marty Jannetty. Marty entre sous la musique des Rockers avec le même costume qu'il portait à l'époque et ça me fait tellement de la peine. C'est fini, Marty. Je sais que c'est dur mais il faut aller de l'avant maintenant. Le match est correct mais s'il ne dure que 11 minutes 15, il paraît en faire beaucoup plus. C'est très lent. Il est évident que Goldust ne s'est pas encore fait à son personnage, notamment au niveau de ses mimiques, mais en plus de ça, il est un peu pataud sur le ring et paradoxalement moins bon qu'aujourd'hui. Jannetty assure et bump dans tous les sens. Les smarks de Winnipeg entament un chant "Dusty" ou "Dustin" pendant le match. Finalement, Goldust l'emporte sur un Front Suplex, ce qui m'a surpris puisque j'attendais le Final Cut au moment où il le soulève.

Note : **1/4

4
King Mabel (w/ Mo) vs. Yokozuna (w/ Jim Cornette & Mr. Fuji)

Il avait été annoncé que Mabel affronte l'Undertaker lors de ce show, mais à Raw, le King of the Ring a (legit) blessé le Taker au visage sur un Leg Drop. Il nous faudra encore attendre un peu pour voir le Phenom à l'oeuvre. A la place, Gorilla Monsoon a choisi de punir le futur Viscera et Big Daddy V en le faisant affronter celui qui l'a aidé à attaquer l'Undertaker. C'est donc un affrontement Heel contre Heel en plus d'être big man vs big man. Et on n'était pas prêts. Même pour 5 minutes 12, c'est pas du tout digeste. Les deux hommes rebondissent l'un sur l'autre la majeure partie du match. Yoko ne fait rien de tout le combat et c'est Mabel, l'un des pires workers de l'époque, qui va avoir quelques mouvements qui vont entraîner quelques réactions de la foule. Le finish est pourri : après des échauffourées entre les managers, les deux hommes vont se retrouver à l'extérieur pour un Double Count Out. Après le match, ils reviennent sur le ring pour un face off, et se font finalement un câlin, que les managers approuvent.

Note : 1/2*

On nous montre une vidéo pour les Survivor Series, prochain PPV, qui verront le retour de l'Undertaker cherchant vengeance et Bret Hart challenger au titre WWF. Au retour, Jim Ross nous annonce qu'on aura aussi droit à un Wild Card Rules Match (qui n'a rien à voir avec la fameuse Wild Card Rule de 2019).

Le thème de Shawn Michaels (déjà celui qu'on connaît tous) retentit et le pauvre chouchou arrive, un coquard maquillé à l'oeil droit. Dean Douglas arrive et sans un mot, Michaels lui remet la ceinture avant de s'en aller.

5
WWF Intercontinental Championship
Dean Douglas (c) vs. Razor Ramon

C'est donc la revanche du In Your House précédent, et c'est même un petit peu mieux. Par contre, le finish vient gâcher tout ça. Après une Back Suplex, Razor fait le tombé sur Douglas même s'il a lui aussi les épaules rivées au sol. Douglas met son pied sous la première corde au dernier moment, mais ça échappe à l'arbitre. Razor Ramon est le nouveau champion Intercontinental en 11 minutes. En plus du fait qu'à ce moment là, une Back Suplex ne justifiait aucunement un compte de 3, Razor joue vachement mal le coup en relevant son épaule avant de se rappeler qu'il doit la garder au sol. Même le public n'a visiblement pas apprécié. Dean Douglas paie les frais de l'influence de la Kliq dans les vestiaires et a encore aujourd'hui le règne le plus court de l'histoire du championnat intercontinental. Razor Ramon entame, pas de la plus belle des façons, son quatrième et dernier règne de champion.

Note : **1/4

Main Event
WWF Championship
Diesel (c) vs. The British Bulldog

Bret Hart arrive pour commenter le match, ce qui entraîne Jerry Lawler, avec qui il a feudé tout le long de l'année, à prendre la tangente. Un match plutôt attendu et qui avait l'air plutôt sympa sur le papier, avec enfin un challenger capable d'avoir un bon match avec Diesel. Ça sera pas le cas. Le match avait du temps (18 minutes) mais passe l'essentiel sur un travail du Bulldog sur la jambe de Diesel. Cornette intervient plusieurs fois dans le match, avant de finalement se manger un Chokeslam. Le public est assez partagé : une partie vocale du public se fait entendre en faveur de l'anglais, ce qui s'explique par le fait que Smith est associé à la famille Hart et que Diesel a beaucoup perdu en popularité au cours de son règne. A un moment du match, Diesel, poussé par Davey Boy, est retenu par Bret Hart derrière la table des commentateurs. Ça ne plaît pas à Big Daddy Cool, qui le repousse violemment. Les dernières minutes voient le rythme s'accélérer et la fin de match est plutôt cool, mais encore une fois, le finish vient tout gâcher. Une altercation entre le Bulldog et Bret Hart a lieu à l'extérieur, et Smith frappe son beau-frère. Hart monte sur le ring et commence à tabasser le Bulldog. L'arbitre fait sonner la cloche et Davey Boy Smith remporte le match par DQ. Évidemment, le champion n'est pas content. Diesel fait face à Hart et une bagarre éclate. Des arbitres et catcheurs arrivent pour les séparer (vous remarquerez que ce procédé de 1995 est toujours utilisé en 2020). Le show se termine dans le chaos. Le match entre Diesel et Hart pour les Series est bien hypé, et on protège le British Bulldog qui sur ces deux derniers shows a l'air vraiment fort, mais on gâche un Main Event de PPV et une affiche qui aurait pu être cool. Même Vince McMahon a détesté le match et a jeté son casque de fureur hors antenne.

Note : **

Dark Matchs
- Bob Holly a battu Rad Radford
- Henry O'Godwinn a battu Sycho Sid
- Bret Hart a battu Isaac Yankem, DDS
- Owen Hart et Yokozuna ont battu Bam Bam Bigelow et Savio Vega

Appréciation globale
Bah c'était pas bien. Je comprends pourquoi c'est le In Your House le moins bien noté sur Cagematch. Il n'y a aucun match vraiment bon. Le Yoko/Mabel est affreux. Le Main Event est très décevant. On a une avalanche de finishs pourris. La situation de Dean Douglas est assez dégueulasse. Et au final, il ne se passe pas grand chose de vraiment intéressant. Après, c'est loin d'être le pire show que j'ai vu de ma vie. C'est pas non plus le pire show de l'année (le King of the Ring...). Les deux premiers matchs sont plutôt sympas, la storyline entre Razor Ramon et le Kid est cool à suivre, et on a vu les débuts de Goldust. Je suis hypé pour Diesel/Bret. Et puis, encore une fois, ça dure 2h, donc ça passe tellement vite par rapport à un PPV WWE d'aujourd'hui. Bref, un show oubliable.

Match conseillé
Aucun

On se retrouve pour enfin un PPV majeur, les Survivor Series 1995.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12370
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 30 Avr - 17:02

Je sais pas comment commenter, donc je signale juste que je lis avec intérêt ^^' !
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyVen 1 Mai - 19:11

Merci Gbacca, ça me fait plaisir ! N'hésitez pas à vous manifester si ça vous plaît. 

Après, honnêtement, j'aime bien faire ça, donc même si très peu de gens ou personne ne me lit, je continuerai.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyVen 1 Mai - 21:46

Survivor Series 1995

Nous sommes le 19 novembre 1995 dans l'USAir Arena de Landover, Maryland, dans la banlieue de Washington D.C.

Aux commentaires, Vince McMahon et Jim Ross sont toujours présents mais Jerry Lawler, catchant ce soir, est remplacé par Mr. Perfect, qui est bien meilleur sur un ring que derrière la table des commentateurs. Todd Pettengill est en charge des interviews et c'est bien mieux qu'Hendrix.

Dark Match
Les Smoking Gunns battent Public Enemy pour conserver les titres par équipes WWF

1
The Body Donnas (Skip [cap.], Rad Radford, Tom Prichard & The 1-2-3 Kid) (w/ Sunny & Ted DiBiase) vs. The Underdogs (Marty Jannetty [cap], Barry Horowitz, Bob Holly & Hakushi)

On commence avec un bon gros match de low-carders, voir jobbers. Sunny introduit les membres de son équipe. En premier, celui à qui elle est associée, Skip, soit Chris Candido dans sa gimmick de gourou fitness. Tom Prichard, frère de Bruce Prichard, un ancien membre des Heavenly Bodies et qui formera une tag team avec Skip peu après ce match. Rad Radford, jobber des années 90 au pire ring name ever. Et enfin... le 1-2-3 Kid, accompagné de Ted DiBiase ! Lors du dernier Raw, le Kid était l'arbitre spécial d'un match entre Razor Ramon et Sycho Sid et a tourné heel en trahissant son pote pour rejoindre la Million Dollar Corporation. Razor Ramon tente d'intervenir pendant son entrée mais est arrêté par des arbitres. La team des faces arrive. Marty Jannetty mène la charge. Barry Horowitz, jobber depuis des années, a enfin reçu son premier push avec plusieurs victoires contre Skip au cours de l'été. Bob Holly est dans ses premières années dans la compagnie avec sa gimmick de pilote de NASCAR et a été champion par équipes plus tôt dans l'année avec le 1-2-3 Kid. Enfin, Hakushi aussi a reçu quelques rares victoires contre Skip, le malheureux jobber des jobbers, ces derniers mois. Une équipe remplie de bons workers finalement.
On a droit à un match rythmé et qualitatif techniquement. Tom Prichard est le premier éliminé, par Bob Holly, qui est immédiatement éliminé à son tour par un roll up de Skip. Radford élimine Hakushi, avant d'être éliminé par Horowitz. Le Kid élimine Horowitz. Jannetty est seul contre deux adversaires mais s'en sort bien et réussit à éliminer Skip après un Powerbomb du haut de la troisième corde. Le 1 vs 1 final est très cool, jusqu'à ce que Sycho Sid vienne intervenir en faveur de son partenaire de clan pour offrir la victoire au Kid. Razor Ramon qu'on voit backstages est furax et fait une Mohammed Henni à la télé qu'il regardait.
Le public était investi tout le long grâce à l'inclusion du 1-2-3 Kid dans le match, qui reçoit une grosse heat du public, et ça a d'autant plus investi le public dans les faces du match, dont Barry Horowitz, dont les victoires contre Skip l'avaient déjà rendu over. 19 minutes de bon catch avec un public investi et une histoire sympa. Que demander de plus ?

Note : ***3/4

2
Alundra Blayze [cap], Chaparita Asari, Kyoko Inoue & Sakie Hasegawa vs. Bertha Faye [cap], Aja Kong, Lioness Asuka & Tomoko Watanabe (w/ Harvey Whippleman)

Enfin du catch féminin ! Et si vous connaissez un peu AJW ou avez lu mes reviews des matchs 5* de Meltzer, vous vous rendez compte qu'on a dans ce match trois immenses légendes du catch féminin japonais : Aja Kong, Kyoko Inoue et Lioness Asuka. Vous vous attendez donc à un match légendaire ? Et bah non. Si WWF ramène ces lutteuses japonaises, elles n'auront pas le droit à un traitement similaire à ce qu'on voit chez AEW aujourd'hui. Et franchement, le public s'en fout. Pourtant, c'est pas le bon catch qui manque. Asari et Hasegawa vont être celles qui vont le plus briller dans ce match, la première avec une sorte de Corkscrew Moonsault lunaire (en 95 dans la division féminine WWF quoi !), et la seconde avec des Suplex qui ne devaient même pas encore être légales aux États-Unis. Cependant, ce match va manquer totalement de coordination. Les japonaises ont l'air de pas trop savoir ce qu'elles sont censées faire, et si Alundra Blayze va tenter pendant tout le match de mener le groupe, on va avoir plein de moments foirés. L'histoire se base sur Alundra Blayze qui vient de récupérer son titre des mains de Bertha Faye (la pire catcheuse du match d'au moins 3000 km dans ce match) à Raw. Toute seule contre deux adversaires, Blayze élimine Faye mais succombe à Kong qui l'achève d'un violente manchette. 10 minutes beaucoup trop courtes pour un match qui semble n'avoir reçu aucune préparation et qui aurait pu aspirer à beaucoup mieux.
Un mois plus tard, Alundra Blayze en marre et se casse pour la WCW, où elle jettera le titre de WWF Women's Champion dans la poubelle. Elle ne défendra jamais son titre contre Aja Kong. J'espère que vous avez aimé cette review parce que le titre féminin ne sera pas réactivé jusqu'en 1998.

Note : **1/2

3
Bam Bam Bigelow vs. Goldust

Un match simple pour souffler. Si il a été midcarder à peu près toute sa carrière, Goldust est vraiment un big deal à l'époque. Arrivée en grandes pompes, grosse entrée lumières éteintes, gimmick puissante. Mais putain, les matchs de Goldust à l'époque, qu'est-ce que c'est long ! Il fait deux minutes de moins que le match précédent mais paraît durer trois fois plus. Y'a absolument rien dans ce match, que Goldust domine totalement et remporte avec un Bulldog. Une heat de Goldust en 95, c'est encore pire qu'une heat de Baron Corbin aujourd'hui. Voilà, c'est dit. Pauvre Bam Bam Bigelow, qui fait le Main Event de Mania et qui se retrouve 6 mois plus tard à se faire squasher par un nouvel arrivant dans le 3ème match de la carte.

Note : 3/4*

Mais le match sera en partie éclipsé par le retour d'un personnage : le président des États-Unis de l'époque, Bill Clinton. Ou en tous cas, son imitateur. Présent à WrestleMania X, il avait un peu semé le doute auprès des fans, parce que vraiment présenté comme Bill Clinton. Ici, il n'y a pas de doute, puisqu'ils vont en faire des sketches bien lourds. Ça va se moquer de son scandale sexuel, Bob Backlund va l'humilier, et il va même y avoir un gros bruit lors de la pyro de Bam Bam qui va entraîner la sécurité du faux président à intervenir comme pour le sauver d'un attentat. Curieusement, on n'a pas énormément d'informations sur cet espèce d'angle parce que très peu connu, alors que c'est plutôt choquant au visionnage. Vince républicain détestait Clinton ? Est-ce que ça a un rapport avec le procès des stéroïdes qui a lieu à cette époque ? En tous cas, je pense pas que la politique a quelque chose à faire dans un show de catch, et je trouve pas malin de risquer de se mettre à dos une partie de l'audience démocrate.

3
The Dark Side (The Undertaker [cap], Fatu, Henry O. Godwinn & Savio Vega) (w/ Paul Bearer) vs. The Royals (King Mabel [cap], Hunter Hearst Helmsley, Isaac Yankem DDS & Jerry Lawler) (w/ Sir Mo)

C'est le grand retour de l'Undertaker ! Et c'est l'Undertaker avec son fameux masque du Fantôme de l'Opéra, qu'il arbore pour cacher son visage suite à la blessure que Mabel lui a infligée. Et pour l'occasion, il retrouve deux autres futurs Main Eventers de Crown Jewel 2018 : HHH et son frère Kane, qui est à l'époque dentiste. Je trouve que l'équipe des Royals suit plutôt bien le thème : deux rois, un aristocrate et le dentiste d'un des rois. C'est pas du tout le cas pour le Dark Side par contre, et d'ailleurs ça ressemble assez au groupe de potes IRL du Taker à l'époque.
Le match est très simple à décrire. On a 12 minutes de catch bof, puis Vega fait pour la première fois le tag à l'Undertaker. Tombstone sur Lawler, il l'élimine. Tombstone sur Yankem (le premier d'une longue liste), il l'élimine. Helmsley veut se faire la malle mais Godwinn menace de lui balancer son seau (à chaque PPV...). Chokeslam sur HHH qui était sur le tablier du ring. HHH éliminé. Mabel surprend le Taker avec une jolie Belly to Belly Suplex puis la fameuse Leg Drop. Le Taker se relève à sa manière bien particulière et le roi se barre. Le Dak Side au complet est Soul Survivor en 14 minutes 21.
L'histoire, c'est le retour du Taker qui défonce tout le monde, et ça s'arrête là. Ça fait le taf mais c'est pas un grand match. Intéressant de voir le Taker quand il n'avait encore rien d'humain (déplacements, posture, etc).

Note : **

5
Wild Card Match
Ahmed Johnson, The British Bulldog, Shawn Michaels & Sycho Sid (w/ Jim Cornette & Ted DiBiase) vs. Dean Douglas, Owen Hart, Razor Ramon & Yokozuna (w/ Jim Cornette & Mr. Fuji)

Après le match des lowcarders, celui des femmes et celui des midcarders, on retrouve enfin les Main Eventers. La grosse particularité de ce show, c'est ce Wild Card Match. L'idée est simple : faire des équipes composées à la fois de heels et de faces. D'un côté, Sycho Sid et le British Bulldog heels font équipe avec le débutant Ahmed Johnson et Shawn Michael babyfaces, alors que de l'autre côté, Razor Ramon Face doit faire équipe avec 3 heels. Jim Cornette voit ses clients (Hart, Yoko et Smith) séparés et est présent aux deux interviews pré-match. Il est plutôt drôle quand il dit à Pettengill dans la seconde "Non, on s'est pas vu avant." Dans le match, il interviendra de temps à autre pour ses poulains mais sans nuire aux autres.
Au final, les deux équipes s'entendent plutôt bien. On commence avec une confrontation alléchante entre Owen Hart et Shawn Michaels. On joue sur le starpower et on a droit à pas mal de face offs intéressants comme on voit beaucoup aujourd'hui : les deux potes de l'échelle HBK et Razor, les beaux-frères Owen et Davey Boy, etc. Razor Ramon se prête au jeu de son équipe en frappant Johnson lorsqu'il est dans les cordes et que l'arbitre regarde ailleurs. Finalement, première embrouille un peu débile entre Razor Ramon et Dean Douglas et ça permet à Michaels d'éliminer Douglas avec un roll up. Cette fois-ci, le push de Douglas est définitivement enterré. Plus tard dans le match, Sid et Michaels semblent être redevenus copains. Sid tient Razor par les bras pour que Michaels porte son Sweet Chin Music, mais ça cafouille et Sid se mange le coup. Michaels s'en fout et laisse Razor l'éliminer. Après ça, Sid est furieux et place sa Powerbomb sur Michaels, qui kick out au compte de 2. C'est au tour d'Ahmed Johnson de briller et il élimine Owen Hart. Razor fait face au grand gaillard mais le 1-2-3 Kid va intervenir et ça permet au British Bulldog de l'éliminer avec un Running Powerslam. Le Bulldog s'embrouille avec ses co-équipiers qui le virent du ring. Double team de Michaels et Johnson sur Yokozuna qui termine avec un Splash de Johnson pour le dernier compte de trois. Victoire de Shawn Michaels, Ahmed Johnson et du British Bulldog, qui même en remportant le match, ne semble pas vraiment très fort en vue de son match de championnat au prochain In Your House.
C'est un match qui est beaucoup aimé par les fans. Mais d'abord, le catch est pas ouf. Ensuite, l'idée et la dynamique sont super intéressantes mais certaines embrouilles sortent un peu de nulle part dans le match (Douglas/Razor, Bulldog/HBK & Johnson). Et puis Ahmed Johnson... Bref, pas le match incroyable dont certains parlent mais un moment sympa. Bizarrement, la WWE ne renouvellera jamais le concept (hors SmackDown/Raw ou choses comme ça).

Note : ***1/4

Main Event
WWF Championship
No Holds Barred
Diesel (c) vs. Bret Hart

C'est l'heure du Main Event et je vais revenir sur cette rivalité. C'est leur troisième affrontement en PPV. Le premier était au King of the Ring 1994 pour le titre de Hart, et avait terminé en DQ après l'intervention de Jim Neidhart. Aux Survivor Series 94, Bret Hart perd le titre face à Bob Backlund après des manigances de son frère Owen, et Diesel devient champion trois jours plus tard dans un House Show. Le Best There Is et Big Daddy Cool s'affrontent à nouveau au Rumble pour le titre mais ça se termine encore en No Contest après des interventions. Ici, les deux hommes s'affrontent dans le rubber match sans disqualification, un an après que Bret ait perdu le titre injustement. C'est une très bonne rivalité qui a été espacée dans le temps, et c'est un truc que la WWE ne fait plus trop aujourd'hui (il semble qu'AEW montre cette volonté de le faire). Les deux premiers matchs ont été très bons (Bret Hart est clairement le meilleur adversaire qu'ait eu Kevin Nash) et on est hypés pour celui-ci.
Ce match est annoncé comme étant la puissance de Diesel contre la technique de Bret Hart. Et c'est la puissance de Diesel qui prend l'ascendant en début du match. Finalement, Bret s'en sort en ciblant la jambe de Diesel, qu'on se souvient était déjà celle du British Bulldog à In Your House 3. Il l'attache même un moment au poteau du ring. Le match est vraiment très lent. Aucune séquence rapide et technique comme ils ont eu lors des confrontations précédentes. Ici, c'est un brawl dur, méticuleux et épuisant. Diesel reprend l'ascendant en cognant la tête de Bret dans le coin du ring, dont deux avaient été enlevés par les participants en tout début de match. Alors que Bret Hart est sur le tablier du ring, une charge de Diesel l'envoie sur la table des commentateurs mexicains, spot qui est connu comme étant le premier spot de table des commentateurs chez WWF. Diesel semble regretter son action, alors que Bret ne répond pas. Mais finalement, ce malin de Bret va porter un roll up pour la victoire. Le règne de quasiment un an de Diesel se termine et Bret Hart remporte le titre pour la troisième fois ! Mais il n'a pas le temps de célébrer puisque Diesel l'attaque immédiatement et lui porte la Jacknife Powerbomb. Des arbitres viennent pour l'arrêter mais Diesel s'en prend aussi à eux. Fin du show.
Un match excellent, fastidieux mais à la lecture facile et rempli de bon storytelling, avec un changement de titre et un Heel Turn tous deux assez iconiques.

Note : ****1/4

Appréciation globale
Les Survivor Series 1995 sont considérés comme le PPV de l'année 95 qui sauve les meubles d'une année catastrophique. C'est le 7ème PPV Survivor Series le mieux noté sur Cagematch (sur 33 éditions). C'était plutôt le cas. Un seul stinker (Bam Bam/Goldust) et la déception du match féminin mais tout le reste a fait le taf, et on conclue sur une excellente note avec ce Main Event.

Matchs conseillés
The Body Donnas vs. The Underdogs
Wild Card Match
Diesel vs. Bret Hart

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 


Dernière édition par KXL le Sam 2 Mai - 19:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Onclesam64
BanhammerMan
Onclesam64

Messages : 11464
Age : 33
Localisation : au 7ème ciel avec LuFisto, Xia Li, Rosemary et Beth
Humeur : Pourriture communiste !

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptySam 2 Mai - 13:48

Un article de KXL cheers

Bam Bam, que t'ont-ils fait ? Sad

The Dark Side, c'est quand meme l'un des teams les plus improbables de l'histoire.


Spoiler:
 

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Giphy
Palmarès WFA:
 

Récompenses:
 

Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptySam 2 Mai - 19:44

J'ai oublié de dire que c'était le dernier match de Bam Bam à la WWF, qui quitte la compagnie juste après à cause de "différents" avec la Kliq (encore...).

Onclesam64 a écrit:

Spoiler:
 

Malheureusement, j'ai un peu laissé tomber. Je reprendrais peut-être un jour, en réfléchissant à comment caser Kofi et Drew. En tous cas, j'ai un autre projet de ranking qui arrive d'ici peu.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Samoan
Grand Slam Champion
Samoan

Messages : 3563
Age : 21
Localisation : Arkham Asylum

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyDim 3 Mai - 21:54

Je lis également ta chronique avec intérêt, d’autant plus que j’ai revu la majeure partie des PPV des années 90’s récemment. En plus, tu vas prochainement t’attaquer aux années 1996 et 1997 que je trouve nettement plus intéressantes que les années 1998 et 1999 (avec l’influence de Vince Russo).

Je trouve que l’année 1995 à la WWF n’est pas aussi horrible que sa réputation négative auprès des fans, il y a justement beaucoup de pépites (les performances de Bret Hart ; les débuts de Goldust et Triple H ; le passage éclair de Hakushi ... etc) dans un produit relativement faible dans l’ensemble (le règne de champion du monde de Diesel qui n’a clairement pas été gâté en terme d’adversaires, même chose pour The Undertaker).

D’ailleurs, le produit de la WWF en 1995 était nettement moins horrible que le produit de la WCW en 1995.
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyMar 11 Aoû - 17:47

In Your House 5 : Season’s Beatings
 
Nous sommes le 17 décembre 1995 à la Hersheypark Arena d’Hershey, Pennsylvanie. On n’est pas très loin de Philadelphie, fief de la ECW, et ça va se ressentir durant le show.
 
Vince McMahon et Jerry Lawler sont aux commentaires, alors que Jim Ross a été relégué aux interviews avec Todd Pettengill.
 
Goldust est en ringside dans un coin privé et fait savoir à Pettengill que la virilité de Razor Ramon l’excite beaucoup.
 
1
Marty Jannetty & Razor Ramon vs. Sid & The 1-2-3 Kid (w/ Ted DiBiase)
 
Jannetty continue sur sa bonne lancée et fait équipe avec le champion Intercontinental pour affronter l’équipe de la Million Dollar Corporation. Ils sont annoncés sous le nom « Sid & The Kid », et je crois que c’est un des meilleurs noms de tag team que j’ai jamais entendu. 12 minutes de bonne action in ring, même si la rigidité de Sid sur le ring est assez criante aux côtés des 3 autres. Par contre, le finish est un peu foiré. Ramon fait le tombé sur Sid après un Bulldog. Mais qu’est-ce qu’ils ont en ce moment avec les Bulldogs ?
 
Note : ***
 
Jerry Lawler monte sur le ring et nous introduit un catcheur qui fait son retour après 5 mois d’absence. C’est J-E-double F J-A-double R-E-double T. C’est Double J, Jeff Jarrett ! Ain’t he great ? Pas en promo à l’époque en tous cas. Il manque cruellement d’authenticité et a un fake laugh totalement cringe. Mais Lawler réussit à bien le mettre en valeur et lui remet un disque d’or pour avoir vendu 500 000 exemplaires de son album de country, « Ain’t I Great », comprenant la chanson « With My Baby Tonight » (à aller écouter impérativement pour ceux qui sont passés à côté). Jerry Lawler invite ensuite Double J à venir commenter le show avec McMahon et lui-même.
 
2
Ahmed Johnson vs. Buddy Landel (w/ Dean Douglas)
 
Dean Douglas se ramène. Il nous dit que son dos est blessé à 65% et qu’il ne pourra pas affronter Johnson ce soir. Il a un adversaire de rechange pour ce soir qu’il introduit : « Nature Boy » Buddy Landel. Si, si. Buddy Roggers et Ric Flair ne sont pas les seuls à avoir endossé la gimmick. Et c’est un véritable cosplay de Ric Flair : la musique de 2001, l’Odyssée de l’Espace, la longue robe bleue, la belle chevelure blonde, le slip et les bottes. Il manque juste le charisme. Mais le pire dans tout ça, c’est que ce n’est pas une rib à Flair ou WCW. Landel a cette gimmick depuis à peu près aussi longtemps que Flair. Et c’est pas non plus un no name : grosse star chez Jim Crockett’s Promotion dans les années 80, il était censé remporter le titre NWA World des mains de Flair. Main Eventer à la Smoky Mountain, il vient de rejoindre la WWF suite à sa fermeture. Mais ici, il est là pour jobber. 42 secondes, Pearl River Plunge et c’est terminé. Après le match, Johnson met une fessée à Douglas qui se barre en courant. C’est la dernière fois qu’on verra Shane Douglas à la WWF, qui reviendra chez lui à la ECW juste après. En ce qui concerne Buddy Landel, il aura un match pour le WWF Championship dans un show télé, puis deux victoires sur des jobbers avant de se blesser et quitter la compagnie.
 
Note : N-R
 
Après le match, Lawler interview Johnson et se moque de lui avec Jarrett. Double J termine par lui fracasser son disque d’or sur la tête, et les deux hommes quittent l’aréna dans un brawl un peu gênant.
 
En backstages, Pettengill vient remettre une lettre dorée à Razor Ramon. Razor fait une sale tête.
 
3
Arkansas Hog Pen Match
Special Guest Referee : Hillbilly Jim
Henry O. Godwinn vs. Hunter Hearst Helmsley
 
On l’avait vu au début du show : un enclos à cochons était installé dans la salle. Pour régler des comptes qui durent depuis un bon moment, HHH affronte le fermier dans un Hog Pen Match, où le but est de balancer son adversaire dans l’enclos pour l’emporter. Pour les personnes de la génération NT1, ça ne doit pas leur rappeler des bons souvenirs. En effet, le Hog Pen Match avait été ressorti du placard lors d’Extreme Rules 2009, dans un combat impliquant Vickie Guerrero à Santina Marella. Désolé si vous l’aviez oublié.
En tous cas, ce match n’a rien à voir, et est une belle surprise. Le côté goofy est très légèrement dosé et on assiste à un bon gros brawl avec des bumps assez violents. HHH va même se couper violemment le dos sur un spot. Après 9 minutes solides, Hunter contre une charge de Godwinn pour le faire basculer dans l’enclos. Après le match, Hunter refuse de se faire soulever la main par Hillbilly Jim et Godwinn retourne l’attaquer. Il l’envoie à son tour dans l’enclos et lui porte un Military Press Slam. HHH couvert de boue tente de se relever et glisse à plusieurs reprises comme un débile. Bah ouais, on n’allait pas terminer ça sérieusement. Ça me fait doucement rire quand je lis que le Curtain Call a affecté le push de HHH.
 
Note : *** 
 
4
Diesel vs. Owen Hart
 
Le lendemain des Survivor Series, au cours d’un match contre Owen Hart, Shawn Michaels s’effondre sans raison dans le ring. Apparemment, ils ont fait cet angle parce que Michaels souhaitait prendre du repos, jugeant ne pas être remis de sa bagarre contre les Marines deux mois plus tôt. Et si Diesel paraissait avoir tourné heel aux Survivor Series, ce n’est pas vraiment ce qui s’est passé. Après les Series, il a affirmé s’en foutre des réactions du public et a continué à attaquer des officiels. Mais malgré ça, Michaels est toujours son pote et il s’est engagé à le venger. Il me semble que c’est de ce personnage qu’est apparu le terme « tweener ». Dans une période à la WWF où les faces et heels étaient encore plus exagérés, le personnage de Diesel est une véritable anomalie qui se place entre les deux.
Malheureusement, le match est une grosse déception. C’est quasiment un squash. Owen a à peine un peu d’offenses, ciblant la fameuse jambe déjà attaquée par le Bulldog et Bret Hart, mais Diesel reprend facilement le dessus. Après une Jacknife Powerbomb, Diesel refuse d’en finir là et veut en porter une seconde, ce qui amène l’arbitre à le disqualifier au bout de 4 minutes 30. Des arbitres arrivent pour l’empêcher de faire plus de dégâts. Pauvre Owen, durement traité après une année 94 à feuder avec le WWF Champion Bret Hart.
 
Note : *
 
Vous ne vous attendiez quand même pas à un show WWE si proche de Noël sans qu’on en parle ? Heureusement, Savio Vega est là, et il a ramené le Père Noël avec lui pour distribuer des cadeaux au public. Mais Ted DiBiase arrive et il n’aime pas Noël. Au passage, c’est comme ça qu’on fait un rire de méchant, Jarrett. Il demande à Savio Vega s’il croit au Père Noël. Savio lui dit que oui. Le Père Noël attaque Savio. Well, that escalated quickly. Savio se bat avec le Père Noël, jusqu’à ce que la fausse barbe et le chapeau tombent. Et on voit le visage du futur Balls Mahoney, pas encore passé par ECW. Mahoney va réinterpréter le personnage nommé Xanta Claus une fois ou deux fois de plus avant de vite quitter la compagnie pour rejoindre ECW.
 
5
Casket Match
King Mabel (w/ Sir Mo) vs. The Undertaker (w/ Paul Bearer)
 
Encore un gimmick match pour conclure une longue rivalité. Ça peut faire peur sur le papier mais ça va être assez vite expédié. Mabel porte ses top moves (dont le Leg Drop qui a blessé le Taker). Il fout le Deadman dans le cercueil et met trois plombes pour le refermer. Le Taker relève le bras à temps. Il défonce Mabel. Chokeslam. Il le fout dans le cercueil. Mo intervient. Undertaker récupère la chaîne qui était faite avec les restes de son urne (hein ?). Il jette Mo dans le cercueil avec Mabel et le referme. Tout ça en 6 minutes. Je leur suis reconnaissant d’avoir fait ça aussi court, parce qu’un match plus long aurait pu être bien insoutenable. Le public est à fond tout le long. C’est une surprenante réussite. Après le match, Undertaker fait le signe de la ceinture sur ses hanches. Le push de Mabel est enfin terminé.
 
Note : **1/2
 
Main Event
WWF Championship
Bret Hart (c) vs. The British Bulldog (w/ Jim Cornette & Diana Hart)
 
Seul match de championnat de la soirée, c’est la revanche du match de Summerslam 92. On en parle beaucoup dans le build up, jouant sur le fait que Bret n’a jamais réussi à battre le Bulldog. Diana Smith, sœur de Bret Hart et épouse de Davey Boy Smith, a choisi de soutenir son mari et l’accompagne au ring.
Le match met un moment à démarrer, mais une fois lancé, quel match ! Et c’est pas un technical masterclass mais un brawl bien nerveux. Et évidemment, le public, qui 5 minutes avant chantait « ECDUB ! », est ravi. Bravo aux deux hommes d’avoir su connaître leur public alors que ce n’était pas un match sans disqualification. Bret Hart fait un gros bladejob pendant le match, qui fait scander le public « We want blood ! ». Le British Bulldog prend un horrible bump où il manque de se tuer : sur une projection dans le coin, il fait un salto avant, rebondit contre le coin avant de s’empaler tête la première dans le ring. Je ne sais pas comment il ne s’est pas blessé sur le coup. Finalement, Bret Hart remporte le match avec (à nouveau) un petit paquet au bout de 21 minutes.
Un autre brawl pour Bret après Diesel, un autre très bon match, et s’il perd en storytelling, il gagne en rythme et intensité. ****3/4 pour Dave Meltzer, ça sera un petit peu moins pour moi.
 
Note : ****1/4
 
Dark Matches
- Savio Vega bat Bob Backlund.
- Goldust bat Duke Droese.
- Barry Horowitz, Hakushi et les Smoking Gunns battent les Body Donnas, Isaac Yankem et Yokozuna.
 
Appréciation globale
Ça a l’air d’être un one match show, mais toute l’undercard a à mon sens overperformé (exception faite de Diesel et Owen Hart), et si sur le papier, ça pouvait être mauvais, on s’en sort admirablement bien, et on termine bien l’année.

Matchs conseillés
Bret Hart vs. The British Bulldog 


Top 5 des matchs de l’année
1)      Razor Ramon vs. Shawn Michaels (Summerslam)
2)      Bret Hart vs. The British Bulldog (In Your House 5)
3) Bret Hart vs. Diesel (Survivor Series)
4) Bret Hart vs. Diesel (Royal Rumble)
5) Jeff Jarrett vs. Shawn Michaels (In Your House 2)
 
Top 3 des shows de l’année
1) Royal Rumble
2) Survivor Series
3) In Your House 5 : Season’s Beatings

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Samoan
Grand Slam Champion
Samoan

Messages : 3563
Age : 21
Localisation : Arkham Asylum

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 13 Aoû - 0:09

Je ne savais même pas que Bob Backlund était encore à la WWF après son combat contre Bret Hart à WrestleMania 11.


Sinon, j’ai toujours considéré que le heel-turn de Diesel est complètement officialisé lorsqu’il attaque simultanément Bret Hart et Undertaker dans un épisode de RAW en février 1996 (de mémoire, un sérieux beatdown avec plusieurs Powerbomb sur Undertaker). J’ai souvenir qu’il affronte encore des heels en janvier 1996 (Mabel ; Isaac Yankem DDS).
En tout cas, cette période entre Survivor Series 1995 à son départ de la WWF en mai 1996 est facilement ma période préférée de Kevin Nash, il gagnera énormément en personnalité et confirmera sa progression à la WCW par la suite. Avant ça, je trouvais que Diesel était assez green et n’arrivait pas tellement à s’émanciper de son simple rôle de big man. D’ailleurs, c’est regrettable qu’il ait remporté la ceinture WWF aussi rapidement alors qu’il aurait certainement été un meilleur champion du monde avec un peu plus de patience et ce personnage de Big Daddy Cool (un prototype de Steve Austin quelques années plus tard).

Après, je dirais que le premier véritable tweener de l’histoire de la WWF reste Sycho Sid entre Survivor Series 1996 et son départ de la WWF en 1997 (il affrontait réellement des faces / heels sans aucune distinction et changeait constamment d’attitude à l’occasion).
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12370
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 13 Aoû - 13:03

Le Hog Pen fait parti des matchs perdus qu'on avait commenté avec la bande. De mémoire je pense pas que je lui aurai mis une telle note, mais on s'était bien marré en tout cas ^^'.
Revenir en haut Aller en bas
Orange Sanguine
Christophe 2000
Orange Sanguine

Messages : 10877
Age : 18
Localisation : Akihabara (un jour peut-être)
Humeur : Roi des Français... et des lunettes !

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 13 Aoû - 14:02

Punaise c'est vrai (cette lutte des classes People Power! ) lol

Ya limite plus de matchs qu'on a jamais posté plutôt que l'inverse maintenant... une tite pensée à la fameuse pub durant l'event du coup lol

_________________
Tu peux pas faire plus chevalier de la table ronde !!!

Road to the Attitude Era [Chronique] Hqdefa10

Palmarès Perso:
 
Palmarès WFA-WAF:
 
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 13 Aoû - 16:27

Samoan a écrit:
Je ne savais même pas que Bob Backlund était encore à la WWF après son combat contre Bret Hart à WrestleMania 11.

Il continue à catcher en low-midcard jusqu'en mi-96. Puis après, il a le run un peu plus connu de manager du Sultan.

Samoan a écrit:
En tout cas, cette période entre Survivor Series 1995 à son départ de la WWF en mai 1996 est facilement ma période préférée de Kevin Nash

Je pense aussi. Surtout au niveau in ring, entre ses matchs contre Bret Hart, le Taker et Michaels.

Gbacca a écrit:
Le Hog Pen fait parti des matchs perdus qu'on avait commenté avec la bande. De mémoire je pense pas que je lui aurai mis une telle note, mais on s'était bien marré en tout cas ^^'

Je pense qu'il se tape une mauvaise réput' parce que la stipu est "goofy" mais le match (outre le post-match) ne l'est pas vraiment voir pas du tout.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12370
Age : 35
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyVen 14 Aoû - 15:37

Oui je confirme, en dehors de la stipu, on a vu bien pire dans le cadre de nos commentaires, et en dehors d'ailleurs...


On avait choisi se surjouer dans les commentaires l'opposition riche/pauvre, c'était assez amusant ^^'
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 3912
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyJeu 10 Déc - 17:33

I’m back ! Comme pour la prochaine, cette review sera peut-être moins détaillée que les autres parce que j’ai vu le PPV il y a un moment sans rien rédiger par la suite. On est partis pour l’année 1996 !
 
Road to the Attitude Era [Chronique] MV5BMmI2M2JkZDYtY2IxMi00NThiLTlmYjctYzYyYzVmYzg3YmEyXkEyXkFqcGdeQXVyMjkxODI3MTY@._V1_


Royal Rumble 1996
 
Nous sommes le 21 janvier 1996 à la Selland Arena de Fresno, en Californie.
 
Pour l’occasion, c’est Mr. Perfect qui rejoint Vince McMahon à la table des commentateurs. Hennig dit que le Royal Rumble est le Superbowl de la WWF (Ah bon ? C’est pas WrestleMania ?). Le bon vieux Todd Pettengill est aux interviews.
 
Ce PPV marque l’apparition du Free For All, sorte d’ancêtre du Kickoff, pré-show gratuit pour tout le monde avec un match et des interviews, mais sans le panel de merde et les conneries de Booker T. Malheureusement (ou heureusement ?), aucun des Free for All n’est disponible sur le WWE Network. Pour cette première, un match opposant Hunter Hearst Helmsley et Duke Droese mettait en jeu la place de dernier entrant dans le Rumble Match pour le gagnant et la place de premier entrant pour le perdant. Après avoir initialement remporté le match par triche, HHH voit la décision être inversée par Gorilla Monsoon. HHH s’incline par DQ.
 
1
Ahmed Johnson vs. Jeff Jarrett
 
La feud entre Jarrett et Johnson commencée au PPV précédent débouche sur ce match de 6 minutes 26 que j’ai trouvé correct dans l’exécution. Le match se termine par contre par une disqualification lorsque Jeff Jarrett fracasse sa guitare sur la tête de Johnson et se barre.
Le nom Ahmed Johnson se trouve dans la liste de pires catcheurs de l’histoire de la WWE de beaucoup de monde. Et pour le coup, je suis pas vraiment d’accord. Je ne défendrai pas ses promos qui ne font aucun sens, mais je trouve son in ring assez injustement décrié. C’est un big man agile, assez rare pour l’époque. Dans le match, on le voit effectuer un Suicide Dive (où il manque de se tuer en se cognant la tête contre la barrière) et un Sommersault Leg Drop qui manque sa cible. En plus de ça, il est celui qui a introduit la Tiger Bomb à la WWE sous le nom de Pearl River Plunge. OK, c’était pas le catcheur le plus safe, même avec lui-même, lui qui s’est blessé de nombreuses fois pendant son run, mais c’était un catcheur charismatique qui avait quand même un certain potentiel.
 
Note : **
 
« Big Daddy Cool » Diesel est interviewé par Todd Pettengill et offre une promo plutôt babyface. Il parle du retour de Shawn Michaels, de l’arrivée de Vader, et du fait que l’Undertaker soit l’aspirant n°1 au titre de Bret Hart et pas lui.
Et un truc m’a frappé dans cette promo. En à peine une minute, Diesel a parlé de 3 points, dont 2 très importants pour le développement à venir de son personnage, et a semblé complètement authentique. Alors qu’aujourd’hui chez WWE, toutes les interviews se ressemblent, les interviewers posent des questions de merde, aucun personnage n’est développé et aucune storyline n’avance.
 
2
WWF Tag Team Championship
The Smoking Gunns (Billy & Bart) © vs. The Body Donnas (Skip & Zip) (w/Sunny)


Après avoir fait équipe ensemble aux Survivor Series, Tom Prichard a adhéré au délire fitness de Skip et a changé son nom pour créer cette équipe dans une division qui était à ce moment-là pas loin du néant.
Pas grand-chose à dire sur ce match tout à fait correct de 11 minutes 14 d’action par équipe rapide et bien exécutée. Sunny va essayer d’aguicher l’équipe adverse mais prendra finalement un bump à l’extérieur du ring. Le finish est assez cool : alors que les Body Donnas vont porter une Suplex sur Bart Gunn, Billy Spear l’un d’entre eux, et Bart enchaîne avec un roll-up victorieux.
Il va quand même en falloir plus pour reconstruire cette division par équipe.
 
Note : **3/4
 
S’ensuit le fameux segment « Billionaire Ted’s Warroom ». Il s’agit d’un sketch parodique dans lequel on voit un faux Ted Turner, le patron de WCW, organiser une réunion avec des faux Hulk Hogan, Randy Savage et Mean Gene Okerlund, récemment partis de la WWF vers la concurrence, pour trouver des idées pour concurrencer la WWF. Outre le fait que le segment est fait sans aucune subtilité, le timing est assez ridicule. Si la WWF est toujours numéro une, elle a radicalement baissé en termes de popularité, après une année 1995 reconnue comme une des pires de son histoire, économiquement comme créativement, et dans quelques mois, la nWo débarquera et ce ne sera qu’une question de temps avant que WCW ne passe devant.
 
3
WWF Intercontinental Championship
Razor Ramon © vs. Goldust (w/ Marlena)
 
Là encore, une storyline dont je vous avais parlé qui arrive à son terme, dans laquelle Goldust, le « weirdo » bisexuel, harcèle le macho Razor Ramon, très mal à l’aise avec la situation. Une storyline pas d’aussi mauvais goût qu’on pourrait le penser, mais qu’on ne verrait sûrement pas aujourd’hui. Le match commence directement par Goldust qui tente des attouchements sur le Bad Guy. Ça fonctionne assez pour le décontenancer, et avec une distraction de Marlena, Goldust prend l’avantage. Il domine le match et sans que ça soit aussi catastrophique que contre Bam Bam Bigelow aux Survivor Series, c’est fou de se dire Dustin Rhodes est un bien meilleur worker aujourd’hui à 51 ans qu’il l’était il y a 25 ans. Finalement, le champion intercontinental se rebiffe et commence à porter ses trademarck moves. C’est là que le 1-2-3 Kid se pointe et porte un coup de pied de la troisième corde qui permet à Goldust de faire le tomber et de l’emporter. Nouveau champion Intercontinental, après 14 minutes de combat ! La rivalité entre le Bad Guy et le Kid se poursuit.
Un match correct qui a bien su donner un premier moment fort au personnage de Goldust.
 
Note : ***
 
Le docteur de Shawn Michaels nous dit qu’HBK est en état de participer au Rumble, puis on a droit à des courtes promos backstage d’Owen Hart, Jake Roberts, Jerry Lawler, Barry Horowitz, Vader et Jim Cornette, et enfin Shawn Michaels.
 
4
Royal Rumble Match
 
Je vais essayer de résumer ça de la manière la plus complète possible, mais ça va être long. Avant quelques éléments à savoir : Steve Austin (avec la gimmick du Ringmaster) et Vader font leur début en PPV dans ce match. Ce dernier a directement entamé une feud contre la figure d’autorité, Gorilla Monsoon. Jake Roberts fait son retour à la WWF dans ce match, tout comme Shawn Michaels qui revient de blessure. Et c’est également le dernier match de Mabel, qui reviendra quelques années plus tard avec une nouvelle gimmick.
 
HHH commence comme prévu le match contre nul autre que son rival de l’époque, Henry O. Godwinn. Bob Backlund, Jerry Lawler, Bob Holly et King Mabel suivent. Lawler se prend le seau de purin de Godwinn dans la tronche. Jake Roberts débarque, accompagné de son serpent, et tout le monde se casse lorsqu’il le balance dans le ring. Sauf Lawler, et le serpent se met un moment sur lui avant qu’il s’en débarrasse. Lawler se cache sous le ring. Dory Funk Jr. et Yokozuna arrivent. Yoko élimine Backlund et Roberts élimine Godwinn. Le 1-2-3 Kid arrive et Razor Ramon accourt pour se venger, mais il est finalement ramené en coulisses par les officiels. Takao Omori, d’AJPW, arrive mais ne fait pas long feu. C’est au tour de Savio Vega, pendant que Yoko élimine Mabel. It’s Vader Time. Vader élimine Jake Roberts et Doug Gilbert, qui venait de rentrer. Il s’allie ensuite avec l’autre client de Jim Cornette, Yokozuna, pour éliminer les deux prochains entrants, les Headhunters, pour leur unique apparition à la WWF. Des favoris arrivent, Owen Hart et Shawn Michaels. Dans le meilleur moment de ce Rumble, Michaels élimine Vader et Yokozuna en même temps alors que l’alliance des big men de Cornette tournait à la guerre d’égos. Michaels élimine le Kid. Hakushi arrive et Vader revient et défonce tout le monde. Gorilla Monsoon doit intervenir. Tatanka et Aldo Montoya arrivent. Shawn Michaels va chercher Jerry Lawler sous le ring, le ramène et l’élimine. Owen Hart élimine Hakushi et Tatanka élimine Montoya. Diesel arrive et fait équipe avec Michaels. Diesel élimine Tatanka. Kama est le prochain entrant, suivi par le Ringmaster Steve Austin qui élimine Bob Holly. Barry Horowitz arrive. Diesel élimine son pote HHH. Fatu et Isaac Yankem arrivent et Owen élimine Horowitz. Il enchaîne en portant un Enzuigiri à HBK, le même move qui avait entraîné le hiatus de Michaels, et tente de l’éliminer, mais il se fait avoir par Diesel. Marty Jannetty arrive et a un moment sympa avec son comparse Rocker. Le British Bulldog arrive et élimine Jannetty. Austin est éliminé hors-champ dans ce qu’il dira plus tard être un botch. Le futur Kane élimine le futur Rikishi. Duke Droese arrive en 30 comme prévu. Owen Hart revient pour attaquer Michaels, avec l’aide de son beauf. Michaels élimine Yankem pendant que Kama et Diesel éliminent Droese. Ils ne sont plus que 4, et le finish ne tarde pas à arriver. Michaels élimine le Bulldog, Kama en profite pour l’éliminer à son tour, mais Michaels se raccroche aux cordes. Diesel élimine Kama, se retourne et est cueilli par un Superkick de son pote, qui le fait passer par-dessus la troisième corde. Shawn Michaels remporte le Royal Rumble pour la seconde fois d’affilé. Diesel n’est pas rancunier et va célébrer avec lui.
 
Sûrement pas le meilleur Rumble de l’histoire, mais sûrement pas le pire non plus. Pas mal de highlights bien répartis dans ce match et un finish bien écrit.  Un Rumble tout à fait regardable avec pas tellement de temps morts que ça.
 
Note : ***1/2
 
Main Event
WWF Championship
Bret Hart © vs. The Undertaker
 
Le Taker est le premier à entrer et alors qu’il est sur la rampe, il se retrouve nez à nez avec Diesel, qui n’était toujours pas reparti en coulisses. Une bagarre éclate entre les deux hommes, et ils doivent être séparés par des arbitres. Le champion Bret Hart arrive, et le combat commence.
Un combat qui va un peu ressembler à celui en Bret Hart et Diesel aux Survivor Series, mais en moins bien. Physique, brutal, mais lent, et long. Très long. 28 minutes 30 de combat, où, il faut pas se le cacher, on a eu quand même pas mal le temps de s’ennuyer. Pas un mauvais combat mais pas à la hauteur de ce à quoi on pouvait s’attendre entre ces deux-là, pour leur premier face à face en PPV. Ça n’aide pas trop non plus que l’Undertaker à l’époque campe toujours un personnage très rigide sur le ring, et à ce moment-là de sa carrière, il n’a pas encore livré de vrai grand match. Le finish aussi nuira à la qualité du match : après un Tombstone du Deadman sur Bret, Diesel reviendra pour attaquer l’arbitre et causer la disqualification. Je suis hypé pour le feud Diesel/Taker mais c’est clairement pas une fin de PPV du Big 4 idéale. Puisqu’ils ont fait le choix de placer ce match en Main Event pour permettre l’altercation d’avant-match entre les deux hommes. Bret Hart célèbre timidement dans le ring pour terminer ce show.
 
Note : **3/4
 
Appréciation globale
Un PPV dans l’ensemble moyen. Une carte assez homogène avec peu de différence de qualité entre ses matchs. Le Royal Rumble, sans être incroyable, a bien joué son rôle de développer les histoires. Avec un meilleur Main Event et une fin plus excitante, on aurait pu dire que le PPV était réussi. 
 
Match conseillé
Le Royal Rumble Match, si c’est votre truc.

_________________
Road to the Attitude Era [Chronique] Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Samoan
Grand Slam Champion
Samoan

Messages : 3563
Age : 21
Localisation : Arkham Asylum

Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] EmptyMer 30 Déc - 17:25

Je suis d’accord que Ahmed Johnson n’était clairement pas un mauvais lutteur, il avait quelques qualités athlétiques et était indéniablement populaire auprès des foules de l’époque. C’est surtout ses multiples blessures consécutives qui ont anéanti sa carrière (d’ailleurs, il s’est blessé les deux uniques fois où il était challenger à la ceinture mondiale).

Sinon, je suis également d’accord que la rivalité Diesel / Undertaker était excellente, je suis presque déçu que leur combat à WrestleMania 12 soit assez méconnue, certainement à cause de la popularité du main-event entre Bret Hart & Shawn Michaels.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Road to the Attitude Era [Chronique] Empty
MessageSujet: Re: Road to the Attitude Era [Chronique]   Road to the Attitude Era [Chronique] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Road to the Attitude Era [Chronique]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Catch :: WWE-