Catch Asylum : Le forum des fous de catch WWE TNA ROH INDY NJPW
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

La nouvelle saison de pronostics a commencé, c'est par que ça se passe !
L'équipe du Catch Asylum Podcast fait le débrief de AEW Full Gear ici !
Pour participer aux prochains podcasts, ou en organiser, c'est par ici !
La première saison de ParionsCatch est lancé, venez la découvrir ici !
-40%
Le deal à ne pas rater :
Pompe à air électrique et portable Xiaomi Mi Pump
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

Partagez | 
 

 [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyMer 31 Mar - 21:52

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

Bienvenue dans cette nouvelle chronique ! Encore une, mais celle-ci devrait rejoindre mon autre chronique Road to the Attitude Era. Ici, on va parler d'une année cruciale, plaque tournante dans l'histoire du catch, 1996, et des trois plus grosses promotions de l'époque aux États-Unis : World Wrestling Federation, World Championship Wrestling et Extreme Championship Wrestling. Je vais reviewer de manière assez rapide leurs shows principaux, respectivement Raw et Nitro diffusés en même temps le lundi soir, et Hardcore TV, diffusé le mardi, de chaque semaine, ainsi que les PPVs WCW (ceux de WWF seront reviewés en parallèle sur Road to the Attitude Era, et ECW n'en a pas encore). Pas de shows secondaires comme WCW Saturday Night, WWF Superstars ou Action Zone, je suis pas maso à ce point. Le but ultime est d'arriver jusqu'en 2001 et le rachat de WCW et ECW par WWF, en rajoutant au fil des années WCW Thunder, WWF SmackDown et ECW on TNN. Mais soyons sérieux, il y a très peu de chances que j'arrive jusque là. De toutes manières, dans ce topic, on ne parlera que de l'année 1996, une année plutôt digeste à regarder puisque tous ces shows sont au format 1h, ce qui revient donc à regarder un épisode de Raw aujourd'hui (bien que Nitro passera au format 2h à partir de mai). En plus des reviews et de mon avis sur les shows, je vous noterai aussi les ratings TV de Raw et Nitro (Hardcore TV étant diffusé sur une chaîne régionale), mais surtout mon classement des meilleurs shows, et le meilleur match de la semaine.

Concernant ma connaissance du produit et des storylines en cours au moment où je commence la chronique, c'est sur WCW que je suis le plus calé. J'ai vu tous les Nitro (qui ont commencé en septembre) et subséquents PPVs jusque là, donc ce ne sera pas un immersion pour moi de ce côté là. Pour WWF, j'ai vu tous les PPVs de l'année 1995, mais aucun Raw. Si ça suffit amplement à connaître toutes les storylines importantes, le plus intéressant sera de voir à quoi ressemblent les Raw de cette période. Enfin, le plus gros inconnu viendra d'ECW. J'ai vu il n'y a pas très longtemps pas mal de shows de fin 94-début 95, et très honnêtement, c'était de la merde. Ça s'améliorait un peu sur la fin (dès qu'on passe en 95 concrètement), mais le produit était assez différent de ce qu'on connaît aujourd'hui d'ECW. Pourtant, ce n'était déjà plus Eastern Championship Wrestling depuis longtemps, les Tito Santana, Jimmy Snuka et compagnie n'étaient plus là, le produit était déjà plus mature, et les storylines étaient correctes, mais il y avait encore très peu de matchs "extrêmes" et la qualité in ring était abyssale dès qu'on n'avait pas Benoit ou Malenko sur le ring. November to Remember 1994 est un des pires shows de catch qui m'ait été donné de voir (presque au niveau de Crown Jewel). 1995 est vraiment l'année où ECW a explosé. Je zappe donc le run d'Austin, les promos légendaires de Mick Foley, les grands matchs de Benoit, Guerrero et Malenko, le règne de Mikey Whipwreck, les débuts de Raven, pour me retrouver en 1996 sans trop savoir où on en est.

Avant de reviewer la première semaine, un point sur les champions :

WCW :
WCW World Heavyweight Champion : Ric Flair
WCW World Television Champion : Johnny B. Badd
WCW United States Champion : One Man Gang
WCW World Tag Team Champions : Harlem Heat (Booker T & Stevie Ray)

WWF :
WWF World Heavyweight Champion : Bret Hart
WWF Intercontinental Champion : Razor Ramon
WWF World Tag Team Champions : The Smoking Gunns (Bart Gunn & Billy Gunn)

ECW :
ECW World Heavyweight Champion : The Sandman
ECW World Television Champion : 2 Cold Scorpio
ECW World Tag Team Champions : The Sandman & 2 Cold Scorpio
(non, y'a pas qu'eux deux dans la compagnie)


Semaine 1


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771

1er Janvier (Rating : 2.5)

J'ai vu ce show en premier, mais à partir de la prochaine semaine, je commencerai par Raw, pour la simple et bonne raison qu'ils spoilent les résultats de Raw à Nitro, Raw étant pré-enregistré et Nitro en direct. On parle souvent du 4 janvier 99, où l'annonce de Bischoff que Foley allait gagner le titre WWF a fait que les gens ont changé de chaîne, mais cette pratique était déjà employée à peu près toutes les semaines depuis que Nitro existe.

Avant de parler de ce show, il faut revenir sur leur dernier de 1995, qui n'était autre que leur PPV le plus important de l'année, Starrcade. Le show était presque essentiellement composé de matchs entre WCW et NJPW. Sept matchs et la promotion qui en remportait le plus remportait "la coupe du monde". Bien entendu, WCW l'a emporté 4-3. Après ça, Ric Flair, Sting et Lex Luger se sont affrontés dans un Triangle Match, sorte de Triple Threat/3-Way, mais avec deux catcheurs dans le ring et un qui attend qu'on lui fasse le tag. L'intérêt de ce match tournait autour de la relation Sting/Luger, retrouvailles entre amis lorsque Luger débarque lors du premier Nitro, et une amitié qui va résister au Heel Turn de Luger. Finalement, c'est Flair qui l'a emporté en profitant d'un ref bump pour balancer les deux autres à l'extérieur et attendre le compte de l'arbitre. Au dernier moment, Luger a retenu la jambe de Sting pour l'empêcher de remonter dans le ring. Grâce à sa victoire, Flair a obtenu un combat de championnat contre Randy Savage dans le Main Event. Et après une intervention de Jimmy Hart (qui était pourtant associé au Dungeon of Doom) et des Four Horsemen (Arn Anderson, Brian Pillman et Chris Benoit), Flair a remporté son 12ème titre de champion du monde en frappant Savage avec un poing américain. À ma grande surprise, parce que depuis leur reformation deux mois avant, les Horsemen perdaient à peu près tous leurs matchs. Mais la plus grande surprise, c'est qu'Hulk Hogan était absent de ce show... alors qu'il était dispo ! Ça paraît absolument inconcevable que WCW se privent délibérément de leur top star pour leur plus gros show de l'année. Apparemment, c'est dû au contrat en or d'Hogan qui prend 15% du revenu total de tous les PPVs où il apparaît. Puisque c'est leur plus gros show, WCW ont fait le choix de garder tous les revenus pour eux, quitte à se priver de lui. Ça montre surtout bien qu'Hogan, quelques mois avant la création de la nWo, n'a plus le draw power qu'il avait autrefois. In kayfabe, ils ont suspendu Hogan pour être intervenu dans un match de championnat entre Savage et le Giant et avoir attaqué des arbitres. Hogan revient dès ce premier Nitro de 96 et a directement une chance au titre maintenant détenu par Flair.
- Randy Savage vs. Arn Anderson (6:55)
[Pas le temps de niaiser pour WCW qui commence directement avec le fallout du main event de Starrcade. Comme Flair la veille, Anderson veut frapper Savage avec le poing américain qu'il sort de son slip, mais Savage le contre, le saisit du poing pour frapper Anderson, le remet dans le slip de Double A, et remporte le match.
- Chris Benoit vs. Lord Steven Regal (5:42)
Regal, qui est là depuis longtemps mais qu'on n'a encore jamais vu catcher à Nitro, bat le Horseman clean, après que Benoit se soit jeté dans le vide à l'extérieur du ring.

- Promo dans le ring avec Arn Anderson, Chris Benoit et Brian Pillman. Pillman engueule ses coéquipiers pour leurs défaites. Anderson engueule Pillman pour chercher des embrouilles avec tout le monde (Paul Orndorff qu'ils ont envoyé à l'hosto la semaine précédente et le Dungeon of Doom). Le Dungeon of Doom, du moins ce qu'il en reste, se ramènent. Kevin Sullivan et le Zodiac veulent en découdre, mais Jimmy Hart et le Giant les en dissuadent.
- Sting & Lex Luger vs. The Super Assassins (5:52)
Sting et Luger l'emportent facilement après un combo Scorpion Death Lock/Torture Rack en stéréo. Les Super Assassins ne sont autres que le Warlord et le Barbarian déguisés.

- World Heavyweight Championship Match (7:55)
Ric Flair (c) vs. Hulk Hogan
Après le Leg Drop d'Hogan, Jimmy Hart et les Four Horsemen interviennent. Comme à Starrcade, Flair en profite frapper son adversaire avec le poing américain. Mais Hogan no sell, se saisit du poing pour le montrer à l'arbitre, et celui-ci disqualifie Ric Flair ! Hogan enchaîne les Horsemen avec le poing. Le géant se ramène, mais derrière lui, Savage vient avec une chaise pour le neutraliser. À l'inverse de tout à l'heure, c'est Zodiac et Sullivan qui viennent pour calmer le géant et l'emmener à l'extérieur.
- Promo de Hulk Hogan et Randy Savage au retour de pub qui défient Arn Anderson et Ric Flair pour un match par équipe au prochain Nitro, match qu'on a déjà vu y'a pas si longtemps.
Ne cherchez pas de la qualité in ring dans les Nitro (même dans les PPVs en général d'ailleurs). Contrairement à Raw et Hardcore TV, l'endroit où les grands garçons jouent donne très peu de temps à ses matchs et même quand deux bons workers s'affrontent, on a souvent un match lent et fainéant dont le finish est le seul truc à retenir. La seule exception concerne les cruiserweights. À ce moment là, le titre n'existe pas encore mais une division commence à voir le jour. Menée par Dean Malenko, Eddy Guerrero, Alex Wright, Sabu, Jerry Lynn ou encore Disco Inferno, les cruiserweights ont d'habitude au moins un match à chaque Nitro, celui-ci étant une exception. Mais le point fort de Nitro, et surtout de ce Nitro, c'est leur starpower. Flair/Hogan en Main Event. Savage, Sting, Luger et les Horsemen ailleurs sur la carte. On n'a pas une carte aussi folle toutes les semaines, mais au contraire de Raw, Nitro n'hésite pas à présenter ses têtes d'affiches toutes les semaines à la télé.
En termes du booking, il y a du bon et du moins bon. J'aime bien la direction qu'ils prennent avec Brian Pillman, qu'on appelle maintenant le Loose Canon. Il me semble que c'est comme ça qu'est née sa fameuse gimmick, qu'il amènera avec lui chez WWF. Par contre, j'en ai marre de voir les Horsemen tout pommer. C'est pas possible que Benoit perde contre Regal qui n'est même pas un midcarder. Pour Sting et Luger, je suis déçu qu'on n'ait eu aucune mention de ce qui s'est passé à Starrcade et qu'ils soient toujours les meilleurs copains du monde. Quant au Main Event, j'ai bien aimé l'overbooking de fin malgré la DQ stupide. WCW font ça assez bien je trouve, et le public est en feu à chaque fois. J'aime bien aussi l'idée de mettre une pub après le Main Event pour une promo qui va hyper le show de la semaine prochaine, ce qu'ils font à chaque fois. Par contre, ça m'insupporte de voir Savage passer toujours comme le faire-valoir de Hogan. C'était déjà comme ça chez WWF et ça le poursuit chez WCW. Le mec était champion trois jours avant et dès le show suivant, il repasse dans l'ombre d'Hogan.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996

1er janvier (Rating : 2.6)

Pour contrer le Nitro post-Starrcade, la promotion de New York propose Raw Bowl, un épisode spécial sur le thème du football américain. Fanfare présente, catcheurs en maillots de foot US, dessin d'un terrain sur le ring, arbitre à casquette, Miss Raw Bowl aux commentaires, et même un match à thème.

- WWF World Tag Team Championship Raw Bowl Match
The Smokins Gunns (c) vs. Sid & The 1-2-3 Kid vs. Owen Hart & Yokozuna vs. Razor Ramon & Savio Vega
Raw commence plutôt fort aussi avec pas mal de starpower dans un seul match par rapport à ce qu'ils peuvent proposer. C'est un Fatal 4-Way Match à élimination avec deux catcheurs dans le ring qui peuvent tager un partenaire ou un adversaire à tout moment. Mais pour rester dans le thème, chaque équipe a le droit à un temps mort dans le match. On ne saura jamais comment se traduit ce temps mort puisqu'il n'y en aura pas. Razor et Savio sont les premiers éliminés quand Sid profite d'une distraction de l'arbitre pour frapper Razor par derrière, permettant au Kid de faire le tombé. C'est ensuite au tour de Yoko et Hart, quand Yokozuna porte malencontreusement un Banzai Drop sur son partenaire (c'est plutôt bien fait). Dans le finish, Razor revient pour pousser le Kid sur Sid, et permet aux Gunns de conserver leurs titres.
À noter aussi que lors de l'entrée de Razor, un mec habillé en groom vient lui offir un cadeau de la part de Goldust. Razor balance le cadeau et tabasse le pauvre groom.

 - Halftime Report de Dok Hendrix pour hyper le Main Event et le Royal Rumble.

- Rediffusion du Hog Pen Match entre Henry Godwinn et HHH du dernier In Your House.

- King Mabel vs. Diesel (0.08)
C'est un squash pour Diesel. Un Big Boot et c'est terminé !
Après le match, Diesel repart avec Miss Raw Bowl, que Jerry Lawler avait dragué toute la soirée à la table des commentateurs.

- En backstages, remise du Lombardi Trophy. Pendant toute la soirée, Jerry Lawler avait parlé d'un trophée Lombardi qui reviendrait aux vainqueurs du Raw Bowl Match, mais McMahon ne semblait pas au courant. Il s'agit en fait de Steve Lombardi, le Brooklyn Brawler, qui remet un vieux trophée avec sa photo aux Gunns. En bons heels qu'ils ne sont pas, les Gunns balancent le trophée par terre et tabassent le Brawler sans raison, lui renversant une glacière dessus.

- On annonce que Vader fera ses débuts au Royal Rumble !

- Segment Billionaire Ted's Warroom. C'est le même segment dont j'ai parlé dans ma review du Royal Rumble.

Mais qu'est-ce que c'est que ce show ? Je comprends pas qu'ils aient eu le meilleur rating. Déjà, le concept est nul. L'opener, qui est en fait le seul vrai match, est correct in ring, mais terriblement stupide. On se retrouve deux fois avec les deux membres d'une même équipe l'un contre l'autre (les Gunns puis Yoko et Hart), ce qui est déjà une règle stupide, mais en plus, les mecs se battent au lieu de faire un tag. On nous vend l'idée de faire des temps morts mais on n'en fait pas. Et Razor prend un pin après une corde à linge par derrière de Sid, et Sid parce qu'on lui a jeté le Kid dessus.
Ensuite, on a des segments stupides comme la Warroom, le Halftime Report et la remise de prix que je n'ai absolument pas comprise. Un Main Event de 8 secondes, même si c'est plutôt une bonne chose parce qu'on n'a pas envie voir un rematch du pire Main Event de l'histoire de Summerslam (quoique Lesnar/Orton...) et que le Diesel tweener destructeur qu'ils sont en train de construire est plutôt sympa. Mais le pire, c'est la rediffusion du match d'In Your House. Je savais pas qu'ils faisaient ça. Le show dure à peine 45 minutes, et on a un tiers dédié à cette rediffusion. Et la semaine prochaine, ce sera au tour du Bret Hart/British Bulldog du même show, qui est encore plus long, d'être rediffusé. Un très mauvais Raw, et j'espère que ce ne sera pas comme ça toute l'année.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

2 Janvier


Après Raw et Nitro, Hardcore TV aussi a droit à un show un peu spécial, puisque c'est leur premier show dans la ville de New York. 
Il faut aussi savoir que Harcore TV n'est pas un show TV normal comme Nitro et Raw parce que c'est en fait un montage de matchs et de promos pris sur un ou plusieurs shows. Il me semble que le show de la semaine prochaine sera aussi composé de matchs du show de New York. Certains supershows, mais pas tous, sont diffusés entièrement sur le WWE Network, mais je me suis rendu compte lors de mon visionnage de 94/95 qu'il vallait mieux les zapper et regarder Hardcore TV, qui nous propose une sorte de best of de ces shows avec des video packages et des promos backstages qu'on n'a pas sur ces shows.

- Après une très longue intro vidéo, on retrouve Joey Styles sur le ring. Stevie Richards et le Blue Meanie, qui font partie du Raven's Nest, viennent l'interrompre. Richards délivre une promo transphobe (on est chez ECW dans les années 90, what did you expect?) contre les Newyorkais avant d'attirer son attention sur Missy Hyatt, ancienne valet chez WCW, qui est dans le public. Il tente de la draguer et se fait remballer. Mais quand il lui promet un date avec Raven, elle lui roule un gros patin et lui dit de le transmettre à Raven.

- ECW World Television & World Tag Team Championship
2 Cold Scorpio (c) vs. Mikey Whipwreck
Oui, les deux titres sont en jeu. Si Whipwreck gagne, il sera champion télé et champion par équipe avec le partenaire de son choix. Ce match est outrageusement dominé par celui qui a demandé à se faire introduire comme "2 Gold Scorpio" (malin). Il lui porte une flopée de superkicks (avec un bon gros claquement de cuisse), de Moonsaults et de Powerbombs, mais ne veut jamais en terminer. Finalement, après un gros ref bumb, Cactus Jack débarque et assome Scorpio pour donner la victoire à son ancien partenaire, se déclarant ainsi comme la moitié des champions par équipes. Ça ne fait pas du tout plaisir à Whipwreck qui tente même de rendre les titres à Scorpio.

- Video package sur Public Enemy qui font des conneries. Ils faisaient déjà plein de vidéos comme ça avec eux en 94/95.

- Public Enemy vs. The Gangstas
Public Enemy étaient sensés affronter les Heavenly Bodies, mais Tom Prichard ayant quitté la compagnie, c'est les Gangstas qui font leur retour pour les remplacer. C'est le typique brawl hardcore ECW, avec des tables, du sang, des tournevis dans la tête, et pas trop d'attention sur le selling. New Jack et Mustapha finissent par l'emporter après avoir fait passer Rocco Rock à travers une table.

- Promo vidéo des Gangstas qui défient Public Enemy pour un match très violent lors du prochain supershow. Promo vidéo de Public Enemy qui acceptent.

- Le show se termine par un segment backstages où Cactus Jack, qui est apparemment dans le Raven's Nest, vient montrer à Raven les ceintures qu'il a aidé à gagner, et lui dit d'intégrer Whipwreck à son groupe. Whipwreck ne veut pas et Raven non plus ne veut pas de lui. Raven engueule Mick Foley.

J'ai trouvé ce show plutôt solide. La promo de Richards est cool. L'opener est sympa même s'il est à sens unique. 2 Cold Scorpio est un très bon worker et dégage une attitude vraiment cool. Le tag est pas mal aussi si on aime ce genre de matchs. Public Enemy sont des big men très agiles et très modernes dans leur style de catch, même si j'ai un peu du mal avec leurs personnages. Et j'ai adoré le segment de fin avec Mick Foley et Raven, excellents dans leur jeu. Et puis, le public est à burnes ! Je regrette juste la présence un peu abusive de longs video packages et l'absence de hype pour le show de la semaine prochaine.

Meilleurs shows :
1) Hardcore TV
2) Nitro
3) Raw

Meilleur match :
2 Cold Scorpio vs. Mikey Whipwreck

MVP de la semaine :
2 Cold Scorpio

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 


Dernière édition par KXL le Mer 7 Avr - 12:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyJeu 1 Avr - 21:10

Semaine 2

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996

8 Janvier (Rating : 2.4)

- Jeff Jarrett vs. Hakushi (8:00)
Jarrett fait abandonner Hakushi avec le Figure 4.

- Ahmed Johnson vs. Jeff Brettler (1:32)
Un squash où Ahmed enchaîne plusieurs moves avant de terminer sur le Pearl River's Plunge. Après le match, Jeff Jarrett, avec qui il est en feud, tente de l'attaquer, mais Ahmed esquive et Jarrett plante sa guitarre sur le coin du ring. Il prend la fuite et Johnson termine de fracasser la guitarre.

- Brother Love est dans le ring avec Ted DiBiase. Le Million Dollar Man dit qu'il a observé pendant toute l'année 1995 qui serait digne de porter son Million Dollar Championship, et qu'il l'a trouvé. Il introduit le Ringmaster Steve Austin ! Austin fait une promo plutôt convaincante même s'il paraît un peu nerveux et dit qu'il va remporter le Rumble. C'est la toute première apparition de Steve Austin à la WWF !

- Goldust vs. Aldo Montoya (2:17)
Goldust l'emporte avec son Curtain Call.

- Rediffusion du Bret Hart vs. British Bulldog du dernier In Your House.

- Dans un segment intitulé Slam Jam, Jim Ross annonce des participants au Royal Rumble. On a aussi une vidéo promo de Vader. Enfin, toujours dans le même segment, le personnage de Scheme Gene, une imitation de Mean Gene Okerlund, est introduit.

- On voit un extrait de la conférence de presse de Shawn Michaels. HBK, qui a perdu conscience il y a plusieurs semaines lors d'un match contre Owen Hart, dit que même si les docteurs lui ont dit qu'il devait arrêter sa carrière, il a décidé de participer au Royal Rumble Match.

- Promo RAS de l'Undertaker et de Paul Bearer en vue du match de championnat contre Bret Hart au Royal Rumble.

- Nouveau segment de la Billionaire Ted's Warroom. Cette fois-ci, Billionaire Ted, le Hukster et le Nacho Man cherchent un slogan pour la WCW, "Where the big boys play".

Voilà plutôt une formule de Raw à laquelle je m'attendais. Des combats de jobbers. Le Jarrett/Hakushi était le meilleur et le plus disputé (même s'il faut compter une pub dans la durée). Ahmed Johnson m'a encore fait bonne impression. Le mec bouge bien, est très charimatique et a un super thème d'entrée. Je comprends décidément pas la haine. Le match de Goldust est par contre bien dégueu. Le moment fort de ce show, même si ça l'est plutôt devenu a posteriori, ce sont les débuts de Steve Austin. La plus grosse star de l'histoire du catch, rien que ça. Sinon, pour la deuxième fois d'affilé, le segment parodique de WCW termine le show, et en plus on a ailleurs l'introduction d'un autre personnage. Je savais pas qu'ils avaient donné à ça une aussi grosse importance. C'est pas drôle et vraiment inutile. Enfin, le reste sert à hyper le Royal Rumble, le prochain PPV. La différence avec WCW, où en ne regardant que Nitro, on ne connaît que 2-3 matchs avant que le PPV ait lieu, c'est que Raw prend le temps de communiquer ses affiches et de les hyper avec des promos, que ce soit pour les matchs importants comme ceux de l'undercard. Au final, un Raw très peu excitant, mais au moins moins stupide que celui de la semaine dernière. Et cette fois-ci, la rediff a diminué la durée du show par deux. Bientôt, ils vont faire des Raw de 10 minutes.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771

8 Janvier (Rating : 2.8 )

- Chris Benoit vs. Alex Wright (6:40)
Ou comme écrit sur le Network "Alex Wright in Singles Action". Le canadien est cette fois-ci accompagné d'un autre Horseman, Brian Pillman, qui va intervenir plusieurs fois dans le match. Finalement, Benoit se venge de sa défaite de la semaine dernière en l'emportant grâce à une superbe Dragon Suplex. Enfin une victoire pour les Horsemen !

- Eddy Guerrero vs. Lord Steven Regal (8:08)
Encore un match pour Regal à Nitro ! Mais cette fois-ci, il va se faire surprendre par un backslide de Guerrero pour le compte de trois. On nous vend ça comme un upset. Vraiment ?

- Sting et Lex Luger sont au micro de Mean Gene Okerlund, et ils parlent enfin de ce qui s'est passé à Starrcade, en particulier le moment où Luger empêche Sting de remonter dans le ring. Luger explique qu'il était blessé au genou (Flair lui met un coup d'avant-bras dans l'articulation alors que Luger tenait Sting dans le Torture Rack) et qu'il a attrapé Sting pour qu'il l'aide à se relever. Je trouve que Luger a l'air honnête, mais c'est pas le cas du public et d'un Mean Gene très partial. Finalement, Sting accepte ses explications et aussi sa demande de former une équipe.

- Sting vs. Diamond Dallas Page (6:20)
Sting fait taper DDP sur le Scorpion Death Lock. DDP n'est pas encore la star qu'il sera à l'avenir. Il est un heel en midcard qui vient de sortir perdant d'une feud avec Johnny B. Badd autour du titre TV.

- Arn Anderson & Ric Flair vs. Hulk Hogan & Randy Savage (15:00)
Les Mega Powers se reforment pour la 176ème fois. Pour l'occasion, ils entrent tous les deux sur le thème d'Hogan et arborent les couleurs jaune et rouge. J'en peux plus de voir Savage encore et toujours rabaissé comme le copain d'Hogan. C'est Beefcake 2.0. Et c'est pas la suite qu'on connait de 1996 qui va arranger ça. Le match va se résumer à une longue phase de domination des Horsemen sur Savage, avec un travail de tag team heel à l'ancienne et un Ric Flair brillant de roublardise. Finalement, Savage réussit à faire le tag, Hogan enchaîne ses moves, no sell un Spinebuster de Double A et termine avec un Leg Drop sur Anderson. Et c'est fini. Pillman et Benoit étaient sur le point d'entrer sur le ring pour casser le tombé mais ont été retenus par le Zodiac et Kevin Sullivan. Le Giant est là aussi, entre dans le ring et chokeslam Hogan et Savage. Le show se termine avec Zodiac et Sullivan qui montent dans le ring pour calmer le géant. Pas de promo post-Main Event cette semaine.

Un épisode avec peu de bla bla et concentré sur le in ring, et c'était l'un des meilleurs que j'ai vu de ce point de vue là. J'ai l'impression qu'ils commencent à laisser les gros sacs pour d'autres shows et mettre les bons workers et les stars à Nitro. Les deux premiers matchs sont vraiment bons (Alex Wright a eu une carrière que je n'explique pas), et le Main Event est également rendu sympa par les Horsemen malgré le finish Hogan wins lol. Par contre, je commence à en avoir marre de la feud entre Hogan et le Dungeon of Doom. Même si ça atteint pas les sommets de nullité d'il y a quelques mois, ça fait des mois et des mois que ça dure. On peut passer à autre chose ? J'ai bien aimé le segment avec Sting et Luger et je suis intrigué concernant la suite pour eux.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

9 janvier

J'ai parlé de tout ce que j'ai manqué en 1995 mais j'ai oublié de parler du plus important : le début de la plus grande feud de l'histoire de la compagnie, Tommy Dreamer vs. Raven. Heureusement, on a un video package au début de l'épisode qui nous rappelle un peu toute l'histoire entre les deux : Raven qui vole la copine de Dreamer, Dreamer qui met un Piledriver à son ex, Raven qui casse les doigts de Dreamer, Raven et Dreamer qui se connaissent depuis petits, Dreamer qui n'arrive pas à battre Raven. On aura le nouveau chapitre de cette rivalité en Main Event.

- Taz vs. Koji Nakagawa
On nous explique que Nakagawa est un catcheur de FMW (la promotion qui fait des Exploding Barbed Wire Death Matchs avec des vrais explosifs). Je ne sais pas quel est son statut là-bas, mais ici il joue le rôle du jobber. Il se fait suplexer dans tous les sens par Taz, avant d'abandonner sur le Tazmission. Taz est d'ailleurs accompagné par Bill Alfonso, l'ancien arbitre de WWF qui endosse ici un nouveau rôle de manager. Il tente de s'en prendre au public après le match mais Taz l'en empêche.

- Promo des Gangstas. New Jack parle pendant que Mustapha glousse comme un idiot. Il a l'air complètement défoncé.

- Joey Styles nous présente un court résumé d'un match entre les Pit Bulls et les Eliminators, remporté par ces derniers.

- Bruiser Martino vs. El Puerto Riqueño
C'est l'heure d'un des segments les plus WTF qui m'ait été donné de voir. Déjà, qui sont ces gens ? Figurez-vous que Bruiser Martino n'est autre que l'ancien Mantaur de WWF, qui est clairement plus à son avantage ici. Et El Puerto Riqueño est un no-name jobber. C'est un squash rapide pour Martino. Mais après le match, l'ancien Mantaur continue de porter des powerbombs à son adversaire. Le public crie "911", et ni d'une ni de deux, 911 arrive. J'avais déjà découvert 911 en 94/95. C'est un catcheur oublié d'ECW alors que ça a été un des mecs les plus populaires de la compagnie pendant plusieurs années. C'est un big man dont la gimmick est de se ramener à chaque fois que les fans scandent son nom pour mettre un ou plusieurs Chokeslam et se barrer. Chokeslam sur Martino donc, mais Bill Alfonso revient, énervé parce qu'il dit avoir banni le Chokeslam. Puis Tod Gordon arrive. Oui, le fondateur et ancien propriétaire d'ECW (il l'a vendu à Paul Heyman en 95). Brawl entre les deux non-catcheurs, qui sont apparemment en feud. Taz vient à la rescousse de son manager, ce qui amène un face off avec 911. Après un nouveau Chokeslam de 911 sur Martino qui passait par là, plein de catcheurs arrivent pour séparer 911 et Taz (qui étaient d'ailleurs tous les deux managés par Paul Heyman en 94/95). Mais le segment ne se termine pas là ! Deux Dudleys (pas les principaux) et Stevie Richards et le Blue Meanie restent sur le ring après que la situation entre 911 et Taz ait été maîtrisée, et les sous-fifres de Raven commencent à danser. Les Dudleys (dont un des deux, Sign Guy Dudley, a une pancarte Dudley 3:16, alors qu'Austin 3:16 n'existe pas encore ???) leur disent qu'ils connaissent quelqu'un qui dansent mieux qu'eux. Le public chante "We want Buh-Buh", et ni d'une ni de deux, le futur Bubba Ray/Bully Ray/Brother Ray se ramène et montre à son tour ses pas de danse. Le segment se termine sur un face off entre Stevie Richards et Buh-Buh Dudley.

- Tommy Dreamer se ramène pour son combat contre Raven, mais c'est le Blue Meanie, Stevie Richards et Beulah McGillicutty qui arrivent à sa place. Stevie Richards nous dit que Raven est blessé à la jambe (Joey Styles crie que c'est faux) et que c'est le Blue Meanie qui le remplace ce soir. À ce moment-là, je me dis "ils vont vraiment faire ça ?". Dreamer porte un DDT au Blue Meanie et le bat en une poignée de secondes. Il fait ensuite la même chose avec Stevie Richards. Puis quand Dreamer veut s'en prendre à Beulah, Raven arrive pour attaquer Dreamer par derrière et le match commence.

- Tommy Dreamer vs. Raven
Un combat à la fois violent et fun, comme ECW sait bien les faire, avec du sang, des tables et de l'overbooking à foison. Les deux hommes se servent des armes que leur tend le public, parfois insolites comme une brosse à chiottes. Ils brawlent jusqu'en dehors de l'aréna, où on voit qu'il neige, et reviennent rapidement. Beaucoup de nearfalls à la fin, on croit que Dreamer va enfin battre Raven mais ce dernier se dégage de tout. Beulah, Meanie et Richards interviennent en permanence mais Dreamer arrive à les repousser. Finalement, c'est l'intervention de trop et Raven porte son Evenflow DDT sur une chaise pour la victoire. Joey Styles a annoncé pendant le match que le vainqueur affronterait le Sandman juste après pour le titre ECW (ah bon ?). On n'a pas eu ce match, peut-être au prochain épisode ?

- Video package avec des courtes promos de plusieurs catcheurs. Dans le dernier segment, Shane Douglas fait son retour chez ECW ! Sans bien sûr manquer d'égratigner WWF au passage, de manière assez drôle : il interrompt une conversation entre Stevie Richards et le Blue Meanie (encore eux !) pour les corriger, avant de dire un truc du genre "ça a du mal à partir", en référence à son personnage de Dean Douglas chez Vince.

J'ai vraiment bien aimé cet épisode. Le public est toujours à burnes, la différence est frappante avec WCW et WWF, et ça magnifie tous les segments et matchs. Je pourrais voir Taz suplexer des gens d'un côté et l'autre du ring toute la journée. Le segment WTF était plutôt drôle. Et le Main Event était d'une très bonne qualité. Je suis définitivement hypé par cette feud entre Dreamer et Raven.


Classement des shows :
1) Hardcore TV
2) Nitro
3) Raw

J'ai trouvé que les trois shows ont augmenté proportionnellement en qualité par rapport à la semaine dernière. Hardcore TV va être compliqué à aller chercher tellement en ce début 96, ECW propose un produit un produit à des milliers d'années lumières plus moderne que les autres.

Match de la semaine :
Tonny Dreamer vs. Raven

MVP de la semaine :
Tommy Dreamer

Tout simplement parce que j'adore ce catcheur. Le mec n'a rien pour être une star (pas charismatique, pas de physique, pas un très bon worker, pas une bonne promo) mais il transpire la passion plus que peut-être n'importe qui dans l'histoire du catch et fait un incroyable babyface, le common man ultime qui donne tout à chaque apparition et qu'on a toujours envie de soutenir.

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 


Dernière édition par KXL le Mer 7 Avr - 12:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyMar 6 Avr - 2:11

Semaine 3

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996

15 Janvier (2.4)

Il s'agit du go-home Raw du Royal Rumble.

- Marty Jannetty vs. Owen Hart (6:30)
Après un match plutôt équilibré, Owen l'emporte sur un petit paquet.

- Royal Rumble Report de Todd Pettengill. Todd nous parle des combats de dimanche et des participants du Rumble.

- The Ringmaster vs. Matt Hardy (4:36)
Une grosse affiche quelques années plus tard, mais ici, Matt Hardy n'est encore qu'un no-name jobber et ce n'est que le tout premier match de Steve Austin à la WWF. Le futur Big Money Matt aura quand même droit à quelques offenses avant qu'Austin ne le mette KO avec le Million Dollar Dream.

- Video package de Shawn Michaels qui commente son retour au Rumble. Il dit que tout le monde lui a conseillé de se retirer du catch suite à s'être fait attaqué par des "thugs" dans un bar, mais qu'il a quand même choisi de revenir. Je comprends que ça passait mieux à l'époque qu'aujourd'hui, mais quel gros bullshit quand même.

- The Smoking Gunns vs. The Spiders
Les Spiders sont des jobbers masqués interprétés par les futurs Headbangers, Mosh et Thrasher. Les Gunns disposent très facilement d'eux en concluant par leur joli combo Side Slam/Diving Leg Drop.

- Segment Billionaire Ted's Wrasslin' Warroom. Ted veut acheter la WWF. Je savais pas que c'était possible, mais c'est encore moins subtil et drôle que les autres.

- Vince McMahon interview Goldust dans le ring. McMahon demande au Bizarre One s'il fait semblant de draguer Razor Ramon ou s'il veut "jouer sur l'homophobie de la plupart des hommes". Goldust lui répond avec la meilleure line de la semaine : "Monsieur l'annonceur, avez-vous un micro dans le pantalon ou êtes-vous juste content de me voir ?". Après le segment, Razor arrive dans l'aréna et fait savoir à Dok Hendrix qu'il est furax.

- The Undertaker vs. Isaac Yankem (8:30)
Oui, il s'agit bien du premier affrontement entre les Brothers of Destruction, avant que Kane ne soit Kane. Ce ne sera pas leur meilleur affrontement mais ce sera loin d'être le pire (pas dur). Kane prendra son premier Tombstone pour la victoire du Taker.

- Sunny est nue dans une baignoire et compare implicitement le sexe à Raw. Wow, j'étais pas prêt pour ce segment à Raw.

- Goldust est interviewé par Dok Hendrix. Razor Ramon l'attaque et le malmène jusqu'en dehors du building. Ça ressemble beaucoup à la séquence à l'extérieur entre Dreamer et Raven de Hardcore TV, avec la neige ici aussi présente. Goldust finit enfin par contrer un assault de Razor et se barre en voiture.

Malheureusement, encore un Raw où il ne se passe pas grand chose. Nitro orbite autour de 6 stars (Hogan, Savage, Flair, Sting, Luger et le Géant) qui sont présentes toutes les semaines tandis qu'à Raw, on n'a toujours pas vu le champion Bret Hart sur le show. Deux matchs avec un intérêt historique aujourd'hui mais plutôt inintéressants, et un opener décevant entre deux des meilleurs workers de la compagnie. Le highlight du show est la très bonne promo de Goldust. Au moins, on n'a pas eu de rediff de PPV.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771

15 Janvier (3.5)


- Lex Luger vs. Randy Savage (5:10)
En à peine plus de 5 minutes, celui qui était encore World Heavyweight Champion il y a moins de trois semaines pass out sur le Torture Rack de Luger sans aucune triche ni intervention ! Quoi ?

- Un match était prévu entre Brian Pillman et Arn Anderson contre Kevin Sullivan et Hugh Morrus. J'avais complètement oublié que Hugh Morrus était dans le Dungeon of Doom. Ils l'avaient introduit il y a plusieurs mois pour jobber contre Hogan, puis on n'en a plus entendu parler. Mais finalement, les 4 Horsemen et le Dungeon of Doom se ramènent tous ensemble sur le musique du clan du Taskmaster. En plus de Sullivan, Morrus, Zodiac, Jimmy Hart et du géant, Meng est apparemment toujours là, et ils ont aussi recruté le One Man Gang, qui est devenu US Champion en battant Kensuke Sasaki dans le Dark Main Event de Starrcade. Quelle promotion bizarre. Anderson et Sullivan sont ceux qui parlent. Ils disent que les deux groupes se respectent et se sont réconciliés et qu'ils ont même organisé un match pour Clash of Champions où Ric Flair et le Géant feront équipe. Clash of Champions n'est pas un PPV mais une sorte de supershow que WCW diffuse sur TBS deux fois par an les mois où ils n'ont pas de PPV. Cet arrangement n'est pas trop apprécié par Brian Pillman, qui le fait savoir. Anderson lui met une grosse beigne pour le calmer.

- Public Enemy vs. American Males (3:28)
Apparemment, les longues vidéos de Public Enemy sur Hardcore TV sont terminées, puisque Johnny Grunge et Rocco Rock deviennent les premiers de cette chronique à catcher dans deux shows différents. Ils affrontent les anciens champions par équipe American Males, une équipe dans le style boys band composée de Marcus Alexander Bagwell et Scotty Riggs. Au terme d'un match court et brouillon, Public Enemy l'emportent sur un roll up. Mais c'est après le match qu'ils feront sensation en posant une table sur une autre et en faisant passer le futur Buff Bagwell à travers les deux avec un Senton Bomb de "Flyboy" Rocco Rock !

- World Heavyweight Championship
Ric Flair (c) vs. Sting (12:00)
Après 12 très bonnes minutes de catch, Lex Luger intervient pour neutraliser Jimmy Hart. Luger arrache le megaphone des mains de la Bouche du Sud mais, dans le même mouvement, frappe son pote Sting dans le coin qui vient de rater un Stinger Splash. Le spot est extrêmement mal éxécuté et on dirait que Luger a vraiment fait exprès. Ric Flair porte son Figure 4 et l'arbitre compte Sting KO à terre.
Après le match, Luger monte dans le ring pour faire casser la prise à Ric Flair qui ne lâchait pas. Puis, sans aucune raison, Hulk Hogan et Randy Savage se ramènent pour faire fuir à la fois Flair et Luger. Sting reprend ses esprits et Hogan la grosse pouvave lui crie que c'est Luger qui lui a coûté le match. Sting dit qu'il n'a rien vu mais qu'il va tout de suite aller en parler à son BFF.

- Au retour de pub, Hogan et Savage sont toujours dans le ring au micro de Mean Gene. On apprend qu'ils vont affronter le Giant et Ric Flair à Clash of Champions. On apprend aussi qu'il y aura un match de championnat entre Ric Flair et Randy Savage à Nitro la semaine prochaine. Hogan dit qu'il n'est pas content de Savage parce qu'il est allé demander ce match sans lui en parler, alors qu'Hogan n'a toujours pas eu de rematch depuis World War III. Dans une promo totalement lunaire, Hogan alterne entre accuser Savage de l'avoir trahi et lui dire qu'il l'aime et qu'il est son meilleur ami.

- Hulk Hogan vs. Meng
Oui, même dans un show où on a un match de championnat mondial entre Ric Flair et Sting et qu'Hogan affronte un membre lambda du Dungeon of Doom pour la 356ème fois, c'est quand même Hogan qui est en Main Event. En plus, il n'y avait vraiment aucune raison de mettre ce match de merde en dernier parce que rien ne se passe de spécial. Hogan l'emporte en frappant Meng avec une pointe qu'il a arraché à Kevin Sullivan !

Nitro a totalement défoncé Raw dans les ratings, mais c'est clairement pas pour la qualité de ce show. C'est de loin le moins bon Nitro de ce début d'année, victime d'un booking absolument exécrable. Luger qui bat Savage clean en 5 minutes (il me semble que c'est la première fois que je le vois perdre clean depuis le premier Nitro), le finish de Sting/Flair, la promo d'Hogan et le Main Event (avec Hogan qui gagne en trichant !). C'est dommage parce que ça contraste avec un très bon Flair/Sting (peut-être le meilleur match à Nitro jusque là) et le spot de Rocco Rock qui a beaucoup impressionné le public WCW.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

16 Janvier

- On commence par, encore, un segment totalement WTF qui va dans tous les sens ! Ça commence par Joey Styles qui est interrompu par Bill Alfonso, venu insulter le public. Styles et Alfonso s'embrouillent et Taz arrive pour intimider Styles. Le public scande "Sabu" mais c'est 911 qui arrive. Tod Gordon arrive à son tour et s'en prend à Bill Alfonso. Face off entre Taz et 911 et plusieurs arbitres et catcheurs arrivent pour les séparer. La situation se calme, mais "The Extreme Rookie" El Puerto Ricano reste dans le ring pour provoquer Taz, ce qui lui vaudra une Taz Suplex avec une horrible chute sur la nuque. Taz se remet à intimider Joey Styles et 911 revient. Cette fois-ci, ce sont les Total Eliminators, John Kronus et Perry Saturn avec des cheveux, accompagnés de leur manager Jason, qui viennent attaquer 911. Ils lui font le Total Elimination, leur finish culte. À 3 contre 1, c'est finalement Rey Misterio Jr. qui vient faire le save ! Rey gère plutôt facilement les Total Eliminators, et sans qu'on comprenne vraiment comment, ça débouche à un match.

- 911 & Rey Misterio Jr. vs. The Total Eliminators
C'est quasiment un 2 contre 1 entre Misterio et les Eliminators, Taz venant régulièrement attaquer 911. À la fin du match, 911 prend Misterio sur ses épaules pendant que Kronus prend Saturn sur les siennes, comme s'ils étaient à la piscine, et Misterio porte un Hurracanrana pour la victoire. Après le match, Total Elimination sur Misterio. Les Pit Bulls arrivent pour attaquer les Total Eliminators. Francine, qui les manage, va attaquer Jason, et le défonce. Mais elle se fait elle aussi prendre par un violent Total Elimination. Le segment se termine sur Francine qui est évacuée sur civière.

- Apparemment, il y avait un match entre 2 Cold Scorpio et Mikey Whipwreck où Scorpio récupérait le titre TV, mais ce match n'est pas sur la version du Network, qui ne dure d'ailleurs que 37 minutes. Je ne sais pas pourquoi.

- Joey Styles nous reparle du retour de Shane Douglas. Il dit que Douglas s'était blessé et qu'il était parti chez WWF où il pouvait catcher dans un style "moins dangeureux". On lui a donné le titre Intercontinental là-bas, Styles dit qu'il croit que c'est comme ça que les titres changent là-bas.

- Buh-Buh Dudley vs. Jimmy Del Ray
Buh-Buh est accompagné de la Dudley Family alors que Del Ray est accompagné de son nouveau manager Mr. Hughes. La gimmick de Buh-Buh est qu'il est l'handicapé mental de la famille Dudley et qu'il bégaye sur son prénom (ça marche super bien sur le public). Pendant le match, Joey Styles nous indique que l'ancien partenaire de Del Ray, Tom Prichard, s'est barré ("zipped") chez la concurence où il vit des jours ensoleillés ("sunny days"). Tom Prichard incarne le personnage de Zip chez WWF, membre des Body Donnas, équipe managée par Sunny. Le match est cutté dans tous les sens et est à la limite de l'inregardable. Buh-Buh l'emporte sur un DDT.
Après le match, Mr. Hughes dit à Buh-Buh qu'il connait quelqu'un qui pourrait lui apprendre à bien parler anglais. C'est Shane Douglas qui fait son retour dans une salle d'ECW sous une énorme pop. Douglas dit qu'il va lui apprendre l'anglais et lui envoie une énorme baffe.

- On termine ce show avec une promo in ring de Stevie Richards, le Blue Meanie et Beulah McGillicutty. Richards nous dit qu'il est un tombeur, et qu'il faut l'appeller "Stevie the Stud". Il essaie d'embrasser Beulah mais celle-ci le repousse plusieurs fois. Elle lui dit qu'elle est enceinte ! Raven accourt dans le ring et commence à l'engueuler de ne pas s'être bien protégée. Mais Beulah lui dit que l'enfant n'est pas de lui ! Raven se rue immédiatemment sur Richards pour le tabasser, mais Beulah l'arrête en lui disant que Richards n'est pas le père non plus. Car c'est Tommy Dreamer ! Dreamer débarque et met un DDT à tout le monde. Il termine avec un Piledriver sur Raven sur une pancarte avec écrit "Use my sign Tommy".

- On voit Dreamer dans le couloir d'un hôtel. Il entre dans une chambre où Beulah l'attend dans le lit. Tommy fait signe au caméraman de sortir et ferme la porte.

Un Hardcore TV en deça des précédents. Le in ring surtout était décevant. Le premier match est brouillon et le second est trop cutté pour être appréciable. Mais j'ai vraiment bien aimé le dernier segment. Si ça peut ressembler à certaines choses qu'on aime pas trop chez WWE ces dernières années, la grande différence, c'est que le public joue le truc à fond. Et en plus, c'est fait de manière bien plus engageante et dans une storyline intéressante. Le retour de Shane Douglas est aussi un moment fort du show.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) MV5BMmI2M2JkZDYtY2IxMi00NThiLTlmYjctYzYyYzVmYzg3YmEyXkEyXkFqcGdeQXVyMjkxODI3MTY@._V1_

21 Janvier



Classement des shows :
1) Royal Rumble
2) Hardcore TV
2) Raw
3) Nitro

Hardcore TV était prenable cette semaine, mais ni Raw ni Nitro n'ont été à la hauteur. Et si Raw a fait un show totalement oubliable, Nitro a utilisé son starpower de la pire des façons. Bien que moyen, le Royal Rumble a assez facilement surclassé tous les weeklies.

Match de la semaine :
Ric Flair vs. Sting

MVP de la semaine :
Shawn Michaels

Pour son retour et sa performance dans le Royal Rumble Match bien sûr. Mention honorable à Diesel et Goldust.

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Samoan
Grand Slam Champion
Samoan

Messages : 3570
Age : 22
Localisation : Arkham Asylum

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyMer 7 Avr - 17:58

Comme d’habitude, je suis tes sujets historiques avec assiduité.

Bon, pour le coup, j’attends vivement que tu attaques la seconde partie de l’année pour la WCW qui est nettement plus intéressante. D’ailleurs, c’est plutôt l’inverse avec le produit de la WWF que je trouve relativement plat en 1996 (les épisodes de RAW commencent réellement à avoir de l’intérêt en 1997 à mes yeux).
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyJeu 8 Avr - 0:50

Merci pour ton retour !
L'idée est évidemment d'observer comment se fait la transition (qui est déjà arrivée chez ECW, qui arrive en 96 chez WCW et en 97 chez WWF).

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gbacca
Luttologue bedonnant
Gbacca

Messages : 12558
Age : 36
Localisation : Trou de baal de Jabba le Hutt
Humeur : Est-ce que je vous ai parlé du dernier Takagi vs Ospreay ?

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyVen 9 Avr - 12:34

Juste pour dire que je suis aussi Very Happy

_________________
WFA:
 

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) No_ma_10
Revenir en haut Aller en bas
StylesWWE
Pas Encore Top Heel (peut-être un jour)
StylesWWE

Messages : 1540
Age : 20
Localisation : Royaume de Logres
Humeur : Bonesaw is Readyyy !!!

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyVen 9 Avr - 12:41

Je zyeute également quand j'ai le temps de lire des beaux pavés avec beaucoup d'infos. D'ailleurs super taf' KXL [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) 4129460224

Et puis courage parce que les Raw de 1996 c'est pas vraiment top qualité en général (euphémisme)

_________________
LE POIDS DES MOTS, LE CHOC DU STYLES CLASH
DUX BELLORUM OF PRO WRESTLING PROPAGANDA
Tempora mori, tempora mundis recorda. Voilà. Eh bien ça, par exemple, ça veut absolument rien dire, mais l’effet reste le même.
#FireJustinRoberts #FireRickKnox #FireExcalibur #FireNiaJax #FireOtis #F***TheElite #PleaseJimRossQuitAEWToSaveYourLegacy #MJF2020 #WeDeserveBetter #BringBackRealWrestling #RestoreTheHonorOfOurSport #AcknowledgeYourTribalChief#TheMatIsSacred #ILoveYouTagTeamMotherFuckin'Rules #AndThatsTheBottomLine
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Il_57012
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyVen 9 Avr - 12:55

Merci les gars !

Le prochain Raw est le mieux noté sur Cagematch de toute l'année donc j'ai hâte de voir ça.

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyMer 5 Mai - 2:09

Semaine 4

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996

Lundi 22 Janvier (2.9)

- Le show commence par une vidéo de Sunny similaire à celle de la semaine dernière, où elle joue au billard et nous invite sensuellement à regarder Raw en faisant des métaphores sexuelles. Très étonné de voir ce genre de segments en janvier 96 chez WWF.

- Savio Vega vs. Vader (3:00)
Ce sont les débuts de Vader en singles match, après son apparition au Royal Rumble la veille, et Savio Vega doit avoir déjà envie de rejoindre les Borricuas. C'est un squash, même si Vega va avoir le droit à quelques offensives, qui se conclue par la Vader Bomb. Toutefois, c'est le post-match qui va valoir le coup.
Vader pète un plomb et continue d'attaquer Vega, puis des arbitres viennent pour l'arrêter, mais Vader les passe aussi à tabac. Gorilla Monsoon, le président de la WWF en personne, vient pour confronter Vader. Vader ne bronche pas et Monsoon lui porte même des chops pour le faire reculer. Mais malgré les efforts de Jim Cornette qui tente de calmer son client, Vader craque et attaque Monsoon ! Vader Bomb pour Monsoon. Finalement, Shawn Michaels et Razor Ramon interviennent, et Vader s'en va.
Ce segment est un "big deal". Bien avant Austin et McMahon, c'est la première fois que la figure d'autorité se fait attaquer par un catcheur. Une manière très forte de commencer Raw.

- Gorilla Monsoon est évacué sur civière. En backstages, Cornette essaie de calmer Vader, mais celui-ci est toujours furieux et défonce tout dans les vestiaires. Il nous dit qu'il veut détruire tous les catcheurs de WWF.

- Hunter Hearst Helmsley vs. Razor Ramon (8:01)
Helmsley est à nouveau accompagné d'un valet lambda, que Jerry Lawler ne manquera pas de draguer à la table des commentateurs. Peut-être l'affrontement le plus rare entre deux membres de la Kliq après Nash/Waltman. C'est un brawl pas très intéressant coupé par une pub. Le 1-2-3 Kid, qui apparaît en vignette avec Ted DiBiase au début du match où ils disent que Razor Ramon se plaint comme un bébé d'avoir perdu le titre Intercontinental, vient distraire Razor Ramon avec un biberon. Razor sort du ring et lui court après, et se fait décompter à l'extérieur comme un idiot. Après s'être rendu compte de sa bêtise, il remonte sur le ring, et tente un Razor's Edge sur HHH, qui arrive finalement à s'enfuir.

- Segment Billionaire Ted's Wrestling Warroom. Les imposteurs tentent cette fois de trouver des idées originales pour concurencer WWF, mais tout ce qu'ils proposent est une copie de ce qu'a fait WWF. J'en ai marre de ces segments.

- Shawn Michaels est dans le ring au micro de Vince McMahon. Il parle de sa victoire au Royal Rumble, mais avant de retrouver Bret Hart ou Diesel à WrestleMania, il veut régler les comptes avec Owen Hart. Ce n'est pas le King of Harts qui arrive, mais Jim Cornette, qu'on voit beaucoup ce soir. Cornette dit que Shawn pourra affronter Owen au prochain In Your House seulement s'il remet son title shot de WrestleMania en jeu. Michaels accepte et balance Cornette par dessus la troisième corde pour la peine. Une promo correcte, mais j'ai vraiment du mal à accepter Shawn Michaels en face. Son comportement de l'époque se voit à l'écran, et si ça marchait super bien en heel, ça fait maintenant de lui un face très antipathique, et pas si cool qu'il le croit.

- Bret Hart vs. Goldust (10:58)
Un Main Event champion vs. champion pour terminer ce show. Encore un match RAS. Goldust tente de se barrer mais Razor Ramon intervient pour le remettre dans le ring. On part à la pub et quand on revient, Bret Hart porte le Sharpshooter et Goldust abandonne.
Pour terminer le show, Bret est au micro de Vince McMahon. Il parle de son affrontement contre Diesel dans un Steel Cage Match à In Your House et promet à l'Undertaker un rematch. C'est une bonne promo. On sous-estime tellement Bret Hart au micro, surtout en 96-97. C'est tout le contraire de Shawn Michaels : un face totalement authentique, qui transpire la gentillesse et la droitesse.

Pour le meilleur Raw de l'année selon Cagematch... c'était pas mal, mais loin d'être incroyable. L'attaque de Vader sur Monsoon était le grand moment du show, et sûrement un des moments les plus importants de Raw en 96. Le reste n'est pas affreux, les storylines avancent, mais in ring, il n'y a rien à voir.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771

Lundi 22 Janvier (2.7)

Le show, ainsi que le Clash of the Champions du lendemain, se déroulent au Caesar's Palace de Las Vegas, soit là où a eu lieu WrestleMania IX, mais la salle n'y ressemble pas du tout.

- Nitro commence avec la première apparition de Konnan. De la même façon que Madusa il y a quelques semaines, Konnan interrompt les commentateurs à leur table avec une nouvelle ceinture. Mais cette fois, celle-ci ne terminera pas à la poubelle. Il s'agit du Mexican Heavyweight Championship, un titre... qui n'existe pas ! J'ai cherché partout et impossible d'avoir des informations sur ce titre. Konnan ne possédait à cette époque aucun championnat au Mexique ni ailleurs. Pourtant, il affirme qu'il va défendre cette ceinture le lendemain contre un autre débutant chez WCW, Psicosis.

- Ça commence fort aussi du côté de Nitro avec le championnat du monde défendu dans l'opener. Randy Savage est accompagné d'une horde de femmes, dont l'une est Woman, anciennement valet des 4 Horsemen. Évidemment, Hulk Hogan interrompt l'entrée de Savage (et se fait huer) pour lui souhaiter bonne chance brother et lui dire qu'il veut un title shot si il gagne. On fait aussi plusieurs grosses annonces en même temps. Le footballeur US Kevin Greene (décédé il y a quelques mois, j'ai l'impression que le monde du catch n'en a pas parlé alors qu'il a fait pas mal de trucs chez WCW), qui s'apprête à disputer le Superbowl, sera une partie de l'"arme secrète" de Hulk Hogan et Randy Savage pour le combat du lendemain. L'autre partie sera Miss Elizabeth, qui fera ses débuts chez WCW et sera réunie à Randy Savage après plusieurs années ! Enfin, les Road Warriors feront eux aussi leur retour à Clash of the Champions.

- WCW World Heavyweight Championship
Ric Flair (c) vs. Randy Savage (8:35)
Après le super match de la semaine dernière entre Flair et Sting, on pouvait s'attendre à un nouveau grand match. Mais ça n'a pas été le cas. Le match est tout juste passable quand on sait de quoi les deux sont capables ensemble. Le match se termine lorsqu'alors que Jimmy Hart distraie l'arbitre, Arn Anderson intervient pour frapper Savage avec un poing américain, mais ce dernier se baisse et c'est Flair qui se prend le coup. Hogan arrive pour neutraliser Anderson, et Savage enchaîne avec le Diving Elbow Drop pour la victoire. Nouveau champion ! J'ai été très gêné par le finish parce que l'arbitre, qui ressemble à Sean Penn, a clairement vu le coup de poing d'Anderson, et la cloche a sonné plusieurs fois ensuite, mais l'arbitre a fait comme si de rien était et a fait le tombé. Après le match, je m'attendais à ce que la décision soit inversée, mais non.

- Évidemment, impossible de concevoir une célébration de Randy Savage sans que Hulk Hogan s'en mêle. Mais cette fois, Savage va un peu le remettre à sa place. Il le défie pour un match à Caesar's Palace, c'est à dire soit ce soir soit le lendemain. Hogan accepte. Pourtant, il n'y aura jamais de tel match.

- Dean Malenko vs. Brian Pillman (6:20)
Elle fait rêver cette carte, non ? Mais c'est encore un match correct mais décevevant. Et encore un finish avec un arbitre aveugle (sérieux, on dirait qu'AEW essaye de les imiter même là-dessus). Ils travaillent un spot plutôt bien fait où Dean Malenko se retrouve le pied coincé entre deux cordes, et Pillman en profite pour faire le tombé. Sauf que l'arbitre voit très clairement tout ce qui se passe, il n'est à aucun moment distrait, mais fait pourtant le tombé avec le pied de Malenko dans les cordes.

- WCW World Tag Team Championship
Harlem Heat (c) vs. Sting & Lex Luger (9:33)
Apparemment, Sting et Luger se sont réconciliés depuis la semaine dernière, mais on en parle absolument pas. Je dois quand même louper des trucs puisque WCW a un autre show weekly le samedi. En tous cas, la cohésion de l'équipe est parfaite. Après un match correct, Jimmy Hart va encore intervenir et va donner une poignée de pièces de monnaie à Luger, qui va s'en servir pour frapper Booker T alors que Stevie Ray était aux prises avec Sting. Sauf que les pièces de monnaie, c'est pas le truc le plus pratique, parce qu'elles tombent après le coup et s'éparpillent partout sur le ring. Heureusement, c'est Stevie Wonder qui arbitre tous les matchs de Nitro ce soir, donc nouveaux champions ! On sait pas si Sting a compris ou pas ce qui s'est passé, on lit un mélange de joie et de confusion sur son visage.

- Hulk Hogan vs. The One Man Gang (3:03)
Une fois n'est pas coutume, si le WCW World Heavyweight Champion n'est pas en Main Event, c'est parce que Hogan a un match sans aucun intérêt sur la carte. Champion US ou pas, c'est le tarif Hogan habituel pour le One Man Gang : phase de heat, second souffle, coups de poing, Big Boot, Leg Drop et on n'en parle plus.

- Après le match, l'alliance 4 Horsemen/Dungeon of Doom tente un run in, mais ils battent en retraite après s'être fait repoussés par Hogan et Savage. Brian Pillman est hors de contrôle et incite tout le monde à aller se battre. Arn Anderson le regarde et lui dit : "Mais t'es fou ? Demain !". Bien aimé ce passage.
Après ça, Savage et Hogan nous refont exactement la même promo que tout à l'heure.

Sur le papier, c'est un show important. Deux changements de titre, dont le titre majeur. Pourtant, dans l'éxécution, le catch est décevant sans être mauvais, et le booking est une horreur. Ces putains d'arbitres aveugles !


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

Mardi 23 Janvier

Bien que Clash of The Champions et Harcore TV ont eu lieu le même jour, je commence par Hardcore TV, puisque c'est diffusé l'après-midi. Le souci du détail.

- Rob Van Dam vs. Axl Rotten
On commence directement avec ce match, qui est le tout premier match de RVD chez ECW ! Naturellement, le public ne se rend pas compte de qui il deviendra et le hue. Dans ce combat, RVD ressemble plus à Jean-Claude Van Damme que jamais, que ce soit dans son apparence ou dans son style de catch, où il reprend des clichés des arts martiaux d'une manière très caricaturale qui fait limite penser à Kung Funaki. Dans un bon mais court combat, il l'emporte avec le Split-Legged Moonsault. Pas encore de 5 Star Frog Splash.

- On nous remontre un long recap de toutes les storylines en cours. Ça se termine par Joey Styles qui shoot comme d'habitude de manière assez drôle sur WWF et WCW avant d'annoncer que Raven a demandé à Cactus Jack et Mikey Whipwreck de s'occuper de Tommy Dreamer. Ils défendront leurs titres par équipes contre Dreamer et un partenaire de son choix.

- Taz vs. Hack Myers
Hack Myers est un jobber très over de chez ECW. Il s'incline dans un squash long et mou. Le public scande "Sabu" à la fin du match, mais ni Sabu ni 911 ni même Tod Gordon n'interviennent. Après le match, Taz fait une promo où il dit que Sabu est un lâche.

- Et dès l'image d'après, on a Sabu en action ! Mais contre Stevie Richards. Similaire au match de Buh-Buh Ray Dudley la semaine dernière, on a seulement des scènes coupées de ce match. Ce qui est bien dommage, puisqu'il a l'air pourtant pas mal. Sabu l'emporte après un Arabian Facebuster.

- En plus de ce match tronqué, je vois aussi dans la carte de ce show sur Cagematch qu'il y a un combat de championnat ECW entre le Sandman et Konnan qui n'apparaît pas sur la version du Network. Encore une fois, le show sur le Network ne dure que 36 minutes. On n'a toujours pas vu le Sandman, qui est pourtant le champion, depuis le début de cette chronique.

- On termine ce show par l'habituelle valse de promos vidéos avec de la musique en arrière-plan. J'ai appris qu'on appelait ces segments les "Pulp Fiction promos" et qu'on avait normalement des morceaux très connus pour accompagner ces promos, qui ont dû été modifiés sur le Network. Ici, les Pittbulls et Francine, les Total Eliminators, Tommy Dreamer et Beulah, Raven, Stevie Richards et le Blue Meanie, ainsi que JT Smith sont à l'oeuvre. Le segment se termine avec Tommy Dreamer, qui est interrompu par Shane Douglas. Ce dernier dit qu'il a des comptes à régler avec Cactus Jack et propose à Dreamer un deal : ils enterrent la hache de guerre et font équipe (je savais pas qu'ils avaient feudé, mais entre Dreamer, éternel babyface, et Douglas, éternel heel, c'est pas étonnant), et quand l'un des deux sera champion solo, il offrira un title shot à l'autre. Pas sûr que ce soit la meilleure idée que Douglas ait jamais eu, mais Dreamer accepte.

Un Hardcore TV bien vide. Je comprends pas pourquoi on n'a pas le show entier sur le network, et j'espère que c'est une tendance qui va s'arrêter. Mais à part les débuts de Rob Van Dam et le cliffhanger de fin, ce show n'a absolument aucun intérêt et est une perte de temps.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Wcwclashofthechampions

Mardi 23 Janvier

C'est bien Clash of the Champions, et non pas Clash of Champions, comme l'a mal recopié WWE. Apparemment, c'est un problème pour beaucoup de monde, puisque Mean Gene a appelé le show Clash of Champions toute la soirée. Clash of the Champions n'est pas un PPV mais un show TV spécial de deux heures, diffusé sur TBS. Ce qui veut dire qu'on a des pubs, et pas de match long, puisque comme pour Nitro, WCW ne coupe pas ses matchs par des pubs. Contrairement aux Nitros, ce show ne semble pas avoir été restauré dans sa version Network.

- The Nasty Boys vs. Public Enemy (4:00)
Un brawl qui va vite dégénérer et terminer en double DQ. C'est vraiment très stiff et violent par rapport à ce qu'a l'habitude de proposer WCW, et je suis un peu déçu qu'on n'ait pas eu un match sans DQ, en espérant en voir un par la suite. Après la DQ, Rocco Rock fait passer Brian Knobbs à travers une table (qui a l'air bien peu safe) et Jerry Sags poursuit Johnny Grunge juste qu'à l'entrée de l'arena en le frappant avec un bout de table.

- Promo dont je n'ai rien à dire de Ric Flair et du Giant pour hyper le Main Event.

- Dean Malenko vs. Alex Wright (5:29)
Ça dure vraiment pas longtemps, mais quel bijou de catch technique ! Alex Wright est tellement sous-côté, et je comprends pas qu'il ait pas eu une plus grande carrière, surtout après la mort de WCW. Techniquement, il est presque au niveau de Dean Malenko. Et être "presque" au niveau de l'homme au catch le plus gracieux à avoir mis les pieds sur un ring de catch, c'est très fort. Il y a un spot assez incroyable et tellement bien éxécuté où Wright fait une sorte de Frankensteiner, mais en prenant Malenko de côté, en position horizontale en l'air. Dommage pour le finish un peu botché où Wright se dégage clairement à 2 d'un tombé de Malenko. Mais Stevie Wonder était de retour.

- On devait avoir un match entre Kevin Sullivan et Disco Inferno. Dieu merci, on ne l'a pas. À la place de Disco, c'est un sosie d'Elvis Presley qui se ramène et annonce au Taskmaster que Disco est au mariage (on en reparlera plus tard), ce qui lui vaut un beat down. Ce segment n'a servi absolument à rien.

- Sting et Lex Luger sont au micro d'Eric Bischoff. Ils sont contents d'être champions par équipes, mais sont interrompus par les Road Warriors, sous une réaction très forte du public. Sting les accueille comme des vieux amis et leur offre directement un title shot. Ça ne plait pas trop à Luger qui dit qu'ils ont d'autres équipes à affronter avant et que les Road Warriors doivent le mériter.

- Très bonne promo de Paul Orndorff en vidéo. Il dit que sa blessure est intervenue au pire moment pour lui, alors qu'il était en train de revenir à son meilleur niveau. Il blâme Brian Pillman, mais aussi les autres Horsemen. C'est bien le Spiked Piledriver de Flair et Anderson qui a fait qu'il porte une minerve aujourd'hui. Il dit que sa blessure pourrait mettre fin à sa carrière, mais il fera tout ce qu'il peut pour revenir et se venger.

- Brian Pillman vs. Eddie Guerrero (5:59)
Un match correct mais trop court, pour changer. Brian Pillman est maintenant muni d'une canne lors de son entrée. Pour l'instant, il ne s'en sert pas comme arme. Pendant le match, Brian Pillman, dans sa folie s'en est pris à Bobby Heenan, qui commentait aux abords du ring. Pillman l'emporte sur un Crossbody, en tirant sur la grenouillère d'Eddie.

- Hogan et Savage sont au micro d'Eric Bischoff. Ils introduisent aussi Kevin Greene. Ils parlent du Main Event et de Miss Elizabeth. Et là, je tombe de mon siège quand Hogan dit à Savage qu'il compte repartir avec Elizabeth après le match... Si certains pensent que le Hollywood Hogan de la nWo était le plus grand heel de tous les temps, ils se trompent. C'est le Hogan d'avant la nWo.

- WCW World Tag Team Championships (7:47)
Sting & Lex Luger (c) vs. The Blue Bloods
Steven Regal a volé le show dans ce match rien qu'avec ses expressions faciales. Je savais pas qu'il faisait déjà ça en 1996. On a pas mal de comédie avec Sting et Luger qui se moquent de ses manières. Au terme d'un bon match, Sting profite d'un choc entre Bobby Eaton et Steven Regal pour porter le Scorpion Death Lock sur Regal et offrir la victoire à son équipe. Tout va bien dans le meilleur des mondes pour Sting et Luger.

- Brian Pillman au micro d'Eric Bischoff. Une super promo dans son style sur plusieurs sujets, dont Paul Orndorff et Kevin Sullivan.

- Mexican Heavyweight Championship
Konnan (c) vs. Psicosis (5:26)
Konnan défend son titre imaginaire avec succès dans un match qui commençait pourtant très bien mais se termine encore une fois trop vite. Victoire décisive de Konnan avec une prise de soumission très impressionante semblable à un Figure 4 où il reste debout et bloque à la fois les deux jambes et les deux bras de son adversaire.

- Je n'en ai pas parlé avant, mais il y avait un fil rouge dans ce show : le mariage du Colonel Buddy Lee Parker et de Sister Sherri (Martel). Une storyline qu'on n'a pas vu à Nitro depuis des lustres mais qui a dû se développer à WCW Saturday Night. Entre chaque match, on retrouvait Mean Gene devant la chapelle de Los Angeles où avait lieu le mariage (la même chapelle où Michael Jordan s'est marié prétend-il). Pas grand monde chez les invités : Dick Slater et Bunkhouse Buck, les clients de Parker, Harlem Heat, les clients de Sherri, et Disco Inferno, pour je ne sais quelle raison. Parker est arrivé au mariage après avoir tout perdu au casino. Dans ce dernier segment, alors que le mariage allait être prononcé, Madusa sort de la caravane du colonel Parker et attaque Sherri. Tous ces segments étaient parfois drôles, parfois lourds, mais au final, je me demande si ce n'est pas l'angle qui a lancé la mode des mariages qui se terminent mal dans le catch. Le seul mariage qui me vient en tête avant celui-ci est celui de Randy Savage et Miss Elizabeth à Summerslam 91, et ça s'était terminé sans accroche. Quant à Madusa, je ne sais pas ce qu'elle fout là-dedans, mais puisqu'il n'y a pas de division féminine chez WCW, il fallait bien l'occuper.

- Hulk Hogan & Randy Savage vs. Ric Flair & The Giant (9:52)
Enfin arrive le Main Event qu'on a tellement hypé... pour au final pas grand chose. Miss Elizabeth est bien là, mais elle ne fait rien de notable. Pareil pour Kevin Greene. Le match est passable. Les échanges entre Hogan et le géant sont très approximatifs. On voit que le géant est encore très green. Le finish, c'est du déjà vu. Jimmy Hart balance un poing américain à Flair qui frappe Savage pour la victoire. Une victoire finalement surprenante pour les heels. Hogan repousse Zodiac et Pillman qui font un run-in pour aucune raison, et le show se termine avec Hogan, Greene et Elizabeth qui aident Savage à se relever.

Le gros problème de ce show, c'est son format. Même si le catch n'est pas la priorité de WCW, il y avait du workrate sur la carte, et avec des matchs plus longs, on aurait pu avoir un très bon show. Seuls deux matchs dépassent les 6 minutes, et aucun ne dépasse les 10. Et on sait bien que le seul bon PPV sans match dépassant les 10 minutes, c'est One Night Stand 2005. En ne voulant pas faire de pub pendant les matchs, WCW s'est tiré une balle dans le pied.


Classement des shows :
1) Raw
2) Clash of the Champions
3) Nitro
4) Hardcore TV

Raw l'emporte pour la première fois, avec un show solide mais loin d'être irréprochable, et bat Nitro dans les ratings à raison, malgré le changement de titre. Hardcore TV déçoit pour la première fois.

Match de la semaine :
Dean Malenko vs. Alex Wright

Ça ne dure que 5 minutes 30 mais tous les autres matchs de la semaine durent à peine plus.

MVP de la semaine :
Brian Pillman

Je voulais le donner à Vader, mais Brian Pillman a eu beaucoup plus d'exposition et a été excellent dans tout ce qu'il a fait. Le développement de son personnage de Loose Canon en fait un des éléments les plus intéressants à suivre de ce début d'année.

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
KXL
Modérateur
KXL

Messages : 4059
Age : 26
Localisation : Oui
Humeur : Everything is XL about me

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) EmptyJeu 13 Mai - 20:30

Semaine 5

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) RAW-1996

Lundi 29 janvier (2.4)

- The British Bulldog vs. Diesel (6:12)
Après un match RAS, Jim Cornette distrait l'arbitre et Yokozuna tente de porter un Leg Drop sur Diesel, mais ce dernier esquive et c'est le Bulldog qui se le prend. Diesel l'emporte ainsi. Après le match, Yoko se fait engueuler par Cornette.

- Segment avec Dok Hendrix. Il nous montre une promo de Bret Hart pour le match d'In Your House contre Diesel, et nous annonce le Cry Baby Match entre Razor Ramon et le 1-2-3 Kid et un autre match entre HHH et Duke Droese, tout ça pour In Your House : Rage in a Cage. Mais le plus intéressant est ce qui passe ensuite. Dok Hendrix nous montre à l'écran une lettre écrite par Eric Bischoff lui-même à l'attention de Vince McMahon, menaçant WWF de les poursuivre en justice pour les segments de Billionaire Ted's Wrasslin' Warroom ! J'en reviens pas qu'ils nous montrent ça à l'écran sans aucun scrupule. Il y a décidemment des gemmes dans ces shows des Monday Night Wars dont on ne parle pas assez. Et le pire, c'est que suite à ça, Dok Hendrix nous dit que WWF ne baissera pas la tête face à l'adversité et il nous envoie un nouveau segment de Billionaire Ted. Cette fois-ci, Ted est en conférence de presse, tous les journalistes lui font des reproches sur WCW et Ted esquive la question à chaque fois.

- The Body Donnas vs. The Godwinns (2:17)
Ce sont les débuts de Phineas Godwinn, le futur Mideon, dans le rôle du cousin attardé d'Henry Godwinn. Au cours d'un match très court mais très ryhtmé, Phineas Godwinn l'emporte après un Inverted DDT sur Skip. Pauvre Chris Candido. Après le match, les Godwinns et Hillbilly Jim dansent avec Sunny contre son gré. Malgré les efforts in ring, un bon segment de merde.

- Jim Cornette est accompagné de son avocat, Clarence Mason, qui conteste la suspension de Vader et demande à ce qu'il soit réinstauré.

- Vince McMahon est dans le ring et nous donne une adresse pour que les fans puissent envoyer des lettres de rétablissement à Gorilla Monsoon (wow, ce niveau de kayfabe). Il dit qu'il est là pour nous annoncer son remplaçant, et il s'agit... de "Rowdy" Roddy Piper ! Piper fait son retour sous une grosse pop et nous livre une promo géniale. Il dit à McMahon qu'il est son patron et lui demande de l'appeler "Mr. President". Il nous rappelle tous ses faits d'armes, encense la nouvelle génération, mais dit qu'ils sont confus et affirme qu'il est là pour remettre de l'ordre. Il dit qu'il a écrit une liste de règles, mais la jette en disant qu'il n'a jamais respecté les règles.

- Nouvelle vignette sur... Mankind ! Je ne savais pas que ses vignettes commençaient aussi tôt, puisqu'il n'est pas sur la carte de WrestleMania. La vignette filmée en gros plan de son oreille est très courte mais diablement efficace. Have a nice day !

- Yokozuna vs. Shawn Michaels (8:45)
Un très bon Main Event pour les standards de l'époque ! Ce match, c'est le Shawn Michaels show. Sortir un tel match contre Yokozuna (surtout le Yoko de 96), je sais pas si quelqu'un d'autre pouvait le faire. Il dégage une telle énergie et le public le suit dans chacun de ses mouvements ou de ses mimiques, souffrant avec lui quand il se fait dominer et exultant quand il passe à l'offensive. Qu'est-ce qu'il est over ! Comme l'opener, le match se termine par une misco du Camp Cornette. Owen Hart porte son Spinning Heel Kick sur Yokozuna et Michaels enchaîne avec un Superkick pour la victoire. 
Après le match, Owen Hart, le British Bulldog et Yokozuna veulent s'en prendre à HBK mais son pote Diesel vient faire le save. Jim Cornette leur lance un défi pour la semaine prochaine : le British Bulldog et Yokozuna contre Diesel et Shawn Michaels. C'est bien sûr accepté. Grosse carte pour la semaine prochaine puisqu'on nous a aussi annoncé pendant le show que Bret Hart défendrait aussi le WWF Championship contre l'Undertaker.

Un Raw que j'ai préféré à celui de la semaine dernière. Le mauvais (Billionaire Ted, le tag) est facilement eclipsé par le retour de Piper, la vignette de Mick Foley et un très bon Main Event. Un show vraiment solide.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) WCW-NITRO-22-p01-e1579007074771

Lundi 29 janvier (2.Cool


- Hulk Hogan vs. Ric Flair (13:00)
Bon, je croyais que mettre Hogan en Main Event contre un midcarder alors que le titre mondial était défendu dans l'opener était encore une mise en valeur injustifiée d'Hogan, mais il semblerait plutôt que WCW souhaite mettre la plus plus grosse affiche en opener pour garder son public en haleine d'entrée de jeu. Parce que même si Savage défend le titre contre le géant dans le Main Event, on peut difficilement faire plus starpower que ce match entre les plus grandes stars du catch des 15 dernières années. Hogan est accompagné de Miss Elizabeth, mais aussi de Woman et de sa troupe, réduite cette semaine au nombre de deux. Il s'agit en fait de Debra McMichael, la femme de Steve "Mongo" McMichael et la future compagne de Jeff Jarrett et Steve Austin, et de Linda Bollea, la femme d'Hulk Hogan.
Par contre, in ring, y'a rien à voir. Le fait de proposer des grosses affiches toutes les semaines ne motive pas les catcheurs à se dépasser dans les gros matchs, et c'est à nouveau le cas ici. Le match est globalement dominé par Flair, avec quelques come backs du Hulkster. Après la Leg Drop d'Hogan, Arn Anderson fait un run-in raté. Mais Anderson et Jimmy Hart se saisissent de la chaussure à talon de Miss Elizabeth et la lancent à Flair, qui l'utilise pour frapper Hogan à l'oeil. L'arbitre, une fois de plus, n'a rien vu, alors qu'il n'y avait pas de distraction, et fait le compte de 3. Et c'est une très rare défaite de Hulk Hogan ! Et c'est un peu le point culminant pour Flair, en recherche de confiance depuis sa défaite contre Hogan il y a plusieurs mois et la reformation des 4 Horsemen.

- The Faces of Fear vs. The Road Warriors (9:06)
Apparemment, Meng a abandonné le Dungeon of Doom pour former une équipe avec une nouvelle recrue, le Barbarian. C'est le match de retour pour les Road Warriors, qui sont toujours méga populaires, et c'est loin d'être un squash. Finalement, malgré un teasing, on n'aura pas de Doomsday Device mais une victoire des Road Warriors quand même suite à une Flying Clothesline de Hawk sur le barbare. Le match est correct.

- Kevin Sullivan, accompagné de Hugh Morrus, est au micro de Mean Gene sur le ring et accuse Arn Anderson de ne pas savoir contenir Brian Pillman. Je comprends pas pourquoi il se plaint puisque Ric Flair et le géant ont gagné à Clash of the Champions. Surtout qu'on est dans une promotion où les faces gagnent tout le temps, alors pour une fois que les heels gagnent, ils pourraient être contents. Arn Anderson et Brian Pillman arrivent, et Anderson commence par s'excuser et engueule Pillman. Mais Sullivan s'en fout et attaque les deux hommes. Finalement, Anderson réussit à prendre le dessus sur Morrus et Sullivan prend la fuite. Double A remonte sur le ring et demande un match contre le Taskmaster. Pillman dit qu'il a causé ces problèmes aux Horsemen et qu'il les résoudra.

- Sherri Martel vs. Madusa (1:48)
Sherri Martel est au micro de Mean Gene. On nous remontre ce qu'il s'est passé à Clash of the Champions mais dès qu'on revient, Madusa attaque Sherri par derrière et le match commence. C'est un brawl sauvage mais plutôt propre, on a quand même deux bonnes catcheuses dans le ring (même si Sherri est plus connue en tant que manageuse, c'est une ancienne catcheuse). Mais bien trop rapidement, le match se termine et Sherri l'emporte avec un roll-up.
En post-match, Madusa reprend le dessus et la passe à tabac. Le colonel Buddy Lee Parker n'est pas apparu.

- WCW World Heavyweight Championship
Randy Savage (c) vs. The Giant (0:28)
Savage arrive dans le dos du géant et l'attaque avec la ceinture, et l'arbitre le disqualifie très rapidement. Il n'y aura pas de match. Ric Flair débarque et aide le géant à beat down le champion. Apparemment, il n'est pas au courant que l'alliance entre le Dungeon of Doom et les Horsemen est terminée. Vendant sa blessure à l'oeil, Hulk Hogan tarde à intervenir mais arrive finalement avec une chaise et fait maison nette. Des membres du Dungeon of Doom interviennent mais sont également repoussés par Hogan. Flair et le géant sont furieux et vont à la table des commentateurs pour faire leur promo, ce qui entraîne Steve McMichael et Eric Bischoff à quitter les lieux (évidemment, Bobby Heenan reste). Flair défie Savage et Hogan à un match avec deux cages, où le titre WCW serait également en jeu. C'est très confus, mais si vous savez où on veut en venir, vous comprendrez. Sinon, vous n'êtes pas prêts.

Pas le pire épisode de Nitro, mais pas le meilleur non plus. In ring, il n'y a rien à voir. Le booking est similaire aux éditions précédentes, sans rien de vraiment déplorable. La situation entre les 4 Horsemen et le Dungeon of Doom est un petit peu intrigante. On retiendra surtout de ce show la rare défaite d'Hogan.


[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Ecw_ha10

Mardi 30 janvier


On commence ce Hardcore TV avec de très courts extraits de shows :
- Extrait de la fin d'un match entre Hack Myers et Mr. Hughes. Myers l'empore sur un School Boy.
- Extrait d'une promo de Stevie Richards, accompagné du Blue Meanie. Richards dit qu'ils doivent les appeler les Fabulous Ones. Ils terminent en dansant.
- Excellente promo de Cactus Jack, qui parle de son départ vers WWF. Il dit qu'il préfère embrasser les fesses de Vince McMahon que celles de Tod Gordon, et que ce sont les mêmes freaks qui le huent dans la salle qui chanteront son nom quand il fera un wristlock à Mabel.
- Les Headhunters battent des jobbers.

- On débarque en plein match entre les Pit Bulls et les Gangstaz. Les omniprésents Stevie Richards et Blue Meanie se sont ramenés, et Stevie Richards parle à Francine. Il s'excuse d'avoir choisi Raven à elle et de lui avoir mis un Superkick. Il tente de la reconquérir, ce qui semble fonctionner, mais lorsqu'il lui demande si elle est enceinte, Francine s'énerve et les Pit Bulls attaquent Stevie. Les Eliminators se ramènent pour attaquer les Pit Bulls. Les Eliminators observent ce beat down sans rien faire, puis décident quand même à s'y mêler et aident les heels. Finalement, c'est 911 qui vient faire le save et porte un Chokeslam sur tous les heels. On a un cut et lorsqu'on revient, Bill Alfonso et Tod Gordon se confrontent. Ça part en catfight et Taz surprend 911 par derrière avec sa Tazmission. On a un gros bordel dans le ring. 911 réussit à s'en sortir et Taz prend la fuite. Tout le monde quitte le ring mais finit par revenir. Francine casse un tombé des Gangstaz (ouais, y'a un match en cours) mais se prend un Superkick de Stevie Richards pour la peine. Finalement, dans la cohue, New Jack porte un coup de chaise à la tête d'un des Pit Bulls pour la victoire de son équipe. Je sais que c'est un peu décousu, mais moi je vous retranscris ça pêle-mêle aussi.

- On a la Dudley Family sur le ring avec Axl Rotten et JT Smith. Buh-Buh tente de dire son nom mais se fait à chaque fois couper par JT Smith. Axl Rotten s'impatiente et lui dit d'arrêter de l'interrompre. Smith attaque Rotten et Buh-Buh en profite pour porter sa Powerbomb sur Smith. L'arbitre fait le compte de 3. La ECW et ses matchs plus out of nowhere que les RKO de Randy Orton. Après la match, Axl Rotten demande des explications à JT Smith mais se prend un low blow.

- On a des courts extraits d'un match entre Sabu et Rob Van Dam. Quel dommage de ne pas avoir le combat en intégralité parce qu'il a l'air vraiment bien. On ne sait même pas qui gagne puisqu'on coupe après un saut de Sabu sur une table posée sur la barrière qui retient les spectateurs.

- ECW Tag Team Championship
Cactus Jack & Mikey Whipwreck (c) vs. Tommy Dreamer & Shane Douglas
Encore un match largement cutté. Cactus Jack porte un t-shirt "WWFN'F" que j'ai tellement envie d'avoir. En plein match, Jack pose un promo contre Shane Douglas, qu'il traite de "never will be". Le match n'est pas très intéressant. C'est Whipwreck qui va se prendre une longue domination des faces. À la fin du match, Raven arrive et aveugle Dreamer avec un spray et lui porte un DDT. Dreamer aveuglé porte son DDT sur Shane Douglas, mais ce dernier se dégage. Finalement, Cactus termine Douglas avec son Double Arm DDT. Celui qui doit quitter ECW est toujours champion. On devrait encore le voir une fois ou deux.

- Promo de Shane Douglas backstage qui félicite Cactus Jack de sa victoire mais lui dit de se préparer pour un match extrême prochainement.

- ECW Championship
The Sandman (c) vs. Raven
Finalement, on aura enfin ce match qu'on nous avait promis il y a plusieurs semaines, mais à nouveau, c'est un match très cutté. Joey Styles nous parle de disensions entre le Sandman et sa manageuse Woman (oui, elle est là aussi), qu'on voit lors de l'entrée du Sandman. Raven, lui, s'est remis de sa déception avec Beulah et s'est trouvée une autre copine, en la personne de Kimona Wanalaya qui fait ses débuts (vous noterez le super ring name). Il y a un plan super où Raven est assis dans le coin du ring avec Kimona sur lui. Le match a l'air plutôt bon. Le Sandman ne manquera pas d'utiliser son kendo sur Raven. Tommy Dreamer va intervenir et porter son DDT sur Raven, mais en même temps, Cactus Jack a porté le sien sur le Sandman. Le Blue Meanie et Shane Douglas s'en mêlent et tout ce beau monde brawl jusqu'en dehors de l'arena. Dans le ring, Raven contre un Diving Leg Drop et porte son DDT sur une chaise. Compte de trois. Nouveau champion ! Le Raven's Nest continue sa ruée vers l'or !

- Vignette de Raven, avec Kimona. Il dit qu'il est le champion et qu'il n'a jamais eu besoin de Beulah.

- Le Sandman se relève difficilement après son combat. Woman lui dit que ce n'est pas grave parce qu'il va pouvoir la rejoindre (chez WCW). Vous imaginez le Sandman aux côtés de Hulk Hogan et Randy Savage ? Bah, non évidemment. Lui non plus puisqu'il refuse. 2 Cold Scorpio arrive et Woman lui propose la même chose. Scorpio nous tease mais finalement refuse, et dit que si Eddie Guerrero et Dean Malenko ont quitté ECW par la grande porte, Woman le fera par la petite. Il prend Woman sur son dos et s'en va avec elle. Le show se termine sur Scorpio et le Sandman qui célèbrent avec des bières. Je sais pas trop ce qu'ils célèbrent par contre.

J'ai dit que j'en avais marre des shows clippés. Eh bien, celui-ci ne comportait que de ça. Pourtant, on aurait pu avoir un show tellement bon, parce qu'on a eu pas mal de bonnes choses. Rien qu'en proposant le Sabu/RVD et le Main Event en entier, et en sacrifiant le match Gangstaz/Pit Bulls qui n'a ni fait avancer la rivalité entre les Pit Bulls et les Eliminators, ni celle entre Taz et 911, ni celle entre Tod Gordon et Bill Alfonso.


Classement des shows
1) Raw
2) Nitro
3) Hardcore TV

Coup double pour Raw, qui après un début d'année catastrophique, utilise depuis deux semaines très bien son temps, et risque de faire la passe de 3 la semaine prochaine. Il va falloir faire quelque chose pour Hardcore TV.

Match de la semaine
Shawn Michaels vs. Yokozuna

MVP de la semaine
Mick Foley

Shawn Michaels et Roddy Piper arrivent très proches, mais malgré un match passable, Mick Foley s'est bien démarqué par ses promos, que ce soit pour ECW ou WWF !

On termine par un petit récapitulatif des changements de compagnie depuis le début de cette chronique :

Public Enemy : ECW -> WCW
Woman : ECW -> WCW
Mick Foley : ECW -> WWF

_________________
[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Maxres11


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty
MessageSujet: Re: [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)   [Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

[Chronique] 1996 : One Year in Wrestling (WWF, WCW, ECW)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Catch Asylum : Le forum des fous de catch :: Catch :: Général-